Les azerites sont éternelles

Aller en bas

Les azerites sont éternelles

Message  Ivera le Mer 16 Mai 2018 - 14:12



Légat Silverswell,

j'ai appris qu'un groupe de cinq marchands de notre royaume a été fait prisonnier par des rebelles dans la région des Tarides du Nord au neuf du mois. Les ravisseurs exigent une rançon et je crains que les autorités locales mettent en danger la vie des otages. Il est hors de question que nous avancions les sommes exigées vis à vis de nos alliés orcs, aussi je donne pour ordre à vous et à vos hommes de mettre un terme à cette situation.

Nous disposons pour l'heure d'un seul contact du nom de Fandros Aubéclat dans le port de Cabestan. Fandros est un négociant loyal à notre cause et a été prévenu de votre arrivée. Il saura vous indiquer quoi faire par rapport à nos amis. Vous le retrouverez au magasin d'import-export à la sortie de la ville.

Ramenez les otages au port de Cabestan et assurez vous que cet accident ne puisse pas se reproduire.

Que le soleil vous guide.

Commandant Sangrépine

avatar
Ivera
Ouvrier
Ouvrier

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 06/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Atia le Ven 18 Mai 2018 - 11:35

La Mine aux elfes par Hekathi
16 Mai 38

Mon adorable lecteur, me voilà devant toi, lascive et tendre, pour te raconter cette petite histoire que nous avons vécue hier. Sache avant de commencer que je suis paisiblement installée dans le confort, bien que relatif, d’une maison marchande pendant que le reste de l’ordre grelotte dans des tentes dans un cimetière gobelin. Cela m’amuse beaucoup lecteur! Mais revenons à cette mission que nous avons accomplie, si tu le veux bien mon estimé liseur.

Il était une fois, un ordre de jeunes elfes fous dirigé par une Légat toute petite petite, un lieutenant topissime et une enseigne n’aimant pas la science, qui reçut une lettre pour une mission de sauvetage aux Tarides. Des elfes avaient été enlevé et on demandait une rançon en or, l’état-major avait décidé, que la rançon serait en arcanite tranchante. Une solution somme toute valable tu en conviendras mon lecteur. Même si pour ma part, je préfère que l’on paye en or, cela peut éviter quelques atteintes à ma précieuse intégrité physique. La légat étant indisponible, prisonnière du labyrinthe infâme de l'administration et des rouages de la hiérarchie militaire, c’est donc le Glorieux Lieutenant, qui eut l’honneur de mener la mission avec sa troupe. L’aventure commença donc! N’est-ce pas palpitant? Pas encore, tu as raison lecteur. Mais tu va voir, c’est amusant.

Le groupe de jeunes elfes fou, arriva donc à proximité de Cabestan, lieu de rencontre avec leur contact local. La lettre précisa bien que la rencontre devait se faire dans la boutique import export a la sortie de la ville. Mais ceci échappa à nos chefs, ce qui fut fort amusant car bien que je leur eut redonné l’information, je fus ignorée. Nous avons donc erré dans la ville gobelin, profitant des paysages et du spectacle de cette ville ma foi si insolite. Finalement, après une experdition (contraction d'expédition et de perdition, tu as bien deviné mon brillant lecteur!) urbaine nous avons fini par trouver la boutique d’import export. À la sortie de la ville, comme prévu, oui. Nous y avons rencontré notre contact qui donna des informations capitales pendant qu’à côté un débat sur les beignets débuta. Oui lecteur, je sais c’est confus! Mais ça l’était! Car tant un groupe était sérieux à écouter les informations, tant un autre semblait vouer un culte étrange à cette pâtisserie sucrée. L’on m’ordonna donc de les faire taire, ce que je fis via un sort de silence. Cela, curieusement, courrouça fortement Aessya et ce malgré mon petit spectacle d’illusion. Philistine… Quoi qu’il en soit, nous avons appris que les prisonniers étaient dans une mine et une ancienne forge abandonnée par les garroshar qu’un clan orc mécontent tenait. L’occasion d’une petite visite de courtoisie!

Notre petite troupe pédestre fit ainsi sa randonnée jusqu’au site désigné par notre ami marchand. Ce fut une promenade plutôt agréable, mon lecteur, les Tarides de nuit sont belles à voir, tu sais. Et nous avons donc vu cette mine et cette forge. C’est alors que le petit ballet classique débuta. Mon lecteur, la routine est assez simple, les éclaireurs vont éclairer, les autres attendent en discutant d'un plan d’action, puis tout parti n’importe comment et on oublie tout plan en attaquant en ligne droite. Eh bien, c’est précisément ce qui s’est passé. Éclaireur repéré, ennemi déployé, charge lancé. Bref la routine habituelle. Et, comme tu t’en doutes bien mon lecteur, je fus absolument divine et décisive durant ce combat, écrasant les ennemis avec grâce et puissance sous l'admiration générale de l’ensemble de mes camarades qui me vénérèrent de reconnaissance. Si si lecteur, c’est comme ça que ça s’est passé! Et s’ils ne sont pas d’accord, ils n'ont qu'à écrire les rapports eux-mêmes, non mais!

Après la victoire contre les orcs, grâce à moi, je te le rappelle lecteur, nous sommes entré dans la mine où nous avons trouvé une partie des prisonniers mais pas leurs biens ni leurs serviteurs vendus comme esclave a un gobelin. Plutôt une mauvaise nouvelle car cela impliquait que nous ne pouvions encore rentrer chez nous, mon liseur. Nous sommes donc retournés à la boutique avec les prisonniers qui furent soignés et nous nous sommes installé, le temps de savoir quoi faire pour les serviteurs vendus. Il m’apparaît donc nécessaire à ce stade de te dire au revoir mon adorable lecteur mais ne t’inquiète pas, bientôt, nous nous rêverons! Un bisou pour te faire patienter.


Hekathi Cathubodua

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4618
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Arévas le Sam 19 Mai 2018 - 21:15

Rester de marbre
Le 18 mai de l'an 38

Ce soir-là, nous profitions de la fraîcheur accordée par la nuit tombant sur les Tarides. Le Sire Aubéclat nous annonça qu’après quelques recherches et pots de vin versés aux bonnes personnes, il était apparu que la cargaison de la caravane avait été vendue et écoulée sur le marché, principalement de Cabestan. Il était à présent peu probable de pouvoir retrouver ces marchandises. Pour ce qui était des marchands secourus mercredi, ils avaient été évacués en lieu sûr dans l’attente de leur rapatriement. Aubéclat nous félicita à nouveau pour avoir réglé le problème sans avoir eu à payer de rançon.

Il enchaîna en nous informant que le principal bénéficiaire de la revente de la marchandise était un syndicat de mineurs relativement influent au sein du Cartel Gentepression. Celui-ci possédait une mine au Nord-Est de la région où des investigations pouvaient s’avérer intéressantes à mener. Aubéclat nous demanda de nous rendre sur place et de nous introduire dans le complexe afin de dérober les documents du directeur ainsi que le contenu de son coffre personnel. Si possible, nous pouvions aussi saboter les installations présentes afin d’ajouter à la confusion. Je demandai à notre commanditaire si nous devions opérer sous couverture mais il demanda, au contraire, que nous agissions officiellement, Cabestan étant de toute façon au courant de notre présence depuis mercredi. Il ajouta par ailleurs que le Cartel était souvent en contact avec les patrouilles d’Orgrimmar et que nous devions donc la jouer extrêmement fine.

Alors que nous prenions congé de notre hôte et que nous grimpions sur nos montures, je fis part de ma grande perplexité à ma troupe, qui la partagea à l’unanimité. Notre mission, à savoir libérer les otages, était accomplie. Pourquoi Aubéclat avait-il besoin d’une troupe expérimentée comme la nôtre pour faire un travail digne d’une bande de pillards ? Et surtout, pourquoi voulait-il que nous agissions officiellement sous les couleurs de Lune-d’Argent alors que cela risquait de mettre à mal les relations entre la Horde et le Cartel Gentepression ? Nous décidâmes d’agir prudemment, craignant un éventuel retour de situation.

Une fois arrivés à la mine, qui était en fait une excavation de marbre, nous échafaudâmes notre plain d’action. Nous nous fîmes passer pour une délégation officielle de Quel’Thalas à la recherche de toutes sortes de fournitures pour l’effort de guerre, avec un portefeuille en conséquence évidemment. Même si le directeur du site était absent pour le moment, la secrétaire nous accueillit chaleureusement et il fut facile de discuter avec elle et de lui soutirer des informations. Malheureusement, elle ne nous révéla rien d’intéressant, nous confirmant seulement que les attaques de caravanes marchandes étaient courantes dans la région. Ma troupe se dispersa afin de discuter avec les autres employés mais rien d’intéressant ne fut relevé non plus. Cenaya en profita pour se mettre furtivement à la recherche du bureau du directeur ainsi que de son coffre. Nous poursuivîmes en décidant de préparer une méthode plus musclée, afin de bousculer les employés pour les rendre plus enclins à nous révéler ce que nous cherchions. Cependant, une condition était nécessaire avant de déclencher ce nouveau plan : trouver les serviteurs vendus comme esclaves. Je me rendais donc dans la mine accompagné des jumelles afin de jouer le négociant intéressé mais voulant s’assurer des conditions de travail avant toute transaction. Pendant ce temps, Hekathi invita mentalement les Gobelins à placer des explosifs sur leurs propres machines tandis que le reste de la troupe se dispersa autour des gardes afin de se tenir prête à les neutraliser rapidement à mon signal.

Hélas, une fois dans la mine, nous fîmes à nouveau chou blanc, aucun esclave ne s’y trouvait. Je commençais sérieusement à douter des informations d’Aubéclat. Nous ressortîmes de la mine et je pus voir la déception dans les yeux de mes compagnons quand ils comprirent que je ne donnerai pas le signal. Heureusement, Cenaya fut de retour avec quelques trouvailles, le contenu du coffre du directeur. Ce dernier n’allait certainement pas être ravi de ce vol, aussi allions-nous devoir nous éclipser rapidement. Néanmoins, vu que tout le personnel était au courant de notre venue, et que notre but officiel avait été de vouloir rencontrer le directeur pour faire affaire, nous allions devoir l’attendre si nous voulions rester crédibles. Heureusement pour nous, le directeur nous ignora superbement lors de son retour, nous permettant de nous éclipser en prenant un faux air déçu. Nous quittâmes donc les lieux rapidement avant que les contremaîtres ne se rendent compte du sabotage prêt à exploser. Je décidai de ne pas donner l’ordre de tout faire sauter et de laisser ce choix, et cette responsabilité, directement à Aubéclat, la secrétaire nous ayant informé que la mine faisait affaire avec Orgrimmar.

De retour à la boutique d’import-export, nous rendîmes compte de notre opération. Aubéclat fut étonné de notre façon de procéder mais la trouva néanmoins intéressante. Il reconnut que jouer finement avait ses avantages et fut d’accord pour ne pas faire sauter les charges afin de ne pas risquer de froisser les relations entre le Cartel Gentepression et la Horde. Il fut également très satisfait des trouvailles de Cenaya dans le coffre du directeur de la mine. Il nous annonça qu’il ferait son possible pour tenter de retrouver les serviteurs vendus comme esclaves et nous libéra de son service.

Alors que nous quittions Cabestan, après avoir pris congé d’Aubéclat, Cenaya nous fit une révélation. Elle avait trouvé un objet particulièrement intéressant dans le coffre du directeur et avait décidé de ne pas le remettre à Aubéclat. Il s’agissait d’un fragment d’azérite, le minerai cristallisé apparu en Silithus et qui faisait l’objet de toutes les convoitises. Ainsi, ceci était la preuve que cette nouvelle richesse circulait déjà en dehors de la région frappée par Sargeras, affolant sans doute le marché noir. Nous gardâmes cette découverte pour nous afin de l’étudier sérieusement à tête reposée et sans nous exposer publiquement, qui sait ce que ce fragment pourrait nous révéler ?

Puisse la Lumière nous accompagner.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2309
Age : 31
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Ivera le Mar 5 Juin 2018 - 21:17

Légat Silverswell,

Je tiens tout d'abord à vous féliciter pour votre réussite dans les Tarides. L'opération ne s'est pas déroulée comme prévu mais votre découverte surpasse toutes mes attentes. L'échantillon d'azérite est désormais sous votre garde, cette information devra rester confidentielle vis à vis de nos alliés de la Horde.

L'affaire n'est cependant plus de mon ressort. Le magistrat Clair-ciel a pris la relève après lecture de votre rapport. Votre présence à la Flèche de Ternesoir ce mercredi au soir est vivement recommandée : le magistrat souhaite vous rencontrer ainsi que vos hommes.

Que le soleil vous guide.

Commandant Sangrépine
avatar
Ivera
Ouvrier
Ouvrier

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 06/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Ivera le Jeu 7 Juin 2018 - 10:53

Rappel de ce que vous avez obtenu hier soir :


Plan de Zoucumba



Zirik, le comptable. Vendeur d'esclaves, amateur de golf.


Runulf, le fondeur. Pilote de course, ancien militaire.


M. Jack Folidor. Joueur professionnel.


Crocilisque Peggy. Trafiquante d'animaux, propriétaire de yacht.


Liste des gadgets :

- Collier laser
- Doudou à fusion
- Bottes altéranes
- Bague décodeuse
- Valise auto-copieuse
- Appareil P.R.O.F.I.L. Mod X
- Montre à gousset de strangulation
- Trou portable

avatar
Ivera
Ouvrier
Ouvrier

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 06/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Arévas le Dim 17 Juin 2018 - 15:20

Se dorer l'azérite au soleil - 1

Le 06 juin de l'an 38

Ce jour-là, conformément à la demande du Commandant Sangrépine, nous nous rendîmes à la Flèche de Ternesoir afin de rencontrer le magistrat Clair-ciel. Une fois sur place, ce dernier nous informa qu’il avait découvert l’existence d’un trafic d’azérite, le fameux minéral découvert en Silithus, et que la plaque tournante se trouvait dans une station balnéaire huppée où le blanchiment de richesses était monnaie courante, sans jeu de mots. Le magistrat nous annonça que nous allions devoir nous rendre sur place afin de priver le trafic de ses principales têtes pensantes. Pour ce faire, nous allions opérer sous une couverture qui serait à notre convenance, Lune-d’Argent ne devant pas être suspectée d’implication. Afin de nous faciliter un peu la tâche qui nous attendait, il nous fournit de nombreux gadgets dignes des récits d’espionnage, la liste et la description physique de nos cibles, ainsi qu’un plan et des gnomographies des lieux. Tout ceci est joint en annexe au présent rapport.


Le 08 juin de l’an 38

Nous étions prêts à partir pour notre mission, confiants dans notre couverture. Celle-ci reposait sur deux éléments essentiels, des nouveaux riches qui souhaitaient découvrir la luxueuse station balnéaire et attirer l’attention sur eux, et leurs serviteurs discrets qui pourraient ainsi en profiter pour observer et agir dans l’ombre. Ainsi, je pris le rôle d’un artiste gnomographe ayant fait fortune grâce à ses clichés, Elerina joua mon épouse à son grand plaisir et Leoryn notre fils nonchalant et paresseux, Atia et Ivera jouaient nos serviteurs et Fine notre garde du corps. Cenaya joua le rôle d’une braconnière avec les jumelles Aerrya et Aessya à son service. Deux groupes avaient plus de chance de succès qu’un seul qui aurait attiré toute l’attention.

Arrivés à destination, l’endroit avait tout du refuge pour richards souhaitant fuir les problèmes du monde et oublier leurs soucis grâce à leur argent. Chacun de nous joua pleinement son rôle et nos talents d’acteurs ne furent jamais aussi efficaces. Nous décidâmes de nous séparer afin de multiplier nos actions. Le groupe Arévas, Fine et Leoryn, est allé d'abord à la réception afin de réserver une suite ainsi que le spa pour la soirée. Ils sont ensuite allés sur la plage où ils ont rencontré un Elfe de sang effrontément ostentatoire dans ses manières de riche, du nom de Menelas. Celui-ci leur a assuré être en mesure de pouvoir leur indiquer les gens intéressants à rencontrer, notamment au casino mercredi soir où une très grosse partie était prévue. Le favori pour remporter la mise était Le Chiffre, un Réprouvé s'étant spécialisé dans ce genre d'activité lucrative. Le groupe Elerina, Atia et Ivera est allé sur les docks pour voir les bateaux. Elles ont réussi à identifier le vaisseau de Peggy et entrer en contact avec elle mais aussi explorer le bateau pour voir les lieux. Elles ont pu constater que l'ensemble était gardé par moins d'une dizaine de Hobgobelins et des animaux féroces. Il y avait aussi une zone luxueuse derrière une grille, probablement les quartiers personnels de Peggy. Cenaya a réunit des infos en ville. Un contact avec la vendeuse de maroquinerie lui a permis de savoir que Peggy donnerait une réception mercredi soir au golf et qu'il serait possible de la rencontrer là. Pour le casino, les plus grands joueurs alors présents étaient Gazlo McProd, M. Jack Folidor, et un certain "Le Chiffre", les tables de prestige demandaient une mise minimum de 2000 écus , et le personnel était sans cesse à la recherche de joueurs de talent aux autres tables ou au restaurant du casino. Pour "Le Fondu", il allait participer à une course autour du volcan à l'aube, mercredi matin,  étant favori avec une Orque du nom de Guma. Le Fondu piloterait un bolide doté de deux fusées imposantes et d'un large aileron, Guma piloterait un bolide doté de deux fusées et peint en rouge.


Le 10 juin de l’an 38

La suite de nos investigations se poursuivit en cette chaude fin d’après-midi. Ainsi, le groupe Arévas, Elerina, Cenaya et Fine est allé voir le circuit de course autour du volcan. Le Fondu était le grand favori pour gagner la course. Le groupe s'est rapproché du second favori, une Orque du nom de Guma. Pour une rondelette somme de 600 pièces d'or, l'Orque annonça être en mesure de provoquer un accident pour assurer le trépas du Fondu en même temps que de s'assurer la victoire et ainsi valider certains paris en sa faveur. Atia et Ivera sont allées au casino s'amuser un peu et observer. Elles ont vu deux des joueurs du tournoi, un Reprouvé très calme et analytique, très fort au poker et un Nain joueur agressif et déstabilisant, très fort en bluff et en coups offensifs. Atia hésitait sur faire participer les Fils ou sponsoriser un des joueurs afin d'approcher les autres joueurs. Quoique courte, cette dernière occasion de préparer notre coup fut des plus importantes avant d’entrer dans le vif du sujet les jours suivants.

Lieutenant Arévas Summerbreeze


Dernière édition par Arévas le Ven 22 Juin 2018 - 13:37, édité 1 fois

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2309
Age : 31
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Atia le Ven 22 Juin 2018 - 10:40

Se dorer l'azérite au soleil - 2
13 juin
Ce soir-là, était le soir de l’action principale, un des mouvements décisifs pour nous permettre de dénouer le tout. Nous étions invités à une soirée golf pour le comptable Zirik, unes de nos cibles prioritaires, où était également présente la braconnière Peggy. Elerina continua de jouer le rôle de la maîtresse avec Leoryn comme fils, Ivera et moi en servante, Falrhen en trésorier et Cenaya comme braconnière.

Nous avons appris en début de soirée que le fondu s’était tués durant la course, comme prévu, ce qui avait augmenté nos chances et nous l’avons saisi durant la soirée pour prendre du renseignement. En effet, durant la soirée au golf, nous avons découvert que c’était l’anniversaire de Zirik et je suggérais à Elerina qu’elle m’offre comme présent au gobelin. Cela me permettrait d'être à ses côtés en toutes circonstances pour saisir la bonne occasion de le capturer et de lui soutirer des informations. Je fus ainsi offerte en cadeau peu après que Peggy ait offert un hippogriffe en cage à Zirik. Tout était à présent en place pour le drame à venir.

La soirée s’est ainsi passée calmement, alors que nous préparions nos coups, guettant le moment propice et celui-ci arriva finalement. Alors que j’étais enfermé au sauna avec Zirik, Cenaya, Fine et Elerina, après s’être allié à l’hippogriffe, libérèrent celui-ci qui attaqua Peggy et l’amena au loin. L'événement provoqua une panique totale qui me permit de capturer Zirik avec l’aide de Falrhen et Leoryn. Nous avions deux des principaux acteurs entre nos mains et il ne nous restait plus qu'à les interroger..

Ils révélèrent que tout l’Azerite était partie à la banque du casino tenu par Folidor. Nous savions maintenant où nous devions frapper et pour éviter les problèmes nous avons maquillé les interrogatoires. Peggy fut mise en pièces comme si elle avait été tué par l’hippogriffe et même, je flashai à l’aide de notre appareil photo gadget Zirik pour lui faire tout oublier. Ainsi couverts, nous avons pu reprendre nos rôles en attendant le prochain mouvement.

15 juin
Jour final de l’opération, nous avions à présent un objectif clair, la banque du casino et quelques pistes. La première était de se rendre directement au casino comme client et de demander à constater la sécurité par nous-mêmes. La deuxième était basée sur des rumeurs de trésor caché dans le volcan. Je me rendis avec Leoryn et Ivera au casino et nous fîmes chou blanc, le manager était inquiet, nerveux et refusa de nous en dire plus. C’était suspect mais nous n’avons pas voulu mettre à dos les autorités si tôt.

L’autre groupe, cependant, réussi a trouvé une zone suspecte pleine de panneau d’avertissement et de mine qui mena jusqu’à une grotte dissimulé. Visiblement, la zone était importante et Falrhen vint nous chercher. Nous nous sommes rééquipé et nous avons décidé d’explorer l’endroit. Nous sommes alors tombé sur un vaste souterrain terrain solidement gardé par des mercenaires et malgré nous des Élémentaires de vapeurs..

Les affrontements ponctuèrent notre périple dans ce complexe surchauffé et envahi de vapeur jusqu'à arriver au coffre-fort de la banque, sommairement gardé. Nous avons fait céder les gardiens par l’intimidation et réussi à ouvrir le coffre avec leur concours. Nous n’avons pris que notre objectif, même si je permis de prendre un et un seul souvenir par personne. Le reste, les locaux se débrouilleraient avec et avec l’inflation que cela provoquerait indubitablement dans leur région.

Une fois ressorties, nous avons repris nos rôles et profité de l’exode massif des touristes depuis l’incident de l’hippogriffe pour disparaître. De retour, le butin fut remis à notre commanditaire et nous avons pu reprendre nos identités.

Legat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4618
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les azerites sont éternelles

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum