Dossier complet sur Tol Alba

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dossier complet sur Tol Alba

Message  Atia le Jeu 12 Juin 2014 - 23:36

De : Hekathi Cathubodua
A : L’ordre des Fils de Quel’thalas
Sujet : Tol Alba
Methode: Pour concevoir ce dossier, j’ai interrogé les dizaines de prisonniers que l’ordre et la maison Silverswell fit lors des derniers affrontements. Recouper les informations fut nécessaire car des incoherences arrivèrent souvent mais le principal source est un noble sans terre particulierement cultivé qui a rejoint le cartel. Voici donc restituer le résultat compilé de ces interrogatoires.

Tol Alba



Pays : de jure : Royaume Gilneas / actuellement : independant
Localisation : Nord-Ouest de Gilneas
Population : ~10 000
Capitale : Ardeal
Gouvernement :
- Voivodat d’Ardeal (Humains) : Voivode Stefan Dragos.
- Tyllryss (Elfe/Humain) : Anilmarion Doster
- Gnolls: Chiqueur de la tribue des Dents-Bleues et Bisbille des Crinière-Soyeuses.
- Vrykuls : Jarlesse Freydis Eiriksdottir des Skjaldmö.
Race : Humains / Ettins / Gnolls / Vrykuls / Strigoi(?)

Histoire:

Tol Alba fut découverte entre Gilneas et Norfendre alors inconnu par la marine Gilneen, il y a de cela à peine quelque siècle. La colonisation commença immédiatement car l'ile bien que très isolée pouvaient être une base stratégique de première importance. La priorité fut de rendre l’ile autonome ce qui fut fait en moins d’une génération. L’environnement et les créatures, très semblable à Gilneas facilitèrent la tâche aux colons qui purent prospérer. Cependant la vie était difficile surtout à cause de certains monstres présents sur l'ile tel que les ettins et surtout les strigoi qui vivaient dans une impénétrable forêt, la forêt de Retteg. Cette région fut rapidement déclarée interdite et étroitement surveillée. À cause de ces prédateurs implacables, la capitale de l’île fut fondé sur une des nombreuses petites iles au milieu d’un lac formé par les nombreux bras du fleuve Arges. Au fil du temps, chacun de ces ilots furent coloniser, les habitants préférant vivre en ville, les uns avec les autres pour mieux se protéger développant une vraie communauté urbaine d’importance. Les habitants s’adaptèrent en faisant des cultures de champignons comestibles dans leur cave et développèrent l’artisanat pour gagner un peu de l’argent.

La population croissant l’autorité de la couronne fut délégué à un seigneur héréditaire jouissant de pouvoir étendu sur cette marche éloignée. Ainsi fut fondé le Voïvodat d’Ardeal. Le voivode divisa les campagnes en divers comitats qu’il distribua à des Ispans (comtes), a l’exception du comitat de Targoviste et de la capitale dont il conserva l’autorité directe. Les lois qu’il établit furent drastique, la population était la propriété de son seigneur, y compris les terres et les outils et ils ne possédaient pas le droit de chasser, de combattre ou de posséder des armes. Ces droits étaient réservés à la noblesse et aux lovags, premiers nés de chaque famille enlevés à la naissance et élevé comme guerrier. Le statut de lovag s’étendait aux enfants des guerriers ainsi qu’aux bâtards de la noblesse et les seconds fils. Les rôles des lovags étaient la défense des comitats contre les invasions, les monstres, les strigoi ou de combattre pour leur seigneur afin de régler des différents territoriaux avec leurs voisins.

Carte de Tol Alba avant l'an 0:

Après avoir servi Gilneas durant la seconde guerre en envoyant une importante force, l’ile reçut le décret d’isolation du Royaume. Sur le continent, le mur fut construit et le royaume coupé du monde, ce qui inclut ses anciens dominions comme Ardael. Le voïvode appliqua scrupuleusement ce décret. Il fit détruire sa flotte de haute mer, ne gardant qu’une petite flotte côtière et n’autorisa que des navires de pêche de taille modeste pour le reste de la population. Seuls deux ports furent conservés avec des règles strictes concernant les éventuels étrangers. Ils devaient rester confiné dans certaines zones des ports et ne pratiquer que le troc avec certaines conditions.

Les premiers troubles arrivèrent après la 3e guerre, quand des vrykuls femelles frappèrent l’ile. Les armées du Voivodes et les flottes légères parvinrent à repousser les premiers assauts mais la puissance physique et la magie des géantes du nord brisèrent les défenses humaines leur donnant peu à peu les clefs de la victoire. Le voivode Stefan Dragos prit alors une décision radicale pour sauver son trône de l’invasion nordique. Convoquant ses sorciers, il usa une puissante magie et d’explosifs divers pour briser les digues du Bas-Targoviste et enfoncer la vallée sous les eaux alors que les vrykuls victorieuses étaient en train de l’investir. Une grande partie des guerrières disparurent redonnant une chance au voivode de rétablir la situation. Les combats se poursuivirent quelque temps après cela, sans que nul ne prenne le dessus, le voivode décida alors à contre coeur de passer un accord avec les vrykuls sachant qu’il ne pourrait plus tenir éternellement. La Jarlesse Freydis Eiriksdottir reçu une terre, la petite ile de Bastya d’où elle pourrait lancer ces expéditions vers le continent et se réfugier sans crainte, en échange les vrykuls et les ardaelois ne devaient plus s’affronter. Ainsi les Skjaldmö s’installèrent sur leur nouveau fief et elle commercèrent avec les habitants de l’ile principale pour écouler le fruit de leurs pillages.

Des années plus tard, un navire de la flotte thalassienne, emporté par le cataclysme vint s’échouer sur l’ile. L’ispan de Bran qui avait assisté au naufrage lança une attaque sur les naufrages pour les emprisonner et les forcer à bruler leur navire en vertu du traité d’isolationnisme. Mais les thalassiens, menés par un certain Anilmarion, défirent la garde de l’ispan brutalement (la magie du futur chef du cartel n’y est pas pour rien de ce que l’on sait) et l’acculèrent à la négociation. Le traité de paix stipula que le comitat de Bran devait fournir de l’aide pour rebâtir le vaisseau et permettre aux elfes de repartir en paix. Contraint, les habitants du comitat furent mis a contribution et le navire put repartir mais le voivode ayant appris la nouvelle envoya un messager qui promit vengeance sur Quel’thalas pour cet affront et cette “odieuse” intrusion. Sa vengeance évoquait l’idée de lâcher les strigoi et “la mère des strigoi” sur la patrie des elfes.

C’est juste après la défaite du Roi-Tonnerre que la conquête de Tol Alba débuta et qu’Anilmarion revint à la tête du Cartel. Utilisant un réseau criminel et la complicité de soldats démobilisés, sans travail ou de criminels, Anilmarion forma son plan et une force d’invasion. Les moyens financiers de son trafic lui permirent d’engager deux tribus complète de Gnoll et quelques mercenaires qu’il fit venir avec lui. Il mobilisa aussi de grandes quantités de matériel de guerre pour ses opérations à long terme.

L’attaque fut triple. Le premier coup fut porté par le cartel lui-même et des mercenaires humains et trolls qui attaquèrent en force le comitat de Bran. L’ispan fut totalement pris par surprise et son armée écrasée sans pitié pour la deuxième fois. Anilmarion libéra le peuple de ses chaines et lui proposa de se battre pour ses droits. Le cartel commença ainsi a formé une armée à partir des habitants du comitat de Bran tandis que les mercenaires passèrent secrètement par les forêts des comitats de Becko et de Nagyecsed pour attaquer directement la capitale. Ils mirent le quartier nord-ouest à feu et à sang avant que les troupes du voivode n’arrivent à les repousser et les exterminer pendant leur fuite vers le Nord. Une puissante armée fut alors mobilisée pour châtier les impudents qui avaient osé envahir Bran, le voivode rendu fou de rage par cette nouvelle intrusion thalassienne. Becko et Nagyecsed furent bien entendu les premiers à se mobiliser mais aussi Jiskra qui avait subi des pertes importantes dans l’attaque de la capitale et Sighisaora dont la fille de l’ispan était mariée au seigneur de Bran. Les quatre seigneurs menèrent leur armée sur Bran mais une très mauvaise surprise les attendait. Le Cartel tenait l’étroite passe avec des lanciers et des arbalétriers recrutés dans la population. Les combats furent rudes, mais la chevalerie Ardealoise parvint à repousser, au prix de lourde perte, les milices qui se dispersèrent dans les marais, mais cela faisait partie du plan. La cavalerie lourde embourbée dans les marécages se fit faucher par la cavalerie elfique. Les guerriers elfes du cartel portaient tous des capes en peau de dragon noir et s’étaient armés d’arbalète de poings et de sabres, montant des raptors Sombrelance de couleur sombre, parfaitement à l’aise en milieu humide. La fine fleur de la cavalerie des comitats fut détruite et les fuyards se replièrent vers le Sud. Mais ce n’était qu’un début.

Au même moment, tandis que les autres comitats mobilisaient pour aider le nord, les gnolls attaquèrent l’ile par surprise. Les Dents-Bleues frappèrent par le sud dans la région Trenscen et les Crinieres-Soyeuses par l’ouest sur le comitat de Sighisaora dont l’armée venait d’être vaincu. La ville de Sighisaora fut totalement détruite et réduite en cendres par cette attaque d’une violence inouïe contre une population privée de défense. Les survivants s’enfuirent vers la capitale alors que les gnolls se jetaient sur le comitat suivant, Jiskra dont l’armée aussi était en déroute. Ce fut sans compter avec l’ispan Vlad de Poenari qui contre-attaqua violemment avec toute sa puissance. Il pratiqua des embuscades, des frappes sur les arrières et harcela le ravitaillement des gnolls avant de les acculer à un affrontement frontal. Les gnolls furent vaincus et les prisonniers ainsi que les opposants à Vlad furent empalé sur d'immenses pieux le long de la ligne de front formant ainsi une abominable et effrayante frontière. Les gnolls se replièrent sur le comté ravagé et ne tentèrent plus le moindre assaut.

Au sud, les Dents-Bleues durent combattre férocement contre les armées du comitat de Trenscen qui fut surpris avant son départ pour le nord. Les combats furent indécis durant plusieurs jours, c’est alors qu’un détachement elfique vint prendre les humains à revers et tuèrent l’ispan, privant son armée de chef. Le comitat semblait condamné à subir le même sort que les régions du nord-ouest. Cependant, la seigneuresse Erzsébet de Csejte frappa par surprise et s’empara du détachement elfique sauvant Trenscen de justesse. Cependant, les gnolls continuèrent le siège sans se laisser intimider et le moral des humains s’écroula. L’ispan Erzsébet pit alors des mesures extremes pour impressionner ses hommes autant que ses ennemis. Elle demanda aux habitants de se rassembler sur la grande place de la ville pour une annonce importante. Ils découvrirent alors tous avec stupeur une baignoire dressée au milieu de la place. La comtesse arriva avec les prisonniers elfes et ordonna qu’ils soient égorgés au-dessus de la baignoire puis elle se dénuda et se baigna dans le sang. Elle annonça alors qu’elle n’accepterait aucune reddition et qu’elle prendrait un bain par jour, soit dans le sang de ses ennemis soit dans le sang de la population en fonction de ce que ses armées lui ramèneraient comme prisonnier et ce jusqu’à la fin du conflit. La suite fut sans surprise, les soldats des deux comitats unis marchèrent sur les assiégés et les repoussèrent jusqu’à la montagne mais ne purent vaincre. L’ispan Vlad profita de la situation pour s’emparer du nord du comitat de Trenscen sans parvenir lui non plus à triompher des gnolls, figeant la situation et provoquant une tension entre les deux puissants ispans.

Face à la soudaineté et la gravité de cette crise une riposte coordonnée était nécessaire mais la division commençait déjà, l’ispan de Jiskra demanda des comptes au seigneur Vlad pour l’annexion de son comitat et les exactions commises. Mais le comte n’était pas prêt à entendre des critiques, ni à rendre ses possessions. Il fit arrêter l’ispan de Jiskra et le soumis au supplice du pal, l’envoyant rejoindre la forêt constituant la frontière avec les gnolles des Crinieres-Soyeuses. Erzsébet exigea de récupérer entièrement le comitat de Trescen à Vlad, qui refusa. Pendant ce temps, le Cartel renomma ses terres sous le nom de Tyllryss et lança ses armées contre le sud sur les terres de Becko et Nagyecsed. Le voivode ordonna de pratiquer la terre brulée et Becko fut la première à être totalement rasé et sa population déportée vers le sud. Nagyecsed manqua de subir le même sort mais les armées de Tyllryss repoussèrent les troupes humaines vers la capitale puis se replièrent plutôt que de faire l’erreur d’attaquer la cité. Le voivode, prit de court et conscient que le nord ne serait pas repris rapidement, fit raser le quartier précédemment détruit par les mercenaires et le donna aux survivants de Becko, Nagyecsed et Sighisaora pour qu'ils établissent leurs camps de réfugiés. Mais déjà la capitale sombrait doucement dans une tension proche de l’explosion, les idées de Tyllryss commençant à faire leur chemin dans le coeur des plus humbles.

Pour le voïvodat le coup était dur, six comitats venaient de disparaitre en quelques semaines, deux occupés par leurs ennemis, deux détruits et deux occupés par des ispans ambitieux. Le voivode dans une position déjà difficilement tenable, confirma Vlad et Erzsébet sur les terres occupées afin d’éviter une guerre civile et de s’aliéner ceux qui sont devenu les plus puissants de ses vassaux. Seul l’ispan Jan de Sarvar conserva ses terres intactes et ces combattants parvinrent à repousser les quelques tentatives d’invasion de Tyllryss. Cependant les tensions avec Vlad et Erzsébet furent vives car il les critiqua ouvertement, leur reprochant leur attitude et leur annexion. De plus, Jan possédait les principales mines de fer en dehors de celle de Bran qui sont sous le contrôle des envahisseurs, attisant les convoitises. L’ile est en pleine guerre et dislocation au moment où j’écrits ces lignes.

Carte actuelle:

Situation actuelle

Ardael (blason a tour blanche sur fond noir): la capitale est en état de siège et les quartiers presque complètement hermétique et solidement gardée. La population doit avoir des autorisations pour se déplacer d’un quartier à l’autre et doit respecter le couvre-feu. La raison vient surtout que de nombreux infiltrés de Tyllryss sont présents et sabotent ou recrutent dans la population désœuvrée. Un des quartiers est peuplé de réfugiés qui n’ont pas le droit d’en sortir sans autorisation.

Comté de Bastya (corbeau bleu sur fond blanc): ce territoire reste isolé des événements de l’ile principale, les vrykuls vivent du pillage et du troc. Sur l’ilot un vaste et solide tour sert d’entrée à une petite ville Troglodyte où les dames du nord entreposent butin et provision en attendant une nouvelle expédition.

Comitat de Becko (cerf vert sur fond blanc): Zone contesté en ruine, aucune présence civile dans cette zone et la ville est totalement rasée. Jadis les terres déboisées étaient utilisées pour l’élevage et la forêt exploitée pour son bois.

Comitat de Bran( Actuellement : dragon noir sur fond rouge. Anciennement : pioche noir sur fond d'or) Sous contrôle total de Tyllryss, la région est riche grace à la boue de ses marais utilisé comme combustible, a une importante mine de fer et a de grands arbres. Les seuls passages pour le comté sont une étroite passe dans les montagnes ou une plage, à présent fortifié.

Comitat de Csejte (rose touge sur fond d'or): la région est dirigée d’une main de fer par Erzsébet. C’est une région d’élevage et de pêche possédant une frontière avec la forêt de Retteg et donc soumis aux attaques des Strigoi, ce qui a forgé le caractère des habitants devant se défendre et défendre leurs troupeaux de la férocité des monstres de la nuit.

Comitat de Jiskra (navire blanc sur fond bleu): Ce comté est sous la coupe du sanglant ispan Vlad de Poenari qui vient de l’annexer. Prospère, cette région a largement profité de son port et de ses ressources agricoles et de ses carrières. Les dernières forces armées de la région ont ete integré à celle de Vlad et luttent maintenant pour leur nouveau maitre.

Comitat de Nagyesced (hache d'or sur fond vert): Zone contesté partiellement en ruine, la présence civile est faible et éparse. La capitale de la région a ete en partie detruite. Jadis c’était une région pastorale pour sa partie occidentale et de foret et de bois pour la partie orientale ressemblant logiquement au comitat de Becko avec qui les conflits furent nombreux pour decider de leur frontière commune.

Comitat de Poenari(fer de lance blanc sur font rouge): ce comitat est dirigé par le terrible ispan Vlad dont les armées viennent d'étendre considérablement le domaine. Cette région a toujours été prospère pour deux raisons principales. Premièrement, elle est située au carrefour entre les deux ports restant, la capitale et le comitat de Trenscen ce qui a toujours favorisé les péages et rentrées d'argent. Deuxièmement, c'est ici que se trouve la nécropole des voïvodes et des premiers colons ce qui favorise les pèlerinages et donc de nouvelles liquidités. En dehors de cela, les ressources sont limités.

Comitat de Sarvar (deux épées d'or sur fond noir) : ce comté est indépendant et prospère principalement grace à ses mines de fer et de charbon et le commerce avec les vrykuls de Bastya. Mais sa situation est précaire et menacée de toute part ce qui a poussé l’ispan à brise un tabou en armant en partie sa population.

Comitat de Sighisaora (mouton blanc sur fond vert): Zone sous contrôle des gnolls Crinières-soyeuses, il n’y a plus de population humaine dans la région et les villes ont ete entierement rasés. Il s’agissait jadis d'une très vaste zone pastorale vouée à l’élevage et à l’agriculture.

Comitat de Trenscen (arbre noir sur fond blanc); A présent sous la domination de la comtesse Erzsébet, ce territoire est symptomatique de Tor Alba, la proximité intime avec la forêt de Retteg et donc des monstres nocturnes, à pousser la population à se rassembler dans une agglomération fortifiée. Les travailleurs partent à l’aube en mer pour pêcher, dans les montagnes pour tailler la pierre ou à la lisière de la forêt pour couper du bois puis reviennent se terrer dans la ville dès que le soleil décline. La partie occidentale et les montagnes sont totalement sous la domination des gnolls Dents-Bleues provoquant d’incessant affrontement qui profitent bien aux strigoi volontiers charognards.

Targoviste(bardiche d'or sur fond violet): Fief personnel du voivode, la riche vallée qui jadis faisait la fierté de cette région avec son grand port n’est plus, ne laissant aux anciens habitants qu’un mince ilot nommé Drinope, ultime vestige de la vallée. Le reste n’est que paysage montagneux où il est difficile de vivre, avec des mines pauvre et peu profonde, quelques carrières et de rare pâturage. C’est pourtant là que se dresse le luxueux palais du Voivode.


Factions:

Voivodat:

Le voïvodat est en plein trouble l’autorité commençant à s’effriter entre quatre personnalités principales qui ne s’apprécient guère et dont les ambitions semblent les pousser à chercher le pouvoir absolu. L’organisation du voïvodat est stricte, le voivode est au sommet de l’échelle sociale, il a tous les droits et transmet son pouvoir à son fils ainé. Sous lui se trouvent les ispans qui possèdent comme des biens tout ce qui se trouve sur leur terre que ce soit vivant ou non et ont tous les droits dessus. Ils prêtent ainsi la terre et les outils à leurs serfs qui doivent la travailler comme ils peuvent et en échange sont nourris, logés et protégés par le seigneur. Juste dessous se trouve les iorvags, les chevaliers qui ont le monopole de la guerre et son entretenue par l’ispan. Et enfin les serfs qui ne sont rien.

Voivode Stefan Dragos:

Le voivode est un homme froid, directe et visiblement dépourvu de la moindre forme d’émotion. Il dirige d’une main de fer ses terres et ne se préoccupe que d’efficacité et de résultat, peu importe les moyens et les vies sacrifiées pour y arriver. Cependant il reste pragmatique et sait que sa position est précaire, il est donc prêt à faire les concessions et éventuellement les alliances qui lui permettront de retrouver le contrôle de ses terres et restaurer l’intégralité de son pouvoir. Il possède deux fils Vlad Dragos son héritier et second et Virshan Dragos, le cadet, avec qui les relations sont difficiles. Vlad Dragos est capricieux, critique, violent et peu enclin à faire confiance aux autres, ce qui en fait le fils préféré de son père qui considère tout ceci comme des qualités. Virshan est discret et réfléchi et supporte mal la cruauté dont les habitants de l’ile semblent coutumiers, il reste cependant élitiste et considère les gens instruits supérieurs à la plèbe ignorante.

Ispan Vlad:

Vlad est un combattant de talent, autoritaire qui sait que la terreur vaut une armée et sait manier l’arme psychologique pour déstabiliser ses adversaires autant que ses alliés. Il reste économe du sang de ses propres hommes ce qui le pousse a usé des pires horreurs ou des attaques jugées parfois déshonorantes pour arriver à ses fins. Il est ambitieux autant que sévère et les échecs du voivode ont repoussé les vrykuls puis les troupes de Tyllryss l’ont convaincu qu’il est l’avenir d’Ardael et ne s’en cache pas, même face au voivode qui ne peut le châtier dans cette situation précaire. Il semble déterminé à opérer un changement dynastique sur Tol Alba.

Ispan Erzsebet:

Erzsébet est une seigneuresse capricieuse et mégalomane qui aime sa propre gloire et sa propre image. L’âge qui marque de plus en plus son visage jadis si beau, la rend amère et brutale. Contrairement à Vlad, elle n’économise pas le sang de ses hommes et n’hésite pas à faire des levés paysans qu’elle envoie combattre avec juste leurs outils de tous les jours et sans la moindre formation. Sa garde de chevalier a la réputation d’être la plus compétente de tout Tol’Alba au vu de sa longue expérience pour défendre les campagnes contre les strigoi. Cependant, Erzsébet est redoutée a cause de ses travers imprévisible et sanguinaire.

Ispan Jan:

Jan est riche, intelligent et talentueux et tout ceci il le sait parfaitement bien. Il est un chef juste qui a une justice aussi expéditive avec les coupables que clémente avec les innocents et il fut le seul seigneur à armer sa population en ces temps de crise. Il a formé des milices avec sa population pour soutenir ses chevaliers et a tourné autant ses armées pour se défendre de Tyllryss que des autres nobles de l’ile qu’il sait contre lui de par sa richesse mais aussi son caractère. En effet, arrogant, direct, critique et rebelle, il a l’inimitié de la plupart des autres seigneurs mais reste en même temps un des seuls à avoir des relations régulières avec les Vrykuls.

Lovags:

Les lovags, ou chevaliers, sont les guerriers professionnels et parfaitement entraînés de Tol Alba. Ils sont équipés de solide armure lamellaire ou chaque écaille est fixée à une longue broigne de cuir épais offrant autant souplesse que résistance. Ils sont armés de sabres, barbiche, bouclier rond et d’arc dont ils savent parfaitement se servir autant à pied qu’a cheval. Dans un univers aussi concurrentiel que celui de Tol’Alba, chaque individu essaie de sortir du lot ce qui rend les lovags individualiste. Ils cherchent donc à se différencier et montrer leurs exploits. Pour cela ils vont marquer leurs flèches pour que lors des phases préliminaires ils puissent reconnaître leur victime, mais c’est avant tout le combat au corps-à-corps qu’ils préfèrent, maniant leur large barbiche avec dextérité pour décimer l’ennemi et se couvrir de gloire.

Milice de Sarvar:

La milice de Sarvar est unique en son genre dans les armées de Tol’Alba, la population a été armée et sommairement formée au maniement des armes ce qui n’a encore jamais été fait. Leurs compétences restent limitées et leur courage discutable quand un chevalier ou le seigneur n’est pas présent à leurs côtés mais ils constituent une force supplémentaire aux mains de l’ispan Jan. La stratégie principale de cette milice est de se déplacer avec des chariots qu’ils forment en cercle a la vue de l’ennemi pour se fabriquer un fortin mobile le temps de la bataille. Les arbalétriers frappent depuis les meurtrières des chariots, les lanciers bloquent les angles et les chevaliers servent de réserve au centre, prêts à intervenir.

Levée paysanne:

Autre nouveauté sur Tol Alba mais bien plus en accord avec la culture locale qui refuse les armes et les honneurs à la population, les paysans sont jetés sans armes ni formation, juste avec leurs outils et leurs chemises. Les compétences, la discipline et le moral de ces troupes sont nuls et leur rôle est plus celui de bouclier humain que de réel combattant.

Tyllryss:

Tyllryss est née de l’union du Cartel et de la population de Tol Alba. Pour attirer les habitants dans son camp, le cartel abrogea la totalité des anciennes lois et en plaça de nouvelle, largement favorable a la population. Ainsi, chaque habitant fut nommé propriétaire de son habitation, de ses outils et du lopin de terre qu’ils exploitaient. Le droit de vie et de mort arbitraire fut supprimé et un code de justice fut édicté pour chacun. Dernier droit, le droit de se défendre et de chasser. En échange de tout cela, chaque famille devait une partie de sa production à la seigneurie pour entretenir les défenses et l’armée, bien sûr des déductions fiscales étaient accordées par combattant fourni à l’armée de Tyllryss.

Il est évident que cette nouvelle législation fut séduisante et que les combattants comme les civils l’acceptèrent avec enthousiasme. Cela permis aussi de semer les graines de la discorde dans les différents comitats. Cependant, pour Tyllryss, les elfes sont naturellement supérieurs et donc les commandants et seigneurs des humains qu’il faut éduquer et diriger directement pour empêcher leur folie et leur infériorité de prendre le pas. Cependant, compte tenu des lois et traitement plus juste, les humains l’ont accepté sans broncher, toujours plus valorisé ainsi que sous le voïvodat.

Anilmarion Doster:

Grand général du cartel et Roi de Tyllryss, Anilmarion est un elfe patient et rusé qui sait quand agir et quand temporiser. Ses opérations en territoire elfiques lui ont permis de recruter et de se financer largement et même si la plupart de ses plans furent déjouer à plus ou moins long terme, il a toujours pu largement profiter de ses actions. Il n’y a bien que la capture du médaillon d’Almeda qu’il ne put obtenir. Stratège et prudent, paradoxalement ce sont ses opérations a Quel’thalas qui firent le plus de victime parmi ses troupes plutôt que la guerre sur Tol Alba, preuve à la fois de son efficacité dans ses opérations militaires que sa détermination à avoir ce medaillon. Ses objectifs finaux sont obscurs et il est difficile de prédire quel seront ses actions s’il parvient à unifier l’ile sous sa coupe.

Officiers du Cartel:

Il reste actuellement que 3 officiers pour épauler Anilmarion parmi les fondateurs du Cartel. Delilah Vine, l’assassin sublime, furtive, meurtrière et séductrice dont les missions ont jusque-là surtout servi à Quel’thalas. Belurion Tolbat un officier instructeur de talent qui a formé les armées du cartel et de Tyllryss pour en faire des machines de guerre efficace et implacable. Enfin, Toriand Arrow dont on ne sait presque rien si ce n’est qu’il est un tireur d’élite autant au fusil qu’a l’arc, maitre du déguisement et de l’infiltration qui se révèle volontiers provocateur en signant ses crimes d’un coeur de soie bleue.

Combattant du Cartel du Dragon Noir:

Les combattants du Cartel du Dragon Noir sont tous des elfes parfaitement formé car généralement des déserteurs, des soldats reformés, demissionaire ou désaffecté qui ont rejoint la cause d’Anilmarion. Ils sont tous équipé de la même façon, portant armure, cape en peau de dragon noir, sabre et arbalète de poing. Ils montent des raptors à peau sombre et se battent en harcelant l’adversaire de traits d’arabette avant de charger pour frapper de leurs lames ou laisser à leur raptor l’occasion de montrer leur prouesse meurtrière. Élite de Tyllryss, ils ne sont que rarement en première ligne mais plutôt gardé en reserve pour emporter la décision des affrontements ou comme troupe de harcèlement.

Soldats de Tyllryss:

Soldats volontaires et professionnels servant leur nouvelle patrie, les humains officiant sous les couleurs de Tyllryss sont bien formé et discipliné par le travail de Belurion. Équipés de maille elfique, tous sont entrainés à l’épée et tous portent des pavois rectangulaires. Les différences viennent ensuite de l’armée principale, les lanciers armées de solide lance elfique utile pour l’estoc ou la taille et les tireurs armés d’arbalète à levier. La stratégie consiste à former un rempart de bouclier d'où sortent les lances et d'où partent les tirs meurtriers. Pour les arbalétriers c’est généralement un rempart fixe qui les entoure et leur permet de tirer à l’abri, pour les lanciers c’est un mur mouvant bardé de lance qui écrase l’ennemi inexorablement. Le gout de Tyllryss pour l’arbalète semble étrange mais il s’agit surtout d’arme facile à utiliser et à maitriser contrairement à l’arc qui demande des années de pratique, de plus l’arbalète peut se faire avec des matériaux plus simples que les armes à feu. C’est ainsi qu’avec cette arme puissante les chevaliers d’Ardael furent tués avant même le contact.


Skjaldmo:

Les vrykuls du clan Skjaldmo sont des guerrières féminines venues à Tol Alba pour une raison obscure, cependant les sororités de vrykules ne sont pas rares en Norfendre et celle-ci chercha peut-être une patrie. Leur objectif de soumettre l’ile fut contrarié mais elles acceptèrent sans protester l’accord proposé par le voivode ayant enfin leurs terres bien à elle. Elle y lance depuis des raids réguliers dans toutes les directions amassant butin, richesse et arme dans une espèce de concours à celle qui sera la plus riche et la plus brave. Elles commercent régulièrement avec les gobelins et les habitants de Tol Alba sans distinction pour obtenir ce qu’elles n’arrivent pas à prendre par les armes. Elles ne sèment pas, n’élèvent pas, ne pêchent pas, elles s’emparent par le fer ou l’or de ce dont elles ont besoin.

Freydis Eiriksdottir :

Grande rousse a la peau tatouée et à la puissance physique légendaire, elle est avant tout une bonne vivante qui profite de la vie comme dans une fête perpétuelle. Elle boit, elle mange, elle danse, elle chante, elle combat, elle narre et paraisse avec le même enthousiasme permanent. Les quelques habitants qui ont pu la rencontrer furent saisi par ce caractère que des gens aussi austères et rudes que les humains du voïvodat ne pouvaient comprendre. Elle ne semble guère intéressé par le sort de l’ile, se préoccupant surtout des richesses et des faits d’armes et exploit qu’elle et ses soeurs pourraient accomplir. Elles adorent toutes raconter autour d’une choppe leurs exploits et le récit de leurs conquêtes, batailles, duels et pillages.

Guerrières Skjaldmo:

Les vrykuls sont des forces de la nature, géants, puissants et talentueux, individuellement ils font partie des meilleurs combattant du monde. Leur défaut venant justement qu’ils sont généralement individualistes et peu nombreux. Les Skjaldmo cependant ont réussi à former un semblant d’unité et de discipline du groupe formant volontiers le mur de bouclier ou la forteresse de bouclier en fonction des situations. Le mur de bouclier consiste en une ligne de bouclier serré, les premières lignes saisissant leurs épées tandis que les deuxièmes lignes utilisent leurs haches à deux mains par-dessus le mur pour frapper l’ennemi ou crocheter tandis que les troisième et quatrième lignes utilisent leurs javelots comme lances puis projectile quand la formation ennemie se disloque. La forteresse de bouclier est un mur de bouclier avec en plus la deuxième ligne qui forme un toit de bouclier pour protéger la formation des tirs. Chacune des Skjaldmo possède un bouclier rond, une épée, un long couteau, une hache a deux mains et une paire de javelot.


Gnolls:

Les gnolls, bien qu’envoyés par le cartel, ne font pas partie de Tyllryss et ne sont considérés que comme de la chair à canon ( comme les autres mercenaires) par le Cartel et Anilmarion. Cela explique sans doute que l'armement fourni ne fut que de facture humaine ou gobelins et non elfique. Les deux clans envoyés sont les Dents-Bleus, référence à une plante narcotique que les guerriers mâchonnent et qui donne une teinte bleutée aux dents, et les Crinières-Soyeuses, référence au fait qu’avant chaque bataille ces gnolls prennent soin de leurs crinières pour se battre en faisant le plus bel effet. Ils ne possèdent pas d’autre but que le combat, le pillage et les tueries et pas plus de tactique. Ils foncent tous dans la même direction et frappent l’ennemi, ce qui est déjà pas mal.


Strigoi:

Les informations sur les strigoi sont pauvres. Au-delà du folklore et des légendes, on ne sait rien de concret. Ce sont des créatures très puissante et nocturne qui sortent de la forêt de Retteg pour dévorer ou enlever les gens et le bétail. Les légendes parlent d’une “Mère des Strigoi” qui serait à l’origine de l’espèce. Les légendes ne s’accordent guère quant à son apparence ou sa façon de créer les strigoi car la malédiction, la maladie, la reproduction, l’invocation sont tous énoncés aussi souvent. Il semble que cette créature soit immortelle et immensément puissante mais nul ne sait d’où elle vient et ce qu’elle est réellement. Cependant, elle semble douée d’une forme d’intelligence car jamais les strigoi n’ont chassé plus que nécessaire et la population de Tor Alba n’a jamais vu de chute démographique majeure du fait des attaques de ces créatures.

Voila pour ce vaste resumé de la situation a Tol Alba.
Hekathi Cathubodua

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4530
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum