[recit]Corneille noir et Corneille rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[recit]Corneille noir et Corneille rouge

Message  Atia le Mar 16 Juin 2015 - 16:01

Corneille noir et Corneille rouge


La rousse prenait soin de ses affaires, elle n’avait presque rien déballé et tout était encore dans de larges sacoches de cuir. Elle se contentait de sortir des pièces d’équipement pour les graisser et les huiler sommairement avant des rangers. Elle ne portait sur elle que son doublet gamboisé, des chausses moulante, des bottes de cavalière et un harnais de cuir par-dessus le doublet pour y attacher éventuellement ses jambières d’armures mais qui pour l’occasion servait à retenir le baudrier de ses armes. À ses côtés, Carnyx, son sanglier géant, semblait paisible, ronflant sous un arbre après son repas. Elle restait curieusement isolée, non pas qu’elle fut asociale, elle avait largement prouvé le contraire mais elle ne voulait pas déranger la troupe, après tout elle n’en était ni une membre ni une auxiliaire. Elle les regardait de temps en temps, observant leurs manœuvres, ils se préparaient au départ visiblement mais sans urgence, des courriers et des patrouilles partaient encore régulièrement. Mais son œil fut soudain attiré par une personne en particulier et ses yeux se braquèrent sur elle, se plissant dans une moue contrariée.

Ladite personne avançait tranquillement dans le camp, faisant voleter sa chevelure noir de jais à chacun de ses pas et elle tenait une liste dans une main et une plume dans l’autre. Elle portait une longue robe noire cintrée et au reflet légèrement bleuté la couvrant de la gorge au pied a l’exception de quelques échancrures en forme de goute laissant voir l’arrondit de ses épaules, son nombril décoré d’une gemme d’améthyste, son décolleté étiré et le creux de ses reins. Chaque échancrure était bordée de galons argentés couverts de glyphes magiques miroitants de léger halo bleu. Sa tenue était partout rehaussée de grigris, d’amulettes ou de plumes de corbeau. Elle portait également une besace de cuir noir visiblement bien garnie ainsi qu’une étrange dague a la forme torturée. Sur son épaule était juché un curieux oiseau, un crâne décharné de corbeau, couvert de runes ésotériques, d'où partait un corps entier fait entièrement d’ombre mouvante. À chacun de ses arrêts, La magicienne traçaient de curieux signes avec ses mains et ses doigts et un petit éclat violacé se faisait voir puis elle cochait sa liste avant de passer à la prochaine défense magique à désactiver.

La rousse se redressa et approcha de la jais écartant les bras en faisant elle aussi quelques signes et deux lances s’agitèrent près du sanglier puis se projetèrent dans ses mains. elle posa les deux armes contre ses épaules pour ne pas paraître agressive au reste des Fils de Quel'thalas et elle se figea soudain devant sa cible plantent les talons de ses armes de chaque côté d’elle, formant ainsi un barrage menacant. Le corbeau magique sur l’épaule de l’elfette en noir poussa un croassement menaçant vers la guerrière quand soudain un autre corbeau, bien vivant celui-ci, arriva et se posa sur l’épaule de la rousse, poussant un cri tout aussi menaçant. Les deux volatiles se fixèrent, se lançant dans une bataille de regard des plus rageurs. La magicienne haussa un sourcil en regardant la guerrière et afficha un sourire goguenard à son endroit. Elle dit alors d’une voix à la fois suave et moqueuse.

“Que voila une bien curieuse porte et tout à fait inattendue. Dois-je taper pour qu’elle s’ouvre? Huhuh.
- Touche-moi et tu perds la main! menaça la rouge.
- Que voilà de vilains mots… gloussa la noire. Mais soit, je vais faire le tour, je n’ai pas dans mes habitudes de contrarier les portes, voyez-vous.
- Tu n’iras nulle part, grogna la rousse en bloquant le passage avec une de ses lances.
- Nous voilà donc dans une impasse, je souhaite passer mais tu ne souhaites pas que je passe. Voilà bien une situation pour le moins incongrue.
- Tu parles trop…
- Et toi pas assez, tu m’empêches de travailler et je ne connais même pas tes intentions, parle donc au lieu de faire d'inutiles mystères.
- Soit! Je suis…
- Neamhan Finrhyse, fille de Del’bael Cathubodua et d'Enma Finrhyse, blablabla, interrompit la noire. Tu exhales tellement ton couplet par tous les pores de ton âme que je n’ai même pas besoin de lire ton esprit tant il m’éclabousse... c’est tout à faire dégoutant.
- Que… " Ladite Neamhan semblait un peu décontenancée puis secoua la tete et reprit avec aplomb." Tu es bien Hekathi Cathubodua, fille de…
- De mes parents oui, pas besoin de déclamer mon pédigrée, je suis bien Hekathi et vu que tu semble aussi une Cathubodua, du moins en partie, nous savons toute deux qui ils sont. Eh bien, ma très chère parente, que me veux-tu donc? Un câlin pour sceller nos émouvantes retrouvailles?
- N… Non…! ” Neamhan semblait définitivement perturbé par l’attitude de sa parente mais soudain elle pointa sa lance sous la gorge de la magicienne qui recula avec une mine mélangeante surprise et frayeur. “Hekathi Cathubodua, je te défie en duel pour m’emparer de ton nom, je suis une Cathubodua bien plus digne que toi et ta lignée! Défends l’honneur de ton nom contre moi et cède-le-moi dans la défaite!
- Hum... Non… Je ne jouerais pas mon intégrité physique pour un patronyme. Cela dit, t’attaquer à une fille de Quel’thalas te vaudra les foudres de la Légat, de la sergente ou d’un des vétérans. Je te suggère donc de baisser ta lance…
- Tu as raison, je baisse ma lance le temps que tu sortes la tienne et prouves que tu es bien une Cathubodua! Défends toi ou trépasse!
- Je n’ai pas de lance et je n’ai pas l’intention de me battre… lâcha Hekathi avec une inquiétude dans la voix et le regard.
- Lâche! Tu n’as donc aucun honneur?!
- Non et c’est bien pour ça que je suis en vie, je préfère l’efficacité au panache, la victoire assurée au risque inutile. Dit moi Neamhan, combien de gens un mort honorable sauvera-t-il? combien de temps continuera-t-il à défendre sa patrie? Hum? Qu’importe l’honneur, seule la survie et la victoire compte. Donc non, je ne prendrais pas le risque d’un combat que j’ai de grandes chances de perdre.
- Tu es faible… Mais vu que tu abandonnes, j’ai donc gagné, donne-moi ton nom, tu n’es pas digne d’être une Cathubodua!
- Quelle importance peut donc revêtir ce patronyme? De ce que je vois tu es une combattante émérite, tu possèdes deux lances de grande valeur que seuls les plus valeureux combattant de notre ligné sont digne de porter, tu as déjà fait tes preuves tu n’as pas besoin de te cacher derrière un nom donné par d’autres, tu t’es déjà forgé ton propre nom.
- Tu ne comprends pas! Je connais ton histoire et celle de ton père, ce nom ne signifie rien pour vous!
- Je ne comprends pas? s’insurgea Hekathi. Que crois-tu que je fasse ici? Que crois-tu que je faisais chez les Solfuries et dans la garde? Crois-tu que je n’ai pas combattu? Que je ne me suis pas livré à la cause Sin’dorei?
- Moi je suis née dans un gite Cathubodua, j’ai grandi, muri, vécu parmi eut, j’ai combattu avec eux, pour eux, je les ai aimé et pourtant malgré le nom de mon père je n’ai jamais eu le droit de porter le nom de ma famille de sang et de coeur! Et maintenant, tous ceux de mon gite son mort, jusqu'au dernier et j’ai dû rejoindre d'autre Cathubodua, des inconnus, et me refaire une vie.
- Et tu as montré qu’une Finrhyse valait bien nombre que Cathubodua, felicitation!" L’applaudit sans enthousiasme Hekathi." Alors quoi? Ça ne suffit pas?
- tu ne comprends pas! hurla avec émotion Neamhan. Je veux leur rendre hommage, perpétuer leur nom, leur mémoire, je veux que ma vie, ma légende soit la continuité de la leur pour qu’ils ne meurent pas dans les mémoires comme ils l’ont été dans la chair! Je veux qu’ils m’acceptent, je veux être une partie d’eux.
- Je vois, dit la sorcière en se radoucissant. Je vois que c’est important, mais il l’est pour moi aussi et je ne compte pas me battre alors j’ai bien une solution qui nous permettra d’avoir toute deux ce que l’on veux, toi un nom et moi la preservation de mon intégrité physique.
- tu ne veux vraiment pas te mesurer à moi alors… Bien et quelle est cette solution? demanda la rousse avec méfiance.
- Que je t’adopte officiellement, dit avec aplomb Hekathi.
- Pardon?!
- Oui, à notre retour à Quel’thalas, nous allons voir les autorités et je t’adopte officiellement faisant de toi mon heritiere. Ainsi tu gagnes mon nom en toute légitimité et nous n'avons plus à nous battre.
- Mais que…
- Allons ne fait pas de manière, tu es déjà un peu mon héritière après tout. La lance que tu as dans ta main droite, est Assail, la lance de mon grand-père qui fut transmise à l’origine à mon père. S’il ne l’avait pas cédé à sa soeur Aine, elle aurait dû me revenir. Vois donc sa possession comme un pre-héritage de ma part.
- tu connais cette lance…" murmura Neamhan, l'esprit moulinant à toute vitesse face à cette situation inattendue. "Je… je vais réfléchir à ta proposition.
- Réfléchi bien, je suis une sorcière, je connais la valeur du sang et nous en avons en commun, il serait idiot de le faire couler pour rien, surtout quand nous pouvons collaborer. Tu vas redorer mon image par tes exploits, je vais donner du poids à tes actes par mon nom, nous y gagnons toute deux.
- Définitivement… tu parles trop…
- Un talent bien utile et que l’on partage je crois, gloussa Hekathi.
- Je te ferais part de ma décision quand elle sera prise… “

La rousse, un peu perturbé, s’éloigna de sa parente. Les deux corbeaux se jetèrent un regard mauvais et lâchèrent chacun un “kraaa” vindicatif qui en langage corbeau aurait pu se traduire par “je t’ai à l’œil mon pote!” “c’est ça, surveille tes arrières alors…". Nemhan revint à sa monture tandis qu’Hekathi la fixa, semblant elle aussi un peu déstabilisée par la situation quand une voix grave et familière vint du sol.

“Comme c’est mignon, la petite famille semble se rassembler, félicitations.”

La magicienne baissa les yeux pour voir le chat Chester, toujours affublé de son chapeau, se tenir sur les pattes arrière et applaudir de ses pattes avant en hochant la tete d’enthousiasme.

“Ne commence pas toi… En plus tu n’es même pas censé être là, je ne suis pas dans le rêve…
- Ho mais peut-être que si! Tu as peut-être toujours rêvé de devenir maman et voilà que ce rêve s’accomplit! Un joyeux rêve éveillé que voilà!
- Ne soit pas ridicule, je sauve ma peau.
- C’est ça, c’est ça… Mamankathi.”

Elle soupira et reprit son travail en ignorant les sarcasmes du chat.

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4511
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum