Les Sauveurs d'Azeroth

Aller en bas

Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Atia le Dim 6 Jan 2019 - 11:24

Ordre de mission de l’unité des Fils de Quel’Thalas.

Ordre vous est donné de vous rendre sur l’île de Havresol et de mener une enquête de terrain quand à la présence de filons d’Azerite afin d’en assurer l’exploitation au nom de la Horde.
Départ prévu le vendredi 04/01/39. Un navire léger sera mis à votre disposition afin de rejoindre votre destination. L’équipage vous attendra le temps de votre opération afin de vous ramener à bon port une fois votre tâche accomplie. Vous accosterez au port de Havresol, l’unique village de l’île.
La population locale est composée en grande majorité de Thalassiens ayant quitté le continent pour fonder cette petite colonie. La présence d’autres peuples est une certitude mais nous ne pouvons donner de plus amples informations.
Sachez qu’une première mission diplomatique s’est rendue sur l'île il y a de ça six jours afin de s’assurer du soutien de nos compatriotes insulaires mais n’a pas donné signe de vie depuis lors. Votre objectif secondaire est donc de retrouver l’équipe de la diplomate Brumarcane. (Equipe de 3 personnes)



Le débarquement d’Havresol
04 janvier 39

Nous avons rejoint l'île de Havresol et le moins qu’on puisse dire ce que ce ne fut pas l’accueil attendu, loin de la. Notre petite escapade a résulté en un combat avec un cartel appelé les “Sauveur d’Azeroth” et notre retraite dans les montagnes auprès d'autres réfugiés.

Le début de la mission se passa comme prévu, l’ordre fut rassemblé et des vivres chargé sur le petit navire qui nous mena après une journée de traversée jusqu’à destination. Cependant, une chose nous frappa à notre arrivée. Au-delà du climat terriblement brumeux et frais, le port était pratiquement désert. Notre arrivée provoqua alors une fuite paniquée des habitants malgré nos tentatives de contact. Nous avons constaté qu’il n’y avait que des femmes, de jeunes enfants et des vieillards. Nous avons avancé dans le village en voyant les habitants se calfeutrer chez eux, sans trop comprendre. Il n’y a finalement qu’une quel’dorei qui resta en ville et fit signe à l’ordre d’approcher et de se réfugier chez elle. Nous entrâmes donc dans sa demeure, sauf Elerina qui n’écouta pas l’ordre et resta à l’extérieur, ce que je ne vis pas de prime abord.

L’elfe eut l’air paniquée. Elle annonça que des ennemis allaient arriver, qu’on ne devait pas être là, etc. Il fut difficile de la calmer mais nous avons réussi à apprendre qu’un gang semait la terreur dans la région. Mais nous n’avons pu en apprendre plus car le gang arriva déjà. Je fus d’avis de les observer pour décider ensuite de quoi faire mais Elerina précipita les choses. C’est alors que je remarquai qu’elle était restée dehors et ne bougea pas quand l’ennemi approcha. Elle fut donc prise à partie par le gang et deux hommes se dirigèrent vers les navires avec des roquettes. Nous ne pouvions plus attendre, ni tenter la surprise ou la force directe de peur que notre camarade soit abattue. Je tentai alors de résoudre la situation par la négociation et la parole mais cela fut malheureusement un échec.

Les roquettes détruisirent le bateau au moment où nous passâmes à l’attaque et ce fut un combat terrible! Malgré un léger avantage numérique, nous avons manqué d’échouer car l’adversaire utilisait des armes à l’azerite d’une puissance terrifiante qui blessa plusieurs d’entre nous. Cependant, nous avons fini par prendre le dessus, non sans laisser quelques dommages sur le village. Les blessés furent pris en charge et quelques armes récupérées. J’en profitai pour réprimander Elerina pour avoir désobéi aux ordres mais son comportement fut particulièrement odieux et insultant dès lors. Je n'eus d’autre choix que de la mettre aux arrêts et de la renvoyer à Quel’thalas.

Une fois le calme revenu, l’habitante, toujours inquiète, nous proposa de la suivre pour nous cacher dans les collines, car après notre coup d’éclat, le cartel allait revenir pour nous traquer. Elle nous mena donc à une grotte où des habitants en fuite vivaient cachés depuis quelques temps. Sur le chemin, elle nous expliqua la situation, ce groupe était des fanatiques cherchant à sauver Azeroth en utilisant l’Azerite et qui avaient envahi l'île et l’avait soumise à la tyrannie. Les hommes et jeunes adolescent avaient dès lors été emmené de force exploité l’azerite. Mais ce gang des “Sauveurs d’Azeroth” n’était pas l’unique menace car les élémentaires d’Azerite se multiplient et se montrent agressifs. Arrivés dans la grotte, nous nous sommes installé et avons préparé des défenses magiques, des runes de dissimulation, au cas ou, mais rien de plus pour éviter d’attirer l’attention au niveau magique.

Avec nous se trouvent ainsi:

# Ellysa Brillazur, Quel'dorei, enceinte de 8/9 mois. Veuve de Harold Stormshield (Humain et abbatu par les sauveurs d'Azeroth alors qu'il voulait mener la résistance.)
# Karl Stormshield, Demi-elfe, fils de Harold & Ellysa, 13 ans.
# Maria Stormshield, Humaine, 79 ans, mère d'Harold.

# Lellana Foulargent, Quel'dorei, marchande de matériel de pêche, notre guide.

Au cours de la soirée, une jeune Thalassienne a rejoint le groupe:
# Shanis Fièraube, jeune ranger de 25 ans, elle semble connaitre l'ile comme sa poche. C'est elle qui ravitaille le groupe de fuyards. Elle nous aussi fourni une carte de la region.

PS: Shaona a réussi à sauver du navire quelques armes, munitions et surtout des vivres pour quelques jours.

Légat Atia Silverswell


_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Célestine Nalandris le Lun 7 Jan 2019 - 20:19


Au cours de la soirée, Finë et Scarlett passèrent un bon moment a discuter en compagnie de Shanis Fièraube, la jeune forestière s’occupant du ravitaillement des civils au sein de la grotte. Voici ce que les deux femmes ont appris:

L’île serait sécouée par des tremblements de terre, au rythme d’un par mois, depuis 5 mois. A chaque fois, la terre se fissure et de l’azérite en jaillit. Ces éruptions s’accompagnent également d’apparitions massives d’élémentaires fous. De petites tailles, voir même à l’état de simple globule, ces derniers attaquent tous ceux qui passent à portée et en viennent même a se dévorer, gagnant ainsi en taille et puissance.
L’élémentaire croisé lors de votre marche en direction de la grotte serait le 2ème plus gros de l’île. Au Nord, un colosse d’Azérite issu de la première éruption aurait fait des antiques ruines son territoire “de chasse”.

Shanis a parlé des premiers habitants de l’île, les “Hommes des bois et de la Terre”. Une civilisation aujourd’hui disparue, pratiquant une magie sombre et terrible. Il est de notoriété publique parmi les habitants de l’île d’éviter les ruines au Nord. Elles seraient maudites par le Mal qui aurait provoqué l’extinction de ce peuple.

La jeune fille a également mentionné une légende locale. L’histoire d’Hilge et Hobart, les fondateurs d’Havresol.
Premiers colons a avoir posé le pied sur cette île après la disparition des Hommes des bois et de la terre, ils furent les premiers a bâtir une maison et leur fils fut le premier enfant a naître sur ce rivage. A ce jour, on raconte que leur descendant aurait le droit de règne sur Havresol et sa population mais la lignée s’est perdue et personne ne sait vraiment s’il existe encore des héritiers de sang.
Ce couple légendaire aurait également reçu la bénédiction des quatre grands esprits de l’île et reçu de leur part des présents enchantés.
L’Esprit de la Mer leur a donné une perle nacrée. L’Esprit des bêtes leur a donné un croc parfait. L’Esprit de la Terre leur a donné un médaillon de granite. L’Esprit de la Forêt leur a donné une Graine de Vie.
La légende veut que si l’on retrouve les quatre reliques et qu’on les assemble, on reforme la “relique d’Havresol” qui donnerait à son porteur le pouvoir de commander aux éléments sur l’île. Ainsi, il saurait apaiser la mer et faire bonne pêche, il comprendrait les bêtes qui seraient apaisées en sa présence, il pourrait faire jaillir le minerai du sol et faire pousser la végétation à sa guise, ainsi que la guérir.

Personne ne sait vraiment à ce jour où se trouve les quatre morceaux de la relique. Beaucoup ont cherché sans succès. Shanis a cependant évoquer le “Lac des Amoureux”. Au fond de cette réserve d’eau pure comme le cristal, lieu de rendez vous privilégié pour tout les coeurs tendres de l’île, on saurait apercevoir une statue en parfait état des deux colons légendaires: Hilge et Hobart. Certains pensent que leur tombe et les reliques sont au fond des eaux mais personne n’a su les trouver.
avatar
Célestine Nalandris
Brisesort
Brisesort

Nombre de messages : 159
Age : 33
Date d'inscription : 14/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Cenaya le Lun 7 Jan 2019 - 22:18

A la tombée de la nuit, nous avons été rejoint par Shanis qui nous sert de guide sur l'île, nous avions convenu d'effectuer une reconnaissance pour prendre connaissance du terrain, de l'ennemi et de ses ressources en allant espionner leur mine d'extraction de l'azerite et de voir leur camp.

Trois chemains s'offraient à nous:
Le sentier côtier, le plus discret mais très accidenté et dangereux à certains endroits ou la falaise est écroulée.
La forêt, direct et peu fréquenté premettant d'atteindre rapidement leur camp et passant par le "Lac des amoureux" qui semble être un lieu sujet à des légendes locales. Cependant il y a des risques de rencontrer des élémentaires furieux d'azerite.
Et, la route, tout à fait praticable et mondaine, mais sans couvert et avec des passages ennemis.

Notre choix s'est porté sur le sentier côtier, le trajet a été long avec quelques passages délicats plus difficiles et des doléances tout du long avant d'arriver à leur mine.
Un petit groupe composé des rangers et de moi-même s'est faufilé jusqu'à l'entrer pour étourdir le garde avant de lui verser de l'alcool dessus comme subterfuge pour le discrédité et observer l'intérieur: La carrière n'est pas très grande, il y a une poignée de gardes: un pour garder les prisonniers casés dans une baraque, un à l'autre entré, trois devant la mine elle-même et un autre gardant la remise de rangement du matériel.
A noté qu'ils utilise des explosifs pour miner de l'azerite...

Pour retourné nous sommes passer à proximité du camps des"Sauveurs", il est composé d'une ferme avec une grange et un moulin, ils ont un poste mitrailleuse comme défense principale et sans doute d'autres tireurs, une quinzaine de "Sauveurs" y sont présent.
Un de ces immondes abrutis a trainer une elfe à l'arrière de la ferme pour la violer, malheureusement c'était trop risquer d'attaquer à ce moment. La rage et la puissance montait en moi j'ai du lutter pour rester "stable". Cependant dès que nous le pourrons, cet actes répugnant sera punit sans aucune pitié.
Nous en savons plus sur eux à présent, et nous nous préparons à les détruire.
Les ombres les consumeront.

Cenaya Sombrevent.
avatar
Cenaya
Ranger
Ranger

Nombre de messages : 239
Date d'inscription : 25/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Ivera le Mar 8 Jan 2019 - 20:01

Récupération d'azérite
Le 8 janvier de l'an 39

De nouvelles secousses ont eu lieu et cette fois ci à proximité du campement. Shanis nous a alors proposé d'aller récupérer de l'azérite tant qu'elle est encore liquide.

Munis de nos fioles, nous avons approché une brèche non loin de la plage. Plusieurs globules se sont formés à proximité. Nous avons du les éliminer pour avancer. La meilleure méthode reste d'atteindre leur coeur élémentaire.

Au final nous avons récupéré quatre doses d'azérite. Shanis nous a appris qu'il existait quelques méthodes simples pour utiliser de l'azérite à l'état pur. La première consiste à enduire nos armes avec pour plus de dégâts. Cela fonctionne aussi avec les munitions. La seconde sert à soigner les blessures qu'il suffit là aussi d'enduire d'azérite liquide pour guérir rapidement. Scarlett nous en dira des nouvelles.

Soldat Ivera Brunaurore

avatar
Ivera
Archer
Archer

Nombre de messages : 42
Age : 25
Date d'inscription : 06/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Atia le Sam 12 Jan 2019 - 12:05

Obliteration des Sauveurs
11 janvier 39

L’éruption d’Azerite fut pour nous une opportunité. Outre la confection de potion de notre côté, l’ennemi a dû rapatrier toutes ses forces sur son site de production et cela nous laissa l’opportunité de frapper et d’annihiler leur organisation fanatique et tyrannique d'un seul coup durant une série d'affrontements.

Tôt dans la journée, je procédai à de nombreuses reconnaissances avec Shanis, je pus repérer les positions et effectifs ennemis et organiser une stratégie globale pour venir à bout de ces chiens. Je fus témoin d’atrocité qui me motiva de plus belle à vaincre ces fous. Torture, surexploitations, viols et j’en passe. De retour à notre camp de base, je pris un peu de repos et organisai les troupes.

Notre premier objectif était la base arrière de l’ennemi, elle était composée de trois bâtiments, un moulin où étaient emprisonnés les esclaves sexuelles et un poste de mitrailleuse, une ferme faisant office de baraquement et une grange faisant office d’atelier et stocks d'armes. Les bécanes adverses étaient stockées entre le moulin et la ferme. L'objectif était d'éliminer ces troupes, prendre leurs armes et leurs bécanes pour la suite, nous avions besoin de mobilité. L’opération fut lancée selon mon plan, un groupe furtif s’empara discrètement du moulin et de la mitrailleuse pour couvrir l’opération du deuxième groupe qui attaqua la ferme. Le remue-ménage de l'attaque et le zèle d’Ivera à la mitrailleuse donnèrent l'alerte ce qui fit venir des renforts de la mine qui furent aisément vaincus par nos tirs. L’opération se déroula sans un accroc ni blessures. Du moins jusqu’à la grange.

Alors que je tentais de négocier la reddition de la grange, mes camarades, enragés par la découverte des esclaves sexuels, surtout celle de 14 ans, s’emportèrent et menacèrent les occupants de la grange. Je ne peux leur en vouloir, cette découverte fut bouleversante… Mais les conséquences furent terribles. Les gobelins de la grange firent exploser leur azerite et provoquèrent la destruction quasi complète du camp et la blessure terrible de beaucoup d’entre nous. Certains auraient pu mourir, dont moi, sans le recours aux potions d’azerite. Les plus gravement blessés furent ainsi sauvés et les autres soignés à la lumière. Nous nous sommes reposé une heure avant la suite de l’opération.

Dans la foulée de notre victoire, après le repos, nous sommes partie a l’assaut de la mine, cette fois en utilisant une stratégie de choc et effroi plutôt que d’infiltration. En utilisant les bécanes et leur mitrailleuse, j’ordonnai à un groupe de prendre d’assaut par la vitesse et la brutalité le camp ennemi. Un autre groupe discret prendrait l’ennemi en enveloppement au cas où ils sortent des armes spéciales contre l'assaut principal. Mais dans l’exécution, l’ennemi ne riposta guère et seul Daltheran fut légèrement blessé par l’attaque. Helas, une fois l'assaut initial terminé, Shaona manqua de prudence en attaquant la cabane du chef et elle fut gravement blessée par ce dernier qu’on réussit cependant à capturer. La quarantaine de prisonniers furent libéré dans leur ensemble et nourrit bien qu'ils furent terriblement épuisés. Nous leur avons demandé d’attendre et de se reposer, le temps que l’on attaque la toute dernière position ennemie, le phare.

Ce fut notre dernier objectif et nous savions qu’il n’y avait là que 3 soldats et deux chiens, donc autant en finir rapidement et ce fut le cas. Pendant le trajet malheureusement, le chef ennemi mourut de ses mauvais traitements. Une fois arrivé sur place, nous sommes passés à l'attaque. Le maitre chien tenta de fuir quand il vit notre force attaquer a bécane. Il fut capturé et ses chiens abattus. Les deux derniers fusiliers tentèrent de résister mais en vain. j’éliminai l’un d’eux et Ivera se chargea du deuxième, en emportant un peu un bout de phare au passage... Cette victoire acquise, nous sommes rentré en ville avec les civils. Sur place, je vis de la joie mais aussi quelques regards noirs. Je donnai alors instructions au Fils de faire respecter l'ordre et aux autorités de la ville d’organiser rapidement des procès en bon ordre pour éviter des vendettas aveugles. Je sentais derrière la joie des retrouvailles des vindictes naître, il fallait s'assurer que cela se passe le mieux possible. Ceci fait, j’en profitais pour aller me reposer.

Prochaines étapes, récupérer nos camarades restés à la grotte puis nous occuper du colosse élémentaire.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Célestine Nalandris le Lun 14 Jan 2019 - 18:31

Ils étaient tous là, à genoux sur le sol. Pleins de colère, de rage, d’aigreur. Tous soumis à la volonté d’une sociopathe et de sa bande. Ils avaient fait le choix, à contrecoeur, de la soumission. Peut être était-ce mieux que l'exécution sommaire?
Mégane observait l’Ordre des Fils de Quel’Thalas, faisant tournoyer sa batte entre ses mains. Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres carmin. Plissant les yeux, elle s’approcha un peu plus d’Atia et prit la parole.
- Je vais être franche avec toi. Je n’ai pas apprécié que tu exécute mes hommes... Et quand j’ai envoyé d’autres hommes pour tuer tes hommes parce que tu avais tué mes hommes, t’as tué encore plus de mes hommes.
Elle marqua une pause, plongeant son regard dans celui de la Thalassienne, la jaugeant tel un prédateur le ferait de sa proie.
-Ouais … C’est pas cool. Pas cool du tout… J’ai le sentiment que tu n’as pas idée à quel point toute cette affaire n’est pas cool mais … Tu vas vite comprendre ton erreur… Ouais .. D’ici quelques minutes, tu vas regretter d’avoir croisé ma route. Oh oui, tu vas regretter.
Elle se releva, faisant les cent pas devant la troupe agenouillée, leur offrant son petit numéro parfaitement huilé. Ils n’était sans doute pas les premiers a avoir droit à cette sordide représentation.
Satisfaite de sa prestation, elle retourna vers Atia afin de poursuivre son monologue.
- Quoi que tu fasses, tu déconne pas avec nous. Notre ordre se résume en une phrase, vraiment très simple alors même si t’es complétement conne, une possibilité que je n’écarte pas, tu devrais comprendre.
Elle marqua de nouveau une pause, affichant son large sourire satisfait. Combien de fois avait elle fait cette scène? Combien d’innocents avaient dut subir ce cirque malaisant?
-T’es prête? … On y va, écoute bien.


Tu bosse pour moi ou bien j’te tue


Elle se releva et reprit sa vadrouille, faisant tournoyer sa batte devant les invités du soir.
-C’était la journée portes ouvertes aujourd’hui. On a beaucoup investi pour que vous sachiez qui je suis et de quoi je suis capable.
Elle pointa les gens présents de son arme, un à un.
-Vous bossez pour moi maintenant. Si vous avez de l’azérite, vous me la donnez, compris ? C’est ça votre taff, désormais. Je sais que c’est une énorme part de gâteau à la merde, bien dégueulasse a avaler mais croyez moi, il n’y a qu’une chose que vous puissiez faire.. c’est l’avaler.
Elle marqua de nouveau une pause. Un silence de mort planait sur la forêt.
-Vous pensiez avoir gagné. Vous pensiez être en sécurité… j’comprend… mais il faut que vous vous rendiez à l’évidence. Non, vous n’êtes pas en sécurité. Loin de là. Et encore plus si vous ne faites pas ce que je veux. Vos vies, ça sera ça maintenant. Plus vous résisterez et plus ça sera dur pour vous.

Son regard dérangé se braqua de nouveau vers la légat.
-La prochaine fois qu’on vient en ville, tu nous laisse entrer. Elle est à nous, cette ville.
Si tu essaye de nous fermer la porte au nez, on la défonce et toi avec.


La pression était à son paroxysme. Ce n’était pas le moment de faire le malin. Ce n’était pas un temps à l’héroïsme inconsidéré. La moindre remarque, le moindre geste déplacé pouvait se conclure par la mort du téméraire, de l’arrogant ou d’un frère d’arme. Il fallait serrer les poings, encaisser, faire profil bas et subir pour mieux se relever. Il y avait encore une chance de s’en sortir, tous ensemble. Mais l’espoir fut de courte durée.

-Vous croyez quand même pas que vous allez partir d’ici sans être punis pour ce que vous avez fait, hein? Je veux pas vous tuer. Je veux que ça soit bien clair dès maintenant. Je veux que vous bossez pour moi, chose que vous ne pourrez pas faire si vous mourez. Je n’ai pas besoin d’engrais pour mon jardin. Mais vous avez tué mes hommes, un sacré paquet de mes hommes, au point que ça en devient gênant pour moi et pour ça, … pour ça vous allez payer.
Alors maintenant, je vais prendre l’un d’entre vous et lui défoncer la gueule
.


Mégane prit sa batte d’une main et la caressa amoureusement de l’autre.
-Elle, c’est Lucie. Et elle est … fantastique!
Tout ça, tout ce qu’on fait là, c’est pour désigner celui ou celle qui aura l’honneur de faire sa connaissance.


Elle s’approcha d’Ivera, s’agenouillant devant elle et l’observa longuement.
-Merde gamine, détend toi. Ou bien pleure un coup.
Elle s’approcha ensuite de Cenaya, la détaillant sous toutes les coutures comme une bête curieuse. Faisant mine de lever sa batte, elle dit:
-Tu verrais la gueule que tu tires, je ferais bien d’achever tes souffrances tout de suite.

Ce geste déclencha la colère et la rage de Shaona. Libérant sa magie, elle se releva d’un coup, brisant les jambes du premier type voulant s’interposer avant d’être finalement plaquée sans le moindre ménagement au sol par le tauren du groupe.
Atia haussa le ton, osant prendre la parole, intimant l’ordre à l’arcaniste de tenir sa place avant de se faire sèchement couper la parole par Mégane.
-Remettez la à sa place!
Megane soupira longuement, réajustant sa veste de cuir.
-Bien,... écoutez. Que personne ne s’avise a me refaire un coup comme ça! Je briserai les os du premier qui ouvre sa gueule, sans exception!
Elle pointa Shaona de sa batte et lui sourit d’un air narquois.
-Pour cette fois c’est gratuit, c’est un moment chargé d’émotion. J’laisse couler.

La sociopathe reprit son va et vient devant le groupe, sifflotant joyeusement, visiblement amusée par sa mise en scène et son petit jeu.
-Il faut que je choisisse quelqu’un. Tous le monde est en train d'attendre que je choisisse mon plat sur le menu.
Elle pesta, prenant un air déçue.
-J’arrive pas a me décider… Oh … J’ai une idée!

L’humaine pointa sa batte vers la tête d’Atia et la fixa durement.
-Am …
Elle passa à Ivera, juste à côté de sa légat.
-Stram…
Et continua ainsi, faisant glisser son arme devant le nez de chacun, prenant son temps dans un sadisme infini.
-Gram…

-Pic …

- Et pique …

-Et …

-Collégram …

- Bourre …

- Et bourre …

- Et …

- Ratatam …

- Am …

- Stram …

- GRAM.

Ivera avait Lucie devant son nez. Mégane affichait un sourire satisfait, espérant voir la peur dans les yeux de la jeune Sin’dorei à l’annonce de sa mort prochaine. Contre toute attente, l’humaine reprit son jeu.

- Mais comme …

- la reine …

-Et …

- Le roi …

- Ne le …

- Veulent …

- Pas…

- ça …

- sera …

-TOI.

La jeune chipie se figea, tremblante. Des larmes perlaient sur ses yeux, ses muscles tremblaient, hors de contrôle. Elle baissa les yeux, croisant le regard de certains de ses camarades. Certains avaient aussi peur qu’elle. D’autres étaient emplis de rage, de haine.
Ivera soupira une dernière fois.

- Au premier qui bouge, au premier qui ouvre sa gueule, vous arrachez les yeux du gosse et vous les faites bouffer à sa mère et on passera aux choses sérieuses!
Vous pouvez fermer les yeux. Vous pouvez souffler. Vous pouvez chialer. Oh ça oui, vous allez tous le faire!


Après avoir armé sa frappe, Mégane abattit son arme barbare, délivrant sa propre justice.

SCHLONK!

L’elfe, frappée par la batte, s’écroula sans une plainte. Le crâne brisé, fendu comme un fruit trop mûr. Les civils se mirent a pleurer, tâchant de contenir leurs plaintes face à l’horreur.

SCHLONK!
...
SCHLONK!
...
SCHLONK!
...
SCHLONK!

-HA, OUI!! Lucie est une véritable psycho’batte!! HAHA!! … Quoi? C’est si mauvais comme jeu de mot, hmm?

Mégane fit un grand geste de la main, secouant son arme ensanglantée, recouvrant les plus proches du sang de la pauvre femme. Sous ce contact déplaisant, Ivera sursauta un peu et ouvrit les yeux. Par réflexe, elle tourna la tête vers sa voisine de droite. Elle ne pouvait détourner le regard, rivé sur le corps encore tremblant de la pauvre Lellana. La marchande Quel’dorei était méconnaissable.

-Je pense que le message est passé, hmm? Bien. Maintenant, si cela ne vous dérange pas, on va vous laisser. Je crois bien que vous avez de l’azérite a récolter pour nous, n’est ce pas?
Mégane continuait de secouer sa batte, tâchant d’en chasser les fragments de peau et les touffes de cheveux s’y étant coincés.

-On passera vous voir dans une semaine et j’espère… Oh oui … J’espère que vous ne nous décevrez pas… sinon ..
Elle passa Lucie sous le nez des gens encore agenouillés en guise d’avertissement avant de claquer des doigts et de désigner Scarlett.
Aussitôt, deux Sauveurs vinrent se saisir de la prêtresse terrorisée et tremblante , la soulevant sans ménagement et la traînant vers un charriot.
-Ce qui est à vous est à moi. Elle vient avec nous… Je suis certaine que mes camarades vont apprécier sa présence. Après tout, vous avez bien amo…

Mégane n’eu pas le temps de finir sa phrase. Folle de colère et de rage face à l'enlèvement de sa bien-aimée, Finë s’était levée et ruée sur elle, lui encastrant son poing armuré dans le visage en beuglant.
Il fallut l’intervention du tauren et d’un orc pour maîtriser le chevalier en furie et lui plaquer le visage contre terre.

L’humaine se racla la gorge et cracha un molard sanglant en direction de l’elfe vindicative.
-PUTAIN! C’est CA!! C’est CA QUE JE NE VEUX PAS VOIR!!
La sociopathe se fit craquer la nuque, nerveuse et tendue.
-La première fois, c’était gratuit … Mais là, il va falloir payer. Je ne sais pas avec quels baratineurs vous avez eu a faire avant mais moi, je suis une femme de parole. Oh oui … Vous allez vite comprendre …

**************

La nuit avait recouvert l'île d'Havresol depuis quelques heures déjà et le silence imposé par le voile d'ombre recouvrant ses terres n'était troublé qu'occasionnellement par le hululement d'une chouette isolée. Dans la caverne servant de refuge aux Fils de Quel'Thalas, une silhouette furtive s'approcha de la couche de Daltheran qui profitait d'un peu de repos, somnolant encore habillé sur sa couche, son esprit vagabondant, pensant à leur situation actuelle, comment allaient ils régler le problème des Sauveurs, et comment Havresol s'en relèverait ...
- On m'a dit que tu n'étais pas contre un peu de compagnie ...
Elle se tenait devant lui, en tenue civile. Ses joues rougies par l'audace dont elle faisait preuve et les mains tremblantes, anxieuse dans l'attente de la réponse à ses avances.
- ... Même si tu ne m'aimes pas. Ce n'est pas grave, tu sais.
Lentement, elle fit glisser sa robe de lin, dévoilant son corps intégralement nue, aux formes harmonieuses. Elle ne se cachait pas, laissant l'homme admirer sa poitrine et son sexe.
Souriant légèrement, elle attendait son invitation ... ou autre chose.
Incrédule, il laissa son regard parcourir le corps de la femme, bouche bée, commençant à réaliser ce qui était en train de se passer.
Il se leva de sa couche, posant ses mains sur ses épaules, son regard dans le sien ... Et la repoussa, doucement, un air peiné sur le visage.
- Je ne sais pas qui vous a dit ça ... Mais je ne recherche aucune autre compagnie que celle qui occupe mon coeur et mes pensées ... Je suis désolé.
Il se baissa, ramassant la robe de lin et vint couvrir son corps dénudé.
- Vous êtes une jeune femme ravissante, mais je me refuse à trahir l'amour et la confiance partagés avec elle.

Au petit matin, elle s'approcha de nouveau de lui, apportant quelques fruits, noix et biscuits de marin. Il l'observa s'asseoir à ses côtés, la regardant avec le même air peiné sur le visage que lorsqu’il l'avait repoussé quelques heures auparavant. Elle n'osait pas le regarder en face, couverte de honte après ce qu'elle avait tenté de faire cette nuit. Cela ne l'empêchera pas de prendre la parole.
- Désolée pour hier... Je ne sais pas trop ce qu'il m'a prit ...
Elle se triturait les mains, nerveuse. Afin de faire disparaître ce tic, elle s'employa a dépioter des noix pour en offrir le fruit à l'homme devant elle.
- Tu dois penser que je suis une jeune lubrique qui s'offre à qui veut bien la  prendre ... mais je t'assure que ce n'est pas le cas.
Elle trouva le courage de le regarder en face. Son visage était marqué par la fatigue et la tristesse. Les derniers mois avaient été bien rudes pour cette jeune elfe.
- On m'avait dit que tu avais quelqu'un au pays mais je pensais que tu voudrais bien faire de moi une femme...
Elle prit une grande inspiration.
- ... J'ai le sentiment que la bataille a venir va être rude. Des gens vont mourir. ... J’ai peur ... Je ne veux pas mourir vierge ...

Elle se releva à la hâte après sa déclaration, laissant tout juste le temps à Daltheran de répondre.
Ce dernier resta silencieux jusqu'à ce qu'elle se lève, lui attrapant le poignet doucement, juste pour être sûr d'avoir le temps de lui répondre, évitant de la regarder dans les yeux.
- Je ... Je n'ai aucune raison de penser en mal de vous ... Dans un autre contexte, si je n'avais pas une compagne qui m'attends ... J'aurais ... accepté... votre offre.
Il se leva également et lui pris la main, son regard rivé dans celui de la jeune femme, tâchant de parler d'un voix douce et rassurante.
- Nous avons déjà affronté des situations plus désespérées ... Ce sera dur, mais n'importe quelle vie Thalassienne perdue est une de trop, nous ferons au mieux pour protéger le plus grand nombre.
Il la lâcha, se rasseyant, se grattant la tête d'un air gêné
- Je suis sûr qu'au pays vous trouverez quelqu'un ... Quelqu'un qui vous rendra vraiment heureuse, Shanis.


**************


SCHLONK!

Sur ses joues coulaient des larmes de peur, de douleur et de tristesse. Elle avait du mal a comprendre ce qu’il lui arrivait. Ses pensées se mélangeaient, confuses, brouillonnes. Est-ce que ça venait vraiment de lui arriver? A elle?! Elle entrouvrit la bouche …
-G..a...nnh….
Elle n’arrivait plus a parler. Son regard paniqué passait sur les gens présents qui la fixaient avec effroi.
-Ma...gn...ahh...ma…
-Et bien quoi? Tu essayes de parler? On ne comprend rien, tu sais?
Elle leva les yeux vers la femme devant elle, sa vision se faisant de plus en plus floue. D’un geste lent, elle tendit la main comme un ultime appel à l’aide.
-Ma … ma…. Ma..man …..

SCHLONK.

SCHLONK.

SCHLONK

SCHLONK.
avatar
Célestine Nalandris
Brisesort
Brisesort

Nombre de messages : 159
Age : 33
Date d'inscription : 14/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Célestine Nalandris le Mar 15 Jan 2019 - 17:20

Le village d’Havresol avait bien du mal a se relever des épreuves traversées au cours des derniers mois sous le joug des Sauveurs d’Azeroth.
La joie et la liesse présentent dans tous les coeurs le vendredi soir, à la libération de l’esclavage et à l’annonce de la fin du gang, avaient cédé place au doute, à la colère et au chagrin.

La journée de lundi fut calme. La plus grande majorité des familles savourant encore leurs retrouvailles mais pour une d’entre elles, ce jour était noir. Noir comme les nuages annonciateurs d’une tempête, porteurs de calamité et de destruction.
Syllana Fièraube était ravagée. Sa fille, sa chère et tendre enfant, arrachée à ce monde par la folie et la cruauté d’une femme. Shanis et elle n’avaient pas eu l’occasion de se revoir depuis plusieurs mois. Elles ne le pourraient plus. Pas d’adieu, pas de tendresse ou de geste affectueux, aucune dernière volonté. Un lien familial si fort, brisé et anéanti par les coups de batte d’une sadique.

Une cérémonie eut lieu en fin de journée. Les êtres chers furent mis en terre. On garni les sépultures, déposant des bouquets de fleurs hivernales afin d’honorer les disparus. Certains prirent la parole, racontant des anecdotes ou faisant les éloges des personnes dont on entendrait plus jamais la voix. Les Fils ayant côtoyés Lellena et Shanis purent s'exprimer, s’ils en ressentaient le désir, afin de délivrer leurs sentiments pour ces deux femmes qui ont perdu la vie pour que les héros de Quel’thalas puissent vivre.

Et lorsque le voile obscur de la nuit recouvrit enfin le village endeuillé, la tristesse se mua sournoisement en colère, sourde et aveugle.
Plusieurs personnes ne finirent pas la journée comme ils pouvaient bien l'espérer.
La première a subir l'ire de ses pairs fut Lanny Frappécu, une simple fille de pêcheur. Agglutinée dans la taverne, la foule en colère hurlait des insultes à son encontre alors qu’on lui rasait le crâne sans la moindre délicatesse avant de la lapider à coups de fruits pourris. Telle fut sa punition pour avoir volontairement écarté les cuisses aux Sauveurs afin de s’arroger quelques privilèges pendant leurs tournées de récoltes mensuelles.
Deux autres filles, Shanael Brillazur et Agathe Dastry, furent soumises au même traitement, pour les mêmes motifs. C’était peut être injuste mais rien ni personne ne saurait arrêter une vague de justice populaire menée par la colère plutôt que par le jugement.

Le maître-chien des Sauveurs fut également passé à tabac puis exécuté, les habitants ayant attendu le départ de la semi-démone Ashera pour passer à l’acte. On retrouvera son corps lardé de coups de couteau et molesté à coups de bâton.

La dernière victime fût Marisa Haut-Azur, la doyenne du conseil du village et collaboratrice avouée. L’aînée fût abattue d’une flèche dans le dos alors qu’elle tentait de fuir le village à dos d’âne. L’archère ayant délivrée le tir fatal n’étant personne d’autre que Syllana Fièraube. Une fouille complète du havresac de la défunte dévoila sans mal son intention de rejoindre les Sauveurs. On y trouva des registres et des notes concernant les Fils. A n’en pas douter, elle s'apprêtait a les vendre une seconde fois!
Il fût également possible d’apprendre, de la part de la mère de Shanis, que l’époux de Marisa et ses deux fils travaillent volontairement auprès des Sauveurs. Le plus inquiétant étant que l’un d’entre eux est un brillant ingénieur et que l’autre un arcaniste plutôt capable.


Résultats des actions du mardi:

Hanorya, Mathane, les autres volontaires et une vingtaine de civils purent rejoindre la mine d’Azérite sans encombre. Le travail au cours de la journée fut rude et beaucoup d’anciens esclaves n’étaient pas enjoués à l’idée de creuser encore en ces lieux. Seule l’idée d’une revanche violente contre les Sauveurs arrivait encore à les motiver a manier la pioche et la pelle.
Manque de chance pour l’Enseigne. Malgré toute sa bonne volonté, l’Azérite ne semble pas pouvoir être fondue. Ou peut être n’a t-elle pas encore la bonne technique ?
Les mineurs et leurs alliés eurent la surprise de voir passer, non loin de la mine, deux bécanes des Sauveurs. De toute évidence, ils patrouillent pour s’assurer que tout le monde joue le jeu, suivant les ordres de Mégane.

Ashera puis Cenaya purent faire, à peu de chose, le même rapport.
Le Nord ne semble pas maudit pour un sou malgré la très ingénieuse décoration mystique mise en place au sein de la nature. Epouvantails macabres, attrape-rêves et autres grigris de sorcière donne aux bois des airs inquiétants. La brume enveloppant l’endroit n’aidant sans doute pas non plus.
Les ruines, situées sur la côte de l’île, ont été investies par les Sauveurs et ces derniers en ont fait leur place forte. Les lieux semblent munis d’un atelier, d’une forge et d’un port.
Les éclaireurs de l’Ordre des Fils de Quel’thalas purent constater la présence de civils. Sans nul doute, il s’agit de la famille Haut-Azur. L’un d’entre eux travaillant à l’atelier, un autre à la forge et le dernier vadrouillant dans le bastion. Par contre, nul trace de la prêtresse ravie aux bras aimants de son chevalier.
avatar
Célestine Nalandris
Brisesort
Brisesort

Nombre de messages : 159
Age : 33
Date d'inscription : 14/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Ivera le Mar 15 Jan 2019 - 20:24

Point sur mes recherches
Le 15 janvier de l'an 39

Il ne nous reste plus beaucoup d'alternative pour lutter contre les pillards de Megane. Si la légende d'Hilge et Hobart est vraie, nous pourrions retourner les éléments de l'île contre nos ennemis.

Voici un extrait du résumé que nous avons obtenu sur cette légende :

La jeune fille a également mentionné une légende locale. L’histoire d’Hilge et Hobart, les fondateurs d’Havresol.
Premiers colons a avoir posé le pied sur cette île après la disparition des Hommes des bois et de la terre, ils furent les premiers a bâtir une maison et leur fils fut le premier enfant a naître sur ce rivage. A ce jour, on raconte que leur descendant aurait le droit de règne sur Havresol et sa population mais la lignée s’est perdue et personne ne sait vraiment s’il existe encore des héritiers de sang.
Ce couple légendaire aurait également reçu la bénédiction des quatre grands esprits de l’île et reçu de leur part des présents enchantés.
L’Esprit de la Mer leur a donné une perle nacrée. L’Esprit des bêtes leur a donné un croc parfait. L’Esprit de la Terre leur a donné un médaillon de granite. L’Esprit de la Forêt leur a donné une Graine de Vie.
La légende veut que si l’on retrouve les quatre reliques et qu’on les assemble, on reforme la “relique d’Havresol” qui donnerait à son porteur le pouvoir de commander aux éléments sur l’île. Ainsi, il saurait apaiser la mer et faire bonne pêche, il comprendrait les bêtes qui seraient apaisées en sa présence, il pourrait faire jaillir le minerai du sol et faire pousser la végétation à sa guise, ainsi que la guérir.

Personne ne sait vraiment à ce jour où se trouve les quatre morceaux de la relique. Beaucoup ont cherché sans succès. Shanis a cependant évoquer le “Lac des Amoureux”. Au fond de cette réserve d’eau pure comme le cristal, lieu de rendez vous privilégié pour tout les coeurs tendres de l’île, on saurait apercevoir une statue en parfait état des deux colons légendaires: Hilge et Hobart. Certains pensent que leur tombe et les reliques sont au fond des eaux mais personne n’a su les trouver.


En interrogeant l'ancienne du village (Maria Stromshield) j'ai pu glâner quelques explications. Le Lac des Amoureux existe et la statue aussi. Maria insiste sur le fait que seul l'amour peut nous aiguiller sur la piste des reliques. Elle a également suggéré que les eaux cristallines pouvaient nous aider dans cette quête. Je me suis donc rendue au lac pour examiner la statue. Celle ci représente les deux amoureux, mains tendues pour tenir un globe sur lequel figurent deux empreintes de mains et une représentation stylisée de l'ile d'Havresol. Sur le socle de la statue figure l'inscription : "L'Amour montre le chemin. La Passion illumine le destin. L'Union ouvre la voie."

L'inscription est peut être simplement là pour un effet de style. Quoiqu'il en soit la statue est bel et bien magique et avec l'enseigne Hanorya nous avons replacé l'orbe entre ses mains. Une magie semble s'être restaurée de cette façon. Mais rien d'autre ne s'est produit.

Nous n'avons plus de pistes à part celle de l'inscription :

- L'amour montre le chemin : cette étape a peut être été résolue en se rendant au lac et près de la statue engloutie.

- La passion illumine le destin : il s'agit de la formule la plus étrange, je n'y ai pas encore trouvé de signification concrète.

- L'union ouvre la voie : j'avais espéré que l'orbe remis sur la statue nous donne quelque chose de plus, mais rien n'y a fait.

La carte figurant sur l'orbe n'indique rien non plus. Le fait que la statue soit engloutie et que l'orbe soit tombé n'est peut être pas un hasard après tout. Après des millénaires, personne sur l'île n'a jamais trouvé à quoi servait la statue et ce que sont devenues les reliques. Si ces dernières se trouvent bien dans la tombe des amoureux, il faudra peut être en venir à la fracturer avec notre propre magie...

*Un dessin de la statue accompagne le document*





Soldat Ivera Brunaurore

avatar
Ivera
Archer
Archer

Nombre de messages : 42
Age : 25
Date d'inscription : 06/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Atia Hier à 13:49

Renouveau et défaite des Sauveurs
14 au 18 janvier 39

Le retour des sauveurs fut une surprise, une bien mauvaise surprise car cela coûta la vie à des civils, eut un fort impact moral sur la troupe et vit la capture de Scarlett. Mais nous avons pu remonter doucement la pente et les sauveurs furent vaincus. Hélas, la place fut prise par l’Alliance et je m’inquiète du devenir des villageois. J’ai donc proposé aux volontaires thalassiens de se réfugier chez nous, définitivement ou temporairement. Mais au final, le bilan de cette campagne est un échec complet.

C’est en allant retrouver nos camarades dans la grotte et pour escorter les civils jusqu'au village, que nous avons été pris en embuscade par une trentaine de combattant Sauveur fraîchement débarqué. Un moment tendu a débuté, surtout quand nous avons vu Shani blessé au pied d’un certain Simon, chef de cette bande. L’humain nous ordonnait d’abandonner nos armes, mais nous avons refusé à moins d’avoir des garanties. Ce qu’il finit par nous donner, nous pûmes soigner Shani, a eu la garantie de récupérer nos armes après des négociations puis obtenu la sécurité des civils. Ceci fait, la vraie cheffe des Sauveurs, Morgane apparue et vint nous parler.

Elle nous annonça qu’elle était mécontente qu’on ait tué ces hommes mais que maintenant on allait travailler pour elle en compensation. En guise de message, elle tira au sort un de nous. Ce fut la marchande Lellana qu’elle tabassa à mort à coup de batte de baseball trahissant sa parole. Elle prit ensuite Scarlett en prisonnière et acheva Shani à coup de batte également avant de nous renvoyer au village en promettant de revenir dans une semaine pour récupérer un chargement d’Azerite.

Écoeuré et rempli de haine, après avoir enterré les deux pauvres victimes, nous avons commencé à préparer notre riposte tout en donnant l’air de coopérer pour s’assurer de la sécurité du village et de Scarlett. Nous avons donc miné de l’azerite pour livraison mais surtout pour notre usage. Nous avons multiplié les patrouilles, la fabrication d’explosifs et de poison, formation d’une milice locale, tentative de récupérer une ancienne relique pour nous aider, etc. Cela se fit sans gros encombre, à part une visite surprise de Mégane où nous avons joué le jeu pour continuer de nous ménager du temps et une attaque d’élémentaires d’azerite que nous avons repoussé par le combat et la ruse.

Mais petit à petit nous étions prêt, soit pour les repousser dans position défensive et de contre-attaque soit pour une offensive. Cependant un changement majeur est apparu et un changement inattendu. Des gyrocoptères de l’Alliance et une flotte de guerre sont arrivés, assiégeant la base de nos ennemis. Nous n’avions plus le temps de tergiverser, il fallait attaquer en nous faisant passer pour des mercenaires à la solde de Havresol. Notre but à présent était de libérer notre camarade et capturer les responsables, l'île et l'azerite, au vu de la puissance alliée était à présent inaccessible. Notre attaque débuta donc peu après celle de l’Alliance. Nous avons utilisé un chariot d’azerite pour attirer l’élémentaire qui nous avait posé tant de problème et Shaona le conduit au cœur de la base ennemi tandis que nous avons utilisé nos préparatifs des jours précédents pour faire sauter quelques positions ennemies. Le chaos était complet dans la base, entre les différents camps en combat, plus l’élémentaire qui en affronta un second lâché par les Sauveurs. Combat de colosses, corps à corps, tirs, explosions rythmèrent notre progression confuse dans ce dédale de mort assourdissant. Nous ne pouvions qu’avancer, ventre à terre jusqu’à notre objectif pour ensuite nous enfuir le plus vite possible avant de finir écrasé entre les différents adversaires.

La porte de la forteresse fut notre premier obstacle de taille, mais nous l’avons détruit avec notre réserve d’explosif avant de nous engouffrer à l’intérieur, l’Alliance sur nos talons. Mathane fut blessé par les défenseurs ennemis mais, grâce à un fumigène d’Ivera, nous avons pu prendre d’assaut la position adverse, découvrant avec stupeur qu’elle était tenue par des civils mal armés que nous avons maîtrisé sans mal. Parmi eux se trouvait une des survivantes de l’ambassade thalassienne envoyée ici. Mais l’Alliance a achevé tous les ennemis, y compris notre compatriote fanatisée, et nous demanda, à nous mercenaires, de rester en retrait. Au moins, notre petite comédie marchait et nous avons suivi l’Alliance qui ouvrit la voie durant un moment avant que l’on se sépare. Nous avons ainsi réussi à retrouver la piste de Scarlett vers le sommet de la forteresse. Sur le chemin nous avons capturé Simon, le bras droit de Mégane avant de retrouver cette dernière et Scarlett. À ce moment, les choses furent étranges.

Nous avons vu Scarlett, la batte Lucie dans la main, attendant patiemment pendant que Mégane préparait quelque chose. Nous voyant, la meurtrière brandit un détonateur mais Cenaya et Ivera, que j’avais envoyé furtivement se rapprocher, se jetèrent sur elle pour la capturer. Elle put cependant activer le détonateur qui déclencha diverses explosions dans la base mais ne brisa pas la forteresse. Mais soudain, alors que Mégane était capturée, Scarlett l’acheva d’un trait de lumière dans la nuque. Surprise par ce geste, j’ordonnais l’arrestation de Scarlett et ordonnais dans la foulée l’évacuation par portail. En effet, l’Alliance investissait la place et notre couverture ne tiendrait guère. J’envoyai un message par archéographe à nos compagnons resté au village avec une instruction pour autoriser les civils thalassiens voulant quitter l’île à les suivre. De retour à Quel’thalas, je fis libéré Scarlett et lui demanda des explications, elle avoua l'avoir tué pour nous empêcher de tomber aussi bas que notre ennemi en cédant à notre désir de vengeance. Je n'ai guère épilogué et j'ai donné congé à la troupe, menant les réfugiés à la retraite.

Le bilan de cette campagne est pour le moins difficile. Nous avons pu rentrer à Quel’thalas, libérer notre camarade et vaincre les Sauveurs mais il reste que cette mission est un échec, les ambassadeurs que nous devions retrouver son mort ou passé à l’ennemi, l’azerite a été perdu au profit des sauveurs puis de l’Alliance (dont les forces déployées étaient très largement supérieures) et nous n’avons pu pleinement aider la population locale. Certes, nous sommes nous toujours là pour prendre notre revanche et les sauveurs ne serons plus une menace, ce qui adoucit un peu le bilan. D'autant qu'il reste assez peu d'azerite sur l'île suite à l'exploitation des sauveurs, faisant du déploiement de l'alliance une opération très coûteuse pour finalement assez peu. À noter que le prisonnier a été remis à notre psychomancienne pour extraire les informations de son esprit et le civil qui nous a accompagnés témoignera de la situation, espérons que cela suffise à satisfaire l’état-major malgré notre défaite. Pour la suite, Fils et Filles, je vous invite à vous reposer, à reprendre des forces tant physique que mentale, la guerre n'est pas fini et ne laissons pas cet échec et ces épreuves nous empêcher de continuer à servir notre nation. Pour Quel'thalas!

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Sauveurs d'Azeroth

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum