Histoire de Warcraft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 10:41

Plan


Chapitre I : Les Mythes

Premiere partie : la création

Les Titans et la Création de l'Univers
Sargeras et la Trahison
Les Dieux Anciens et l'Agencement d'Azeroth

Deuxieme partie : un nouveau monde

La Tâche des Dragons
Le Nouveau Monde et le Puit d’Eternité

Troisieme partie : la fracture du monde

La Guerre des Anciens 10 000 ans avant Warcraft I
La Fracture du Monde
Le Mont Hyjal et le Don d'Illidan

Quatrieme partie : l'arbre monde et l'exil des hautes Elfes

L'Arbre Monde et le Rêve d'Emeraude 9000 ans avant Warcraft I
L’Exil des Hauts Elfes 7300 ans avant Warcraft I
Les Sentinelles et la Longue Veille


Pour une histoire plus détaillée :
http://wow.jeuxonline.info/?include=histoire


Dernière édition par le Mer 6 Juil 2005 - 14:02, édité 5 fois
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre I les Mythes partie A la création

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 11:04

Chapitre I Les mythes

premiere partie : la creation

Les Titans et la Création de l'Univers

Nul ne sait exactement comment l'univers est apparu. Certains disent qu'une explosion cosmique catastrophique a envoyé un nombre infini de mondes tournoyer dans l'espace de la Grande Obscurité - des mondes qui porteraient un jour des formes de vie d'une merveilleuse et terrible diversité. D'autres croient que l'univers fut crée comme un tout par une unique entité toute puissante. Bien que les origines exactes de cet univers chaotique restent inconnues, il est sûr qu'une race d'êtres puissants apparut pour apporter la stabilité aux différents mondes et assurer un futur pour les êtres qui suivraient leurs pas.

Les Titans, des dieux colossaux à la peau métallique, venus des coins reculés du cosmos, exploraient l'univers nouveau-né et se mettaient a travailler sur les mondes qu'ils rencontraient. Ils dessinaient les mondes en élevant de hautes montagnes et en creusant de vastes mers. Ils créaient des cieux et des atmosphères. Le but de leur plan éternel était de créer l'ordre a partir du chaos. Ils investirent de pouvoir des races primitives pour prendre soin de leur oeuvre et maintenir l'intégrité de leurs mondes.

Dirigés par une secte élitiste connue comme le Panthéon, les Titans amenèrent l'ordre à des centaines de millions de mondes à travers la Grande Obscurité pendant les premiers âges de la création. Le Panthéon, bénéfique, qui cherchait à protéger ces mondes ordonnés, restait vigilant face à la menace des entités maléfiques extra-dimensionnelles du Néant Distordu. Le Néant, une dimension éthérée de magie chaotique qui connectait les myriades de mondes de l'univers, était le siège d'un nombre immense de créatures maléfiques, démoniaques qui cherchaient seulement à détruire la vie et à dévorer les énergies de l'univers vivant. Incapables de supporter le mal ou la corruption sous aucune forme, les Titans cherchaient un moyen d'en finir avec la menace constante des démons.

Sargeras et la Trahison

Le temps passant, les démons trouvèrent un chemin vers le monde des Titans depuis le Néant Distordu, et le Panthéon désigna son plus grand guerrier, Sargeras, comme sa première ligne de défense. Noble géant de Bronze, Sargeras accomplit sa tâche pour d'innombrables millénaires, recherchant et détruisant ces démons partout où ils les rencontraient. A travers les âges, Sargeras rencontra deux puissantes races de démons, chacune cherchant à gagner du pouvoir et à dominer l'univers physique.

Les Eredars, une race insidieuse de sorciers démoniaques, utilisaient leur magie démoniaque pour envahir et mettre en esclavage nombre de mondes. Les races indigènes de ces mondes étaient modifiées par les pouvoirs maléfiques des Eredars et transformées elles-mêmes en démons. Bien que les pouvoirs presque infinis de Sargeras fussent largement suffisant pour détruire les vils Eredars, il était grandement troublé par la corruption des créatures et par la toute puissance du mal. Incapable de supporter une telle dépravation, le grand Titan commença à tomber dans une dépression. Malgré son mal-être, Sargeras débarrassa l'univers des sorciers en les enfermant dans un recoin du Néant distordu.

Pendant que sa confusion et sa détresse grandissait, Sargeras dut faire face à un autre groupe tentant de détruire l'ordre des Titans : les Nathrezims. Cette sombre race de démons vampiriques (connus aussi comme les seigneurs de l'effroi) conquirent de nombreux mondes, possédant leurs habitants et les poussant vers l'obscurité. Les seigneurs de l'effroi poussaient des nations entières a s'affronter en les manipulant, les faisant se haïr et détruisant leurs confiances. Encore une fois, Sargeras défit les Nathrezims facilement, mais leur corruption l'affecta fortement.

Comme le doute et le désespoir l'emportait sur la raison de Sargeras, il perdit toute foi, non seulement en sa mission, mais aussi dans la vision qu'avaient les Titans d'un monde ordonné. Finalement, il en vint à croire que le concept d'ordre était en soi une folie, et que le chaos et la dépravation étaient les seuls buts à atteindre dans cet univers sombre. Ses camarades Titans essayèrent de le persuader qu'il faisait erreur et de calmer ses émotions, mais il ignora leur vision optimiste comme si elle n'était qu'une illusion. Quittant leurs rangs pour toujours, Sargeras partit pour trouver sa propre place dans l'univers. Bien que le Panthéon soit attristé de son départ, les Titans n'auraient jamais pu prévoir jusqu'où leur frère perdu irait.

Quand la folie de Sargeras finit de consumer les derniers vestiges de son esprit courageux, il se mit a croire que les Titans eux-mêmes étaient responsables de la faillite de la création. Décidant, pour finir, de détruire leur oeuvre à travers l'univers, il souhaita former une armée invincible qui embraserait l'univers physique.

Même la forme titanesque de Sargeras se modifia de par la corruption qui pourrissait son coeur autrefois noble. Ses cheveux, ses yeux et sa barbe se transformèrent en flammes et sa peau de bronze se détacha pour révéler une fournaise de haine.

Dans sa fureur, Sargeras détruisit les prisons des Eredars et des Nathrezims et libéra les démons. Ces créatures se prosternèrent devant la rage du Titan noir et offrirent de le servir de leur manière maléfique. Des rangs des puissants Eredars, Sargeras choisit deux champions pour commander son armée démoniaque. Kil'Jaeden le Trompeur fut choisi pour rechercher les races les plus sombres de l'univers et les enrôler dans l'armée de Sargeras. Le second champion, Archimonde, fut choisi pour mener les grandes armées de Sargeras à la bataille contre ceux qui voudraient résister à la volonté du Titan.

Le premier acte de Kil’jaeden consista à placer les Seigneurs de l'effroi sous son terrible pouvoir. Les Seigneurs de l'effroi devinrent ses agents préférés et sa garde d'élite à travers l'univers. Ils prenaient plaisir à leur travail, qui consistait à trouver des races primitives susceptibles d'être corrompues par leur maître. Le premier des Seigneurs de l'effroi était Tichondrius le Sombre. Tichondrius était un soldat parfait pour Kil’jaeden et accepta de porter la volonté embrasée de Sargeras jusqu'aux confins de l'univers.

Le puissant Archimonde utilisa également ses propres agents. Il fit appel aux maléfiques Seigneurs des abîmes et à leur abject dirigeant, Mannoroth, espérant forger une élite de combat capable de tuer toute vie dans la création.

Sargeras, voyant que ses armées étaient rassemblées et prêtes à suivre ses ordres, lança ses forces tempétueuses dans les immenses étendues du Grand Néant. Il décida de nommer son armée sans cesse plus nombreuse la Légion ardente. On ne sait toujours pas à ce jour combien de mondes ont été consumés et brûlés dans cette croisade impie à travers l'univers.

Les Dieux Anciens et l'Agencement d'Azeroth

Ignorant apparemment que Sargeras cherchait à défaire leur gigantesque travail, les Titans continuèrent à se déplacer de monde en monde, mettant en ordre et façonnant chacun d'entre eux comme il leur paraissait convenable. Au cours de leur voyage, ils arrivèrent sur un petit monde que ses habitants appelleraient plus tard Azeroth. Les Titans progressèrent au travers de son paysage chaotique primordial en croisant la route de nombreux êtres élémentaires hostiles. Les élémentaires, qui adoraient les êtres maléfiques et insondables connus sous le nom de Dieux Anciens, firent le voeu de repousser les Titans et de préserver leur monde de leur main métallique.

Le Panthéon, troublé par le penchant des Dieux Anciens pour le mal, envoyèrent leurs forces pour combattre les élémentaires et leurs maîtres noirs. Les armées des dieux anciens étaient menées par les plus puissants des lieutenants élémentaires : Ragnaros le Seigneur du Feu, Therazane le Père de la Pierre, Al'Akir le Seigneur du Vent et Neptulon le Chasseur de Marée. Leur forces chaotiques ravagèrent la face du monde et s'affrontèrent aux Titans colossaux. Bien que les élémentaux détenaient une puissance au-delà de la compréhension des mortels, leurs forces combinées ne pouvaient arrêter les Titans. L'un après l'autre, les seigneurs élémentaires tombèrent, et leurs forces furent dispersées.

Le Panthéon détruisit les citadelles des Dieux Anciens et enchaîna les cinq êtres abjects loin sous la surface de la terre. Sans le pouvoir des Anciens Dieux pour maintenir leurs esprits enragés liés au monde physique, les élémentaires furent banis dans un plan abyssal, où ils s'affronteraient pour l'éternité. Une fois les élémentaires disparus, la nature s'apaisa et le monde devint paisible et harmonieux. Les Titans, s'avisant que la menace avait disparu, se mirent au travail.

Les Titans donnèrent pouvoir à de nombreuses races de les aider à façonner le monde. Pour les aider à drainer les cavernes impénétrables sous la terre, ils créèrent les Nains à partir d'une pierre vivante et magique. Pour les aider à contenir les mers et à séparer la terre de l'océan, ils créèrent d'immenses géants des mers, de tempérament doux. Pendant longtemps, les Titans transformèrent et bâtirent la terre, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un continent parfait. Au centre du continent, les Titans creusèrent un lac d'énergies scintillantes. Ils le nommèrent Puits d'éternité. Il devait devenir une fontaine de vie pour le monde. Ses puissantes énergies devaient nourrir la structure du monde et permettre à la vie de s'épanouir dans l'humus riche de la terre. Peu à peu, plantes, arbres, monstres et créatures diverses commencèrent à peupler le continent primordial. Lorsque le crépuscule tomba sur leur dernier jour de travail, les Titans nommèrent le continent Kalimdor : la “terre de l'éternelle lumière”.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 11:12

Chapitre I les mythes

Deuxieme partie : le nouveau monde


La Tâche des Dragons

Contents que le petit monde ait été ordonné et que leur travail soit accompli, les Titans se préparèrent à quitter Azeroth. Mais, avant de partir, ils décidèrent de donner aux plus grandes espèces nouvelles du monde le pouvoir de surveiller Kalimdor contre toute menace possible. A cette époque, il y avait de nombreux groupes de dragons. Cinq de ces troupes dominaient leurs cousins. Ce furent ces cinq groupes que les Titans choisirent pour garder le monde naissant. Les membres les plus important du Panthéon donnèrent une partie de leur pouvoir sur chacun des chefs des groupes. Ces dragons majestueux (dont la liste suit) furent connus à partir de ce moment comme les Grands Aspects.

Aman'Thul, le Père du Panthéon, transmit une partie de son pouvoir cosmique sur le dragon de Bronze Nozdormu. Le Père donna à Nozdormu le pouvoir de garder le temps et de régler les chemins tournoyant du destin. Le stoïque, honorable Nozdormu devint connu comme Celui-qui-est-hors-du-Temps.

Eonar, le maître de toute vie, donna une partie de son pouvoir au leviathan rouge, Alexstrasza. A la suite, Alexstrasza serait connue comme la Lieuse de Vie, et elle travaillerait a sauvegarder toutes les créatures vivantes du monde. Grâce à sa sagesse suprême et à sa compassion sans limite pour toutes les choses vivantes, Alexstrasza fut couronnée comme la Reine des Dragons et reçut la domination sur ceux de sa race.

Eonar bénit également la jeune soeur d'Alexstrasza, le dragon vert et agile Ysera, avec une portion de son influence sur la nature. Ysera tomba dans une transe éternelle, liée au rêve éveillé de la création. Connue comme la Rêveuse, elle garde les terres sauvages du monde depuis son royaume verdoyant, le rêve d'Emeraude.

Norgannon, le Titan gardien de la tradition et maître magicien, fit cadeau au dragon bleu, Malygos, d'une partie de son pouvoir. A partir de ce moment, Malygos serait connu comme le Tisserand des Sorts, gardien de la magie et des arcanes cachées.

Khaz'goroth, le Titan façonneur et forgeur de monde, investit d'une partie de son pouvoir le dragon noir Neltharion. Neltharion, qui devint le Gardien de la Terre, reçut la responsabilité de la terre et des endroits enfouis du monde. Il endossa la force du monde et devient le plus grand soutien d'Alexstrasza.

Ainsi muni de pouvoirs, les Cinq Aspects furent charges de la défense du monde en l'absence des Titans. Avec les dragons préparés à défendre leur création, les Titans quittèrent Azeroth pour toujours. Malheureusement, ce n'était qu'une question de temps avant que Sargeras ne s'aperçoive de l'existence de ce nouveau monde ...

Le Nouveau Monde et le Puit d’Eternité

Dix mille ans avant la première guerre entre les Orcs et les Humains, le monde d'Azeroth ne comprenait qu'un seul vaste continent entouré d'immenses océans déchaînés. Cette terre sans fin, nommée Kalimdor, donna naissance à des races et des créatures diverses, qui luttaient toutes pour survivre au milieu des éléments sauvages de ce monde naissant. Au centre de ce sombre continent existait un mystérieux lac d'énergies incandescentes. Ce lac, qui deviendrait un jour le Puits d'éternité, était le véritable coeur de la magie et des puissances naturelles du monde. Tirant ses énergies du Grand Néant par delà du monde, le Puits était comme une fontaine mystique déversant ses énergies puissantes de par le monde pour nourrir la vie dans sa multitude de formes.

Il vint un temps où une tribu primitive d'humanoïdes nocturnes trouva son chemin jusqu'aux bords du fascinant lac enchanté. Ces humanoïdes nomades et sauvages, conduits par les étranges énergies du lac, construisirent des cabanes grossières sur ses berges paisibles. L'étrange tribu fut progressivement affectée par les pouvoirs cosmiques du Puits et y gagna la force, la sagesse et une quasi-immortalité. La tribu adopta le nom de Kaldorei, ce qui signifie “enfants des étoiles” dans sa langue natale. Pour offrir des célébrations à leur société bourgeonnante, les Kaldorei construisirent de grands bâtiments et des temples tout autour du lac.

Les Kaldorei, qui allaient un jour se faire connaître sous le nom d'Elfes de la nuit, adoraient Elune, la Déesse de la lune. Ils pensaient qu'elle dormait dans les profondeurs chatoyantes du Puits pendant la journée. Les premiers prêtres des Elfes de la nuit étudièrent le Puits avec une curiosité inaltérable, cherchant à percer ses secrets et sa puissance cachés. Au fur et à mesure que leur civilisation grandissait, les Elfes de la nuit explorèrent tout Kalimdor et rencontrèrent ses myriades d'habitants. Les seules créatures qui arrêtèrent leur expansion furent les anciens et puissants Dragons. Les grandes bêtes écailleuses vivaient volontiers recluses, mais elles défendaient leurs terres contre toute invasion. Les Elfes de la nuit croyaient que les Dragons étaient les protecteurs du monde et qu'il était préférable de ne pas chercher à leur arracher leurs secrets.

Plus tard, la curiosité des Elfes de la nuit les conduisit à rencontrer et à se lier d'amitié avec de nombreuses entités puissantes, dont Cenarius, un impressionnant demi-dieu des forêts primitives. Cenarius, dont le coeur était grand, s'attacha aux Elfes curieux et passa beaucoup de temps à leur enseigner les secrets du monde naturel. Les tranquilles Kaldorei développèrent une profonde communion d'esprit avec les forêts vivantes de Kalimdor et prirent goût à l'harmonieux équilibre de la nature.

Au fur et à mesure que les siècles infinis s'écoulaient, la civilisation des Elfes de la nuit grandit en taille et en splendeur. Leurs temples, leurs voies et leurs résidences s'étendaient sur toute la surface du continent. Azshara, la belle Reine douée des Elfes de la nuit, construisit un palais immense et admirable sur les rives du Puits pour y abriter ses serviteurs favoris dans des couloirs d'émeraude. Ses serviteurs, qu'elle nommait les Quel’dorei, ou “Bien nés”, lui obéissaient en tout et se pensaient supérieurs à leurs frères des castes inférieures. Bien que la Reine Azshara fut aimée de tout son peuple avec la même ferveur, les Bien nés étaient en secret jalousés et haïs par les masses.

Partageant la curiosité des prêtres pour le Puits d'éternité, Azshara ordonna aux érudits Bien nés de percer ses secrets et de révéler son rôle véritable dans le monde. Les Biens nés s'immergèrent dans le travail et étudièrent le Puits sans relâche. Ils finirent par développer la capacité de manipuler et de contrôler les énergies cosmiques du Puits. Au fur et à mesure que les expériences leur permettaient de progresser, les Bien nés découvrirent qu'ils pouvaient utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour créer ou détruire à volonté. Les malheureux Bien nés découvraient la magie et avaient maintenant pour but d'en acquérir la maîtrise. Ils étaient convaincus que la magie était dangereuse si on l'utilisait de façon irresponsable, mais Azshara et ses Bien nés s'abandonnèrent tout de même complètement au plaisir des sorts. Cenarius et de nombreux érudits elfes prévinrent que des catastrophes résulteraient nécessairement de cette manipulation infantile d'une magie volatile.

Mais Azshara et ses serviteurs continuèrent, entêtés, à développer leurs pouvoirs naissants. Alors que leurs pouvoirs grandissaient, Azshara et les Bien nés commencèrent visiblement à changer. La classe supérieure, distante et hautaine, devint de plus en plus cruelle et brutale envers ses frères de race. Un voile sombre noircissait désormais la beauté naguère légendaire d'Azshara. Elle s'isola de ses sujets fidèles et refusa tout contact avec qui que ce soit d'autre que ses prêtres Bien nés, en qui elle avait toute confiance.

Un jeune érudit indépendant du nom de Malfurion Stormrage, qui avait passé le plus clair de sa vie à étudier les effets du Puits, commença à suspecter qu'un pouvoir terrible corrompait les Bien nés et sa Reine tant aimée. Il était incapable de deviner l'horreur à venir mais il savait que la vie des Elfes de la nuit allait changer à jamais …
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 11:21

Chapitre I les mythes

Troisieme partie : La fracture du monde


La Guerre des Anciens 10 000 ans avant Warcraft I

L'utilisation imprudente de la magie fit déborder des spirales d'énergie hors du Puits d'éternité dans le Grand Néant extérieur. Ces traînées d'énergie envahirent le Néant Distordu et furent ressenties par d'effroyables esprits étrangers. Sargeras, le Grand Ennemi de toute vie, le Ravageur des mondes, huma les puissants effluves d'énergie et fut conduit jusqu'à leur lointain point d'origine. Il espionna le monde primordial d'Azeroth et sentit les énergies sans fin du Puits d'éternité. Sargeras en devint fou de désir. Le grand dieu noir du Vide sans nom décida de détruire ce monde naissant et de s'emparer de ses énergies.

Sargeras rassembla sa vaste armée démoniaque, connue sous le nom de Légion ardente, et se mit en branle vers le monde paisible d'Azeroth. La Légion, qui comptait un million de démons hurlants rassemblés dans les lieux les plus reculés de l'univers, se mit à bouillonner à l'idée de la conquête. Les lieutenants de Sargeras, Archimonde le Profanateur et Mannoroth le Destructeur, préparèrent les serviteurs infernaux à la grande offensive.

La Reine Azshara, subjuguée par la terrible extase de sa magie, succomba à l'indéniable pouvoir de Sargeras et lui offrit le droit d'entrer dans son monde. Même ses serviteurs Bien nés furent entraînés par l'inévitable corruption de la magie et commencèrent à adorer Sargeras comme leur dieu. Pour montrer leur allégeance à la Légion, le Bien nés aidèrent leur reine à ouvrir un grand portail tourbillonnant dans les profondeurs du Puits d'éternité.

Une fois ses préparatifs terminés, Sargeras lança sa dramatique invasion d'Azeroth. Les guerriers démons de la Légion ardente s'engouffrèrent dans le monde à travers le Puits d'éternité et firent le siège des cités assoupies des Elfes. Menée par Archimonde et Mannoroth, la Légion se répandit sur les terres de Kalimdor, ne laissant que cendres et larmes dans son sillage. Les sorciers démoniaques appelèrent à eux les Infernaux qui s'écrasèrent
comme des météorites impies sur les colonnes raffinées des temples de Kalimdor. La Garde maudite, composée d'assassins sanguinaires, traversa les champs de Kalimdor en exterminant tout le monde sur son passage. Des meutes de chiens démoniaques et sauvages ravagèrent les campagnes sans la moindre opposition. Les braves guerriers Kaldorei se précipitèrent pour tenter de défendre leur terre natale, mais ils durent rompre, pouce par pouce, devant la furie meurtrière de la Légion.

Le jeune érudit Malfurion Stormrage décida de trouver coûte que coûte de l'aide pour son peuple assiégé. Stormrage, dont le propre frère Illidan pratiquait la magie des Bien nés, était rendu furieux par la corruption grandissante de la classe supérieure. Il persuada Illidan de renoncer à sa dangereuse obsession et il se mit en quête de Cenarius dans le but de rassembler une force de résistance. La belle et jeune prêtresse Tyrande accepta d'accompagner les deux frères au nom d'Elune. Bien que Malfurion et Illidan partageassent un chaste amour pour la noble prêtresse, le coeur de Tyrande appartenait à Furion seul. Illidan fut blessé par l'idylle naissante de son frère avec Tyrande, mais savait que sa souffrance n'était rien en regard de sa dépendance à la magie…

Illidan, qui était devenu captif de la fascination magique, luttait pour conserver le contrôle de lui-même, pour repousser l'envie dévorante qu'il ressentait de goûter de nouveau aux énergies du Puits. Cependant, avec l'aide patiente de Tyrande, il parvint à se contenir et il aida son frère à trouver le demi-dieu Cenarius, qui vivait en reclus. Cenarius, qui vivait au sein des Plaines sacrées du lointain mont Hyjal, accepta d'aider les Elfes de la nuit en retrouvant les anciens Dragons et en sollicitant leur appui. Les Dragons, conduits par le grand Léviathan rouge, Alexstrasza, acceptèrent de se porter d'un vol puissant contre les démons et leurs maîtres infernaux.

Cenarius, appelant tous les esprits des forêts enchantées, rallia une armée d'antiques hommes-arbres et les conduisit à l'attaque de la Légion dans une audacieuse opération au sol. Les alliés des Elfes de la nuit convergèrent vers le temple d'Azshara et vers le Puits d'éternité et la guerre totale commença. Malgré la puissance de leurs nouveaux alliés, Malfurion et ses compagnons réalisèrent que la Légion ne pouvait être vaincue par des combattants conventionnels.

Tandis que la bataille formidable faisait rage autour de la capitale Azshara, la reine naïve et trompée attendait l'arrivée de Sargeras. Le Seigneur de la Légion se préparait à passer par le Puits d'éternité dans le monde ravagé par la guerre. Son ombre immense s'approchait toujours plus du Puits lorsque Azshara rassembla les plus puissants de ses serviteurs Bien nés. En liant leurs pouvoirs magiques dans un seul sort concentré, ils cherchèrent à créer une porte assez vaste pour laisser passer Sargeras.

Comme la bataille ravageaient les champs enflammés de Kalimdor, un évènement terrible se produit. Les détails de ce récit furent perdus au cours des temps, mais il est sur que Neltharion, l'Aspect de la Terre, devint fou lors d'un engagement capital contre la Legion Ardente. Il se consuma en flammes et sa rage l'emporta. Se renommant Deathwing (Aile de Mort), le dragon de feu trahit ses frères et emmena les cinq vols de dragons loin de la bataille.

La trahison soudaine de Deathwing fut si destructrice que les cinq vols de dragons ne s'en remirent jamais vraiment. Blessée et choquée, Alexstrasza et les autres dragons nobles furent obligés d'abandonner leur alliés mortels. Parmi Malfurion et ses compagnons, maintenant dépassés par le nombre, sans espoir, peu survirent a l'assaut suivant des démons.

Malfurion, convaincu que le Puits d'éternité était le cordon ombilical reliant les démons au monde physique, insista pour le détruire. Ses compagnons, sachant que le puit était la source de leur immortalité et de leurs pouvoirs, furent horrifies par cette idée même. Cependant Tyrande devina la sagesse de la théorie de Malfurion, et elle convainquit Cenarius et leurs camarades de courir sur le temple d'Azshara et de trouver un moyen de fermer le puit pour de bon.

La Fracture du Monde

Sachant que la destruction du Puits l'empêcherait d'utiliser de nouveau la magie, Illidan abandonna le groupe sans scrupule et courut prévenir les Bien nés du plan tramé par Malfurion. Rendu fou par sa dépendance à la magie et par l'amour réciproque de Tyrande et de son frère, Illidan ne ressentit aucun remord à trahir Malfurion et à se ranger du côté d'Azshara et des siens. Qui plus est, Illidan fit le vœu de défendre le Puits par tous les moyens possibles.

Le coeur brisé par le départ de son frère, Malfurion conduisit ses compagnons au coeur du temple d'Azshara. Pourtant, en faisant irruption dans la salle du trône, ils découvrirent que les Bien nés achevaient leur ultime incantation noire. Le sort commun créa un tempétueux vortex de puissance instable dans les profondeurs agitées du Puits. L'ombre menaçante de Sargeras montait vers la surface lorsque Malfurion et ses alliés se ruèrent à l'assaut.

Azshara, avertie par Illidan, était préparée à les recevoir. Presque tous les compagnons de Malfurion tombèrent sous les attaques magiques de la Reine. Tyrande, qui tentait d'attaquer Azshara par derrière, fut interceptée par les gardes Bien nés de la Reine. Elle parvint à les vaincre, mais fut grièvement blessée. En voyant succomber l'amour de sa vie, Malfurion fut pris d'une rage violente et résolut d'éliminer Azshara.

Les combats faisaient rage dans et hors du temple lorsque Illidan jaillit des ombres qui bordaient le grand Puits. Exhibant des fioles spécialement conçues, Illidan s'agenouilla et les emplit avec l'eau du Puits. Convaincu que les démons allaient mettre fin à la civilisation des Elfes de la nuit, il voulait voler l'eau sacrée et en garder les énergies pour lui seul.

La bataille qui suivit entre Malfurion et Azshara bouleversa le sort délicat des Bien nés et le plongea dans un formidable chaos. Le vortex instable dans les profondeurs du Puits explosa et initia une chaîne d'évènements catastrophiques qui allait changer le monde à jamais. La gigantesque explosion ébranla le temple jusque dans ses fondations et bouleversa le monde dans de titanesques ondes sismiques. Tandis que l'horrible bataille entre la Légion et les alliés des Elfes se poursuivait dans la capitale en ruines et dans ses environs, le Puits d'éternité s'effondra sur lui-même.

L'explosion gigantesque qui s'ensuivit ravagea les terres et masqua les cieux...

Tandis que le monde tremblait, ravagé par l'implosion du Puits, les mers se précipitèrent pour combler les crevasses creusées dans les terres. Presque quatre-vingt pour cent des terres de Kalimdor avaient été fissurées, créant des continents séparés entourés par de nouvelles mers furieuses. Au centre d'une nouvelle mer, où le Puits s'était naguère tenu, une tempête d'énergies chaotiques faisait rage. Ce terrible phénomène, connu sous le nom de Maelström, était destiné à durer éternellement dans un tourbillon furieux. Il allait devenir un rappel permanent de la terrible catastrophe qui avait mis fin à l'âge d'or…
D'une manière ou d'une autre, contre toute attente, la Reine Azshara et ses Hauts Nés parvinrent à survivre à la catastrophe. Torturés et déformés par les pouvoirs qu'ils avaient libérés, Azshara et ses suivants furent entraînés sous les flots par l'implosion du puits. Transformés par la magie, ils prirent une nouvelle forme et devinrent les Nagas, reptiliens et pleins de haine. Azshara elle-même libérant sa rage et sa haine devint une monstruosité massive, son apparence reflétant la malice qu'elle avait toujours cachée en son sein.

Là, au coeur du Maelstrom, les Nagas construisirent une nouvelle cité, Nazjatar, depuis laquelle ils travaillèrent a retrouver leur ancienne puissance. Il se passerait 10000 ans avant que les Nagas révèlent leur existence au monde de la surface.

Le Mont Hyjal et le Don d'Illidan

Les quelques Elfes de la nuit qui survécurent à l'horrible explosion se groupèrent sur des canots grossiers et se dirigèrent laborieusement vers le seul continent à portée de vision. Grâce à la protection d'Elune, Malfurion, Tyrande et Cenarius avaient survécu à la Grande Fracture. Les héros épuisés acceptèrent de conduire leurs compagnons survivants et de fonder une nouvelle demeure pour leur peuple. Tandis qu'ils progressaient en silence, ils observèrent le naufrage de leur monde et réalisèrent que leurs passions avaient conduit à cette immense destruction tout autour d'eux. Sargeras et sa Légion avaient été chassés du monde par la destruction du Puits, mais Malfurion et ses compagnons ne pouvaient que pleurer sur le terrible coût de leur victoire.

Pourtant, il restait de nombreux Bien nés parmi les survivants qui gagnèrent les rives de la nouvelle terre. Malfurion n'avait pas confiance dans les intentions des Bien nés, mais il était rassuré par leur incapacité à causer du tort sans les énergies du Puits.

En prenant pied sur les rivages de la nouvelle terre, le peuple fatigué des Elfes de la nuit découvrit que la montagne sainte, Hyjal, était toujours debout. Cherchant un nouveau foyer où s'établir, Malfurion et les Elfes de la nuit gravirent les pentes du mont Hyjal et atteignirent ses sommets venteux. En descendant dans la vallée boisée protégée par les remparts montagneux, ils trouvèrent un petit lac paisible. A leur grande horreur, ils découvrirent que les eaux du lac étaient gorgées de magie.

Illidan, qui avait également survécu à la catastrophe, avait atteint le sommet du mont Hyjal bien avant Malfurion et les Elfes de la nuit. Dans son désir dément de maintenir le flux de la magie dans le monde, Illidan avait versé le contenu de ses fioles, pleines des eaux précieuses du Puits d'éternité, dans le lac de la montagne. Les puissantes énergies enchantées se répandirent rapidement, créant une sorte de nouveau Puits d'éternité. Illidan, fou de joie, pensait que ce nouveau puits serait un don pour les générations à venir. Il fut choqué de la réaction négative de Malfurion. Ce dernier expliqua à son frère que la magie était intrinsèquement chaotique et que son utilisation conduirait inéluctablement à l'extension de la corruption et de la guerre. Pourtant, Illidan refusa de renoncer à ses pouvoirs magiques.

Sachant pertinemment où les plans déloyaux d'Illidan pouvaient mener, Malfurion décida d'en finir une fois pour toutes avec ce frère assoiffé de pouvoir. Avec l'aide de Cenarius, Malfurion enferma Illidan dans une vaste chambre souterraine où il devait rester enchaîné, privé de sa puissance, jusqu'à la fin des temps. Pour s'assurer que son frère reste prisonnier, Malfurion confia à la jeune Gardienne Maiev Shadowsong, la charge d'être la geôlière personnelle d'Illidan.

Craignant que la destruction du nouveau Puits ne déclenche une catastrophe plus terrible encore, les Elfes de la nuit décidèrent de le laisser perdurer. Mais Malfurion déclara que jamais plus les arts de la magie ne devaient être pratiqués. Sous la surveillance attentive de Cenarius, les Elfes commencèrent à étudier les arts anciens des druides qui leur permettraient de panser les plaies de la terre ravagée et de faire renaître leurs chères forêts au pied du mont Hyjal.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 11:27

Chapitre I les mythes

Quatrieme partie : l'arbre monde et l'exil des hautes Elfes


L'Arbre Monde et le Rêve d'Emeraude 9000 ans avant Warcraft I

Pendant des années, les Elfes de la nuit travaillèrent sans relâche à reconstruire leurs anciennes terres. Abandonnant à la poussée de la nature leurs temples détruits et leurs routes ruinées, ils construisirent de nouvelles demeures parmi les arbres verdoyants et les collines ombragées au pied du mont Hyjal. Les Dragons qui avaient survécu à la Grande Fracture finirent par émerger de leurs tanières cachées.

Alexstrasza la rouge, Ysera la verte et Nozdormu le Dragon de bronze descendirent sur les terres druidiques et observèrent le fruit du travail des Elfes de la nuit. Malfurion, qui était devenu un archi-druide aux pouvoirs étendus, accueillit les puissants Dragons et leur parla de la création du nouveau Puits d'éternité. Les grands Dragons furent alarmés par ces mauvaises nouvelles et en vinrent à penser que si le Puits restait actif, la Légion était susceptible de revenir un jour et de prendre à nouveau le monde d'assaut.

Alexstrasza, la Donneuse de vie, planta un gland enchanté au coeur du Puits d'éternité. Le gland, nourri par les puissantes eaux magiques, se développa en un arbre gigantesque. Les racines de l'arbre émergèrent des eaux du Puits et son faîte verdoyant sembla atteindre la voûte des cieux. L'arbre immense devait devenir un symbole éternel de l'alliance des Elfes de la nuit avec la nature, et ses énergies fécondes allaient se répandre pour guérir peu à peu le reste du monde. Les Elfes de la nuit nommèrent leur Arbre monde Nordrassil, ce qui signifie “couronne des cieux” dans leur langue originale.

Nozdormu, l'Eternel, enchanta l'Arbre monde pour s'assurer qu'aussi longtemps que l'arbre perdurerait les Elfes de la nuit ne vieilliraient pas et ne seraient point victimes de la maladie.

Ysera, la Rêveuse, enchanta l'Arbre monde à son tour pour le relier à son propre monde, une dimension éthérée connue sous le nom de Rêve d'émeraude. Le Rêve d'émeraude, un vaste monde spirituel sans cesse mouvant, existait hors des frontières du monde physique. Depuis le Rêve, Ysera régulait le flux et le reflux de la nature et l'évolution du monde lui même. Les druides des Elfes de la nuit, y compris Malfurion, furent reliés au Rêve à travers l'Arbre monde. Partie intégrante du pacte mystique, les druides acceptèrent de dormir pendant des siècles de façon à ce que leur esprit puisse explorer les chemins infinis du monde onirique d'Ysera. Les druides n'étaient pas enthousiastes à l'idée de perdre tant d'années de leur vie en hibernation, mais ils acceptèrent avec altruisme de remplir leur part du marché avec Ysera.

L’Exil des Hauts Elfes 7300 ans avant Warcraft I

Au fur et à mesure que les siècles s'écoulaient, la nouvelle société des Elfes de la nuit devint forte et s'étendit à travers les forêts désormais connues sous le nom d'Ashenvale. Bien des créatures et des espèces qui abondaient avant la Grande Fracture, comme les Furbolgs et les Quilboars, réapparurent et se multiplièrent. Sous la conduite bienveillante des druides, les Elfes de la nuit connurent une période sans précédent de paix et de tranquillité.

Cependant, de nombreux survivants parmi les anciens Bien nés ne trouvaient pas le repos. Comme Illidan auparavant, ils souffraient du manque occasionné par la perte de leur magie. Ils furent tentés, une fois encore, d'utiliser les énergies du Puits d'éternité et de renouer avec leurs pratiques magiques. Dath’Remar, le chef impudent et brusque des Bien nés, commença à moquer publiquement les druides. Il les traitait de lâches parce qu'ils refusaient d'utiliser la magie qui leur appartenait de droit. Malfurion et les druides repoussèrent les arguments de Dath’Remar et prévinrent les Bien nés que tout usage de la magie serait puni de mort. Dans leur insolence, Dath’Remar et ses compagnons lâchèrent une terrible tempête magique sur Ashenvale dans une tentative désespérée pour convaincre les druides d'abroger la loi.

Les druides, incapables de se résoudre à tuer tant des leurs, décidèrent d'ostraciser les Bien nés. Dath’Remar et ses compagnons, contents d'être enfin débarrassés de leurs cousins conservateurs, embarquèrent dans des navires spécialement conçus et prirent les mers. Personne ne savait ce qui les attendait de l'autre côté du furieux Maelström, mais ils avaient hâte d'établir leur propre foyer où ils pourraient pratiquer impunément leur chère magie. Les Bien nés, ou ‘Quel’dorei’ selon l'appellation ancienne d'Azshara, finirent par aborder sur une terre à l'est que les hommes appelleraient un jour Lordaeron. Ils décidèrent de construire leur propre royaume magique, Quel’Thalas, et rejetèrent l'adoration de la lune et la vie nocturne qui avaient jusque là soudé les Elfes. On ne les connut plus désormais que sous le nom de “Hauts Elfes”.

Les Sentinelles et la Longue Veille

Après le départ de leurs cousins, les Elfes de la nuit se consacrèrent de nouveau à la défense de leur terre enchantée. Les druides, sentant approcher de nouveau l'heure de l'hibernation, se préparèrent à dormir en laissant derrière eux leurs familles et leurs proches. Tyrande, qui était devenue Grande Prêtresse d'Elune, demanda à son amour de toujours, Malfurion, de ne pas la quitter pour le Rêve d'émeraude d'Ysera. Mais Malfurion, lié par pacte d'honneur à entrer dans le monde onirique, dit adieu à la Prêtresse et jura qu'ils ne seraient jamais séparés aussi longtemps qu'ils resteraient fidèles à leur amour.

Tyrande, laissée seule pour protéger Kalimdor contre les dangers du nouveau monde, assembla une puissante force de combat parmi ses soeurs elfes de la nuit. Ces guerrières sans peur et bien entraînées se dévouèrent à la défense de Kalimdor et prirent le nom de Sentinelles. Bien que préférant patrouiller seules dans les forêts d'Ashenvale, elles avaient beaucoup d'alliés sur lesquels compter en cas d'urgence.

Le demi-dieu Cenarius resta aux alentours du mont Hyjal. Ses fils, connus sou le nom de Gardiens du bosquet, continuaient à surveiller les terres des Elfes de la nuit et aidèrent souvent les Sentinelles à maintenir la paix sur la contrée. Même les filles timides de Cenarius, les Dryades, furent de plus en plus souvent visibles.

Bien qu'occupée par la garde d'Ashenvale, Tyrande souffrait tout de même de l'absence de Malfurion à ses côtés. Tandis que les siècles interminables du sommeil des druides passaient, elle commença à redouter de plus en plus une nouvelle invasion démoniaque. Elle ne pouvait se débarrasser de la sensation que la Légion ardente était peut-être toujours proche, au-delà du Grand Néant céleste, attendant l'heure de leur revanche sur les Elfes de la nuit et le monde d'Azeroth.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de Warcraft : Chapitre II : Un nouveau monde

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 11:59

Chapitre II : Un Nouveau Monde

Premiere partie : le Quel'Thalas

La Fondation de Quel'Thalas 6800 ans avant Warcraft I
Arathor les guerres Trolls 2800 ans avant Warcraft I
Les Gardiens de Tirisfal 2700 ans avant Warcraft I

Deuxieme partie : les nains et les sept royaumes

Ironforge – le Réveil des Nains 2500 ans avant Warcraft I
Les Sept Royaumes 1200 ans avant Warcraft I
La Guerre des Trois Marteaux

Troisieme partie : le dernier Gardien

Aegwynn et la Chasse des Dragons 823 ans avant Warcraft I
Le Dernier Gardien


Pour une histoire plus détaillée :
http://wow.jeuxonline.info/?include=histoire


Dernière édition par le Mer 6 Juil 2005 - 14:03, édité 2 fois
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:05

Chapitre II : Un nouveau monde

Premiére partie : le Quel'Thalas

La Fondation de Quel'Thalas 6800 ans avant Warcraft I

Les hauts elfes, conduis par Dath'Remar, laissent Kalimdor derrière eux et affrontent les orages du maelström. Leurs flottes parcoururent les débris du monde pendant de longues années et ils découvrirent des mystères et des royaumes perdus pendant leur voyage. Dath'Remar, qui avait pris le nom de Sunstrider (ou 'celui qui marche le jour'), chercha des terres chargées de puissance sur lesquelles construire une nouvelle patrie pour son peuple.

Sa flotte atteint finalement les plages d'un royaume que les hommes appelleront plus tard Lordaeron. Progressant dans les terres, les hauts elfes fondèrent un campement dans les tranquilles Clairières Tirisfal. Après quelques années, beaucoup commencèrent a devenir fous. Il fut émis la théorie que quelque chose de démoniaque dormait sous cet endroit précis du monde, mais ces rumeurs ne furent jamais prouvées. Les hauts elfes défirent leur campement et voyagèrent plus loin vers le nord, vers d'autres terres chargées d'énergie.

Alors que les hauts elfes traversaient le terrain montagneux et accidenté de Lordaeron, leur voyage devint plus dangereux. Comme ils étaient radicalement séparé des énergies vitales du Puits d'éternité, beaucoup tombèrent malade sous le climat glacial ou moururent de faim. Le changement le plus troublant, cependant, étaient de ne plus être immortel et insensible aux éléments. Ils devinrent également plus petit et leur peau perdit sa teinte caractéristique violette. Malgré ces épreuves, ils purent rencontrer de nombreuses créatures merveilleuses qu'ils n'avaient jamais vu sur Kalimdor. Ils rencontrèrent également des tribus d'humains primitifs qui chassaient dans les forets séculaires. Mais la plus sinistre menace qu'ils connurent furent les rusés et voraces trolls de Zul'Aman.

Ces trolls couleur de mousse pouvaient régénérer des membres perdus et guérir de blessures physiques graves, ils montrèrent être une race barbare et malfaisante. L'empire Amani s'étendaient sur la plus grande partie nord de Lordaeron, et les trolls combattaient avec vigilance pour repousser les étrangers hors de leurs frontières. Les elfes développèrent une haine profonde pour les vicieux trolls et les tuaient a vue à la moindre occasion.

Après de longues années, les hauts elfes trouvèrent finalement une terre qui évoquait Kalimdor. Dans les profondeurs des forêts du nord du continent, ils fondèrent le royaume de Quel'Thalas et firent voeux de créer un empire qui éclipserait celui de leur cousins Kaldorei. Malheureusement ils découvrirent rapidement que Quel'Thalas avait été construite sur une antique cité que les trolls considéraient comme sacrée. Presque immédiatement, les trolls commencèrent à attaquer massivement le campement des elfes.

Les elfes obstinés, ne voulant pas abandonner leurs nouvelles terres, utilisèrent les magies qu'ils avaient tirées du Puits d'éternité et repoussèrent les trolls féroces. Sous le commandement de Dath'Remar, ils purent vaincre les armées d'Amani qui les dépassaient de 10 pour 1. Certains elfes conscients des anciens avertissements Kaldorei, sentirent que l'usage de la magie pouvait attirer l'attention de la Légion Ardente bannie. Ils décidèrent donc de masquer leurs terres à l'intérieur d'une barrière magique qui leur permettrait de travailler à leurs enchantements. Ils construisirent une série de Pierres Runiques en divers points autour de Quel'Thalas pour marquer les frontières de cette barrière. Les Pierres Runiques ne masquaient pas seulement la magie des elfes aux yeux des menaces extra-planétaires mais aidaient également à effrayer les trolls superstitieux.

Un moment s'écoula, Quel'Thalas devint un symbole éclatant de l'effort des elfes et de leur habilité magique. Ses splendides palais étaient bâtis dans le même style architectural que les anciens halls de Kalimdor et s'intégraient à la topographie naturelle de la terre. Quel'Thalas était devenue le joyau que les elfes avaient rêvé de créer. La Convocation de Silvermoon fut fondée en tant que pouvoir dirigeant de Quel'Thalas, bien que la dynastie Sunstrider garda un minimum de pouvoir politique. Constitué de sept parmi les plus grands seigneurs elfes, la Convocation travailla à protéger le territoire des elfes et ses habitants. Entourés par leur barrière protectrice, les hauts elfes demeurèrent indifférents aux anciennes mises en garde des Kaldoreis et continuèrent à utiliser la magie de manière flagrante pour tous les aspects de leur vie.

Pendant presque quatre cent ans, les hauts elfes vécurent paisiblement dans leur royaume retiré. Néanmoins, les vindicatifs trolls, ne se laissèrent pas si facilement vaincre. Ils complotèrent et manigancèrent dans les profondeurs de la foret en attendant que leurs armées grandissent. Finalement, une puissante armée troll chargea depuis l'ombre des forets et une nouvelle fois, tint siège aux tours brillantes de Quel'Thalas.

Arathor les guerres Trolls 2800 ans avant Warcraft I

Alors que les hauts elfes se battaient pour leurs vies contre le puissant assaut des trolls, les nomades humains de Lordaeron, dispersés, se battaient pour consolider leur propres terres tribales. Les tribus de l'humanité naissante effectuaient des raids sur leurs campements réciproques avec peu d'attention pour l'union raciale ou l'honneur. Une tribu pourtant, connue comme les Arathis, prit conscience que les trolls étaient une trop grande menace pour être ignorée. Les Arathis désiraient rassembler toutes les tribus sous leur commandement pour opposer un front unifié contre les bandes trolls.

Pendant six ans, les rusés Arathis l'emportèrent en tactique et combat sur les tribus rivales. A chaque victoire, les Arathis offraient la paix et l'égalité aux peuples conquis ; ainsi, ils gagnaient la loyauté de ceux qu'ils avaient vaincus. La tribu Arathi absorba alors beaucoup de tribus disparates, et les rangs de son armées devinrent vastes. Confiant de pouvoir tenir tête aux bandes trolls ou même aux elfes secrets, les chefs de guerre Arathi décidèrent de construire une puissante ville-forteresse dans la région sud de Lordaeron. La ville-état, nommé Strom, devint la capitale de la nation Arathi, Arathor. Alors qu'Arathor prospérait, des humains de tout le vaste continent voyagèrent vers le sud pour trouver protection et sécurité à Strom.

Unies sous une seule bannière, les tribus humaines développèrent une culture forte et optimiste. Thoradin, le roi d'Arathor savait que les mystérieux elfes au nord étaient sous le siège constant des trolls mais refusa de risquer la sécurité de son peuple pour défendre des étrangers dont on ne savait rien. Plusieurs mois passèrent avant que la rumeur de la défaite des elfes commence à arriver du nord. Ce fut seulement quand des ambassadeurs épuisés venant de Quel'Thalas arrivèrent à Storm que Thoradin réalisa combien était grande la menace Troll.

Les elfes informèrent Thoradin que l'armée des trolls étaient vastes et qu'une fois qu'ils auraient détruit Quel'Thalas, ils commenceraient a attaquer les terres du sud. Les elfes désespérés, dans un besoin crucial d'une aide militaire, acceptèrent en hâte d'apprendre le maniement de la magie à certains humains sélectionnés en échange d'une assistance contre les bandes trolls. Thoradin, méfiant envers toute magie, accepta d'aider les elfes dans l'urgence. Presque immédiatement, des magiciens elfes arrivèrent à Arathor et commencèrent à enseigner les voies magiques à un groupe d'humains.

Les elfes découvrirent que bien que les humains fussent naturellement maladroits dans leur pratique de la magie, ils avaient également une effrayante affinité pour elle. Cent Hommes apprirent les toutes premières bases des secrets de la magie des elfes : rien de plus que l'absolu nécessaire pour combattre les trolls. Convaincus que les humains étaient prêts pour aider dans le conflit, les elfes quittèrent Strom et voyagèrent vers le nord aux cotés de l'armée du roi Thoradin.

Les armées elfes et humaines unies affrontèrent la marée des bandes trolls au pied de la Montagne Alterac. La bataille dura plusieurs jours, mais l'infatigable armée d'Arathor ne céda jamais un pouce de terrain devant l'assaut troll. Les seigneurs elfes jugèrent que le moment était venu de lâcher la puissance de leur magie sur leurs ennemis. Les cents magiciens humains et une multitude de sorciers elfes déchaînèrent la colère des cieux sur une armée troll en feu. Le feu élémentaire empêcha les trolls de régénérer leurs blessures et brûla leurs formes torturées au plus profond de leurs corps.

Alors que l'armée troll se débandait et essayait de fuir, l'armée de Thoradin les chargea et massacra jusqu'au dernier de ses soldats. Les trolls ne récupérèrent jamais de cette défaite et jamais plus de leur histoire, les trolls ne se levèrent comme une nation. Assuré que Quel'Thalas avait échappé à la destruction, les elfes firent une promesse de loyauté et d'amitié envers la nation d'Arathor et à la lignée de son roi, Thoradin. Les humains et les elfes allaient développer une paix pour les millénaires à venir.

Les Gardiens de Tirisfal 2700 ans avant Warcraft I

Sans les trolls dans les terres du nord, les elfes de Quel'Thalas tendirent leurs efforts à la reconstruction de leur glorieuse patrie. Les armées victorieuses d'Arathor rentrèrent dans les terres du sud. La société humaine d'Arathor grandit et prospéra ; Cependant, Thoradin, ayant peur que son royaume se divise s'il devenait trop étendu, maintint Strom comme centre de l'empire Arathorien. Après plusieurs années de croissance et de commerce, le puissant Thoradin mourut de vieillesse, laissant la jeune génération d'Arathor étendre l'empire au delà des terres de Strom.

Les cents mages qui avaient appris la magie des elfes, développèrent leurs pouvoirs et étudièrent les disciplines mystiques de la composition des sorts plus en détail. Ces mages, initialement choisis pour leur forte volonté et leur esprit noble, avaient toujours pratiqué la magie avec prudence et responsabilité ; cependant, ils passèrent leurs secrets et pouvoirs à une nouvelle génération qui n'avait pas idée de la dureté de la guerre ou de la nécessité de retenu. Ces jeunes magiciens commencèrent a pratiquer la magie pour des profits personnels plutôt que par devoir envers leurs concitoyens.

Comme l'empire grandissait et s'étendait sur de nouvelles terres, les jeunes magiciens se dispersèrent également vers le sud. Utilisant leurs pouvoirs mystiques, les magiciens protégèrent leurs frères des créatures sauvages ce qui rendu possible la construction de nouvelles villes-état dans les étendues inhabitées. Cependant alors que leurs pouvoirs grandissaient, les magiciens devinrent de plus en plus prétentieux et isolés du reste de la société.

Dalaran, la deuxième ville-état Arathorienne fut fondée dans les terres au nord de Strom. Beaucoup de magiciens novices quittèrent le confinement de Strom et voyagèrent vers Dalaran, ou ils espéraient pouvoir utiliser leur magie avec plus de liberté. Ces magiciens utilisèrent leur compétence pour construire les tours enchantées de Dalaran et fêtèrent la poursuite de leurs études. Les citoyens de Dalaran tolérèrent les actions des magiciens et bâtirent une économie très actives sous la protection de ceux-ci. Cependant alors que de plus en plus de magiciens exerçaient leur art, la structure de la réalité autour de Dalaran commença à s'affaiblir et à se déchirer.

Les sinistres agents de la Legion Ardente, qui avaient été bannis quand le Puits d'éternité s'était effondré, furent attirés par les incantations inconsidérées des magiciens de Dalaran. Bien que ces démons relativement faibles n'apparurent pas en force, ils jetèrent une confusion considérable dans les rues de Dalaran. La plupart de ces apparitions démoniaques étaient isolées et les dirigeants Mageocrates firent leur possible pour qu'elles restent cachées au public. Les magiciens les plus puissants furent envoyés pour capturer les démons fugitifs, mais ils se trouvèrent souvent complètement dépassés par les agents solitaires de la puissante Legion.

Après un mois, les paysans superstitieux commencèrent à suspecter que leurs dirigeants sorciers leur cachaient quelque chose de terrible. Des rumeurs de révolution commencèrent à se propager dans les rues de Dalaran alors qu'une population paranoïaque s'interrogeait sur les buts et les pratiques des magiciens qu'ils avaient autrefois admirés. Les Mageocrates, ayant peur que les paysans se révoltent ou que Stom prennent des mesures contre eux, se tournèrent vers les seules personnes qu'ils pensaient pouvoir comprendre leur problème particulier : les elfes.

Après avoir entendu la nouvelle des Mageocrates concernant les activités démoniaques à Dalaran, les elfes dépéchèrent rapidement leurs plus puissants sorciers sur les terres des humains. Les sorciers elfes étudièrent les courants d'énergie dans Dalaran et établirent des rapports détaillés sur toutes les activités démoniaques qu'ils trouvèrent. Ils conclurent que bien qu'il n'y eut que quelques démons dans le monde, la Légion elle même demeurerait une terrible menace aussi longtemps que les humains continueraient à utiliser les forces magiques.

Le conseil de Silvermoon qui dirigeait les elfes de Quel'Thalas, conclut un pacte secret avec les seigneurs Mageocrates de Dalaran. Les elfes racontèrent aux Mageocrates l'histoire de l'antique Kalimdor et de la Légion Ardente, une histoire qui menaçait toujours le monde. Ils apprirent aux humains que tant qu'ils utiliseraient la magie, ils devraient protéger la population des agents malveillants de la Légion. Les Mageocrates proposèrent d'investir un unique champion mortel de leurs pouvoirs combinés afin de mener une guerre secrète et sans fin contre la Légion. Il était souligné que la majorité de l'humanité ne connaîtrait rien de l'existence des Gardiens ou de la menace de la Légion par peur qu'ils ne se soulèvent dans la peur et la paranoïa. Les elfes acceptèrent la proposition et fondèrent une société secrète qui se chargerait de la sélection des Gardiens et les aiderait à contenir la montée du chaos dans le monde.

La société tint ses réunions secrètes dans les ombres des Clairières Tirisfal, où les hauts elfes s'étaient établis la première fois en Lordaeron. Ils nommèrent donc cette secte secrète les Gardiens de Tirisfal. Les champions mortels choisis pour être Gardiens étaient imprégnés de pouvoirs magiques incroyables à la fois elfiques et humains. Bien qu'il n'y ait qu'un Gardien à la fois, ils possédaient de tels pouvoirs qu'il pouvait combattre d'une seule main les agents de la Légion où qu'ils soient repérés dans le monde. Le pouvoir du Gardien était tel que seul le Conseil de Tirisfal était autorisé à choisir un successeur potentiel au rôle de Gardien. Dès qu'un Gardien devenait trop vieux ou fatigué de la guerre contre le chaos, le Conseil choisissait un nouveau champion, et sous certaines conditions, canalisait cérémonieusement le pouvoir du Gardien dans un nouvel agent.

Alors que les générations passaient, les Gardiens défendaient la masse de l'humanité de la menace invisible de la Légion Ardente à travers les terres d'Arathor et de Quel'Thalas. Arathor grandit et prospéra alors que l'usage de la magie se propageait à travers l'empire. Pendant ce temps, les Gardiens gardait un oeil attentif sur les signes d'activité démoniaque.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:11

Chapitre II : Un nouveau Monde

Deuxieme partie : Les nains et les sept royaumes


Ironforge – le Réveil des Nains 2500 ans avant Warcraft I

Dans les temps anciens, après que les Titans eurent quitté Azeroth, leurs enfants, connus comme les « êtres de Terre », continuèrent à façonner et surveiller les recoins profonds du monde. Les êtres de Terre ne s'occupaient pas du tout des affaires des races habitant la surface et souhaitaient uniquement rejoindre les profondeurs sombres de la terre.

Quand le monde s'effondra sous l'implosion du Puits d'Eternité, les êtres de Terre furent profondément affectés. Titubant sous la douleur de la terre elle même, les êtres de Terre perdirent une grande part de leur identité et s'enfermèrent dans les chambres de pierre où ils avaient été créés. Uldaman, Uldum, Ulduar ... étaient les noms des antiques villes des Titans où les êtres de Pierre avaient pris forme. Enterrés profondément sous la terre, les êtres de Terre dormirent pendant presque huit cent ans.

Bien qu'on n'en connaisse pas la raison, les êtres de Terre enfermés à Uldaman s'éveillèrent du sommeil qu'ils avaient choisi. Ces êtres de Pierre trouvèrent qu'ils avaient significativement changé pendant leur hibernation. Leurs enveloppes rocailleuses s'était adoucies pour devenir une peau lisse et leurs pouvoirs sur la pierre et la terre s'étaient affaiblis. Ils étaient devenus des créatures mortelles.

S'appelant eux mêmes les Nains, les derniers êtres de Terre quittèrent les halls d'Uldaman pour s'aventurer dans le monde en éveil. Encore engourdis par la sécurité et les merveilles des lieux profonds, ils trouvèrent un vaste royaume sous la plus grande montagne du monde. Ils nommèrent cet endroit Khaz Modan, « la Montagne de Khaz », en l'honneur de leur créateur Titan Khaz'goroth. Construisant un autel pour leur père Titan, les nains créèrent une imposante forge au coeur de la montagne. La ville qui grandit autour de cette forge s'appela donc Ironforge.

Les nains, fascinés par nature par la taille des gemmes et de la pierre, s'établirent pour miner les alentours de la montagne à la recherche de richesses et de minéraux précieux. Heureux de leur travail souterrain, les nains restèrent isolés des affaires de leurs voisins habitants la surface.

Les Sept Royaumes 1200 ans avant Warcraft I

Strom continua d'agir comme le carrefour central d'Arathor, mais comme ce fut le cas pour Dalaran, beaucoup de nouvelles villes-état émergèrent sur le continent de Lordaeron. Gilneas, Alterac ans Kul Tiras furent les premières villes à apparaître et bien qu'elles aient chacune leurs propres coutumes et activités commerciales, elles se pliaient toutes à l'autorité unifiée de Strom.

Sous la surveillance vigilante de l'Ordre de Tirisfal, Dalaran devint le lieux de prédilections d'apprentissage pour les magiciens. Les Mageocrates qui dirigeaient Dalaran fondèrent le Kirin Tor, une secte spécialisée qui était chargée de cataloguer et de rechercher chaque sort, artefact et objet magique connu de l'humanité.

Gilneas et Alterac devinrent de forts soutiens pour Storm et développèrent de puissantes armées qui explorèrent Khaz Modan, les terrains montagneux du sud. Ce fut à cette période que les humains rencontrèrent les antiques nains pour la première fois et voyagèrent jusqu'aux villes souterraines d'Ironforge. Les humains et les nains partagèrent beaucoup de secrets sur la fonte du métal et l'ingénierie et découvrirent un amour commun pour la bataille et l'art de raconter.

La ville-état de Kul Tiras, construite sur une grande île au sud de Lordaeron, développa une économie prospère basée sur la pêche et les activités maritimes. Au fil du temps, Kul Tiras bâtit une puissante flotte de navires marchands qui naviguaient à travers le monde connu à la recherche de biens exotiques à échanger et à vendre. Alors pourtant que l'économie d'Arathor florissait, ses plus puissants éléments commencèrent à se disloquer.

A cette période, les seigneurs de Strom pensèrent déplacer leurs biens vers les terres luxuriantes du nord de Lordaeron en laissant derrière eux les terres arides du sud. Les héritiers du roi Thoradin, les derniers descendants de la lignée Arathi, argumentèrent que Strom ne devait pas être abandonnée et s'attirèrent le désaccord de la plus grande partie des citoyens qui étaient désireux de partir. Les seigneurs de Strom, cherchant à trouver la pureté et l'épanouissement dans le nord sauvage, décidèrent de quitter leur ancienne ville. Loin au nord de Dalaran, les seigneurs de Strom, construisirent une nouvelle ville-état qu'ils appelèrent Lordaeron. Le continent entier prit le nom de cette cité. Lordaeron devint une Mecque pour les voyageurs religieux et pour tous ceux qui cherchaient la paix intérieur et la sécurité.

Les descendants des Arathis, étant restés entre les murs croulants de l'antique Strom, décidèrent de voyager vers le sud, au delà des montagnes de Khaz Modan. Leur voyage prit fin après de longues saisons, et ils s'établirent au nord du continent qu'ils nommèrent Azeroth. Dans une vallée fertile, ils fondèrent le royaume de Stormwind qui devint rapidement une puissance indépendante.

Les quelques guerriers laissés dans Strom décidèrent de rester et de garder les murs anciens de leur ville. Strom n'était plus le centre de l'empire mais elle développa une nouvelle nation connue comme Stromgarde. Bien que chaque ville-état devint prospère, l'empire d'Arathor s'était réellement désintégré. Comme chaque nation développait ses propres coutumes et croyances, elles devinrent de plus en plus séparées les unes des autres. La vision d'une humanité unifiée du roi Thoradin avait fini par disparaître.

La Guerre des Trois Marteaux

Les nains d'Ironforge vécurent en paix pour de longs siècles. Toutefois, leur société devint trop grande dans les murs de leur cités sous la montagne. Bien que le Grand Roi, Modimus Anvilmar, régna sur tous les nains avec justice et sagesse, trois puissantes factions se développèrent dans la société naine.

Le clan Bronzebeard, dirigé par le Thane Madoran Bronzebeard, soutenait le Roi et apparaissait comme les défenseurs traditionnels de Ironforge. Le clan Wildhammer, mené par le Thane Khardros Wildhammer, habitait les collines et les plaines autour du pied de la montagne et cherchait a gagner plus d'influence sur la cité. La troisième faction, le clan Dark Iron, était dirigée par le thane-sorcier Thaurissan. Les Dark Iron se cachaient dans les ombres les plus profondes sous la montagne et complotaient à la fois contre les Bronzebeard et les Wildhammer.

Pour un temps, les trois factions maintinrent une paix fragile, mais les tensions apparurent lorsque le Roi Anvilmar mourut de vieillesse. Les trois clans se firent la guerre pour le contrôle d'Ironforge. La guerre civile entre les nains fit rage sous la terre pour de nombreuses années. Finalement, les Bronzebeards, qui disposaient de l'armée la plus importante, bannirent les Dark Iron et les Wildhammers de sous la montagne.

Khardros et ses guerriers Wildhammer voyagèrent vers le nord a travers la porte de Dun Algaz, et fondèrent leur propre royaume dans les lointains pics de Grim Batol. Là, les Wildhammers prospérèrent. Thaurissane et ses Dark Iron ne se laissèrent pas non plus abattre. Humiliés et enragés par leur défaite, ils jurèrent vengeance contre Ironforge. Menant son peuple loin dans le sud, Thaurissan fonda une cité (à laquelle il donna son nom) dans les magnifiques monts Redridge. La prospérité et les temps passant n'apaisèrent que faiblement la rancoeur des Dark Iron envers leurs cousins. Thaurissan et sa femme sorcière, Modgud, lancèrent un assaut contre Ironforge et Grim Batol. Les Dark Iron avaient pour but de régner sur tout Khaz Modam.

Les armées des Dark Iron attaquèrent les forteresses de leurs cousins et furent bien prêt de l'emporter sur les deux royaumes. Toutefois, Madoran Bronzebeard et son clan finirent par remporter une victoire décisive contre l'armée magique de Thaurissan. Thaurissan et ses serviteurs s'enfuirent pour se mettre a l'abri dans leur propre cité, sans savoir les évènements qui se produisaient à Grim Batol, où l'armée de Modgud n'avait pas eu plus de succès face à Khardros et à ses guerriers Wildhammer.

Comme elle affrontait les guerriers ennemis, Modgud utilisa ses pouvoirs pour semer la peur dans leur coeur. Les ombres se déplaçaient suivant ses ordres, et des choses sombres remontèrent des profondeurs de la terre pour frapper les Wildhammers dans leurs propres murs. Finalement, Modgud passa les défenses ennemies et mena le siège au coeur de la forteresse. Les Wildhammers se défendirent désespérément, Khardros lui-même se dégageant de la masse de ses ennemis pour abattre la reine sorcière. Leur Reine tombée, les Dark Irons s'enfuirent devant la furie des Wildhammers. Ils s'enfuyaient vers leurs forteresses du sud, quand ils tombèrent sur les armées d'Ironforge, venues à la rescousse de Grim Batol. Ecrasées entre les deux armées, les forces restantes des Dark Iron furent détruites.

Les forces combinées d'Ironforge et de Grim Batol se tournèrent alors vers le sud, avec l'intention de détruire Thaurissan et les Dark Iron une fois pour toutes. Ils n'allèrent pas loin avant que la fureur de Thaurissan ne se manifeste sous la forme d'un sort aux proportions cataclysmiques. Cherchant à appeler un serviteur surnaturel pour assurer sa victoire, Thaurissan réveilla les anciens pouvoirs endormis sous la terre. A sa surprise, et finalement sa perte, la créature qui apparut était plus terrible que tous les cauchemars qu'il avait imagines.

Ragnaros, le Seigneur du Feu, seigneur immortel des élémentaires de feu, avait été banni par les Titans quand le monde était jeune. Maintenant, libéré par l'appel de Thaurissan, Ragnaros se déchaîna. La renaissance apocalyptique de Ragnaros secoua les monts Redridge et créa un volcan rugissant au centre de la dévastation. Le volcan, connu comme la spire Blackrock, était bordé au nord par les Gorges Desséchées et au sud par les Plaines Brulantes. Bien que Thaurissan fut tué par les forces qu'il avait déchaînées, ses survivants furent réduits en esclavage par Ragnaros et ses élémentaires. Ils demeurent toujours dans la Spire.

Témoins de l'horrible dévastation et des flammes qui s'échappaient des montagnes du sud, les rois Madhoran et Khardros arrêtèrent leurs armées et retournèrent en hâte vers leurs royaumes, ne voulant pas affronter la colère fantastique de Ragnaros.

Les Bronzebeards retournèrent à Ironforge et reconstruisirent leur glorieuse cité. Les Wildhammers aussi retournèrent à Grim Batol. Toutefois, la mort de Modgud avait laissé une malédiction sur la forteresse de la montagne, et les Wildhammers ne purent y habiter de nouveau. Ils furent peinés de la perte de leur foyer. Le Roi Bronzebeard leur offrit un endroit où vivre aux alentours de Ironforge, mais les Wildhammers refusèrent. Khardros mena son peuple au nord, vers les terres de Lordaeron. S'installant dans les forêts luxuriantes du Hinterlands, les Wildhammers créèrent la cité de Aerie Peak, où ils se rapprochèrent de la nature et plus particulièrement des puissants griffons de la région.

Cherchant a maintenir leurs relations et à commercer avec leurs cousins, les Nains d'Ironforge construisirent deux arches massives pour combler le fosse entre Khaz Modam et Lordaeron. Soutenus par leurs échanges, les deux royaumes prospérèrent. après la mort de Madoran et de Khardros, leurs enfants élevèrent deux grandes statues à la mémoire de leurs pères. Les deux statues monteraient la garde sur la passe qui menait aux terres du sud, devenues volcaniques de par la présence de Ragnaros. Elles serviraient d'avertissement à tous ceux qui voudraient attaquer les royaumes nains et rappelleraient à tous le prix payés par les Dark Irons pour leurs crimes.

Les deux royaumes restèrent proches pour quelques années, mais les Wildhammers avaient beaucoup changé, après les horreurs qu'ils avaient vues a Grim Batol. Ils prirent l'habitude de vivre a la surface, sur les pentes de l'Aerie Peak, au lieu de creuser un vaste royaume sous la montagne. Cette différence finit par séparer les deux clans.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:14

Chapitre II Un nouveau Monde

Troisieme partie : Le dernier gardien


Aegwynn et la Chasse des Dragons 823 ans avant Warcraft I

Tandis que les politiques et les rivalités des Sept nations humaines s'enlisaient et s'affaiblissaient, la ligne des Gardiens gardait sa vigilance constante contre le chaos. Il y eut beaucoup de Gardiens au cours des années, mais un seul conservait les pouvoirs magiques de Tirisfal. L'une des dernières Gardiennes s'est distinguée comme une puissante guerrière dans le combat contre les ténèbres. Aegwynn,une redoutable fille humaine gagna l'approbation de l'Ordre et reçut le manteau de Gardien. Aegwynn oeuvra avec vigueur à la chasse et l'éradication des démons où qu'elle les découvre, mais elle mis souvent en doute l'autorité du Conseil de Tirisfal dominé par les mâles. Elle pensait que les elfes anciens et les sages humains qui présidaient le conseil avaient une vision trop rigide et n'allaient pas assez de l'avant pour mettre une fin définitive au conflit contre le chaos. Impatiente dans les longues discussions et les débats, elle se languissait de montrer sa valeur à ses pairs et à ses supérieurs, il en résultait qu'elle choisissait souvent le courage au lieu de la sagesse dans les situations critiques.

Alors que sa maîtrise du pouvoir cosmique de Tirisfal augmentait, Aegwynn devint consciente que de nombreux démons rodaient dans les terres glaciaires du nord, sur le continent de Northrend. Voyageant vers ce nord lointain, Aegwynn traqua les démons dans les montagnes. Là, elle découvrit que les démons chassaient un des derniers vol de dragons et drainait le pouvoir magique de ces antiques créatures. Les puissants dragons qui avaient fui l'avancée constante des sociétés mortelles se trouvèrent acculés par la magie sombre de la Légion. Aegwynn attaqua les démons et, avec l'aide des nobles dragons, les éradiqua. Alors que le dernier démon était banni du monde mortel, un grand orage éclata à travers le nord. Un visage énorme et sombre apparu dans le ciel de Northrend. Sargeras, le roi démon et seigneur de la Légion Ardente, apparut devant Aegwynn en se hérissant d'énergie infernales. Il informa la jeune Gardienne que les heures de Tirisfal étaient comptées et que le monde allait s'incliner devant l'assaut de la Légion.

La fière Aegwynn, croyant être de taille face au dieu menaçant, déchaîna ses pouvoirs contre l'avatar de Sargeras. Avec une facilité déconcertante, Aegwynn martela le seigneur démon avec ses pouvoirs et réussit à tuer son enveloppe physique. Craignant que l'esprit de Sargeras ne perdure, la naïve Aegwynn enferma les restes de l'enveloppe charnelle dans l'un des anciens halls de Kalimdor qui avait été entraîné au fond de la mer quand le Puits d'Eternité s'était effondré. Aegwynn ne sut jamais qu'elle avait agit exactement comme Sargeras l'avait prévu. Elle avait, sans le savoir, scellé le destin du monde mortel, car Sargeras, au moment de sa mort corporelle, avait transféré son esprit dans le corps affaibli d'Aegwynn. Caché de la jeune Gardienne, Sargeras resta dans les plus sombres recoins de son âme pendant de longues années.

Le Dernier Gardien

La gardienne Aegwynn gagna en pouvoir au cours des ans et utilisa les énergies de Tirisfal pour allonger grandement sa vie. Croyant stupidement avoir battu Sargeras pour de bon, elle continua a protéger le monde des serviteurs du roi démon pour presque neuf cent ans. Toutefois, le Conseil de Tirisfal décida finalement que son rôle de Gardienne arrivait a sa fin. Le Conseil lui ordonna de retourner a Dalaran pour qu'ils puissent choisir un nouveau successeur pour les pouvoirs du Gardien. Mais Aegwynn, toujours méfiante envers le Conseil, résolut de choisir son propre successeur.

Fière, Aegwynn prévoyait de donner naissance à un fils à qui elle transmettrait ses pouvoirs. Elle n'avait nulle intention de permettre au Conseil de Tirisfal de manipuler son successeur comme ils avaient essayé de la manipuler. Voyageant vers le sud d'Azeroth, Aegwynn trouva l'homme parfait pour être le père de son enfant : un magicien humain particulièrement doué du nom de Nielas Aran. Aran était le conseiller du roi d'Azeroth. Aegwynn séduisit le magicien et conçut un enfant de lui. L'affinité naturelle de Nielas pour la magie influencerait fortement l'enfant et aurait une importance considérable dans les choix tragiques que celui-ci ferait plus tard. Le pouvoir de Tirisfal fut aussi implanté dans l'enfant, même s'il ne devait se révéler que lorsqu'il aurait atteint sa maturité physique.

Le temps passa et Aegwynn donna naissance à son fils dans un lieu reculé. Nommant l'enfant Medivh, ce qui signifie 'gardien des secrets' en haut elfe, Aegwynn crut que l'enfant pourrait grandir pour devenir le futur gardien. Malheureusement, l'esprit maléfique de Sargeras, qui était resté caché en elle, avait possédé l'enfant sans défense avant même sa naissance. Aegwynn n'avait aucune idée que le nouveau Gardien était déjà possédé par son plus grand ennemi.

Certaine que son enfant était en bonne santé, Aegwynn confia le jeune Medivh à la cour d'Azeroth et le laissa aux soins de son père. Elle erra alors à travers les terres sauvages et se prépara a passer dans l'après-vie qui l'attendait. Medivh grandit pour devenir un garçon fort et n'avait aucune idée du pouvoir hérité de Tirisfal.

Sargeras patientait en attendant que le pouvoir du garçon se révèle. Quand Medivh atteint son adolescence, il était devenu extrêmement populaire en Azeroth pour ses prouesses en magie et il partait souvent a l'aventure avec ses deux amis : Llane, le prince d'Azeroth et Anduin Lothar, l'un des derniers descendants de la lignée des Arathi. Les trois garçons faisaient constamment des bêtises dans le royaume, mais étaient appréciés par le peuple.

Quand Medivh atteint l'âge de 14 ans, le pouvoir contenu en lui s'éveilla et se confronta a l'esprit malin de Sargeras qui attendait au fond de son âme. Medivh tomba dans un état catatonique qui dura de nombreuses années. Quand il s'éveilla de son coma, il s'aperçut qu'il était devenu adulte et que ses amis, Llane et Anduin étaient devenus les gouvernants d'Azeroth. Bien qu'il souhaita utiliser ses fantastiques pouvoirs pour protéger son pays, l'esprit sombre de Sargeras pervertit ses pensées et ses émotions à des fins maléfiques.

Sargeras prit possession de Medivh, car il savait que la seconde invasion du monde approchait et que le dernier Gardien serait le déclencheur de celle-ci.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de Warcraft : Chapitre III : Le destin de Draenor

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:20

Chapitre III: Le Destin funeste de Draenor

Kil’jaeden et le Pacte des Ombres
La Montée de la Horde


Pour une histoire plus détaillée :
http://wow.jeuxonline.info/?include=histoire


Dernière édition par le Mer 6 Juil 2005 - 14:03, édité 2 fois
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:22

Chapitre III : le funeste destin de Draenor

Kil’jaeden et le Pacte des Ombres

Aux environs de la naissance de Medivh sur Azeroth, Kil’jaeden le Trompeur s’assit et médita sombrement au milieu de ses suivants, dans le Néant Distordu. Le rusé seigneur démon, sous les ordres de son maître, Sargeras, complotait la seconde invasion d’Azeroth. Cette fois, il ne tolérerait aucune erreur. Kil’jaeden conclut qu’il avait besoin d’une nouvelle force pour affaiblir les défenses d’Azeoth avant que la Légion ne puisse ne fut-ce que poser le pied sur le monde. Si les races mortelles, telles que les elfes et les dragons, avaient à faire face à une nouvelle menace, elles seraient trop faibles pour opposer une résistance sérieuse quand la vraie invasion de la Légion Ardente arriverait.

Ce fut à ce moment que Kil’jaeden découvrit le monde fertile de Draenor, flottant en paix dans le Grand Néant. Habité par les orcs, chamaniques et vivants en clans, et les pacifiques draenei, Draenor était aussi idyllique que vaste. Les nobles clans orcs erraient dans les prairies ouvertes et chassaient pour le sport, pendant que les curieux draenei construisaient des cités rustiques dans d’imposants pics et falaises. Kil’jaeden sut que les habitants de Draenor avaient un grand potentiel pour servir la Légion Ardente, pour peu qu’ils soient adéquatement préparés.

Des deux races, Kil’jaeden vit que les orcs guerriers seraient plus sensibles à la corruption de la Légion. Il domina le vieux chaman orc, Ner’zhul, de façon comparable à Sargeras quand il avait placé la Reine Azshara sous son contrôle voilà bien des âges. Utilisant la ruse du chaman à son profit, le démon répandit soif de bataille et sauvagerie à travers les clans orcs. En peu de temps, la race spirituelle fut transformée en un peuple sanguinaire. Kil’jaeden pressa ensuite Ner’shul et les siens de faire le dernier pas : s’adonner entièrement à la poursuite de la mort et de la guerre. Mais le vieux chaman, préssentant que son peuple serait prisonnier à tout jamais de la haine, réussit à résister à l’ordre du démon.

Irrité par la résistance de Ner’zhul, Kil’jaeden se mit à la recherche d'un autre orc qui pourrait livrer son peuple aux mains de la Légion. L’astucieux seigneur démon trouva finalement le disciple qu’il voulait – l’ambitieux apprenti de Ner’zhul, Gul’dan. Kil’jaeden promit à Gul’dan un pouvoir incommensurable en échange de son obéissance absolue. Le jeune orc devint un avide étudiant de la magie démoniaque; il fut alors le plus puissant sorcier de l’histoire. Il enseigna à d’autres jeunes orcs les arts des arcanes, et s’appliqua à éradiquer les traditions chamaniques de son peuple. Gul’dan montra un nouveau type de magie à ses frères, un nouveau et terrible pouvoir à l’odeur de condamnation.

Kil’jaeden, cherchant à renforcer sa mainmise sur les orcs, aida Gul’dan à former le Conseil des Ombres, une secte secrète qui manipula les clans et répandit l’usage de la sorcellerie démoniaque à travers Draenor. À mesure que de plus en plus d’orcs commençaient à manipuler cette sorcellerie, les doux champs et fontaines de Draenor commencèrent à noircir et disparaître. Avec le temps, les vastes prairies qui avaient été la patrie des orcs pendant des générations se fanèrent, ne laissant qu’un sol rouge et aride. Les énergies démoniaques étaient en train de lentement tuer le monde.

La Montée de la Horde

Les orcs devinrent de plus en plus agressifs sous le contrôle secret de Gul’dan et de son Conseil des Ombres. Ils construirent des arènes massives où ils perfectionnèrent leurs talents guerriers dans des épreuves de combat et de mort. Durant cette période, quelques chefs de clan s’élevèrent contre la dépravité grandissante de leur race. Un de ces chefs, Durotan du clan Frostwolf, mit en garde les orcs de se perdre eux-même dans la haine et la furie. Ses mots ne furent pas écoutés et d’autres chefs plus puissants, tel que Grom Hellscream du clan Warsong, se présentaient en champions du nouvel âge de guerre et de domination.

Kil’jaeden savait que les clans orcs étaient presque prêts, mais il devait être certain de leur loyauté totale. En secret, il fit invoquer par le Conseil des Ombres Mannoroth le Destructeur, le vecteur vivant de la destruction et de la rage. Gul’dan rassembla les chefs de clan et réussit à les convaincre que boire le sang rageur de Mannoroth les rendrait complètement invincibles. Menés par Grom Hellscream, tous les chefs de clan, à l’exception de Durotan, burent et par là-même scellèrent leur destin en tant qu’esclaves de la Légion Ardente. Imbus de la rage de Mannoroth, les chefs étendirent cet esclavage à leur frères sans que ceux-ci en soient conscients.

Consumés par la malédiction de cette nouvelle soif de sang, les orcs se préparèrent à lancer leur furie sur tous ceux qui se dresseraient devant eux. Sentant que le temps était venu, Gul’dan rassembla les clans belliqueux en une unique et inarrêtable Horde. Cependant, sachant que les divers chefs, comme Hellscream et Orgrim Doomhammer, voudraient tous la suprématie, Gul’dan installa comme chef un homme de paille pour diriger la nouvelle Horde. Blackhand le Destructeur, chef de guerre particulièrement vicieux et dépravé, fut choisi pour être son pantin. Sous le commandement de Blackhand, la Horde se prépara pour se tester contre les simples draenei.

En l’espace de quelques mois, la Horde éradiqua pratiquement tous les draenei vivants sur Draenor. Seule une poignée dispersée de survivants réussit à échapper à la colère terrifiante des orcs. Ivre de victoire, Gul’dan se délecta dans le pouvoir et la puissance de la Horde. Cependant, il savait que sans ennemis à combattre, la Horde se détruirait elle-même en combats internes sans fin pour assouvir son insatiable appétit de glorieux carnages.

Kil’jaeden sut que la Horde était finalement prête. Les orcs étaient devenus la plus grande des armes de la Légion Ardente. Le rusé démon partagea son savoir avec son maître, et Sargeras s’accorda pour dire que le temps de sa vengeance était finalement venu.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de Warcraft : Chapitre IV : L'alliance et la Horde

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:39

Chapitre IV : L'Alliance et la Horde

Premiere partie : le portail noir

Le Portail Noir et la Chute de Stormwind Warcraft: Orcs and Humans
L'Alliance de Lordaeron Warcraft 2: Tides of Darkness
L'Invasion de Draenor Warcraft 2X: Beyond the Dark Portal

Deuxieme partie : la liche

La Naissance du Roi Liche
Icecrown et le Trône de glace

Troisiéme partie : La nouvelle Horde

La Bataille de Grim Batol
La Léthargie des Orcs
La Nouvelle Horde

Quatrieme partie : le culte des damnés

La Guerre de l'Araignée
Kel’Thuzad et le Culte des damnés
L’Eclatement de l’Alliance

Pour une histoire plus détaillée :
http://wow.jeuxonline.info/?include=histoire


Dernière édition par le Mer 6 Juil 2005 - 14:04, édité 2 fois
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:45

Chapitre IV : l'alliance et la Horde

Premiere partie : Le portail noir


Le Portail Noir et la Chute de Stormwind Warcraft: Orcs and Humans

Alors que Kil'jaeden préparait la Horde pour l'invasion d'Azeroth, Medivh continuait de combattre Sargeras pour son âme. Le roi Llane, le noble monarque de Stormwind, commençait à s'inquiéter des ténèbres qui semblaient teindre l'esprit de son ancien ami. Il partagea ses craintes avec Anduin Lothar, le dernier descendant de la lignée d'Arathi, qu'il avait nommé son lieutenant d'armes. Même ainsi, aucun homme n'aurait pu imaginer que la lente descente de Medivh dans la folie provoquerait les horreurs qui devaient venir.

Comme dernière motivation, Sargeras promit d'accorder de grands pouvoirs à Gul'dan s'il acceptait de mener la Horde à Azeroth. A travers Medivh, Sargeras dit au démoniste qu'il pouvait devenir un dieu vivant s'il trouvait la tombe sous-marine où, il y a presque un millier d'années, la gardienne Aegwynn avait placé le corps mutilé de Sargeras. Gul'dan accepta et décida qu'une fois que les Habitants d'Azeroth seraient vaincus, il trouverait la tombe légendaire et demanderait sa récompense. Assuré que la Horde servirait ses projets, Sargeras ordonna le commencement de l'invasion.

Par un effort commun, Medivh et les démonistes du conseil des ténèbres ouvrirent le portail dimensionnel connu sous le nom de portail noir. Le portail traversa la distance entre Azeroth et Dreanor et il était assez large pour qu'une armée puisse y passer. Gul'dan envoya des éclaireurs orcs surveiller les terres que la horde pourrait conquérir. Les éclaireurs de retour assurèrent le conseil des ténèbres que le monde d'Azeroth était prêt pour la conquête.

Toujours convaincu que la corruption de Gul'dan détruirait son peuple, Durotan prit encore une fois position contre les démonistes. Le brave guerrier clama que les démonistes étaient en train de détruire la pureté de l'esprit orc et que cette invasion imprudente serait leur fin. Incapable de prendre le risque de tuer un Héros si populaire, Gul'dan fut forcé d'exiler Durotan et son clan Frostwolf vers les lointaines contrées de ce nouveau monde.

Après que les exilés frostwolf passèrent le portail, seulement quelques clans firent de même. Ces orcs construisirent rapidement une base d'opération dans le Black Morass, une zone ténébreuse et marécageuse loin à l'est du royaume de Stormwind. Comme les Orcs commençaient à s'étendre et à explorer cette nouvelle terre, ils entrèrent immédiatement en conflit avec les défenseurs humains de Stormwind. Malgré que ces escarmouches prenaient souvent fin rapidement, elles firent beaucoup pour illustrer les forces et faiblesses de chacune des espèces rivales. Llane et Lothar ne furent jamais capable de recueillir des données précises sur le nombre des orcs et pouvaient seulement deviner combien la force qu'ils devaient contenir était grande. Après quelques années, la majorité de la horde avait traversé vers Azeroth, et Gul'dan estima que le temps était venu pour la première attaque contre l'humanité. La horde lança toute sa puissance contre le royaume de Stormwind qui ne soupçonnait rien.

Alors que les forces d'Azeroth et de la Horde s'affrontaient à travers tout le royaume, des conflits internes commençaient à prendre forme dans les deux armées. Le roi Llane, qui pensait les bestiaux orcs incapables de conquérir Azeroth, tenait résolument sa position à la capitale de Stormwind. Cependant, le seigneur Lothar devint convaincu que les Humains devaient combattre directement l’ennemi, et il fut forcé de choisir entre ses convictions et sa loyauté au roi. Choisissant de suivre son instinct, Lothar prit d'assaut la tour forteresse de Karazhan qui appartenait à Medivh avec l'aide du jeune apprenti du sorcier, Khadgar. Khadgar et Lothar réussirent à vaincre le gardien possédé, qui leur confirma être la source du conflit. En tuant le corps de Medivh, Lothar et le jeune apprenti bannirent par inadvertance l'esprit de Sargeras aux Abîmes. Par conséquent, il fut accordé au pur et vertueux esprit de Medivh de vivre et de vagabonder dans le plan astral pour de nombreuses années à venir.

Malgré que Médivh fut vaincu, la Horde continuait de dominer les défenseurs de Stormwind. Alors que la victoire de la Horde devenait de plus en plus proche, Orgrim Doomhammer, l'un des plus grands chefs orcs, commença à voir la corruption qui avait proliféré dans tous les clans depuis leur départ de Draenor. Son vieux camarade, Durotan, retourna de son exil et l'avertit à nouveau de la traîtrise de Gul'dan. En châtiment rapide, les assassins à la solde de Gul'dan tuèrent Durotan et sa famille, laissant seulement vivant son enfant orphelin. Le fait que l'enfant de Durotan fut trouvé par l'officier humain, Aedelas Blackmoore, et prit comme esclave, fut inconnu de Doomhammer.

Cet orphelin devrait un jour devenir le plus grand chef que son peuple ait jamais connu.

Convaincu par la mort de Durotan, Orgrim se prépara à libérer la Horde de la corruption démoniaque et assuma finalement le rôle de chef de guerre de la Horde en tuant le pantin corrompu de Gul'dan, Blackhand. Sous son commandement décisif, l'implacable Horde assiégea finalement le fort de Stormwind. Le roi Llane avait sévèrement sous-estimé la puissance de la Horde, et il regardait désespérément son royaume tomber aux mains des envahisseurs à la peau verte. Finalement, le roi Llane fut assassiné par l'un des meilleurs tueurs du conseil des ténèbres : la demi-orque Garona.

Lothar et ses guerriers, retournant de Karazhan vers leur maison, espéraient endiguer les pertes de vies humaines et sauver leur patrie autrefois glorieuse. Au lieu de cela, ils revinrent trop tard et trouvèrent leur royaume adoré en ruines fumantes. La Horde des orcs continuait à ravager la contrée et déclaraient les terres alentours comme siennes. Forcés de se cacher, Lothar et ses compagnions jurèrent de reprendre leur patrie à n'importe quel prix.

L'Alliance de Lordaeron Warcraft 2: Tides of Darkness

Le seigneur Lothar rallia les restes de l'armée d'Azeroth après leur défaite au fort de Stormwind et lança ensuite un exode massif par la mer vers le royaume septentrional de Lordaeron. Convaincus que la Horde submergerait toute l'humanité si elle était laissée tranquille, les chefs des sept nations se rencontrèrent et décidèrent de s'unir dans ce qui serait connu sous le nom de L'Alliance de Lordaeron. Pour la première fois depuis presque trois milles ans, les nations dispersées d'Arathor étaient à nouveaux unies sous une bannière commune. Nommé commandant suprême de l'Alliance, le seigneur Lothar préparait son armée pour l'arrivée de la Horde.

Aidé par ses lieutenants, Uther Lightbringer, l'amiral Dealin Proudmoore et Turalyon, Lothar fut capable de convaincre de la menace imminente les autres races semi-humaine de Lordaeron. L'alliance réussit à obtenir le soutiens des Stoïques nains d'Ironforge et d'un petit nombre de Hauts-elfes de Quel'Thalas. Les elfes, menés en ce temps par Anasterian Sunstrider, étaient en large partie inintéréssés par le conflit qui semblait se dessiner. Cependant, ils étaient suffisamment respectueux de leur devoir pour aider Lothar car il était le dernier descendant de la lignée de Arathi, qui les avaient aidés dans les anciens temps.

La Horde, maintenant dirigé par le chef de guerre Orgrim Doomhammer, incorpora des ogres de son monde natif, Draenor, et enrôla également les (trolls ??) de la forêt d'Amani. Préparant une campagne massive pour submerger le royaume nain de Khaz Modan et la frontière sud de Lordaeron, la Horde décima toute opposition sans effort.

Les batailles épiques de la seconde guerre comprirent aussi bien des escarmouches de navires géants que de massifs combats aériens. Par quelques moyens, la Horde avait déterré un puissant artefact connu sous le nom de 'âme du démon' et l'avait utilisé pour réduire en esclavage la reine des dragons Alexstrasza. Menaçant de détruire ses précieux oeufs, la Horde força Alexstrasza à envoyer ses enfants adultes à la guerre. Les noble dragons rouges furent forcés à combattre pour la Horde, et ils combattirent.

La guerre fit rage sur les continents de Khaz Modan, Lordaeron et Azeroth lui-même. En tant que partie de sa campagne au nord, la Horde réussit à brûler les terres frontalières de Quel'Thalas, assurant ainsi l'engagement des Elfes au côté de l'Alliance. Les plus grandes cités et villes de Lordaeron furent rasées et détruites par le conflit. En dépit de l'absence de renfort et de l'écrasante puissance de l'ennemi, Lothar et ses alliés réussirent à tenir leurs ennemis à distance.

Cependant, durant les dernier jours de la seconde guerre, alors que la victoire de la horde sur l'Alliance semblait presque assurée, une querelle éclata entre les deux plus puissants orcs d'Azeroth. Alors que Doomhammer préparait son assaut final sur la cité capitale de Lordaeron, un assaut qui aurait détruit les derniers restes de l'Alliance, Gul'dan et ses suivants abandonnèrent leurs postes et allèrent vers la mer. Doomhammer, abasourdi par la perte de presque la moitié de ses forces à cause de la trahison de Gul'dan, fut forcé de se retirer et de laisser passer sa plus grande chance de victoire sur l'Alliance.

Gul'dan, assoiffé de pouvoir, se lança dans une recherche désespérée de la tombe sous marine de Sargeras qu'il croyait détenir le secret du pouvoir ultime. Ayant déjà condamné ses camarades orcs à devenir des esclaves de la Légion ardente, Gul'dan ne pensa même pas à son supposé devoir envers Doomhammer. Soutenus par les clans Stormreaver et Twilight's Hammer, il réussit à faire émerger la Tombe de Sargeras de la mer. Cependant quand il ouvrit l'ancien monument inondé, il trouva seulement des démon fous qui l'attendaient.

Cherchant à punir les orcs renégats pour leur coûteuse trahison, Doomhammer envoya ses forces tuer Gul'dan et ramener les renégats au bercail. Gul'dan fut déchiré par les démons qu'il avait libérés à cause de son insouciance. Avec leur chef mort, les clans renégats tombèrent rapidement devant les légions enragées de Doomhammer. Malgré que la rébellion fut étouffée, la Horde fut incapable de récupérer des terribles pertes qu'elle avait soufferte. La trahison de Gul'dan donna à l'Alliance non seulement de l'espoir mais aussi le temps de se regrouper et de riposter.

Le seigneur Lothar, voyant que la Horde se fracturait de l'intérieur, rassembla ses dernière forces et repoussa Doomhammer vers le sud, vers le centre dévasté de Stormwind. Là, l'Alliance piégea la horde en retraite dans la forteresse volcanique de Blackrock Spire. Malgré que le seigneur Lothar tomba dans la bataille à la base du pic, Turyalon rallia les forces de l'Alliance à la onzième heure et repoussa les orcs vers les abyssaux Swamp of sorrows. Les forces de Turalyon réussirent à détruire le portail noir, le passage mystique qui reliait les orcs à leur monde originel : Draenor. Coupée de ses renforts et affaiblie par la lassitude, la Horde se déroba et tomba devant la puissance de l'Alliance.

Les clans orcs dispersés furent rapidement encerclés et placés dans des camps d'internement gardés. Bien qu'il semblait que la Horde avait été vaincue pour de bon, certains restaient très septiques sur le fait que la paix durerait. Khadgar, qui était maintenant un archimage d'une certaine renommée, convaincut le haut-commandement de l'Alliance de construire la forteresse de Nethergarde qui surveillerait les ruines du portail noir et assurerait qu'il n'y aurait aucune invasion future venant de Draenor.

L'Invasion de Draenor Warcraft 2X: Beyond the Dark Portal

Comme les feux de la Deuxième Guerre s'étaient apaisés, l'Alliance prit des mesures strictes pour contenir la menace orque. Un certain nombre de grands camps d'internement, crées pour héberger les orcs captifs, ont été construits au sud de Lordaeron. Gardés tant par les paladins que par les soldats vétérans de l'Alliance, les camps se sont avérés être un grand succès. Quoique les orcs captifs étaient toujours en mesure de se battre a nouveau , les surveillants des divers, basés à la vieille forteresse-prison de Durnholde, maintenaient un fort semblant d'ordre et de paix.

Cependant, sur le monde diabolique de Draenor, une nouvelle armée d'orcs fut prête à frapper l'insouciante Alliance. Ner'zhul, l'ancien mentor de Gul'dan, avait rassemblé les clans orcs sous sa sombre bannière. Aidé par le clan Shadowmoon, le vieux chaman avait planifié d'ouvrir un certain nombre de portails sur Draenor qui mèneraient la Horde vers des mondes nouveaux. Pour faire fonctionner ses nouveaux portails, il eut besoin d'un certain nombre d'artefacts enchantés en provenance d'Azeroth. Pour se les procurer, Ner'zhul rouvrit le Portail Sombre et envoya ses serviteurs a la recherche des artefacts.

La nouvelle Horde, menée par des chefs expérimentés comme Grom Hellscream et Kilrogg Deadeye (du clan Bleeding Hollow), a surpris la défense d'Alliance et s'est déchaînée dans la campagne. Sous la commande de Ner'zhul, les orcs ont rapidement regroupé les artefacts dont ils avaient besoin et sont retournés en sécurité dans leur monde de Draenor.

Le roi Terenas de Lordaeron, convaincu que les orcs préparaient t une nouvelle invasion d'Azeroth, assembla ses lieutenants les plus fidèles. Il ordonna au Général Turalyon et à l'archimage Khadgar de prendre la tête d'une expédition et de passer le Portail Sombre pour mettre fin à la menace orc une fois pour toutes. Les forces de Turalyon et de Khadgar marchèrent sur Draenor et se heurtèrent à plusieurs reprises avec les clans de Ner'zhul sur l'Hellfire Penisula. Même avec l'aide du ranger haut-elfe Alleria Windrunner, du nain Kurdran Wildhammer et du vétéran Danath Trollbane, Khadgar fut incapable d'empêcher l'ouverture des portails vers les autres mondes par Ner'zhul.

Ner'zhul ouvrit finalement ses portails mais il n'avait pas prévu le prix épouvantable qu'il payerait. Les énormes énergies dégagées par les portails commencèrent à déchirer le tissu même de Draenor. Alors que les forces de Turalyon se battaient désespérément pour regagner Azeroth, le monde de Draenor commença à s'effondrer sur lui même. Grom Hellscream et Kilrogg Deadeye, se rendant compte que les plans fous de Ner'zhul condamneraient leur race entière, rassemblèrent le reste des orcs et fuirent vers la relative sécurité d’Azeroth.

Sur Draenor, Turalyon et Khadgar consentirent à faire le sacrifice suprême en détruisant le Portail Sombre de leur côté. Quoiqu'il en coûterait leurs vies et celles de leurs compagnons, ils savaient que c'était la seule façon d'assurer la survie d'Azeroth. Même si Hellscream et Deadeye taillèrent leur chemin a travers les rangs humain pour une course désespérée vers la liberté, le Portail Sombre éclata derrière eux. Pour eux et pour les orcs restants sur Azeroth, il n'y aurait aucun retour.

Ner'zhul et son loyal clan Shadowmoon passèrent par le plus grand des portails nouvellement créés alors que des éruptions volcaniques massives commençaient à briser les continents de Draenor . Les mers brûlantes se sont élevées et ont troublé le paysage brisé. Le monde torturé a été finalement consumé dans une massive et apocalyptique explosion.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:48

Chapitre IV : L'alliance et la Horde

deuxieme partie : La liche


La Naissance du Roi Liche

Au moment où Ner’zhul et ses compagnons pénétraient dans le Néant Distordu, le plan éthéré qui relie tous les mondes répartis dans les champs du vide, Kil’jaeden et ses serviteurs démoniaques les attaquèrent. Kil’jaeden, qui avait juré de se venger de la méfiance orgueilleuse de Ner’zhul, tortura le vieux Chaman sans merci en l'écorchant lambeau après lambeau. Kil’jaeden garda l'esprit du Chaman vivant et intact, pour que Ner’zhul éprouva jusqu'au bout la douleur physique de son démembrement. Ner’zhul implora le démon de relâcher son esprit et de lui procurer la paix de la mort, mais le démon répliqua que le Pacte de sang qu'ils avaient conclu il y a longtemps n'était pas abrogé. Il avait l'intention d'utiliser encore son pion à l'avenir.

L'incapacité des Orcs à conquérir Azeroth, comme le voulait la Légion, força Kil’jaeden à créer une nouvelle armée pour plonger les royaumes de l'Alliance dans le chaos. Cette nouvelle armée n'était pas autorisée à se laisser aller aux rivalités égoïstes que la Horde avait connues. Il lui faudrait être tenace, sans merci, dévouée à sa seule mission. Cette fois, Kil’jaeden ne pouvait se permettre d'échouer.

Tout en maintenant Ner’zhul dans l'état douloureux d'esprit immobile et sans repos, Kil’jaeden lui donna une dernière chance de servir la Légion pour échapper aux tourments éternels. Une fois encore, égoïste, Ner’zhul accepta la proposition du démon. L'esprit de Ner’zhul fut insufflé à un bloc taillé dans la glace dure comme du diamant que l'on trouve aux confins du Néant Distordu. Enchâssé dans son carcan glacial, Ner’zhul sentit sa conscience se développer et s'étendre comme jamais. Entouré par les pouvoirs chaotiques du démon, Ner’zhul devint une créature spectrale d'un pouvoir incommensurable. A cette époque, les Orcs tels que Ner’zhul les avait connus étaient dispersés pour toujours. Le Roi liche était né.

Les fidèles chevaliers de la mort et les démonistes de Ner’zhul furent également transformés par les énergies chaotiques du démon. Les jeteurs de sort maudits furent décomposés et recréés sous forme de liches squelettiques. Les démons s'étaient assurés que même dans la mort, les serviteurs de Ner’zhul le serviraient sans poser de question.

Lorsque l'heure fut venue, Kil’jaeden expliqua patiemment la mission pour laquelle il avait créé le Roi liche : Ner’zhul allait devoir répandre une peste de mort et de terreur à travers Azeroth pour y faire disparaître à jamais la civilisation humaine. Tous ceux qui mourraient se joindraient à l'armée des Morts-vivants… et leur esprit serait soumis à la volonté de fer de Ner’zhul, à jamais. Kil’jaeden promit que si Ner’zhul accomplissait cette abjecte mission de destruction de l'humanité, il serait libéré de la malédiction et recevrait un nouveau corps sain dans lequel habiter.

Ner’zhul ne protesta pas et semblait désireux de bien remplir son rôle, mais Kil’jaeden restait sceptique quant à sa loyauté. Il garda le Roi liche loin de tout corps, enfermé dans sa gangue de cristal, pour s'assurer de sa docilité à court terme, mais le démon savait qu'il lui fallait garder un oeil vigilant sur le Roi liche. Pour ce faire, Kil’jaeden appela l'élite de ses gardes démoniaques, les Seigneurs de l'effroi vampiriques, à surveiller Ner’zhul et à s'assurer qu'il remplissait sa terrible mission. Tichondrius, le plus puissant et le plus avisé des Seigneurs de l'effroi, releva le gant, fasciné par la brutalité de la peste et par le pouvoir du Roi liche à accomplir un vrai génocide.

Icecrown et le Trône de glace

Kil’jaeden renvoya la prison glacée de Ner’zhul dans le monde d'Azeroth. Le cristal dur traversa le ciel nocturne et s'écrasa au sol dans le désert arctique de Northrend avant de disparaître au plus profond du glacier d'Icecrown. Le cristal gelé, endommagé par cette brutale descente, prit l'aspect général d'un trône et l'esprit assoiffé de vengeance de Ner’zhul remuait à l'intérieur.

Prisonnier du Trône de glace, Ner’zhul déploya son immense conscience des choses et atteignit les esprits des indigènes de Northrend. Avec une déconcertante facilité, il réduisit en esclavage les Trolls des glaces et les violents Wendigos, recouvrant de son ombre grandissante ces peuples vils. Il découvrit que ses pouvoirs psychiques étaient presque sans limite, et les utilisa pour créer une petite armée qu'il abrita dans les couloirs labyrinthiques d'Icecrown. Le Roi liche accroissait ainsi ses pouvoirs sous la surveillance permanente des Seigneurs de l'effroi, lorsqu'il découvrit un petit campement humain aux confins du vaste royaume des Dragons. Ner’zhul décida de tester sa puissance et sa peste mortelle sur les humains qui ne suspectaient rien.

Ner’zhul envoya une vague de mort née dans les profondeurs du Trône de glace sur les terres arctiques. Contrôlant cette peste par la seule force de sa volonté, il la conduisit jusque dans les villages humains. En trois jours, tous les humains avaient péri. Presqu'aussitôt, les villageois morts se relevèrent sous la forme de cadavres zombifiés. Ner’zhul était capable de ressentir leurs esprits et leurs pensées comme s'ils faisaient partie de lui. Cette cacophonie rugissante dans son esprit lui permit de croître encore en puissance, comme s'il se nourrissait de ces âmes. Il découvrit qu'il était très facile de contrôler les actions des zombies et d'en faire ce que bon lui semblait.

Pendant les mois qui suivirent, Ner’zhul continua de faire des expériences avec sa peste mortelle en s'appropriant tous les habitants humains de Northrend. Son armée de Morts-vivants grossissait chaque jour et il savait que l'heure de la confrontation véritable approchait.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:51

Chapitre IV L'Alliance et la Horde

Troisieme partie : La nouvelle horde


La Bataille de Grim Batol

Pendant ce temps, dans les terres du sud déchirées par la guerre, les restes éparpillés de la Horde se battaient pour leurs survies. Et bien que Grom Hellscream et le clan Warsong parvinrent à éviter la capture, Deadeye et le clan Bleeding Hollow furent pris et placés dans des réserves de Lordaeron. Les gardiens des réserves, malgré le lourd tribut payé à la révolte, finirent par reprendre le contrôle des camps.

L'Alliance ne savait pas qu'une importante force d'Orcs restait en liberté dans les terres septentrionales dévastées de Khaz Modan. Le clan Dragonmaw, conduit par l'infâme démoniste Nekros, avait conservé le contrôle de la reine Dragon Alexstrasza et de ses congénères en utilisant un puissant objet magique, l'Âme du démon. La reine Dragon en son pouvoir, Nekros construisit dans le plus grand secret une nouvelle armée dans la forteresse naine abandonnée de Grim Batol. Nekros espérait qu'en lâchant ses forces et les puissants Dragons rouges sur l'Alliance, il pourrait réunifier la Horde et poursuivre la conquête d'Azeroth. Mais un petit groupe de combattants, mené par le mage humain Rhonin, parvint à détruire l'Âme démoniaque, libérant ainsi la reine Dragon.

Emplis de fureur, les Dragons d'Alexstrasza détruisirent Grim Batol et la majeure partie du clan Dragonmaw. Les espoirs de Nekros de réunifier les Orcs furent définitivement écrasés lorsque les troupes de l'Alliance rassemblèrent les survivants et les placèrent dans des réserves. La défaite du clan Dragonmaw sonna le glas de la Horde et la fin de la menace représentée par les Orcs.

La Léthargie des Orcs

Au fil des mois, de plus en plus d'Orcs furent envoyés dans les réserves. Les premières réserves étant saturées, l'Alliance dut créer de nouvelles réserves dans les plaines qui s'étendent au sud des montagnes d'Alterac. Pour entretenir ces réserves, le roi Terenas fut contraint d'imposer une nouvelle taxe aux nations de l'Alliance. Cet impôt, en plus des tensions politiques nées des disputes territoriales, fut à l'origine d'une importante dissension parmi les chefs de l'Alliance. Le pacte fragile qui rassemblait les nations humaines à l'heure du péril menaçait d'être rompu à tout instant.

Alors que la politique commençait à reprendre le dessus, plusieurs des surveillants des réserves remarquèrent des changements inquiétants dans le caractère des Orcs dont ils avaient la charge. Les Orcs tentaient de moins en moins souvent de s'échapper des réserves et ils semblaient même perdre leur esprit combatif. Cela semblait difficile à croire, mais les Orcs, que l'on tenait pour la race la plus agressive jamais vue sur Azeroth, étaient tombés dans une sorte de léthargie. Cette nouvelle surprenante pour les chefs de l'Alliance était beaucoup plus inquiétante pour les Orcs eux-mêmes, dont la population fondait à vue d'oeil.

Certains émirent l'hypothèse qu'une maladie, que ne pourraient contracter que les Orcs, était à l'origine de cette léthargie. Mais l'Archimage Antonidas de Dalaran proposa une hypothèse plus réaliste. En étudiant l'histoire des Orcs, Antonidas découvrit qu'ils étaient tombés sous l'influence d'une puissance démoniaque depuis plusieurs générations. Il pensait que les Orcs avaient été corrompus par les puissances démoniaques bien avant leur première tentative d'invasion d'Azeroth. Il était évident que des démons avaient corrompu le sang des Orcs, ce qui leur conférait leur force, leur endurance et leur agressivité inhabituelles.

Antonidas émit la théorie que la léthargie des Orcs n'était pas une maladie, mais qu'elle était liée au fait que la corruption démoniaque qui les habitait depuis des générations commençait à disparaître. Les symptômes étaient évidents, mais Antonidas n'avait aucun remède à proposer. Plusieurs autres mages, ainsi que certains chefs de l'Alliance, estimèrent que trouver un remède serait peut-être même une idée imprudente. Continuant d'observer les Orcs et leur mystérieuse condition, Antonidas finit par en conclure que le seul remède possible ne saurait être que spirituel …

La Nouvelle Horde

Le haut responsable des gardiens des prisons, Aedelas Blackmoore, était chargé de surveiller les orcs captifs de sa forteresse-prison. Un orc en particulier avait toute son attention : un orphelin trouvé dix huit ans plutôt. Blackmoore éleva le jeune Orc comme un esclave et un gladiateur et le nomma Thrall. Il lui enseigna les stratégies, la philosophie et l’art du combat. Formant le jeune Orc à devenir un puissant guerrier mais aussi un chef, Blackmoore espérait en fait utiliser Thrall pour contrôler la Horde et se servir de cette dernière pour prendre le pouvoir.

Dix-neuf années passèrent et Thrall devint un Orc fort et intelligent. Mais dans son jeune coeur, il savait que la vie d'esclave n'était pas faite pour lui. Comme souvent, car les murs ont des oreilles, il avait appris ce qui se passait hors de la forteresse. Il découvrit que son peuple, les Orcs, qu'il n'avait jamais rencontré, avait été vaincu et placé dans des réserves. Doomhammer, le chef de son peuple, s'était échappé et se cachait. Il savait également qu'un clan rebelle était encore en activité, cherchant à tromper la vigilance de l'Alliance.

Inexpérimenté mais plein de ressources, Thrall décida de s'échapper et de partir à la recherche de son peuple. Au cours de son périple, Thrall découvrit les réserves et vit que sa race autrefois puissante était devenue étrangement indolente. N'ayant pas trouvé les fiers guerriers qu'il espérait, Thrall se mit à la recherche du dernier chef invaincu, Grom Hellscream.

Pourchassé par les Humains, Hellscream parvenait à maintenir l'esprit combatif de ses Orcs, le clan Warsong. Il continuait à combattre pour libérer son peuple de l'oppression. Mais Hellscream ne parvint jamais à trouver un moyen de débarrasser les Orcs captifs de leur étrange léthargie. Thrall, jeune et impressionnable, fut inspiré par l'idéalisme de Hellscream et développa une forte empathie pour la Horde et ses traditions guerrières.

Cherchant à découvrir la vérité sur ses propres origines, Thrall voyagea vers le nord à la recherche du légendaire clan Frostwolf. Thrall apprit que Gul’dan avait exilé le clan Frostwolf au début de la Première Guerre. Il découvrit également qu'il était le fils et l'héritier du héros du clan, Durotan, le véritable chef du clan Frostwolf qui avait été assassiné vingt ans auparavant…

Sous la tutelle du vénérable Chaman Drek’Thar, Thrall étudia la culture chamanique que son peuple avait oubliée sous la férule de Gul’dan. Au fil du temps, Thrall devint un puissant Chaman et prit la place qui lui revenait à la tête du clan Frostwolf. Avide d'accomplir son destin, Thrall décida de libérer les clans captifs et sa race de la corruption démoniaque.

Thrall rencontra alors un chef âgé, Orgrim Doomhammer, qui vivait en ermite depuis de nombreuses années. Doomhammer, qui avait été un ami proche du père de Thrall, décida de suivre le jeune Orc visionnaire et de l'aider à libérer les clans captifs. Avec le soutien de plusieurs des chefs aguerris, Thrall parvint finalement à rendre vie à la Horde et à redonner une identité spirituelle à son peuple.

Pour symboliser la renaissance des Orcs, Thrall retourna à la forteresse de Durnholde. Il mit un terme définitif aux plans de son ancien maître, Blackmoore, en assiégeant les réserves. Malheureusement, lors de la libération d'une des réserves, Doomhammer tomba au combat.

Thrall ramassa le légendaire marteau de guerre de Doomhammer, endossa son armure noire et devint le nouveau chef de la Horde. Dans les mois qui suivirent, la petite Horde de Thrall libéra plusieurs réserves et contra les efforts de l'Alliance visant à l'en empêcher. Encouragé par son meilleur ami et son mentor Grom Hellscream, Thrall s'assura qu'aucun Orc ne serait jamais plus esclave d'Humains ou de Démons.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 12:56

Chapitre IV : l'Alliance et la Horde

Quatrieme parrtie : Le culte des damnés


La Guerre de l'Araignée

Pendant que Thrall libèrait ses frères à Lordaeron, Ner’zhul continuait a développer la base de son pouvoir à Northrend. Une grande citadelle fut érigée au-dessus d'Icecrown, remplie de légions grandissantes de Morts-vivants. Cependant, tandis que le Roi liche faisait croître son influence sur le pays, un empire seul et oublié se dressa contre lui. Le vieux royaume souterrain d'Azjol-Nerub, fondé par une race de sinistres araignées à forme humaine, envoya ses guerriers d'élite contre Icecrown et mit un frein à la faim inextinguible de puissance du Roi liche. A sa grande frustration, Ner’zhul découvrit que les Nerubiens étaient non seulement immunisés contre sa peste, mais aussi contre ses pouvoirs télépathiques.

Les Seigneurs araignées nerubiens dirigeaient de vastes forces et disposaient d'un réseau souterrain qui s'étendait sous presque la moitié de Northrend. Leur tactique de harcèlement par raids contre les bastions du Roi liche l'empêchait de se débarrasser d'eux. Finalement, Ner’zhul gagna sa guerre contre les Nerubiens par usure. Avec l'aide des Seigneurs de l'effroi, déchaînés, et de l'armée innombrable de ses guerriers mort-vivants, le Roi liche envahit Azjol-Nerub et fit s'écrouler les temples souterrains des Seigneurs araignées sur leurs têtes.

Bien que les Nerubiens fussent immunisés contre la peste, les pouvoirs nécromanciens grandissants de Ner’zhul lui permirent de relever le cadavre des guerriers nerubiens morts et de les soumettre à sa volonté. En témoignage de leur ténacité et de leur courage, Ner’zhul adopta le style architectural particulier des Araignées pour ses propres bâtiments. Libre de diriger son royaume sans opposition, le Roi liche commença à se préparer pour sa vraie mission dans le monde. Lançant sa vaste conscience des éléments à l'assaut des terres humaines, le Roi appela toutes les âmes sombres susceptibles de l'écouter ...

Kel’Thuzad et le Culte des damnés

Des individus puissants, un peu partout dans le monde, entendirent l'invocation mentale du Roi liche. Le plus notable d'entre eux fut l'Archimage Kel’Thuzad, de la nation magique de Dalaran. Kel’Thuzad, l'un des membres les plus anciens du Kirin Tor, le conseil suprême de Dalaran, était considéré comme un original depuis des années : ne désirait-il pas étudier les secrets interdits de la nécromancie ? Ayant appris tout ce qu'il pouvait sur le monde magique et ses merveilles, il était frustré par ce qu'il considérait être, chez ses pairs, du manque d'imagination et du conservatisme. En entendant les puissants appels de Northrend, l'Archimage mit toute sa volonté à communiquer avec la voix mystérieuse. Convaincu que le Kirin Tor était trop immobiliste pour se saisir du pouvoir et de la connaissance des arts obscurs, il décida de se vouer à apprendre tout ce qu'il pourrait du puissant Roi liche.

Laissant là sa fortune et sa prestigieuse position politique, Kel’Thuzad abandonna la manière de vivre du Kirin Tor et quitta Dalaran à jamais. Attiré par la voix persistante du Roi liche qui résonnait dans son cerveau, il vendit ses nombreux biens et mit sa fortune à l'abri. Voyageant seul sur des centaines de lieues, sur terre comme sur mer, il atteignit finalement les rivages glacés de Northrend. Désireux d'atteindre Icecrown et d'offrir ses services au Roi liche, l'Archimage traversa les ruines ravagées par la guerre d'Azjol-Nerub. Kel’Thuzad vit l'étendue et la férocité des pouvoirs de Ner’zhul. Il commença à croire que s'allier avec le mystérieux Roi liche pouvait s'avérer fructueux et pas seulement sage.

Après de longs mois de marche dans les plaines désertiques et glacées, Kel’Thuzad atteignit finalement le glacier noir d'Icecrown. Il approcha bravement de la sombre citadelle de Ner’zhul et fut ébahi de voir les sentinelles mort-vivantes s'écarter silencieusement pour le laisser passer, comme s'il était attendu. Kel’Thuzad descendit dans les profondeurs de la terre froide et trouva son chemin jusqu'au bas du glacier. Là, dans l'immense caverne de gel et d'ombres, il se prosterna devant le Trône de glace et offrit son âme au noir seigneur des morts.

Le Roi liche se montra satisfait de sa nouvelle recrue. Il promit à Kel’Thuzad l'immortalité et un grand pouvoir en échange de sa loyauté et de son obéissance. Kel’Thuzad, désireux d'apprendre le savoir obscur, accepta sa première grande mission : retourner au monde des hommes et fonder une nouvelle religion qui adorerait le Roi liche comme un dieu.

Pour aider l'Archimage dans sa mission, Ner’zhul ne toucha pas à l'humanité de Kel’Thuzad. Le magicien, âgé mais toujours charismatique, utilisa ses pouvoirs d'illusion et de persuasion pour s'attirer la confiance des démunis et des laissés-pour-compte de Lordaeron. Leur attention captée, il leur offrit une vision nouvelle de ce que pourrait être la société, ainsi qu'une nouvelle idole à adorer...

Kel’Thuzad retourna sous déguisement à Lordaeron et en l'espace de trois ans, il utilisa sa fortune et son intelligence pour fonder une fraternité clandestine d'hommes et de femmes à son image. La fraternité, qu'il appela Culte des damnés, promit à ses membres l'égalité sociale et la vie éternelle sur Azeroth en échange de leurs services et de leur obéissance à Ner’zhul. Au fil des mois, Kel’Thuzad trouva de nombreux volontaires enthousiastes pour son culte parmi les travailleurs épuisés et saignés à blanc de Lordaeron. Etrangement, le but de Kel’Thuzad fut atteint facilement : la foi des citoyens en la Lumière se transforma rapidement en culte des pouvoirs obscurs de Ner’zhul. Tandis que le Culte des damnés augmentait en taille et en influence, Kel’Thuzad continua de se cacher aux yeux des autorités de Lordaeron.

Kel’Thuzad ayant réussi à Lordaeron, le Roi liche s'occupa des ultimes préparatifs de son assaut contre la civilisation humaine. Il enferma sa peste dans de nombreux artefacts portables nommés Chaudrons du fléau, puis ordonna à Kel’Thuzad de transporter les chaudrons vers Lordaeron où ils seraient placés dans différents villages contrôlés par le Culte. Les Chaudrons, protégés par les adeptes fidèles du Culte, allaient devenir des générateurs de peste et la répandre dans les fermes et les villes du nord de Lordaeron.

Le plan du Roi liche fonctionna parfaitement. De nombreux villages du nord de Lordaeron furent atteints presque immédiatement. Tout comme à Northrend, les citoyens contaminés moururent et se relevèrent sous la forme d'esclaves fidèles du Roi liche. Les adeptes conduits par Kel’Thuzad avaient hâte de mourir et de renaître au service de leur sombre maître. L'immortalité dans la mort les exaltait. Tandis que la peste prenait de l'ampleur, de plus en plus de zombies sauvages se dressaient dans les terres du nord. Kel’Thuzad regarda l'armée croissante du Roi liche et lui donna le nom de Fléau, un fléau qui allait bientôt marcher sur Lordaeron... et éliminer l'humanité de la surface de la terre.

L’Eclatement de l’Alliance

Inconscients que le Culte des damnés se propageait sur leurs terres, les chefs des différentes nations constituant l'Alliance commencèrent à se disputer sur le tracé des frontières et les sphères d'influence. Le roi Terenas de Lordaeron, chef de l'Alliance, commença à craindre que le pacte fragile forgé aux heures sombres ne soit voué à se rompre. Terenas avait convaincu les dirigeants de l'Alliance de fournir de l'argent et de la main-d'oeuvre pour reconstruire la cité de Stormwind, détruite pendant l'occupation d'Azeroth par les Orcs. Ces contributions, alliées aux frais d'entretien des réserves orcs, conduisirent plusieurs chefs (notamment Genn Greymane de Gilneas) à souhaiter retirer leur peuple de l'Alliance.

Pire, les sauvages Hauts Elfes de Silvermoon quittèrent l'Alliance au prétexte que le commandement médiocre des Humains était responsable de l'incendie de leurs forêts pendant la Seconde Guerre. Terenas rappela aux Elfes, avec tact, que rien n'aurait subsisté de Quel’Thalas sans les centaines d'Humains héroïques qui l'avaient défendu au prix de leur vie. Mais, bornés, les Elfes firent sécession. Suivant cet exemple, Gilneas et Stromgarde se retirèrent également de l'Alliance.

L'Alliance éclatait de toutes parts, mais le roi Terenas pouvait toujours compter sur des soutiens fidèles. L'Amiral Proudmoore de Kul Tiras et le jeune roi Varian Wrynn d'Azeroth restaient loyaux à l'Alliance. Les sorciers du Kirin Tor, conduits par l'Archimage Antonidas, réaffirmèrent le soutien sans faille de Dalaran à la suzeraineté de Terenas. Plus agréable encore, sans doute, fut la proclamation du puissant roi des Nains, Magni Bronzebeard : il affirma que le peuple d'Ironforge garderait à jamais une dette d'honneur envers l'Alliance pour avoir libéré Khaz Modan de la domination de la Horde.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de Warcraft : Chapitre V : Le retour de la légion

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 13:19

Chapitre V : Le retour de la Légion Ardente

premiere partie : le Fléau et la chute du Quel'Thalas

Le Fléau de Lordaeron Warcraft 3: Reign of Chaos
Le Puits Solaire - La chute de Quel'Thalas

Deuxieme partie : la bataille du mont Hyjal

Retour d'Archimonde et la Fuite vers Kalimdor
La Bataille du Mont Hyjal

Troisieme partie : Illidiam et les elfes de sang

L'Ascension du Traître Warcraft 3X: The Frozen Throne
L'Avénement des Elfes de Sang
Guerre Civile dans les Terres Devastées
La Victoire du Roi-Liche

Quatrieme partie :
Anciennes Rancoeurs - La Colonisation de Kalimdor

Pour une histoire plus détaillée :
http://wow.jeuxonline.info/?include=histoire


Dernière édition par le Mer 6 Juil 2005 - 14:05, édité 1 fois
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 13:24

Chapitre V : Le retour de la légion Ardente

Premiere partie : Le Fléau et la chute du Quel'Thalas

Le Fléau de Lordaeron Warcraft 3: Reign of Chaos

Après s'être préparés pendant plusieurs longs mois, Kel'Thuzad et son Culte des Damnés ont enfin frappé le premier coup en répandant une épidémie de mort sur Lordaeron. Uther et ses compagnons paladins ont enquêté sur les régions infectées dans l'espoir de trouver un moyen d'enrayer cette épidémie. Malgré leurs efforts, elle continuait de s'étendre et menaçait de réduire à néant l'Alliance.

Alors que les rangs des morts-vivants déferlaient sur Lordaeron, le fils unique de Terenas, le prince Arthas entama le combat contre le Fléau. Arthas parvint à tuer Kel'Thuzad, mais, malgré cela, les rangs des Morts-Vivants gonflaient avec chaque soldat qui mourrait au combat en défendant le royaume. Frustré et bloqué par un ennemi qui semblait inarrêtable, Arthas prit des décisions de plus en plus extrêmes afin de le battre. Les compagnons d'Arthas l'avertirent qu'il perdait ce qui lui restait d'humanité.

La peur d'Arthas et sa résolution se sont avérées être son ultime ruine. Il traqua la source de l'épidémie à Northrend avec l'intention d'y mettre un terme à tout jamais. Au lieu de cela, Arthas devint la victime des immenses pouvoirs du Roi Liche. Pensant qu'elle lui permettrait de sauver son peuple, Arthas pris la lame runique maudite, Frostmourne. Même si l'épée lui donnait des pouvoirs insensés, elle lui vola son âme et le transforma en le plus puissant des chevaliers de la mort du Roi Liche. Ayant perdu son âme et sa raison, Arthas mena le Fléau contre son propre royaume. Finalement, Arthas tua son propre père, le Roi Terenas, et ecrasa Lordaeron sous la poigne de fer du Roi Liche.

Le Puits Solaire - La chute de Quel'Thalas

Bien qu'il ait vaincu tous ceux qu'il considérait comme ses ennemis, Arthas était toujours hanté par le fantôme de Kel'Thuzad. Le fantôme dit à Arthas qu'il devait être ramené à la vie pour la phase suivante du plan du Roi Liche. Pour le ressusciter, Arthas devait amener les restes de Kel'Thuzad au mystique Puits Solaire, caché au sein de l'éternel royaume elfique de Quel'Thalas.

Arthas et son Fléau envahirent Quel'Thalas et assiégèrent les défenses en ruines des Elfes. Sylvanas Windrunner, la Général-Ranger de Silvermoon, s'est vaillamment battue mais Arthas éradiqua l'armée des Hauts-Elfes et atteignit le Puits Solaire. Dans un cruel geste pour montrer sa domination, il leva le corps de Sylvanas en tant que banshee, réduite à servir le conquérant de Quel'Thalas dans la non-vie.

Finalement, Arthas immergea les restes de Kel'Thuzad dans les eaux sacrées du Puits Solaire. Bien que les puissantes eaux d'Eternité furent souillées par cet acte, Kel'Thuzad se réincarna en une liche sorcière. Ressucité en un être encore plus puissant, Kel'Thuzad expliqua la phase suivante du plan du Roi Liche à Arthas. Lorsqu'Arthas et son armée de morts s'en allèrent vers le sud, plus aucun elfe n'était vivant à Quel'Thalas. La glorieuse nation des Hauts-Elfes, qui survécut durant plus de 9.000 ans, n'était plus.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 13:27

Chapitre V : Le retour de la légion Ardente

Deuxieme partie : La bataille du mont Hyjal


Le Retour d'Archimonde et la Fuite vers Kalimdor

Lorsque Kel'Thuzad eut récupéré ses forces, Arthas emmena le Fléau au sud, vers Dalaran. C'est là que la liche obtint le puissant grimoire de Medivh qu'il pourrait utiliser pour permettre à Archimonde de revenir dans ce monde. A partir de là, c'est Archimonde lui même qui dirigererait l'invasion finale de la Légion. Pas même les mages du Kirin Tor ne purent empêcher les troupes d'Arthas de voler le grimoire de Medivh et très vite, Kel'Thuzad avait ce qu'il lui fallait pour entamer le rituel. Après 10.000 ans, le puissant démon Archimonde et sa suite émergèrent une fois de plus dans le monde d'Azeroth. Dalaran ne sut pourtant pas leur destination finale. Sous les ordres de Kil'Jaeden lui-même, Archimonde et ses démons suivirent les Morts-Vivants à Kalimdor, dans le but ultime de détruire Nordrassil, l'Arbre-Monde.

Au milieu de ce chaos, un mystérieux prophète solitaire apparût afin de guider les races mortelles. Ce prophète, qui n'était nul autre que Medivh, le dernier Gardien, revint miraculeusement de l'au-delà afin de se racheter de ses pêchés passés. Medivh dit à la Horde et à l'Alliance tout des dangers qu'ils devraient affronter et qu'ils devaient se battre ensemble. Blasés par des années de haine, les Orcs et les Humains n'en avait cure. Medivh dût convaincre chaque race séparément en utilisant les prophéties et la ruse afin de les guider tous à travers les mers vers Kalimdor. Très vite, Humains et Orcs rencontrèrent une civilisation qui vécut très longtemps cachée, les Kaldorei.

Les Orcs, menés par Thrall, ont rencontré de nombreux problèmes durant leur périple à travers les Barrens de Kalimdor. Malgré qu'ils se lièrent d'amitié avec Cairne Bloodhoof et ses puissants guerriers Taurens, de nombreux Orcs succombèrent à la rage démoniaque qui les habitaient depuis des années. Le plus important lieutenant de Thrall, Grom Hellscream, trahit la Horde en laissant ses instincts primaires le submerger. Alors que Hellscream et ses loyaux guerriers Warsong pénétraient les forêts d'Ashenvale, ils se heurtèrent aux anciennes sentinelles Elfes de la Nuit. Certain que les Orcs suivaient à nouveau leurs voies guerrières, le demi-dieu Cenarius apparut afin de faire fuir Hellscream et ses Orcs. Pourtant, Hellscream et ses troupes parvinrent à tuer Cenarius et à corrompre les anciennes terres forestières grâce à une haine et une férocité surnaturelles. Hellscream restaura son honneur en aidant Thrall à vaincre Mannoroth, le démon qui fut à l'origine de la malédiction des Orcs à cause de son sang empli de haine et de rage. Avec la mort de Mannoroth, la malédiction du sang des Orcs disparut.

Pendant que Medivh tentait de convaincre Orcs et Humains de la nécessité d'une alliance, les Elfes de la Nuit combattaient la Legion grâce à leurs techniques de dissimulation. Tyrande Whisperwind, l'immortelle Grande Prêtresse des sentinelles Elfes de la Nuit, se battait désespérément afin d'empêcher les démons et les morts-vivants d'occuper les forêts d'Ashenvale. Tyrande comprit qu'il lui fallait de l'aide et décida de réveiller les druides Elfes de la Nuit de leur long sommeil de 10.000 ans. En éveillant son ancien amour, Malfurion Stormrage, Tyrande parvint à galvaniser ses troupes et à repousser la Légion. Avec l'aide de Malfurion, la nature elle-même s'éleva afin de vaincre la Legion et le Fléau.

Pendant sa recherche des autres druides qui hibernaient, Malfurion trouva l'ancienne prison dans laquelle il emprisonna son frère, Illidan. Convaincue qu'Illidan les aiderait contre la Legion, Tyrande le délivra. Malgré qu'il les aida durant un court moment, Illidan s'enfuit afin de poursuivre ses propres desseins.

Les Elfes de la Nuit se renforcèrent et combattirent la Légion Ardente avec une détermination sans égal. La Legion n'avait jamais renoncé à son désir du Puits d'Eternité, longtemps la source de puissance de l'Arbre-Monde au coeur-même du royaume des Elfes de la Nuit. Si leur assaut prévu sur l'Arbre était victorieux, les démons détruiraient totalement le monde.

La Bataille du Mont Hyjal

Grâce aux conseils de Medivh, Thrall et Jaina Proudmoore - chef des forces humaines à Kalimdor - réalisèrent qu'ils devaient mettre de côté leurs différents. De même, les Elfes de la Nuit, dirigés par Malfurion et Tyrande, reconnurent que s'ils espéraient défendre l'Arbre-Monde, ils devaient unifier leurs forces. Empli par la puissance même du monde, Malfurion parvint à relâcher la fureur primale de Nordrassil, détruisant complètement Archimonde et l'emprise de la Légion sur le Puits d'Eternité. La bataille finale secoua les racines mêmes du continent de Kalimdor. Ne bénéficiant plus du pouvoir du Puits, la Legion Ardente s'écroula sous les forces combinées des armées des mortels.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 13:31

Chapitre V : le retour de la légion Ardente

Troisieme partie : Illidiam et les elfes de Sang


L'Ascension du Traître Warcraft 3X: The Frozen Throne

Durant l'invasion d'Ashenvale par la Légion, Illidan fut libéré de sa prison souterraine après 10.000 ans de captivité. Bien qu'il ait tout fait pour rassurer ses compagnons, il a très vite révélé sa vraie nature en absorbant les pouvoirs d'un puissant artéfact de sorcellerie connu sous le nom de Crâne de Gul'Dan. Faisant cela, Illidan a développé ses talents de démon et sa puissance. Il a également acquis une partie des souvenirs de Gul'Dan - particulièrement ceux concernant la tombe de Sargeras, le donjon insulaire supposé contenir les restes du Titan sombre, Sargeras.

Débordant d'energie et libre de parcourir le monde à nouveau, Illidan essaya de trouver sa place dans le cours des choses. Cependant, Kil'Jaeden rencontra Illidan et lui fit une offre qu'il ne put refuser. Kil'Jaeden, irrité par la défaite d'Archimonde au Mont Hyjal, avait des soucis plus importants que la vengeance. Il sentait que sa création, le Roi-liche, devenait trop puissant pour qu'il puisse le contrôler. Kil'Jaeden ordonna à Illidan de détruire Ner'Zhul et mettre fin au Fléau Mort-Vivant une fois pour toutes. En échange, Illidan recevrait des pouvoirs indescriptibles et une place parmi les Seigneurs de la Légion Ardente.

Illidan accepta et tenta immédiatement de détruire le Trône de Glace, le cercueil de glace dans lequel l'esprit du Roi-Liche était enfermé. Illidan savait qu'il aurait besoin d'un puissant artéfact pour détruire le Trône de Glace. Utilisant le savoir acquis des souvenirs de Gul'Dan, Illidan partit à la recherche de la Tombe de Sargeras pour récupérer les restes du Titan Sombre. Il parvint à convaincre les Nagas de quitter leurs fonds marins, au nom d'une ancienne dette datant de l'époque des Biens-Nés. Dirigées par la rusée Dame Vashj, les Nagas aidèrent Illidan à atteindre les Iles Brisées où la Tombe de Sargeras était censée être.

Alors qu'Illidan s'associait avec les Nagas, la Gardienne Maiev Shadowsong commença à le traquer. Maiev était la geôlière d'Illidan durant 10.000 ans et savourait déjà l'instant où elle le recapturerait. Pourtant, Illidan se montra plus malin qu'elle et ses sentinelles et parvint à récupérer l'Oeil de Sargeras malgré leurs efforts. Avec cet Oeil puissant, Illidan se rendit dans les ruines de l'ancienne cité des mages, Dalaran. Renforcé par les lignes de puissance magique de la cité, Illidan utilisa l'Oeil afin de lancer un sort destructif contre la citadelle du Roi-Liche d'Icecrown à Northrend. L'attaque d'Illidan fissura les défenses du Roi-Liche et ébranla le toit du monde. Mais au dernier moment, le sort de destruction d'Illidan fut interrompu par son frère Malfurion et la prêtresse Tyrande, venus au secours de Maiev.

Sachant que Kil'Jaeden serait mécontent de cet échec, Illidan s'enfuit vers la dimension éloignée appelée Terres Désolées : les restes de Draenor, les anciennes terres natales des Orcs. Il avait prévu d'échapper là-bas à la colère de Kil'Jaeden et prévoir ses prochaines actions. Après avoir stoppé Illidan, Malfurion et Tyrande retournèrent chez eux, dans la forêt d'Ashenvale afin de veiller sur les leurs. Cependant Maiev n'abandonnait pas aussi facilement et poursuivit Illidan vers les Terres Désolées afin de le traduire en justice.

L'Avénement des Elfes de Sang

En ce temps-là, le Fléau mort-vivant avait essentiellement transformé Lordaeron et Quel'Thalas en terres dévastées et toxiques. Seules quelques poches de résistance de l'Alliance subsistaient. L'un de ces groupes, majoritairement des Hauts-Elfes, était dirigé par le dernier héritier de la dynastie des Sunstrider : le Prince Kael'Thas. Kael, un sorcier émérite, se lassait de cette faible Alliance. Les Hauts-Elfes étaient meurtris par la perte de leur terre natale et décidèrent de s'appeler Elfes de Sang en hommâge à leur peuple mort. Même s'ils parvenaient à bloquer le Fléau, les Elfes de Sang souffraient de la disparition du Puits Solaire qui était la source de leurs pouvoirs. Dans un effort désespéré afin de trouver un remède à la dépendance à la magie de son peuple, Kael commit l'impensable : il renoua avec ses ancêtres Bien-Nés et rejoint Illidan et ses Nagas dans l'espoir de trouver une nouvelle source de magie qui pourrait nourrir leur dépendance. Les commandants survivants de l'Alliance considèrent les Elfes de Sang comme des traîtres et les chassent à jamais.

Sans plus aucun endroit où aller, Kael et ses Elfes de Sang suivirent Illidan sur les Terres Desolées et l'aidèrent à vaincre la gardienne, Maiev, qui avait capturé Illidan. Les forces combinées des Nagas et des Elfes de Sang parvinrent à la vaincre et libérer Illidan de son joug. Basé sur les Terres Désolées, Illidan rassembla ses forces afin de tenter un second assaut contre le Roi-Liche et sa forteresse d'Icecrown.

Guerre Civile dans les Terres Devastées

Ner'Zhul, le Roi-Liche, savait que son temps était compté. Emprisonné dans le Trône de Glace, il savait que Kil'Jaeden enverrait ses agents afin de le détruire. Les dommages causés par le sort d'Illidan avaient fissuré le Trône de Glace, lui faisant perdre de sa puissance jour après jour. Dans un effort désespéré afin de se sauver, il appela à lui son plus puissant serviteur mortel : le chevalier de la mort Arthas.

Malgré ses pouvoirs déclinants à cause de la faiblesse du Roi-Liche, Arthas se trouva mêlé à une guerre civile à Lordaeron. La moitié des forces morts-vivantes, dirigée par la banshee Sylvanas Windrunner organisèrent un coup d'état afin de contrôler l'empire Mort-Vivant. Arthas, appelé par le Roi-Liche, dût laisser le Fléau entre les mains de son lieutenant, Kel'Thuzad, alors que la guerre s'étendait à travers les Terres de la Peste.

Finalement, Sylvanas et ses rebelles morts-vivants (également connus sous le nom de Réprouvés) déclarèrent que l'ancienne capitale de Lordaeron en ruines était désormais leur capitale. Construisant leur propre forteresse en-dessous de la cité en ruines, les Réprouvés jurèrent qu'ils vaincraient le Fléau et qu'ils débarrasseraient leurs terres de Kel'Thuzad et de ses créatures.

Affaibli mais determiné à sauver son maître, Arthas atteignit Northrend et se rendit compte que les Nagas et les Elfes de Sang d'Illidan l'attendaient. Arthas et ses alliés nérubiens durent batailler avec les forces d'Illidan afin d'atteindre le glacier d'Icecrown les premiers pour défendre le Trône de Glace.

La Victoire du Roi-Liche

Malgré son état de faiblesse, Arthas prît le dessus sur Illidan et atteignit le Trône de Glace en premier. Utilisant sa lame runique, Frostmourne, Arthas brisa la prison de glace du Roi-Liche et libéra le heaume enchanté de Ner'Zhul ainsi que son plastron. Arthas revêtit le heaume d'une puissance phénoménale et devint le nouveau Roi-Liche. Les esprits de Ner'Zhul et d'Arthas fusionnèrent en un être unique très puissant, comme Ner'Zhul l'avait toujours prévu. Les troupes d'Illidan durent fuirent vers les Terres Désolées couverts de honte, alors qu'Arthas était devenu l'une des entités les plus puissantes que le monde avait connu.

A l'heure actuelle, Arthas, le nouveau Roi-Liche immortel, réside à Northrend. Il est dit qu'il reconstruit la forteresse d'Icecrown. Son fidèle lieutenant, Kel'Thuzad commande le Fléau dans les Terres de la Peste. Sylvanas et les rebelles Réprouvés ne tiennent que Tirisfal Glades, une petite parcelle du royaume déchiré par la guerre.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Anariël le Mer 6 Juil 2005 - 13:33

Anciennes Rancoeurs - La Colonisation de Kalimdor

Même si la victoire était leur, les races mortelles se retrouvèrent dans un monde déchiré par la guerre. Le Fléau et la Légion Ardente ont détruit toute forme de civilisation à Lordaeron et en avait quasiment fait de même à Kalimdor. Il y a avait des forêts à guérir, de la rancune à enterrer et des patries à installer. La guerre avait blessé chaque race très profondément, mais elles se sont naturellement réunies afin de recommencer à zéro, en débutant avec une trêve fébrile entre l'Alliance et la Horde.

Thrall avait mené les Orcs sur le continent de Kalimdor où ils ont fondé une nouvelle patrie avec l'aide de leurs frères Taurens. Nommant leur nouveau pays Durotar en l'honneur du père de Thrall qui fut assassiné, les Orcs décidèrent de reconstruire leur société autrefois glorieuse. Maintenant que la malédiction démoniaque était dissipée, la Horde passa de l'état de machine de guerre à celui de coalition fragile dont les buts étaient survivre et prospérer plutôt que conquérir. Aidés par les nobles Taurens et les rusés Trolls de la tribu Darkspear, Thrall et ses Orcs espéraient une nouvelle ère de paix sur leurs propres terres

Les survivants des force de l'Alliance, commandées par Jaina Proudmoore, s'installèrent dans le sud de Kalimdor. A l'est des Marches de la Mare, ils bâtirent la cité portuaire de Theramore. Là-bas, les Humains et leurs alliés Nains firent tout pour survivre sur une terre qui leur sera à jamais hostile. Malgré les efforts des défenseurs de Durotar et de Theramore afin de preserver leur trêve fragile, la fébrile sérénité coloniale ne devait pas durer.

La paix entre les Orcs et les Humains fut ébranlée par l'arrivée à Kalimdor d'une massive flotte de l'Alliance. Cette puissante flotte, sous le commandement du Grand Amiral Daelin Proudmoor (le père de Jaina) a quitté Lordaeron avant qu'Arthas ne détruise le royaume. Ayant navigué durant de très longs mois, l'Amiral Proudmoore recherchait d'éventuels survivants de l'Alliance.

L'armada de Proudmoore faisait peser une sérieuse menace à l'équilibre de la région. Héros fameux de la Seconde Guerre, le père de Jaina était un farouche ennemi de la Horde et était déterminé à détruire Durotar avant que les Orcs ne puissent vraiment s'implanter.

Le Grand Amiral força Jaina à faire un choix terrible : le soutenir dans sa guerre contre les Orcs et trahir ses alliés de fortune ou combattre son propre père afin de maintenir la paix fragile si durement obtenue entre l'Alliance et la Horde. Après beaucoup d'introspection, elle choisit la deuxième solution et aida Thrall à vaincre son fou de père. Malheureusement, l'Amiral Proudmoore mourut dans la bataille avant que Jaina ne put se réconcilier avec lui ou qu'elle ne puisse lui prouver que les Orcs n'étaient plus des monstres sanguinaires. Pour la remercier de sa loyauté, les Orcs autorisèrent les forces de Jaina à se réinstaller en toute sécurité à Theramore.
avatar
Anariël
Chevaucheur de Dragonfaucon
Chevaucheur de Dragonfaucon

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 10/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Warcraft

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum