Ab furoris Normandorum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Mer 23 Nov 2016 - 19:20

Les fils eurent droit à un curieux manège aux alentours de 20h45 ce soir-là. Une reprouvés, ado d'apparence, portant couette et vêtement élimé se mit à courir en tout sens pour les trouver, attirant leur attention en sautillant, tirant leur vêtement ou par des "hey" vif et rapproché. Les plus connaisseurs auront reconnu Birette et bien sûr "Steeve", l'asticot vivant dans sa joue gauche. À noter que ce doit être l'asticot le plus vieux qui soit car certains des fils la connaissent depuis 8 ou 9 ans et l'ont toujours connu avec Steeve, étonnant. Toujours est-il que la reprouvée demanda au fils de se réunir de toute urgence vers 21h dans la salle de briefing sur ordre de la dame noir. Ce message donné, la "jeune" reprouvée s'éclipsa pour chercher un autre fils à qui faire passer le message.

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Ven 25 Nov 2016 - 15:10


Fils et filles,

Je m’excuse de ne pas pouvoir être à vos côtés pour le moment. Il semble que les diverses opérations et leur cortège de fluctuation magique de haute et basse intensité ainsi que la variété des énergies ont eu de vilaines conséquences sur ma maladie arcanique. Même si le retour du puits avait presque réglé le problème, il semble que je fasse une rechute. Les médecins de Dalaran me gardent donc en observation et m’interdisent tout effort magique pendant un temps afin de voir s’ils ne peuvent pas me soigner définitivement ou au moins renforcer mes défenses.

Cependant, je ne vous oublie pas et, ayant eu vent de la tragédie de la flotte réprouvée et de la trahison de l’Alliance, j’ai fait envoyer rapidement du matériel, des fournitures et des vivres pour que vous puissiez compléter avec votre équipement actuel. Malheureusement, vu les difficultés de Dalaran, les perturbations arcaniques et la guerre globale, je ne peux vous garantir un approvisionnement profus et complet si loin de nos bases sécurisées. Pensez donc à vous ravitailler sur le pays au cas où un ravitaillement serait manquant ou incomplet.

Autre point, essayer de maintenir la mission initiale de Fossoyeuse. Leur but, au-delà de chercher l’artefact de la région, était d’éventuellement rallié des vrykules contre la Légion. Cependant, vu la nouvelle donne, ils vont sans doute se lancer à corps perdu dans leur quête de vengeance coûteuse et inutile. L’Alliance a décidé d'être notre ennemie, soit, nous la combattrons quand nous la croiserons mais ne perdons pas de vu que le véritable ennemi est la Légion.

J'espère pouvoir vous retrouver bientôt, en attendant je vous confie aux bons soins de vos officiers.

Légat Atia Silverswell


Reserves initiales

Messires et mesdames, j’ai prit la peine de refaire le compte approximatif de nos stocks en l’absence de Madame la Legat et voici où en sont nos stock actuel, soit environs 1 semaine et demi de réserve en comprenant le coût de nos opérations pour l’ensemble de l’ordre et des auxiliaires.

Stock:
Vivres : 6 300 thalers
Matériel : 14 400 thalers
Argent : 30 000 thalers

HRP: Veloce a une idée intéressante pour animer les rp hors event, je pensais l’appliquer sur ces deux derniers jours en lien avec ma campagne mais comme elle ne l’a pas encore présenté je vais attendre pour ne pas lui piquer le projet. Cela dit restez attentif au forum pour voir cette proposition et ainsi que les applications sur la campagne. Je précise aussi que j’active la logistique pour la campagne avec tout ce que cela impliquera comme activités. Mais je vous en reparlerais bientôt!


Dernière édition par Atia le Sam 26 Nov 2016 - 11:08, édité 1 fois

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Ven 25 Nov 2016 - 17:11

Arrivée à Tornheim
Le 23 novembre de l'an 36

Après quelques jours de repos bien mérités à Dalaran, nous eûmes la surprise et le relatif plaisir de retrouver une vieille connaissance pour les plus anciens membres de l'Ordre. La Réprouvée Birette, car c'était d'elle dont il s'agissait, nous avait demandé de nous réunir ce soir-là pour recevoir une mission de la Chef de guerre Coursevent, le lieu de rendez-vous se situant dans le bâtiment du même nom.

Cependant, le soir venu, ce ne fut pas Birette qui vint nous voir, mais un individu vêtu de cuir, le visage caché par une capuche qui ne laissait apparaitre que 2 yeux rouges brillants. La nouvelle venue se présenta comme étant Lucita la Fauchelumière de l'ordre des Traque-Lumière de l'église des Ombres Oubliées, notez qu'il faut prendre une bonne inspiration avant de pouvoir dérouler un titre aussi long d'un coup. Cet ordre, bien que relativement peu médiatisé, ne nous était pas inconnu, il s'agissait d'une formation d'élite réprouvée qui était chargée d'affronter les adeptes de la Lumières les plus fanatiques, comme la Croisade écarlate en son temps, voire ceux de l'Alliance à présent...

Cette charmante dame nous expliqua que la Chef de guerre avait rassemblé une flotte en urgence après la débâcle du Rivage brisé, afin de relancer un débarquement sur un autre front, plus au Nord, à Tornheim. Malheureusement, cette nouvelle flotte avait été attaquée par des forces de l'Alliance, sans que l'on en sache plus sur les conséquences de l'affrontement. Une Réprouvée, ancienne élève de notre amie Sandiel, si si, nous créa un portail fidèle à son enseignement mais dans son propre style macabre, et nous nous retrouvâmes sur la côte Nord-Ouest de la région, à proximité d'un camp de fortune monté par les Réprouvés.

Là, nous allâmes nous présenter à l'Amiral Graves, un colosse qui nous dominait tous de sa hauteur, en charge des lieux. Celui-ci nous confirma que c'était bien l'Alliance qui était à l'origine de l'attaque, mais plus précisément la 7ème Légion, nous pensions alors y voir plus clair. En effet, cette troupe d'élite était certes connue pour ses nombreuses actions d'éclat, ainsi que pour sa participation décisive à conflits majeurs comme en Norfendre ou en Pandarie, mais elle avait également pris une place importante dans la guerre entre Gilnéas et Fossoyeuse. Compte tenu des rumeurs sur la vendetta du Roi Grisetête, il y avait fort à parier que ce dernier avait réuni dans cette troupe tous ceux souhaitant en découdre avec les Réprouvés, quitte à briser la trêve avec la Horde et à s'opposer aux idéaux pacifistes du jeune Roi Wrynn.

Mais tout ceci n'était que spéculation, pour l'instant nous devions nous concentrer sur un aspect plus immédiat des choses. L'Amiral Graves nous raconta comment la flotte réprouvée avait été attaquée depuis les airs par la canonnière de l'Alliance, la Chef de guerre en personne avait abordé le navire volant mais avait disparu ensuite avec lui dans sa chute après la bataille. Son bras droit, Nathanos le Flétrisseur, était parti à sa recherche avec ses rangers sombres. A côté de tout cela, il incombait à l'Amiral de regrouper et d'organiser les survivants afin de poursuivre l'exploration de la région.

Nous offrîmes naturellement nos services et nous nous vîmes confier notre première mission, à savoir partir à l'Est à la recherche de survivants ou de matériel utile au camp. L'Amiral précisa que nous devions nous attendre à des combats face à l'Alliance, auquel cas nous ne devions pas faire preuve de pitié et massacrer nos ennemis, en prenant soin de rapporter les corps humains afin qu'ils soient relevés en tant que nouveaux Réprouvés. Nous partîmes donc dans la direction indiquée, à travers le relief accidenté de la région, ce qui nous permit de prendre de la hauteur et de constater l’ampleur des dégâts sur les épaves échouées un peu partout. Puis, nous trouvâmes une épave proche de nous et facilement atteignable à pieds, dont le seul problème était qu'elle était déjà en train d'être fouillée par des hommes de la 7ème Légion. Conscients que la diplomatie n'était plus de mise avec cette unité revancharde, nous lançâmes un assaut direct et brutal afin de profiter de l'effet de surprise en surgissant des brumes, je donnais néanmoins la consigne d'épargner ceux qui souhaiteraient se rendre.

Cela n'arriva pas car le combat fut rapide et l'ennemi mis en pièce, les derniers debout retournant leurs propres armes contre eux plutôt que de les déposer. Je donnais l'ordre d'incinérer les corps plutôt que de les ramener au camp comme demandé, ordre qui fut logiquement et majoritairement approuvé par la troupe. Notre ennemi est certes fourbe de nous attaquer en ces temps troublés, mais il mérite notre respect et le repos dans la mort, libres aux Réprouvés de faire ce qu'ils veulent de leur côté. D'autant plus qu'il nous avait facilité la tâche en rassemblant tout le butin intéressant du navire sur le pont, il ne nous restait qu'à nous servir. C'est alors que des griffons et leurs chevaucheurs plongèrent sur nous, provoquant un nouvel affrontement qui connut la même issue que le précédent. C'est alors que nous pûmes voir une troupe beaucoup plus importante qui se dirigeait vers nous, nous emportâmes donc tout ce que nous pouvions et repartîmes vers le camp.

Arrivés sur place, l'Amiral Graves sembla ravi de notre efficacité, appréciant pleinement notre aide dans ces moments difficiles. C'est alors que la Fauchelumière Lucita apparut, nous reprochant de ne pas avoir rapporté de corps humains comme demandé, nous avait-elle observé durant notre mission ? Nous invoquâmes le fait que nous avions dû décrocher en vitesse face à l'arrivée de renforts ennemis, mais elle sembla trouver que cette excuse nous arrangeait bien, avant de disparaitre à nouveau. L'Amiral, pour sa part, ne sembla guère surpris, connaissant la faiblesse des vivants pour le sens éthique, ce qui paraissait même l'amuser en opposition à la Fauchelumière, il ne nous en tint pas rigueur. Une fois le butin déposé, nous eûmes l'autorisation de nous installer en abord du camp, je donnais mes consignes pour que la troupe participe aux diverses activités des lieux ainsi qu'aux patrouilles.

Je profite de ce rapport pour féliciter l'ensemble de la troupe qui a su mener cette première mission avec professionnalisme. Bravo également pour avoir su faire la différence entre combat face à l'ennemi et vengeance aveugle, en ayant laissé les corps en paix plutôt qu'en les condamnant à une non-vie de servitude. N'oubliez pas que pour l'instant, nous sommes seulement sûrs que c'est le Roi Grisetête et la 7ème Légion qui s'en prennent à la Horde, et non l'Alliance dans son ensemble. Ainsi, et jusqu'à confirmation ou infirmation de ce fait, nous devons nous défendre si des Alliés nous attaquent mais nous ne devons pas provoquer ceux qui ne se montreraient pas hostiles. N'oublions pas que le véritable ennemi reste la Légion Ardente.

Puisse la Lumière nous guider dans ces heures sombres.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Sam 26 Nov 2016 - 17:15

Attaque de la 7ème Légion et abandon du camp
Le 25 novembre de l'an 36

Ce soir-là, comme depuis notre arrivée, la pluie ne cessait de tomber sur la région, ne facilitant pas les tâches quotidiennes du camp réprouvé où nous étions installés. Mes sous-officiers d’intérim pour la mission, Aessya et Vaszreath, avaient veillé à l'exécution de mes consignes et les Fils avaient pris à cœur d'apporter leur concours à nos alliés. C'est alors que la Fauchelumière Lucita apparut, surgissant de l'ombre comme à son habitude, pour nous avertir que la 7ème Légion était en marche pour nous attaquer à l'aide de troupes régulières et par voie terrestre depuis la plage. Cette tactique nous sembla bien simplette de la part de cette unité d'élite, car nous avions un avantage certain depuis notre position en hauteur.

J'ordonnais aux troupes de se mettre en place, les combattants lourds en première ligne pour encaisser l'assaut et les contenir, les arcanistes en retrait avec une vue dégagée pour bombarder la troupe ennemie durant son déplacement, et les rangers et furtifs dans les bois à proximité afin de frapper à revers ou sur un cible importante en retrait. La tactique se révéla parfaite, à l'exception d'une initiative malheureuse d'Aessya qui chargea au lieu de tenir sa position, car l'ennemi fut d'abord bien entamé par les catapultes à peste réprouvées puis décimé par nos forces. Nous apprîmes ensuite que la 7ème Légion avait également tenté un assaut avec des griffons sur les hauteurs, repoussé par les défenseurs réprouvés sur place.

Fort de ce succès, nous fîmes un rapide bilan de nos blessés peu nombreux, puis nous commençâmes en envisager l'idée de nous déplacer à l'intérieur des terres pour poursuivre la mission d'exploration de la région. La Fauchelumière Lucita réapparut pour nous informer qu'il restait un petit camp d'Alliés qui avaient refusé de suivre leur commandant dans cet assaut désastreux. Nous fûmes divisés sur le sort à donner à ces derniers éléments, je plaidais pour les épargner et se servir d'eux comme émissaires auprès de l'Alliance pour tenter de mettre fin aux agissements revanchards de Grisetête et de la 7ème Légion. L'Amiral Graves, pour sa part, voulait finir le travail et les bombarder afin de les éliminer sans risque, comme il était le chef des lieux, nous dûmes nous résoudre à le suivre dans cette nouvelle mission.

Mais alors que nous arrivâmes au camp retranché allié, nous vîmes un drapeau blanc hissé par une jeune femme visiblement inoffensive. A notre grande surprise, compte tenu de ses ordres, l'Amiral Graves autorisa les pourparlers, sans doute pour gagner du temps afin que ses catapultes puissent se mettre en position. Une Naine à l'apparence bourrue et avec un pistolet démesuré vint nous trouver, la négociation pouvait officiellement commencer. Elle ne nous cacha pas son mépris pour Grisetête, arguant que la 7ème Légion n'avait pas à être au service de la vendetta personnelle d'un seul homme, que le véritable ennemi restait la Légion Ardente, et que celle-ci nécessitait l'union de tous afin d'être vaincue. Ravis de trouver un adversaire de notre avis, nous n'eûmes pas le temps de poursuivre la discussion car des ennemis inattendus attaquèrent le camp allié et l'arrière-garde réprouvée. Il s'agissait de Vrykuls, les géants ancêtres des Humains que nous avions déjà rencontrés et combattus en Norfendre, quand ceux-ci s'étaient mis au service du Roi-Liche. Ces Vrykuls-ci ne semblaient pas laisser de doute sur leur propre allégeance, tant ils laissaient transparaître leur corruption démoniaque par tous les pores de leur peau.

Nous fûmes rapidement encerclés et nous dûmes effectuer un repli à travers un flanc de montagne, balayé par une pluie torrentielle. La Lumière et les éléments nous sourirent car nos poursuivants perdirent notre trace dans la tempête. Nous progressâmes ainsi durant un moment, longeant la côte jusqu'à trouver une petite crique au bord d'une falaise, et dont l'érosion avait crée un abri naturel facilement défendable en cas d'attaque. Nous nous installâmes avec le peu de matériel que nous avions pu sauver dans notre repli, et je déléguais à nouveau mes consignes à travers mes seconds pour les heures, ou les jours, à venir. A noter que nous étions alors accompagnés par des Alliés ainsi que des Réprouvés qui, comme nous, étaient parvenus à échapper aux Vrykuls corrompus, espérons que tout ce petit monde saura éviter de s'étriper et collaborer, le temps que nous nous sortions de cette mauvaise passe.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Sam 26 Nov 2016 - 17:38

Réserves après la fuite

Messires et mesdames, j’ai fais les comptes de nos réserves et c’est pas trop trop bien! C’est même pas trop bien du tout! On a plus qu’une journée pour manger et on ne pourra pas entretenir notre équipement plus d’une batailles! On va devoir vite trouver de quoi remplacer sinon ça va être dangereux.

Stock:
Vivres : 504 thalers
Matériel : 1 152 thalers
Argent : 2 400 thalers

Sybile Cwes Wyloir


Précision : les vivres correspondent à l’eau, la nourriture, la boisson, les médicaments et fournitures de soin. Le matériel correspond aux munitions, l’équipement, le matériel d’entretiens, de remplacement, potions, matériel rituel et magique, etc. En sommes les vivres sont utiles a la santé du personnage, le matériel à sa capacité de combat. Une personne consomme 30 thalers de vivre par jour, 20 thalers de matériel par jour hors batailles et entre 80 et 120 thalers de matériel en plus par jour de combat.

Des expéditions son associé a la campagne et vous pouvez les retrouver ici :
http://quelthalas.forumactif.com/t2449-tableau-des-missions#27857

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Dim 27 Nov 2016 - 11:42

Recuperation de vivre sur la cote

Je prends la peine d’écrire ce bref billet pour prévenir que moi-même (Lynn) ainsi que Natéany et Falrhen, avons procédé à une exploration de la côte pour trouver de quoi nous sustentés pour les prochains jours. La prise a été relativement maigre, nous avons trouvé pour environ 3 kg de coquillages, 2.5 kg d’algues, 8.5 kg de poissons et chassés un crabe d’environ 25 kg. Une petite baleine nous a aussi fait de l’oeil mais nous n’avons pas osé partir au combat contre elle sans enchantement pour marcher sur l’eau ou respirer dans l’élément liquide, surtout à trois. D’après votre intendante, nos captures nous ont donc rapporté les valeurs suivantes.

Vivres : 290 thalers
Matériel : 50 thalers

D’après l’intendante, cela correspond a de quoi nous ravitailler pour un peu d’une journée mais au moins avec les réserves que nous avions déjà nous pourrons tenir encore un peu sans avoir le ventre vide. Cependant, elle a annoncé que compte tenu de nos stock nous allons passer au rationnement de vivre et de matériel.

Lynn Fearill

Note: compte tenu du rationnement, tous les jets sont maintenant sanctionnés d’un malus de -5 cela correspond au manque d’énergie dû au peu de nourriture. De plus, vous perdez votre attribut de section, donc les troupes lourdes n’ont plus que 2 points de sauvegardes, les troupes légères doivent choisir entre bonus à distance et cac et perdent leur bonus contre les ralentissements et immobilisations, les arcanistes n’ont plus qu’une AoE et le temple n’a plus son bonus de soin. Cela représente le manque de fourniture d’entretien, l’usure des armures, le peu de fourniture médicale, de munitions et d’objets magiques. Pour pallier à ça, n'oubliez pas les missions que j'ai postées dans la section associée, d'autres pourront être ajouté et si vous voulez en proposer sur le thème n'hésitez pas à me les communiquer, si elles sont intéressantes, je les ajouterais à la liste.

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Mar 29 Nov 2016 - 15:51

Déplacement des troupes vers les montagnes
27 novembre 36

Comme il semble que ce soit aux auxiliaires de faire tout le travail, je vais donc m’atteler à ce rapport de nos dernières opérations. Notre principal mouvement a été initié par la naine que l’on connaît sous le nom de Trembletresse et qui semble diriger ce qui reste de l’Alliance dans le secteur. Elle a décidé de profiter des trois corps d’armée que nous formions pour explorer les alentours selon trois axes. Ce à quoi nul ne vit d’objection, pas même la Fauchelumière. La naine avait repéré 3 chemins vers l'est, un par la plage, un par des tunnels et un par le plateau. Les Thalassiens décidèrent de prendre par le plateau, les réprouvés par le tunnel et l’alliance par la plage. Ceci décide, tout le monde s’est mis en route.

Je vais commencer par ce qui s’est passé du côté des thalassiens. Nous sommes arrivés sur un haut plateau abritant diverses espèces animales et végétales, un décor bien plus naturel que ce que nous avions vu jusque-là. Bien que ce ne fût pas non plus luxuriant, c'était de bon augure pour chasser et se ravitailler un minimum. Cependant, les éclaireurs se heurtèrent assez vite à un obstacle de taille, en reprenant vers l’ouest, ils trouvèrent un vrykul isolé et plus loin des montagnes remplies de sortes de dragons électriques chassant là.

Nous avons décidé de ne pas tenter le passage en force et avons engagé le dialogue avec le vrykul. Il fut surpris de nous voir et surtout de nous voir si “petit” mais ne fut nullement hostile. Il révéla être Gunnar aux yeux jaunes, du clan Svartbjørner. Il était coincé ici après avoir rendu visite à sa “Louve des glaces aux cheveux de feu” et suite à une dispute qui eut raison de sa barque. Les dragons lui bloquaient la route et il ne savait comment repartir. Son clan était visiblement en guerre contre le clan Smaragder Ulfgar dirigé par Ulfgar le verdâtre. Ce clan et ce jarl semblaient avoir déclaré la guerre à tous les clans de la région, peut-être un membre de la Légion vu le surnom de son chef.

À ce moment, nous avons décidé de rester à proximité du vrykul et de rassembler nos forces (y compris nos alliés) en vue de passer en nombre par les montagnes. Une partie de l’ordre s’employa alors à chasser tandis que d'autres partirent à la recherche de nos alliés pour qu’on puisse monter le camp sur le plateau. C’est là que je vais décrire ce que les autres trouvèrent durant leurs propres pérégrinations.

Les reprouvés eurent fort à faire, dans les cavernes. Ils tombèrent sur une puissante sorcière vrykule vivant là depuis de nombreuses années. Depuis ce repère, elle créait des tempêtes et des cataclysmes pour faire s’échouer les navires à proximité. Ce qui explique le nombre d’épave que nous avons découverte. Elle ne fut guère ainsi amicale et les reprouvés durent la combattre. Ils perdirent dans l’opération 8 des leurs mais libérèrent la grotte qui palpitait encore de la magie sombre de la défunte propriétaire. Ils décidèrent donc de prendre ce qu’ils pouvaient emporter et évacuer rapidement. C’est là qu’ils trouvèrent les éclaireurs thalassiens et revinrent vers nous.

Pour l’Alliance ce fut différent, outre quelques crocos marins, ils n’eurent aucune opposition. Ils trouvèrent un camp abandonné qu’ils pillèrent puis arrivèrent aux abords d’une habituation. Là, vivait Hedwig, une vrykule rousse vivant du commerce de cidre qu’elle produisait elle-même. Il s’agit très certainement de la fameuse “Louve des glaces aux cheveux de feu”. Ce qui fut confirmé quand les éclaireurs thalassiens arrivèrent et parlèrent du vrykul que nous avons rencontré et qu’elle évoqua être son “incapable d’ours de la banquise”. Toujours est-il que l'alliance arrivée la fut invitée à goûter la production de la vrykule et profita de son hospitalité jusqu’à l’arrivée des éclaireurs pour le rassemblement. La Vrykule cependant fit une révélation très intéressante. Les dragons sont nomades et vont de perchoirs en perchoir pour chasser, leur présence va donc diminuer et finalement disparaître sous peu. Ce qui nous laissera l’opportunité de poursuivre notre route.

En attendant, nous avons pu chasser pour 2100 thalers de vivre et 1380 thalers de matériel. Soit un peu plus de 4 jours à demi-ration ou 2 jours à rations complète et de quoi encore un peu maintenir notre matériel avant qu’il ne tombe en poussière.

Répurgatrice Lynn Fearill

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Jeu 1 Déc 2016 - 11:21

Bilan de la semaine du 23 novembre 36 au 1 décembre 36
Par Sybile Cwes Wyloir

Stock initial:
Vivres : 504 thalers
Matériel : 1152 thalers
Argent : 2400 thalers

Variation de stock:
Vivres :
Pertes : Total = 6375 thalers
consommation normale= 6300 thalers, consommation diverse = 75 thalers
Gains : Total = 2390, ravitaillement = 3150, achats = 7 500 thalers

Matériel :
Pertes : Total = 15300 thalers
Consommation normale = 2100 thalers, consommation opérationnelle = 13200 thalers, consommation diverse = 0 thalers
Gains : Total = 1430 thalers, ravitaillement = 7200, achats = 7 500 thalers

Argent :
Pertes : achats = -15 000 thalers
Gains : 0 thalers, ravitaillement = 15000

Stock final:
Vivres : 7169 thalers
Matériel : 1982 thalers
Argent : 2 400 thalers

Bilan : Messires et mesdames, malgré notre rationnement, nos réserves sont arrivé à néant en matière de nourriture et de matériel. L’usure de notre matériel est d’ailleurs si avancée que le remettre en état génère un gros surcout. Hélas, quoique les arcanistes aient communiqué à la Légat notre position, elle ne put que nous envoyer qu’un peu moins de la moitié de nos besoins. Notre situation étant vilaine, j’ai reçu l’autorisation de dépenser nos réserves monétaires pour acheter vivre et matériel aux messires vrykuls. Ils acceptèrent, vu la situation toute moche, à vendre au prix de gros. Mais même avec ça, nos réserves de sous sont devenu très basses et, du coup, il n’y aura aucun versement de solde cette semaine. L’arriéré de solde sera reversé une fois nos que finances iront mieux. Nous allons donc devoir continuer à chasser et éventuellement piller pour récupérer ce que nous pouvons. Cependant, nous n’avons qu’une demi-semaine de vivre et deux jours de matériels. Donc si nous ne récupérons rien rapidement, je vais devoir nous faire retomber dans un rationnement.


_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Jeu 1 Déc 2016 - 12:42

Attaques et profanations
Le 30 novembre de l'an 36

Ce soir, nous étions à nouveau presque à cours de vivres et il était temps de reprendre la route. Le Vrykul Gunnar Aux-yeux-jaunes vint nous voir afin de nous avertir que les dragons étaient partis, poursuivant leur migration comme annoncé et libérant ainsi le passage qu’ils occupaient. Notre nouvel ami et guide désigné nous enjoignit à rejoindre le Thing, ou rassemblement des clans dans sa langue, afin d’avertir les différents chefs du ralliement d’Ulfgar le Verdâtre à la Légion Ardente. Cette idée nous ravit car nous étions toujours à la recherche d’alliés contre les démons. Nous reprîmes donc la route, toujours accompagnés des restes de l’Alliance et des Réprouvés, et nous pûmes traverser le terrain précédemment occupé par les dragons électriques sans encombre, si ce n’est quelques retardataires dont nous avons rapidement pu nous défaire.

Nous arrivâmes finalement au lieu indiqué mais une désagréable surprise nous y attendait. Le Thing, lieu hautement sacré pour les Vrykuls, était occupé par les forces de la Légion Ardente, majoritairement composées de Gangrevrykuls pour l’occasion, accentuant encore l’infamie. Pire encore, en plus des cadavres gisant un peu partout, les conquérants se pavanaient avec les restes d’un gardien titan, brandissant sa tête de pierre comme un trophée. Cette action devait être hautement symbolique car Gunnar s’en trouva fort affecté, il craignait ainsi que ses dieux aient abandonné son peuple et que tout ceci n’était que l’illustration terrestre de ce fait. Nous réussîmes à le ressaisir et le convaincre, qu’au contraire, il s’agissait d’une mise à l’épreuve de ses mêmes dieux justement, ceux-ci exigeant vengeance et réparation pour une telle profanation. Visiblement remonté, Gunnar nous proposa de rejoindre son clan, le plus ouvert au dialogue avec des étranges et le plus susceptible de porter notre message aux autres clans, selon lui.

Nous repartîmes donc encore pour une longue marche, et nous fîmes une découverte inattendue durant le trajet. En contrebas d’une falaise gisait une canonnière de l’Alliance, certainement celle de la 7ème Légion dont l’Amiral Graves nous avait parlé. Sans hésiter, la Fauchelumière Lucita nous laissa là afin d’aller voir l’épave à la recherche d’indices concernant la Chef de guerre Coursevent, laissant également les Réprouvés restants en notre compagnie. La Naine Trembletresse nous quitta également avec sa troupe afin d’aller retrouver ses éventuels camarades survivants, nous assurant qu’elle ferait son possible pour les convaincre de laisser la vendetta du Roi Grisetête de côté pour se concentrer sur le combat contre la Légion Ardente. Après cette séparation, nous tombâmes à nouveau sur une nouvelle surprise, tout aussi désagréable que la précédente. Une forteresse vrykule était assiégée par les forces démoniaques, celle du clan Isørn, ou des aigles de glace, le clan le plus belliqueux et le plus puissant de la région, selon Gunnar.

Nous contournâmes l’endroit et nous parcourûmes encore les sentiers battus durant de longues heures. Puis, enfin, nous arrivâmes à un village appartenant au clan Svartbjorner, ou ours noirs, dont était issu Gunnar. Comme nous pouvions nous y attendre, les habitants locaux furent étonnés de notre venue mais visiblement soulagés de revoir Gunnar en vie. Malheureusement, alors que nous espérions trouver des guerriers avides de revanche pour la profanation du Thing, nous ne vîmes que le désespoir dans leurs yeux quand ils nous racontèrent que les forces d’Ulfgar avaient poussé leurs conquêtes un peu partout et que rien ne semblait pouvoir les arrêter.

C’est sur cette note pessimiste que la soirée prit fin. Nous nous vîmes offrir l’hospitalité et le couvert par les Vrykuls et nous en avions bien besoin, affamés et même malades pour certains d’entre nous. Prenons du repos et tâchons de refaire notre stock de vivres et de matériel auprès des marchands du village. Nous aurons fort à faire pour les convaincre que les forces de la Légion Ardente peuvent être arrêtées et même vaincues, nous devons faire en sorte de leur servir d’exemples à travers nos campagnes précédentes contre cet ennemi, et pas laisser apparaître de doutes quant à notre victoire future et inévitable.

Puisse la Lumière nous donner raison.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Dim 4 Déc 2016 - 12:22

Pillage d’une caravane

Durant les jours de vie dans le camp vrykul, nous avons décidé de partir attaquer une caravane du clan ennemi. En effet, les hommes d’Ulfgar envoyaient des caravanes pour ravitailler les troupes assiégeant le clan Isorn et ceux occupant le site sacré du thing. Le sergent Ishaelys mena donc une petite expédition pour s’emparer d’une caravane autant pour gêner l’adversaire que nous renforcer nous-même.

Par chance nous sommes tombé sur un chariot dont l'essieu avait être brisé sur le chemin. Nous avons dû y affronter trois vrykuls mais nous avons terminé victorieux de ce combat et voici les résultats du pillage.

Vivres : 930 thalers
Matériel : 2180 thalers
Argent: 2260 thalers

Lynn Fearill

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Dim 4 Déc 2016 - 14:25

Trahison et châtiment
Le 02 décembre de l'an 36

Ce soir-là, nous profitions d’un temps de repos, à l’abri au sommet d’une tour de garde surplombant le village. Après une avant-veille pleine de déceptions et de difficultés, avant notre arrivée chez nos hôtes vrykuls, la journée d’hier avait vu notre moral bien remonter suite aux chasses organisées afin de mériter notre gîte et nos malades étaient guéris. Hélas, une nouvelle ombre au tableau apparut quand nous vîmes une troupe de guerriers rentrer au village, et vu leur état, ils semblaient avoir été mis en difficulté. Gunnar nous confirma la chose en annonçant qu’il s’agissait du Jarl Skeggi à la barbe de feu, chef de son clan, qui était de retour. D’après notre ami, un chef du nom de Donar avait trahi le Jarl pour prêter allégeance aux Dieux Emeraude, autrement dit les démons de la Légion Ardente, et toutes les places fortes et autres agglomérations du clan étaient tombées suite à cette défection. Seul restait le village où nous stationnions présentement.

Le Jarl vint alors nous voir, nous impressionnant par sa taille et sa carrure, il portait visiblement bien son nom, avec sa longue barbe rousse flamboyante. Après de rapides présentations, il chercha à savoir si nous étions vraiment capables de lutter contre les Dieux Emeraude. Il faut dire que notre relative petite taille devait lui laisser un doute, mais il se montra plus confiant après que nous lui ayons raconté que nous connaissions bien cet ennemi pour l’avoir affronté à de nombreuses reprises aux cours des siècles, et triomphé de lui à maintes occasions. Le Jarl nous présenta alors la situation, plusieurs événements ayant lieu simultanément, il souhaitait avoir notre avis sur la façon de procéder.

Tout d’abord, le clan Isørn était toujours assiégé mais tenait bon, leur forteresse était la plus puissante de la région et on pouvait espérer que cela dure encore un moment. Ensuite, des démons avaient été aperçus dans les alentours d’une nécropole où reposaient des nombreux guerriers vrykuls, et cela constituait un sacrilège. Le Jarl nous parla ensuite des Val’kyrs, un ordre de femmes guerrières, qu’il souhaitait rallier dans sa lutte. Enfin, il convenait de châtier Donar pour sa trahison. Notre choix se porta facilement et rapidement sur la nécropole, car nous expliquâmes au Jarl que les démons étaient friands d’âmes et d’esprits, et qu’ils en avaient également besoin pour invoquer leurs armées. Convaincu, le Jarl nous annonça que l’assaut sur la nécropole allait nécessiter un temps de préparation pour ses guerriers, il nous demanda alors, en attendant, d’aller au village d'Akstad pour tuer le traître Donar.

Ce village ne se trouvait pas très loin et nous y arrivâmes à la tombée de la nuit. Là, nous vîmes une petite troupe composée d’environ une quinzaine de Vrykuls. Nous pûmes également observer le fameux Donar, en pleine discussion avec ce qui semblait être un sorcier. Gunnar nous informa qu’il s’agissait de Ranulf le chimérique, le magicien d’Ulfgar le Verdâtre et sa voix auprès de ses vassaux. Ce sinistre individu était en train d’informer qu’une Draugr, mort-vivant dans leur langue, aux longues oreilles et aux yeux rouges, faisait des ravages avec l’aide de son arc dans les rangs d’Ulfgar, et qu’il allait falloir y remédier. Cette description semblait correspondre à la Chef de guerre Coursevent, nous laissant espérer qu'elle se trouvait dans les environs et harcelait les forces démoniaques.

Le magicien invoqua ensuite un portail puis disparut, c'est ce moment que nous avons choisi pour attaquer. Le combat fut bref mais brutal, les Vrykuls faisant honneur à leur réputation de féroces guerriers, tout comme Gunnar qui se battait à nos côtés. Le chef Donar fut particulièrement hargneux mais nous parvînmes à l'éliminer, suite à sa mort, deux guerriers survivants se rendirent, prêts à affronter le jugement du Jarl Skeggi, espérons qu'il arrivera à leur soutirer des informations avant ça. Nous nous occupâmes de nos blessés, puis nous procédâmes ensuite à une récupération méthodique du butin potentiel, c'est ainsi que nous repartîmes avec plusieurs chariots remplis de matériel, de nourriture et d'argent. Cette belle prise, ainsi que la mission de punir Donar pour sa trahison, impressionna grandement le Jarl à notre retour, s'il était encore un peu sceptique quant à notre efficacité, il devait en être convaincu à présent.

Puisse la Lumière continuer à nous sourire.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Lun 5 Déc 2016 - 13:51

Purification et bénédiction
Le 04 décembre de l'an 36

Ce soir-là, le Jarl Skeggi nous annonça que sa troupe était prête à se mettre en route vers la nécropole, comme convenu l’avant-veille. La dite troupe n’était pas très nombreuse, le Jarl devant laisser des guerriers en patrouilles et à la garde du village, c’est ainsi que nous vîmes une dizaine de Vrykuls prêts à en découdre avec les profanateurs de leurs ancêtres. Par chance, le lieu ne se trouvait qu’à quelques pas, encore une fois. Arrivés sur place, nous fûmes immédiatement saisis par la magie maléfique à l’œuvre, et qui nous fut confirmée par les éclaireurs. Les lieux étaient occupés par des morts-vivants dégageant une malfaisante énergie verdâtre, signe évident qu’ils avaient été relevés par la Légion Ardente ou ses séides. Les éclaireurs avaient également trouvé quelques indices laissant supposer le passage de la Chef de guerre Coursevent, notamment des flèches imprégnées de sa magie caractéristique. Le Jarl nous annonça qu’il était interdit de pénétrer dans la nécropole, et qu’il allait falloir se servir d’intermédiaires pour purifier l’endroit. Face à nos interrogations, il nous assura que son Parlerune allait procéder à une invocation et qu’il allait falloir le protéger durant sa transe.

Le mystique commença donc son office et, comme nous avions pu nous en douter, il ne fallut pas attendre longtemps pour voir apparaître l’ennemi. Les forces d’Ulfgar apparurent sur notre flanc, au Sud, commandées par le magicien Ranulf le Chimérique que nous avions aperçu mercredi. Ce dernier invoqua une pluie d’infernaux derrière nous, depuis le Nord, nous prenant ainsi en tenailles. Nos alliés vrykuls parurent d’abord effrayés par les démons flamboyants, mais nous leur affirmâmes qu’il ne s’agissait que d’amas de roche animés par magie et qu’ils étaient mortels. Nous convînmes de la tactique suivante : les Vrykuls allaient défendre leur Parlerune contre les infernaux, tandis que nous allions combattre la troupe de Ranulf.

Le combat fut court mais intense. Les infernaux chargèrent nos alliés qui se défendirent avec force et courage, malgré leur crainte d’avoir à avoir affaire en personne aux fameux Dieux Emeraude. De notre côté, une partie d’entre nous subit la charge des guerriers d’Ulfgar, tandis que les furtifs se faufilaient pour attaquer ceux restés auprès du Chimérique. Celui-ci continuait ses invocations et usait pleinement de sa magie démoniaque, il convenait de mettre rapidement fin à son existence si nous voulions avoir une chance de l’emporter. Ainsi, nous tînmes bon, et nos alliés aussi, puis nous poussâmes l’affrontement jusqu’à atteindre Ranulf pour l’affronter en personne. L’épilogue de cet affrontement se présenta de manière inattendue quand le Parlerune sortit de sa transe et nous annonça l’arrivée de nos sauveurs. Une intense lumière enveloppa les lieux et se matérialisa ensuite en plusieurs corps de créatures ailées et majestueuses, les Val’kyrs, ces esprits sacrés qui veillaient sur le repos des morts.

Ces renforts bienvenus châtièrent sans attendre les envahisseurs, nous garantissant ainsi la victoire. Puis, elles offrirent leur bénédiction au Jarl et à ses guerriers, ceux-ci virent alors leurs armes et armures briller comme après avoir reçu un enchantement, en prévision de leurs combats à venir contre les démons. Enfin, les Val’kyrs donnèrent également au Jarl un cor de guerre, l’avertissant qu’il ne pouvait en faire usage qu’une seule fois, mais qu’elles répondraient alors à son appel. Le Jarl estima que ce cor nous revenait, lui et ses guerriers ayant déjà eu leur équipement béni. J’acceptais le présent avec révérence, puis je le confiais à l’Optione Visrin. Ma logique était simple et symbolique, elle était la seule parmi nous à avoir du sang humain, donc de lointaine ascendance vrykule. De plus, comme elle était toujours à l’arrière lors des combats, avec les arcanistes et autres tireurs, elle pourrait utiliser l’instrument pour avoir des renforts au cas où les troupes au corps à corps viendraient à trop s’éloigner.

Très satisfait, le Jarl nous convia à rejoindre le village et à y célébrer notre victoire. Tandis que nous rentrions, les Val’kyrs restaient sur place afin de purifier et garder la nécropole. Notre opération est donc un grand succès, qui amoindrit les efforts ennemis autant qu’il regonfle le moral de nos alliés. Bravo à tous pour le travail effectué, poursuivons ainsi et puisse la Lumière nous apporter la victoire finale rapidement.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Jeu 8 Déc 2016 - 13:58

Guerrières et retrouvailles
Le 07 décembre de l'an 36

Ce soir-là, alors que nous avions pris nos petites habitudes au sommet de la tour, une surprise de taille, c’est le mot, apparut en la personne de Gunnar. Celui-ci avait lissé sa barbe, coiffé ses cheveux et s’était même parfumé, image qui tranchait radicalement avec son air rustre habituel. Avant que nous n’ayons pu lui poser la question, il nous annonça qu’il était fin prêt à aller voir les femmes guerrières dont il nous avait parlé auparavant. Il avait même rallongé son nom pour l’occasion : Gunnar l’intouchable sauf pour ces dames, je ne manquais pas de lui faire part de ma totale approbation.

Nous prîmes donc la route en direction du siège de l’ordre des femmes guerrières, nous découvrîmes une désagréable surprise sur le chemin. Un camp des Ulvars, les Vrykuls fidèles à Ulfgar le Verdâtre, avait été monté là, et il y avait fort à parier qu’ils avaient eux aussi l’intention d’aller voir les combattantes, avec des intentions autrement plus hostiles. Cette découverte inattendue paraissait finalement être une aubaine, car nous allions avoir l’occasion de réduire le nombre des forces ennemies mais également de venir en aide aux guerrières, et ainsi peut-être gagner leurs bonnes grâces par la suite, idée que Gunnar approuva totalement. Après une rapide reconnaissance par Nat, nous convînmes d’opérer une attaque en tenailles, avec les arcanistes en hauteur qui bombarderaient le camp, avec Gunnar qui resterait à leurs côtés pour les défendre quand les Ulvars réagiraient, tandis que le reste de la troupe les frapperait à revers durant cette réaction.

Ce plan fonctionna à la perfection, si ce n’est quelques blessures dans nos rangs. Encore une fois, les Gangrevrykuls se battirent férocement mais nous en vînmes à bout, Gunnar se montrant particulièrement motivé au combat. Alors que nous avions terminé, un nouvel Ulvar surgit des buissons, l’air affolé, mais avant que nous ne puissions réagir, il s’écroula, transpercé par une lance. Les femmes guerrières apparurent à leur tour, et quelle ne fut pas notre surprise pour certains d’entre nous de reconnaître la chef de leur groupe, Freydis. Cette Vrykule nous avait prêté assistance lors de notre mission à Tol Aba il y a plusieurs années, mais elle s’en souvenait visiblement très bien puisqu’elle sauta sur les Fils qu’elle reconnut pour leur offrir une étreinte musclée en signe de retrouvailles. Ses compagnes d’armes semblaient ravies d’enfin pouvoir mettre des visages sur nos noms, tellement elles avaient dû entendre l’histoire de Freydis à notre sujet. Nous expliquâmes rapidement le but de notre présence, à savoir demander leur aide pour lutter contre la Légion Ardente et les Vrykules corrompus. Notre amie se montra un peu perplexe quant à notre demande mais aussi enthousiaste pour sa part, elle était prête à nous suivre, impatiente de pouvoir à nouveau combattre à nos côtés. Néanmoins, si elle était libre de son choix, cela ne pouvait en être de même pour les autres combattantes, seule leur chef, une Val’kyr dorée et très puissante, pouvait prendre cette décision pour leur ordre.

Après réflexion, Freydis décida de procéder ainsi : elle allait offrir Gunnar en récompense à ses deux meilleures guerrières de la soirée, lequel devrait s’acquitter de cette tâche nécessaire et oh combien méritée puis leur expliquer ensuite ce que nous voulions, de son point de vue vrykul. Pendant ce temps, le bras droit de Freydis, Tarja, nous accompagnerait afin de voir les choses depuis notre position elfique. Une fois que les deux parties auraient assez d’informations, Freydis regrouperait le tout et ferait le bilan avant d’aller intercéder en notre faveur auprès de la Val’kyr.

Ce dénouement sembla convenir à tous et à toutes, certaines Filles souhaitant même que je me joigne à Gunnar afin d’honorer l’accord au nom de l’ordre tout entier, mais Freydis déclina l’offre, ne souhaitant pas m’abîmer car je devais encore servir plus tard. Gunnar se retrouva donc seul, espérons qu’il saura faire honneur à son nouveau titre et pourra nous faire le récit de ses exploits. Pour l’heure, nous rentrons au village du Jarl avec une invitée de marque en la personne de Tarja. Nul doute que nos alliés vrykuls seront ravis d’avoir une telle guerrière avec eux, ainsi que d’avoir la perspective que son ordre se joigne à nous dans notre lutte contre la Légion.

Puisse la Lumière nous accompagner et permettre à Gunnar de briller, nous comptons sur ses talents de négociateur.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Jeu 8 Déc 2016 - 16:02

Bilan de la semaine du 30 novembre au 7 décembre 36

Stock initial:
Vivres : 7169 thalers
Matériel : 1982 thalers
Argent : 2 400 thalers

Variation de stock:
Vivres : 11516 thalers
Pertes : Total = 6900 thalers
consommation normale= 6300 thalers, consommation diverse = 600 thalers
Gains : Total = 15266, ravitaillement = 3150

Matériel : 19770 thalers
Pertes : Total = 19800 thalers
Consommation normale = 4200 thalers, consommation opérationnelle = 15600 thalers, consommation diverse = 0 thalers
Gains : Total = 20370 thalers, ravitaillement = 7200 thalers, achat = 12 000 thalers

Argent : 6120 thalers
Pertes : 15 000 thalers
Gains : 6120 thalers, ravitaillement = 15000 thalers

Stock final:
Vivres : 18685 thalers
Matériel : 21752 thalers
Argent : 6122 thalers

Bilan : La Légat n'a pu que nous envoyer que la moitié du ravitaillement de la semaine, les réserves de Dalaran semblent devenir toutes faibles pour maintenir tous les fronts. Par contre! Nos réserves de vivre sont à présent complètement sécurisées et nous avons environ 3 semaines de manger devant nous à consommation normale. Nous pouvons donc être content, à moins d'une nouvelle chose méchante, on va pouvoir manger comme on veut! Par contre le matériel continu de pas être trop bien. J'ai dû dépenser les sous de nos soldes pour acheter du matériel à nos alliés qui maintenant demandent un petit bénéfice, nous payons donc à un taux de 1.25 par rapport au prix de gros. Ils disent que eux aussi ils ont besoin de matériel et peuvent plus trop nous le brader vu comment la situation est difficile. On ne pourra donc pas recevoir nos soldes tout de suite mais on a un peu plus d'une semaine de matériel plein en réserve. Et ça c'est bien!

Sybile Cwes Wyloir

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Dim 11 Déc 2016 - 14:16

Racines et usurpateur
Le 09 décembre de l'an 36

Ce soir-là, nous fûmes rassurés d’enfin apercevoir Freydis arriver au village, ainsi que notre estimé Gunnar qui l’accompagnait. Ce dernier semblait avoir donné pleine satisfaction, à tout point de vue, et notamment en ce qui concernait son récit de notre lutte contre les démons, il semblait avoir également beaucoup donné de sa personne pour le reste, comme en témoignait son air épuisé. Tarja raconta à sa chef ce qu’elle avait appris en notre compagnie, et cela concordait avec ce que Freydis avait pu entendre ces derniers temps, elle nous informa qu’elle essaierait de convaincre la Val’kyr dorée pour que son ordre de femmes guerrières se joigne à notre combat. Pour l’heure, elle prit congé et repartit avec Tarja, laissant Gunnar à un repos bien mérité.

C’est ce moment que choisit le Jarl Skeggi pour sortir de sa cachette pour nous exprimer toute son admiration quant à cette potentielle réussite de rallier les combattantes à notre cause. Il nous informa que, pour sa part, il avait recruté de nombreux Vrykuls qui désertaient les rangs d’Ulfgar le Verdâtre, il semblait que tous ne partageaient pas sa vision d’un monde sous la domination de la Légion Ardente. Cela s’ajoutait à notre liste d’efforts pour rassembler une troupe afin de briser le siège de la forteresse du clan Isørn, mais le Jarl avait une dernière idée à nous soumettre. Il nous parla de l’esprit de la forêt à proximité, un arbre ancien avec un visage sculpté dans son tronc, empli de sagesse et d’habitude enclin à prodiguer ses conseils ou sa bénédiction aux gens méritants. Cela dit, au vu des derniers événements, il y avait fort à parier qu’il se montrerait hostile suite aux saccages des Gangrevrykuls dans ses bois.

Curieux, nous décidâmes d’aller trouver cet arbre et nous y parvînmes sans difficulté car il ne se trouvait qu’à quelques pas, au milieu d’une clairière. Là, nous pûmes constater qu’il avait su se défendre contre les envahisseurs, des démons et des Vrykuls corrompus se trouvant écrasés dans ses racines. Nous nous montrâmes extrêmement prudents et pacifiques lorsque nous nous présentâmes devant l'arbre, jouant sur l'affiliation naturelle de notre peuple avec la nature, et cela porta ses fruits, sans jeu de mots. L'esprit était prêt à nous aider tant que cela signifiait chasser les forces qui faisait du mal à la nature, hélas il était à présent bien affaibli et avait besoin de notre assistance pour retrouver ses forces. Il nous raconta qu'il sentait la présence d'un autre esprit comme lui, mais pas tout à fait, comme s'il s'agissait d'une tentative de le remplacer par une entité acquise aux démons. Cette perspective, et les conséquences prévisibles sur la nature, étaient effrayantes et il nous conjura de l'éliminer. Pour nous montrer le chemin, il invoqua une créature sylvestre, semblable à une femme, d'où l'expression "belle plante", une askafroa comme il l'appelait.

La créature nous guida jusqu'à un petit village d'où nous pûmes immédiatement ressentir la magie maléfique qui y était à l'oeuvre, en particulier à proximité de l'habitation principale. Nous lançâmes l'assaut qui fut court mais intense, les ennemis étant très peu nombreux. Puis, un Eredar apparut, sortant de la maison sus-citée, alerté par les bruits des combats. Surpris par notre présence, il ordonna aux Vrykuls restants, deux magiciens, de poursuivre leurs incantations, tandis qu'il allait s'occuper personnellement de nous. Bien qu'il fut plus costaud que ses sbires, il ne tint pas beaucoup plus longtemps face à nous. Nous arrivâmes devant la maison et y découvrîmes une scène aussi surprenante que glauque. A l'intérieur, les deux magiciens prononçaient des incantations devant une pierre sur laquelle était attaché ce qui ressemblait à un Elfe, sans pouvoir plus l'identifier, et qui avait visiblement fusionné avec la nature car son corps était fait d'écorce et ses cheveux de feuilles. Il était évident que nous avions trouvé le futur remplaçant de l'arbre-esprit. Les deux Vrykuls se rendirent et l'askafroa les ligota avec ses pouvoirs liés à la nature, avant de les confier au jugement de son maître. Quant à l'Elfe écorcé, nos arcanistes mirent le feu à la bâtisse, mettant un terme à cette hérésie autant qu'à ses souffrances.

Nous retournâmes ensuite voir l'arbre qui nous annonça qu'il allait déjà mieux, il avait senti la présence démoniaque diminuer dans les environs, et il retrouvait petit à petit ses forces. Il avala les deux magiciens vrykuls prisonniers, ce qui sembla le ragaillardir encore un peu plus, puis il nous remercia, nous assurant de nous prêter main forte dans la limite de ses forces le moment venu.

C'est donc un nouvel allié, qui envoie du bois, qui nous rejoint à son tour. Avec tous ceux à nos côtés maintenant, gageons que le siège devant la forteresse des Isørn sera bientôt levé et que nous pourrons les rallier à notre cause à leur tour.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Arévas le Mar 13 Déc 2016 - 21:20

Rassemblement et levée du siège
Le 11 décembre de l'an 36

Ce soir-là, nous fûmes les témoins du rassemblement des forces coalisées au village suite à nos nombreux efforts. Ainsi, les Vrykuls du Jarl Skeggi avaient pu voir arriver les femmes guerrières de Freydis et les askafroas de l'arbre-esprit pour grossir leurs rangs. Cette troupe rassemblée, il était temps de convenir d'une stratégie pour permettre de lever le siège de la forteresse du clan Isørn, c'est là que les ennuis allaient commencer. En effet, chacun des chefs présents souhaitait prendre le commandement des opérations et un débat sur leur légitimité commença et s'éternisa, nous restâmes neutres dans cette affaire pour notre part. Puis, un corbeau vint avertir la chef askafroa que les forces d'Ulfgar avaient réussi à percer une brèche dans les remparts du clan Isørn et pénétraient à présent dans la forteresse. Face à ce coup de semonce, le débat prit fin et l'ensemble des forces partit en courant en direction des lieux de l'affrontement. Nous pensâmes alors que cela était pour le mieux, chacune des factions coalisées étant constituées de guerriers habitués à combattre individuellement plutôt qu'en armée organisée.

Cette perspective s'écroula quand nous arrivâmes sur place. Là, nous pûmes constater l'ampleur des forces ennemies en présence, bien plus nombreuses que les nôtres, et cela calma grandement les ardeurs de nos alliés. Alors que le débat recommençait, je suggérai une tactique qui me valut soudainement le commandement de l'armée coalisée, les chefs s'accordant sur le fait que je serais finalement le leader. Conscient de ma nouvelle responsabilité, mon idée était pourtant toute simple et consistait à utiliser au mieux les talents et les attributs de chaque groupe. Ainsi, l'armée ennemie nous tournant le dos, les femmes guerrières iraient provoquer les Gangrevrykuls qui ne résisteraient pas à l'idée de leur montrer qu'ils étaient plus forts qu'elles. Une fois une petite portion des troupes attirées, les askafroas utiliseraient leurs pouvoirs de la nature pour les ralentir et les immobiliser pour que, enfin, les guerriers de Skeggi les taillent en pièces. Ce stratagème devait se répéter autant de fois que nécessaire, tandis que, pour notre part, nous nous concentrerions sur les démons et les lanceurs de sorts ennemis, notre ordre étant habitué à les combattre.

Les détails du combat importent peu car cette stratégie fut couronnée de succès, mais elle s'avéra également très coûteuse. Les guerriers du clan Isørn avaient été particulièrement touchés, usés et affaiblis par le siège, et les askafroas furent entièrement éliminés. Toutefois, nous étions vainqueurs et les hommes du clan Isørn se firent une joie de nous accueillir en sauveurs, et prêts à poursuivre le combat à nos côtés. Car la victoire n'était pas complète tant qu'Ulfgar était toujours en vie, absent lors des combats, bien que nous ayons tué un de ses lieutenants. Les prochains jours devraient donc décider de la marche à suivre à présent.

Lieutenant Arévas Summerbreeze

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2286
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Ishaelys le Ven 16 Déc 2016 - 18:10

Trahison réprouvée:
14 Décembre de l'année 36

Nous avions vaincu face aux serviteurs de la Légion Ardente et repoussé ceux ci pour un temps vers le Nord et le Sud de la région. Bien que la Légion n'est jamais vraiment vaincue, et plus encore tant que ses portails restent ouvert, nos alliés Vrykuls ne manquèrent pas de fêter celle ci dans l'alcool, bière, hydromel et autres boissons enivrantes.

Nous restait néanmoins à retrouver la Dame Noire, et les Réprouvés afin d'accomplir ce qui restait notre mission. Par serment pour la Horde. Une réponse ne se fit pas attendre quand la Fauche-Lumière par chauve souris nous fit convoquer dans les bois à l'est du "village de ces barbares". Nous répondîmes néanmoins à cette convocation.

La Fauchelumière nous y attendait bientôt rejointe par les Réprouvés qui nous accompagnaient. Ses informations restaient néanmoins étranges. Elle avait ralliée la Dame Noire qui avait passé serment avec une "déesse sombre" pour asservir "la déesse val'kyr" des Vrykuls.
De plus profitant que le gros des combattants étaient engagé contre les esclaves de la légion ardente, la dame noire comptait lancer un raid contre les Vrykules du sanctuaire au pied du fjord. Perspective qui la faisait tout particulièrement jubiler que d’enchaîner un être de Lumière.
Et malgré nos tentatives de la raisonner, faisant entendre qu'un tel acte briserait nos liens avec les Vrykuls difficilement tissés. Celle ci ne voulu rien entendre.
Nous jugeant traître, elle ordonna alors de donner l'assaut et de tous nous faire abattre.

Le combat s’engageât alors d'une rare violence, faisant de nombreux blessés parmi nous, mais nous parvînmes à l'usure abattre les morts vivants. Le Lieutenant ayant été mis hors combat durant l'assaut, je fis rapidement brûler les corps. Dame Cyanh et Asherà usant de magie gangrenée pour faire passer cela pour un acte de la Légion Ardente si jamais les corps venaient à être découvert.

Le lieutenant Summerbreeze une fois éveillé prit rapidement acte de la situation. Nous débattîmes alors de la suite des événements. Le lieutenant voulait confronter la dame noire pour tenter de lui faire entendre raison, ou dans le cas échéant assumer ces pertes pour la Horde. Demoiselle Asherà tenant plutôt de porter les nouvelles de l'attaques aux Demoiselles au Bouclier pour s'en dédouaner.
Nous avisâmes finalement d'attendre pour l'heure, avec le chaos dans la région, l'échauffourée pouvait passer inaperçue. Suivre l'évolution de la situation nous permettant de plus d'aviser en fonction de celle ci.
Restait donc à attendre, et si possible porter un coup de grâce, au moins temporaire avant que d'autres émules ne viennent aux esclaves de la légion.

Sergent Ishaelys Aubéclat-Visrin
avatar
Ishaelys
Ranger
Ranger

Nombre de messages : 246
Age : 26
Date d'inscription : 14/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Atia le Mer 21 Déc 2016 - 11:50

Victoire sur Ulfgar le verdâtre et la Légion
18 décembre 36

Je sais qu’il n’est pas vraiment dans mes attributions de faire des rapports vu que je suis une auxiliaire sur cette opération mais il semble que l’ordre soit quelque peu occupé avec le banquet vrykuls ou les conséquences de celui-ci. Je vais donc prendre la plume pour résumer au mieux la dernière opération que nous avons menée contre Ulfgar et ses sbires.

La situation était la suivante: les isorns, les svartbjorner et les skjaldmo formaient le plus gros des forces. Ces dernières étaient revenues nous aider après la défaite de l’Alliance et des reprouvés dans l'assaut sur leur village. Cette force était déjà conséquente mais en plus des déserteurs était venue grossir nos rangs avec sagesse, abandonnant l’immonde et méphitique armée d’Ulfgar au vu de ces ressente défaite. Il me semble que les vrykuls, un peu comme les orcs semblent surtout suivre le plus fort mais je digresse. Le dernier et plus grand renfort était venu du gardien de pierre que nous avions aidé vendredi. Il avait amené quatre sentinelles de métal avec lui et prit le commandement de la coalition.

Il nous exposa alors son plan et il consistait à envoyer les Bjorner et déserteur dans une attaque frontale soutenue par deux de ses sentinelles de métal pendant que les isorns et skjaldmo attaqueraient en escaladant les flancs de montagne pour prendre l’ennemi à revers. Notre rôle à nous, fut une attaque des portails invoquant les demons, donc en deuxième vague. Il nous confia les deux dernières sentinelles pour cette tache.

La bataille débuta donc au niveau de ce que les locaux appelaient la porte ou le pont menant à la salle des valeureux. L’assaut initialé fut particulièrement efficace et permit de nous dégager la route vers le plus haut plateau, là où se trouvaient les deux portails des démons. Les Skjaldmo et isorns parvinrent à prendre d’assaut l’arrière des ennemis pour ajouter à la confusion et nous nous sommes engouffré, nos sentinelles en avant, vers l’objectif. Mais là les nuées de démons et de vrykuls, des centaines manquèrent de nous balayer. Nous avons donc usé du cor des Valkyrs et celles-ci arrivèrent avec une violence prodigieuse. La beauté de leurs attaques lumineuses et sacrées fut époustouflante et le mal en fut brisé, taillé, déchiqueté avec Gloire! Ce fut la plus belle purge que j’eus à voir de mon existence.

Le plateau vidé de toute présence maléfique par l’assaut des valkyrs, nos sentinelles se placèrent devant les portails écrasant et fauchant tout ce qui le passait pendant que nous nous efforcions de les refermer et les briser. Ceci fut accompli et la nuée de démons cessa. Les sentinelles, leur mission pour nous accomplit, foncèrent dans la vaste mêlée qui se déroulait sous nos yeux. Les troupes ennemies étaient réduites mais encore vaillantes, cependant la fermeture des portails fut un coup rude. Si rude qu’Ulfgar et sa garde vinrent eux-mêmes voir ce qui s'était passé et nous tomba dessus. Dix gangrevrykuls et un élu de la légion. Nous avons usé des orbes de foudre titanique contre eux mais cela ne fit que les affaiblir. Vaillamment nous avons luté et la sergent Ishaelys fit un véritable carnage. Malheureusement, Ulfgar fut un trop gros morceau. Il me blessa brutalement et se jeta sur mes compagnons avec fureur, nous étions proches de la rupture quand soudain quelque chose d’inimaginable arriva.

Jaillissant du portail, un immense colosse de métal à la barbe brûlante arriva et brisa Ulfgar et ses autres séides avant de se jeter dans la mêlée et massacrer les derniers démons. Les vrykuls hurlèrent “Odyn! Odyn!” En face de nous, c’était donc leur dieu qui était venu nous prêter main-forte. J’en fus grandement troublé mais la victoire était nôtre, enfin. Alors que l'armée ennemie était défaite, le gardien de pierre vint nous féliciter personnellement et Freydis nous invita au banquet qui allait suivre. Après cette victoire sur la légion, nous pouvions nous accorder une petite célébration. Mais celle-ci dur sans interruption depuis trois jours maintenant...

Répurgatrice Lynn Fearill

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4577
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ab furoris Normandorum

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum