Le Cartel du Dragon d'Ebene

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Jeu 19 Juin 2014 - 16:19

Arrivée a Tol’Alba

Nous sommes arrivé après une traversée paisible jusqu’à Tol. Le voyage fut sans embuche et le temps calme jusqu’à arriver près de l’ile où une épaisse couverture nuageuse nous a dissimulé le ciel au point qu’il n’était plus possible de distinguer le jour de la nuit. C’est à ce moment, en apercevant l’ile de Bastya, que nous avons annoncé notre arrivée en faisant sonner la corne. Une brume c’est alors levé et nous avons saisi nos armes sachant très bien qu’il s’agissait là du signe annonciateur des vrykules. Nous avons fait sonner la corne à nouveau et l’hydromancien du navire senti qu’un navire approchait. Il dissipa alors la brume et des marins firent signe à l’aide de drapeau que nous venions négocier. Après une hesitation, les guerrières acceptèrent et leur langskip fit demi-tour vers l’ilot.

De là, nous avons débarqué sur un quai en ruine, les vaisseaux vrykule n’ayant nul besoin de tel aménagement, et une dizaine d’immenses guerrières nous toisèrent un moment, arme a la main. Une guerrière blonde avec une belette peinte sur son bouclier approcha alors et prit la parole. Elle s’annonça comme Katja Haraldsdottir et nous demanda fermement ce que nous venions faire. Nous avons alors longuement négocié et discuté pour qu’elles acceptent notre offre de collaboration. Ce fut non sans mal et nous avons même redouté une attaque. Finalement, Katja partie cherche sa chef, Freydis Eiriksdottir, pour parler directement avec nous. Nous en avons alors profité pour lui montrer notre tribut, ce qui a attisé sa curiosité mais c’est surtout la transmutation en arcanite de son scramasax (un couteau de combat) qui la acheva de la convaincre et elle accepta notre offre d’alliance.

Elle nous invita alors à rejoindre un banquet, un immense banquet rempli de victuailles, d’alcool et où chaque guerrière chantait, dansait, se battait ou raconter des histoires. Freydis elle-même fut un hôte des plus joviales, nous invitant à raconter nos exploits et racontant les siens avec un enthousiasme débordant. La fête se poursuivit jusqu'à tard dans la nuit et peu à peu les nôtres se retirèrent sur le navire pour ceux le pouvant, les autres dormant au milieu des vrykules. Au matin je repris mon travail, transmutant de nouvelles armes en arcanite pour Freydis, Katja et quelques autres guerrières.

Nous devons à présent nous préparer à rejoindre le voïvodat pour la prochaine étape de notre plan.

Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Dim 22 Juin 2014 - 14:17

Le Manoir du Voivode

Comme nous l’avions prévu vendredi, nous avons repris la mer pour nous rendre au port de Jiskra sur l’ile principale. En entrant dans la baie, nous avons remarqué la forêt de pal dressé par Vlad : des gnolls, des humains, tous pourrissants sur leur pieu dégageant une affreuse odeur. Arrivés au port, nous avons constaté la misère des lieux. La population était malingre, maigre, le visage marqué par la dureté de leur condition de vie et la maladie, leurs visages blêmes. Ils étaient vêtus de laine grossière graissée à la va-vite pour résister à la pluie, donnant une teinte jaunâtre ou marron à l'étoffe, et avaient des gilets de cuirs ainsi que des chapeaux. Ils nous observèrent avec un mélange de crainte et de fascination, l’air ahuri. Au milieu de la place se trouvait le pal de l’ancien ispan de Jiskra. L’ispan Vlad arriva alors portant un large manteau écarlate doublé de fourrure et un chapeau a perle et plume, sa longue chevelure noire détachée et son regard sombre nous traversant d’une énergie malsaine.

Pourtant, il fut poli et amical. De son cheval, il nous salua et notre discussion nous permit d’en savoir plus sur lui et sur la situation dans le voïvodat d’Ardeal. En résumé, voici ce que nous avons découvert durant cet échange.
Le pal : c'est pour lui une façon de montrer sa détermination à aller jusqu’au bout pour sauver le voïvodat de ses ennemis de l’intérieur et de l’extérieur. C’est aussi un avertissement pour ceux qui s’opposeraient à lui, ennemis comme alliés.
Classes sociales et devoir de la noblesse : Il a justifié le système de classe par la brevetée de la vie humaine, d’après lui la moitié des gens ne dépassent pas 30 ans ce qui oblige a diviser la société et à la spécialiser. Le clergé qui a le savoir, la noblesse qui a le métier des armes et d’administration et le peuple qui travaille. Il justifie donc l’annexion de Jiskra et d’une partie de Trenscen par le devoir des classes. Le premier devoir de l’ispan est de protéger ceux qui travaillent et ceux qui savent, les ispans qui ont échoué à cette tache ne méritaient donc plus leur titre, car ils ont failli à leur devoir. Lui ayant assumé ce rôle se retrouve légitimé pour administrer ces terres qu'il a su protéger. Il reproche d'ailleurs à Jan et Erzsebet de mettre en danger ceux qu’ils sont sensés protéger en envoyant au combat la population, ce qu’il refuse catégoriquement.
Skjaldmo : Il fit savoir qu’il était au courant de notre alliance avec les vrykules, mais aussi qu'il comprenait notre démarche et qu’il trouvait ça habile, un plan B étant nécessaire vu notre plongée dans l'inconnu. Mais, de son côté, il pensait que les vrykules sont autant des alliés que des ennemis potentiels.
Jan : Concernant l’Ispan Jan il ne fut pas tendre, le traitant d’hypocrite qui se prétend amis du peuple sans pour autant avoir fondé de république ou d’assemblée populaire et qui a armée sa population pour l’envoyer se battre a sa place rompant son devoir de le protéger.
Erzsebet : Il la méprise, la voyant comme une femme capricieuse et vaniteuse accrochée a son rêve de jeunesse éternelle. Il nous a mis en garde révélant qu’elle pense que les elfes sont immortels par leur connexion a une source magique et que boire notre sang et se baigner dedans va la gorger de cette énergie et la connecter lui donnant une éternelle jeunesse. Elle aussi il méprise son gout pour le sacrifice et son mépris de ses devoirs.
Le Voivode Stefan : Pour lui c’est un incompétent qui a prouvé son incapacité à gérer des situations de crise. Contre les Vrykuls, il a sacrifié une ville pour finalement devoir céder un territoire à ses ennemis. Contre le Cartel/Tyllryss il est en train de perdre et semble ne pas prendre la mesure du risque, s’accrochant aux dernières miettes de pouvoir. Pire, il ne peut pas lancer de contre attaque d’envergure, car il craint de se reposer sur les trois ispans restants et la majeure partie de ses forces sont dans la capitale a surveiller une population de plus en plus convertie aux idées de liberté prêchée par des agitateurs du Tyllryss. De plus, il refuse aux ispans l’accès à la capitale, car il pense, sans doute légitimement, que celui qui tient la capitale contrôle le pays.

Je rappelle bien sûr que tout ceci est de la bouche de Vlad et il nous a dit lui-même de nous méfier de tout le monde, ce qui l’inclut bien entendu. Il a fait une opération “séduction” auprès de nous donc restons méfiant, il y a peut être autant de vérité que de mensonge dans tout ceci. Dans tous les cas, il nous laissa le choix d’attendre la réunion avec la noblesse et le voïvode chez lui ou d’aller directement chez le voïvode au Haut-Targoviste, ce que nous avons choisi. Et c'est après une longue route sous la pluie que nous sommes arrivés au manoir. Il est surprenant, car plutôt luxueux pour un bâtiment humain, surtout dans cette région, bien sûr cela n’égale pas un clapier elfique, mais n’oublions pas que nous sommes chez des humains.

Nous avons été reçus par le chef du personnel, Alfred qui nous donna pour instruction de ne jamais aller a l’étage du manoir et de ne pas sortir du domaine puis il nous confia a Igor, plus créature qu’humain, qui se mit a notre service et nous amena a nos quartiers. Nous avons alors passé notre première nuit dans le manoir et moi comme d’autre avons entendu gratter contre les volets blindés, probablement des strigois ce qui en dit long sur le danger rodant la nuit dans ce pays…

Le lendemain, alors que Sybile et Falrhen se promenaient sur le domaine, surveillé par des lovags, ils aperçurent des éclaireurs gnolls, ce que le Prince Virshan confirma être courant. Cela dit, les gnolls n’osent pas encore lancer d’attaque d’envergure, juste quelques éléments isolés grimpant la montagne. Il les mit en garde aussi de rester très prudent, car le danger venait de partout ici et parfois plus de ses “alliés” que de ses ennemis. Puis il se retira.

C’est tout pour ce premier rapport.

Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Ven 27 Juin 2014 - 14:34

La reunion du 25 juin 34

Nous avons enfin pu rencontrer le voivode et assisté à une réunion pour nous mettre au travail. Après des jours d’oisiveté il faut bien admettre que la nouvelle fit plaisir. La réunion fut aussi l’occasion de découvrir les autres personnalités importantes de l’ile.

Parmi eux, l’Évêque Corvin, un homme gras, superstitieux et pusillanime. Il semble détester les elfes et n’a fait que des commentaires sans intérêt tout en restant proche du voivode. Il aime le pouvoir et restera toujours proche de celui qui le détient. Un homme sans grand intérêt qui n’a rien apporté à la réunion mais terriblement facile a manipuler.

Les Princes n’ont rien apporté mais leur réaction fut très différente et interessante en soit. Vlad Dragos fut arrogant, impertinent, agressif et capricieux comme à son habitude, il est un fauve facile a appater et donc a eliminer si besoin. Virshan, quant à lui, fut d’un silence de mort, affectant un air dépité tout au long de la réunion, il est difficile a cerner.

Le voivode se révéla curieusement absent et ennuyé, il ne montra aucune émotion, n’intervint presque jamais si ce n’est quelques petites phrase destiné à rappeler son “autorité” ou a rejeté les idées de tous excepté le seul plan valide qui fut preoposé. Il fut particulièrement méprisant avec nous, nous ignorant presque mais je commence à comprendre l’ispan Vlad quand il évoque l’incompétence de ce souverain qui ne semble affecté par rien, pas même la déliquescence de son territoire.

L’ispan Erzsébet fut amusante, une femme qui a encore de beau restes mais qui vieillit inexorablement, elle le refuse et ses commentaires sur notre beauté et notre jeunesse en étaient presque gênants, tout comme ses regards sur nos gorges, comme imaginant déjà notre sang jaillir pour l’abreuver ou la baigner. Outre cela, elle se montra particulièrement susceptible et alerte à toute provocation. Il est aisé d’imaginer qu’elle soit particulièrement manipulable ce qui explique sans doute sa présence et son poste. L’envoyer sacrifier ses troupes pour épuiser l’ennemi puis cueillir le tout ensuite, du moins c’est ainsi que j’agirais dans ce cas. À moins qu’elle cache autre chose, ce qui explique que malgré sa folie et sa vanité manifeste les autres préfèrent l’avoir à leur côté que d’être contre elle. Il faudra être attentif et surtout éviter de se faire isoler en sa présence. Elle en a clairement après notre sang.

L’ispan Vlad fut calme, silencieux, ne parlant pas pour rien dire, d’ailleurs il me semble qu’il ne parla que deux ou trois fois. Son regard reste profondément dérangeant mais il sut proposer un plan d’action audacieusement exposé. Il décrit les différents fronts: les gnolls crinieres-soyeuse, les gnolls dents-bleues, la capitale et bien sûr Tyllryss. Il argumenta que la capitale était trop sensible pour y aller en force (le risque de voir la population se soulever est trop grand), Tyllryss nécessité toute la force du voïvodat pour être affronté et les Crinieres-Soyeuses sont tenus en respect. Il opta donc pour les Dents-bleues afin de libérer totalement le sud et de concentrer la durée vers le nord. Le plan fut approuvé par tous sauf par l’ispan Jan.

L’ispan Jan, je suis mitigée à son propos. Il fut colérique, agressif et insultant depuis le début, tous les signes de l’impulsivité. Pourtant ses décisions furent tout sauf impulsive. Il proposa de chercher à négocier avec les gnolls, des mercenaires, plutôt que de chercher aveuglément un bain de sang, ce qui n’est pas une mauvaise idée, cela méritait en effet d’être envisagé. Si la négociation échouait à l’affrontement en aurait été légitimé. Il refusa de participer à l’affrontement et quand on le traita de lâche il proposa un duel pour prouver son courage mais ne se laissa pas manipuler et garda son opinion de rester en retrait. Sans trop m’avancer je pense que nous sommes soit face à une personne brillante soit un naïf idéaliste. Naif idéaliste si en effet son seul but est de protéger des vies dans cette guerre, y compris la sienne, soit un genie si son masque colérique et impulsif est une façon d’arriver à ses fins et manipuler les autres en affichant une façade et en baissant leur vigilance. Apres tout, il est le seul dont les forces sont presque intact. Ce personnage est peut-être plus brillant qu’il n’y paraît.

Bref, nous allons enfin pouvoir bouger de ce maudit manoir mais gardons en tete le nid de vipère ou nous sommes.

Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Sam 28 Juin 2014 - 23:37

Bataille de Trescen
27 juin 34

Cause : lors de la réunion du 25, il fut décidé que le voïvodat concentrerait ses forces sur l’attaque des territoires de la tribu gnoll des Dents-Bleues dans l’ouest de Trenscen afin de libérer le sud et de pouvoir ensuite concentrer les efforts vers le Nord.

Déroulement: Nos forces ainsi que celle du voïvode et de Vlad firent jonction sur les hauteurs de Targoviste avant de descendre vers Trescen où Erzsebet avait déjà engagé les hostilités. Elles envoyaient des paysans en guenilles et armées d’outils et de portes ou de volets en guise de bouclier sur les lignes gnolls. Les pauvres ères ne firent pas le poids contre les gnolls, ils en tuèrent à peine quelques-uns avant de se faire massacrer et fuir où les chevaliers de l’ispan attendaient pour capturer ou tuer les fuyards.

Le voïvode déclara la charge et vint percuter à revers les gnolls massés face à Erzebet tandis que Vlad se déploya plus à l’ouest harcelant l’ennemi de flèche, de charge, replis et contre-charge. Les gnolls étaient nombreux, mais à présent enfermés dans une nasse et les tirs de leurs balistes de fortune ne suffirent à peine à contenir les terribles chevaliers du voïvodat qui combattirent aussi bien à pied qu’à cheval. Nous restions en réserve un moment pour évaluer la situation quand une charge soudaine d’un détachement d’environ 25 gnolls parvint à faire une percée dans l’encerclement. Voyant le danger, nous avons chargé sur la brèche pour la combler et repousser l’ennemi. Celui-ci était assez légèrement armé, des planches clouées comme bouclier (sans umbo ni cerclage), des haches et des machettes assez grossières et quelques javelines. Notre charge initiale suffit à nous faire prendre le dessus et malgré quelques résistances l’ennemi fut acculé et tenta de se replier, mais nous l’avons anéantie nous permettant une percés vers la montagne que nos alliés exploitèrent dans l'instant, profitant de la confusion. Les balistes adverses furent alors totalement anéanties par nos arcanistes, mais aussi étonnamment par un sort lancé par Erzsebet. L’ispan est donc une magicienne (ou possède un artefact magique de grande puissance) ce que jusque-là nous ignorions.

Les gnolls se réorganisèrent au pied de la montagne et formèrent des corps plus compact et cohérent. Nous avons vu un petit détachement bien mieux équipé que le précédent approché, les trois premières lignes composées de guerriers en cottes de mailles et armure de cuirs avec des casques en fer, des targes renforcées et des fauchons. Derrière eux se trouvaient des tirailleurs équipés d’arbalètes de bois. Je donnai l’ordre de tirailler l’ennemi approchant, en se concentrant sur les tireurs afin de pouvoir nous occuper des plus solides sans être harcelé et menacé à distance. L’effet fut saisissant, les deux tiers des arbalétriers furent tués en quelques volés de flèches et de sort, provoquant la fuite des quelques rares survivants. Le corps à corps s’engagea alors avec l’élite des combattants gnolls, mais après plus de deux semaines sans combat nous étions avide de victoire et de nous défouler. Ce qui eut des conséquences tragiques sur ces gnolls que nous avons éliminés, continuant a avancé et percer provoquant un repli général sur la montagne de nos adversaires a l’exception d’un petit groupe qui parvint à s’échapper vers le nord, passant nos lignes pour s’enfoncer vers les marais.

L'impulsif Prince Vlad Dragos parti à leur poursuite avec une petite escorte de cavalier. Encore aux prises avec l’ennemi, le voïvode hurla que quelqu’un aille avec lui pour l’aider, redoutant les marais. Après une hésitation, nous avons prévenu le voïvode que nous en occupions et nous nous sommes enfoncés dans les sombres et inquiétants marais de Trenscen laissant les derniers gnolls au voïvode, à l'ispan Erzsebet et à l'ispan Vlad. La progression fut désagréable, mais nous étions guidés par les bruits de combats. Nous avons alors vu le prince et ses chevaliers achever les derniers gnolls quand soudain des ombres fauchèrent son escorte. Pour nous, un mot nous vint à l’esprit : Strigoi. J’ordonnais l’attaque immédiate pour secourir le prince autant que nous même, sachant qu’une fois celui-ci à terre, nous serions les cibles alors autant profiter de l’effet de surprise. Le combat fut féroce et terriblement difficile certains des nôtres furent blessés gravement, mais finalement les trois créatures furent mises à terre et le prince sauvé.

De retour sur le front, la bataille était finie, le dernier assaut avait eu raison des gnolls restants et les chevaliers commencèrent à brûler le campement et les corps. Le Voïvode ravi que nous ayons sauvé son fils nous traita mieux, nous félicitant pour notre aide durant la bataille et ce sauvetage. Il nous offrit des chambres décentes dans son manoir et améliora nos libertés.

Résultat : C’est une grande victoire contre les gnolls, notre rôle fut décisif en éliminant une cinquantaine d’ennemis a nous seuls. Trescen est à présent libre malgré des pertes sur les troupes du voïvodat surtout parmi les levées paysannes d’Erzsebet. Cela nous en dit plus sur nos « alliés » de circonstance, le voïvode montra qu'il était avide de prouver sa valeur et de montrer l'exemple en chargeant droit devant lui. Erzsebet montra que nulle perte ne lui faisait peur, qu'elle était là pour montrer sa puissance et prête à sacrifier les faibles pour aider les forts : elle ne reculerait devant aucun sacrifice pour vaincre. Vlad se montra pragmatique, il ne courait ni après la gloire, ni le prestige, les opinions, les rumeurs ne lui faisaient ni chaud ni froid d'où ses ruses, ses attaques en charge et replis, évitant le contact trop longtemps, clairement, il était la pour gagner cette bataille, mais aussi les suivantes en préservant ses forces.

Bilan :
Ennemis : La totalité des gnolls a été éliminée. Les fils pour leur part éliminèrent une cinquantaine d’entre eux, mais aussi trois strigoi dans les marécages.
Fils & alliés: 3 blessés dont deux légers pendant la bataille et trois blessés graves durant le combat contre les strigoi dans les marais.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mar 1 Juil 2014 - 16:25


Les strigoi

L’enquête sur ces créatures a débuté durant le week-end. Après plusieurs discussions et théories, Falrhen a décidé d’aller voir le Prince Virshan pour en savoir plus à propos de ces monstres. Il trouva celui-ci dans la bibliothèque et a engagé la conversation. Voici les principaux éléments qui ont été tiré de cet échange:

Les strigoi étaient présents sur l’ile avant l’arrivée des premiers colons, sans doute depuis très longtemps. Les récits traitant de l’époque sont contradictoires (et largement a posteriori), parlant soit d’une population de plusieurs ou soit d’un seul individue, la mère des strigoi. Le problème des sources est qu’elles sont tout ecclésiastiques. L’église d’Ardeal garde d’une main de fer le monopole du savoir (tout les savoir), de sa conception à sa conservation jusqu’à son enseignement. Cela rend les savoirs très limités surtout que les clercs ont frappé d’interdit toute étude au sujet des strigoi et l’exploration de la forêt de Retteg. Interdiction accompagnée d’une condamnation au bucher sous le prétexte que les strigoi se reproduisent par malédiction. Vrai ou non cela reste à prouver mais c’est une hypothèse. Le clergé semble aussi capable de protéger dans une certaine mesure les habitations via des sorts et rituels qu’ils font payer à prix d’or à la population, ce qui explique sans doute leur désir de ne pas voir disparaitre les strigoi. Outre cela, les strigoi, a part leur force et leur agressivité semblent être comme n’importe quel être vivant a l’exception de leur crainte du soleil mais le folklore local prétend qu’ils ne supportent pas l’ail, l’argent, les pieux dans le coeur (qui les supporte?) et les objets cultuels. Je n’ai pas trop envie de me fier à ces superstitions pour ma part et je pense que pour réussir il nous faudra de l’aide. Seulement, la noblesse tir son statut et son monopole militaire de la mort de ces créatures et le clergé son rôle de connaissance et d’importants revenus. Les convaincre de nous aider semble compliqué.

Ceci étant dit, le 29, durant l’après-midi, nous avons décidé de faire une première exploration aux abords de la forêt pour en savoir plus au sujet de ces créatures. Nous étions escorté par quelques chevaliers du voïvode et par un clerc qui se montra fort désagréable avec ses sous-entendus douteux. Arrivé aux abords de la forêt, le constat était frappant, sombre, impénétrable. Chaque arbre était noir, torturé avec un feuillage sombre. Nous avons longé ces sombres bois jusqu'à arriver au village de Trenscen où la garde fut plus accueillante que les habitants (que se terrèrent à notre vue). Par chance, l’ispan Erzsébet n’était pas présente ce qui nous rassura et nous permis de progresser plus sereinement.

Le premier constat c’est l’agressivité de la forêt qui semble “attaquer” le village, ronce, racines et arbres empiétant sur le territoire humain, comme pour l’engloutir. Un phénomène récent vu ce que nous avons découvert ensuite. Sortant du village nous sommes entrés sous les arbres pour mieux voir à quoi ressemblait la forêt quand nous avons aperçu une ruine. Approchant, nous avons découvert une ancienne ferme dont la végétation avait tout englouti, jusqu’au moulin. Vu l’état de la bâtisse, cela était relativement récent. La guerre semble exciter la forêt ou rend les soldats et forestiers moins vigilant, nous n’avons pu avoir confirmation.

Ce dont nous sommes sur, par contre, c’est que les strigoi étaient là, à nous observer, hésitant visiblement à attaquer qu’à cause des prières du clerc et notre proximité avec la bordure des bois, d’où le jour perçaient un peu. Nous avons décidé de ne pas tenter le Sargeras et de remonter plus encore en lisière où j’ai tenté d’entrer en contact avec un des arbres. Le premier me rejeta brutalement tandis que le deuxième exprima sa rage, sa peur, sa colère mais aussi sa corruption. Arevas confirma qu’une énergie gangrenée se trouvait au coeur de cette forêt et était la cause de tout ceci. Malheureusement, voyant le jour décliné nous n’avons pas insisté et sommes rentrés rapidement.

Legat Atia Silverswell

Les strigoi:


Dernière édition par Atia le Sam 13 Sep 2014 - 13:52, édité 2 fois

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Falrhen le Mer 2 Juil 2014 - 13:01

Hier en soirée, Shaona, Athiel, Kri'thias et moi-même avons devisé d'un plan pour obtenir un sujet d'étude des Strigoïs. Celui-ci consistait à envoyer l'un des nôtre en appât tout près du manoir à la tombée de la nuit, le laisser attirer un strigoï à travers un portail semblable à celui utilisé pour nos exercices de débarquement, et à les ramener nous les deux dans un endroit isolé pour prendre la créature en embuscade.

Le soleil commençant à se coucher, nous nous sommes donc appliqués à mettre le plan en place. Athiel fut sélectionnée pour jouer le rôle de l'appât, de par son endurance et sa protection. Elle sortit du manoir au crépuscule, pour trianguler la position d'un portail arcanique à l'aide de cristaux fournis. Pendant ce temps, Shaona disposa elle aussi des cristaux dans sa chambre afin d'y faire la jonction avec le portail extérieur. Elle et l'arcaniste Deuillesang disposèrent des pièges magiques superposés afin de piéger la créature appâtée.

Au bout de quelques minutes d'attente, les systèmes de protection du manoir se verrouillèrent, indiquant que les strigoïs allaient être de sortie. De fait, il ne nous fallu pas longtemps à attendre pour qu'Athiel traverse le portail et atterrisse dans la chambre, avec l'une de ces créatures sur elle. Alors qu'elle se dégageait, les pièges furent activés l'un après l'autre, enchaînant la proie avec des liens d'arcanes, et l'entourant d'une prison de flammes pour modérer ses tentatives de s'échapper. Je me chargeai moi-même de trancher les tendons de la créature afin qu'elle ne puisse compter sur ses jambes. Malgré ses hurlements, il finit rapidement trop affaiblit par les pièges pour se débattre.

Malheureusement, le tumulte avait attiré les gardes qui tambourinèrent à la porte de la chambre. Shaona se chargea de les distraire pendant que Kri'thias occultait la présence du monstre par un voile de dissimulation magique. Une fois l'attention des gardes détournée, il fut décidé de camoufler le Strigoï magiquement à l'aide d'un rituel runique, et de le conserver à l'abri de la lumière, dans un coin déserté de la cave à vin.

Il reste donc libre d'accès aux expérimentateurs, mais nous préconisions l'intervention de Hekathi afin de percevoir s'il s'agit bien d'un être maudit et s'il reste des traces d'humanité en lui.

Bloodhawk Falrhen Faucon-Marchand
avatar
Falrhen
Chevalier de Sang
Chevalier de Sang

Nombre de messages : 325
Age : 25
Date d'inscription : 09/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Jeu 3 Juil 2014 - 16:14

Résultats d’analyse du strigoi capturé.

Je dois en tout premier lieu remercier ces braves camarades qui m’ont offert l’occasion d’approcher une si délicieuse créature et de pouvoir l’analyser en paix et en details.

Malheureusement, les résultats sont complexes. La créature possède une forte résonance de gangr'magie, j’irai même jusqu’à dire que ce sont clairement des gangr'sang sous une forme assez curieuse rappelant les san’layn mais sans l’esprit vif. En effet pénétrer son esprit fut complexe, très complexe. son esprit était déchaîné, rageur, il refusait obstinément mon intrusion, se lançant même dans des contre-attaques. Hélas, en voulant forcer ses défenses je l’ai gravement atteint psychiquement, faisant de lui un sac à viande amorphe. Impossible donc de lire ses pensées, de découvrir ce qui se cachait derrière son instinct de prédateur emprisonné, obsédé par l’envie de se libérer et de me dépiauter.

Les énergies qui le constituent sont fait d’un peu d’arcane, comme tout être vivant née sur Azeroth depuis l’explosion du puits d’Éternité, mais guère plus que chez un humains ou un nains. j’ai surtout noté comme évoqué plus haut une dominante de gangr’magie en lui qui a fortement imprégné ses organes et son sang.

Étant donné son “état psychologique”, je me suis permise ensuite de le disséquer, pour vérifier de quoi il était fait, en présence de Sybile Cwes Wyloir, seule médecin que j’ai pu trouvé (et lui infligé ce spectacle était de toute façon très amusant). Les organes et leurs fonctionnement semblent suggérer une origine humaine même s’il est difficile de dire si c’est un croisement ou une mutation via malédiction. Je penche cependant sur cette dernière qui me semble plausible car la créature est complétement stérile. Je précises d’ailleurs que c’était une femelle, même si cela est difficile à voir sans vérifier directement ses organes génitaux. L’absence de poitrine ou de dimorphisme sexuel semble une autre preuve de son asexualité, même avant analyse médicale. Hors une créature asexué ne peut engendrer des descendant, sauf si on admet l’idée que la “Mère des Strigoi” est une sorte de reine pondeuse.

Concernant les autres fonctions vitales, le processus de vieillissement semble altéré mais pour une raison que j’ignore ses organes fonctionnent au ralentie contrairement aux muscles qui se révèlent clairement sur-excités.

Voila pour les conclusion de cette première analyse.

Hekathi Cathubodua.


Ardeal

Tyllryss n’est pas resté passif longtemps après note attaque sur les gnolls Dents-Bleues. Alors que les forces des fils et du voïvodat étaient engagés au sud, les forces du cartels et de leurs alliés ont lancé une vaste offensive depuis Bran. Ils ont progressé vivement vers le sud s’emparant totalement de Bicko, jusque là contesté et où se déroulait jadis des escarmouches entre les forces du voivodat (les troupes personnels du voivodes et les troupes des ispans sans terre) et de Tyllryss. La poussé s’est poursuivit jusqu’à Nagyecsed, leur permettant de prendre la partir nord et est, ne laissant qu’une mince frange au mains du voïvode pour protéger la capitale.

Conscient de l’urgence de la situation mais aussi de l’opportunité de nous rapprocher de la cathédrale (là où l’Église cache son savoir), j’ai envoyé de nombreux messages au voïvode qui restèrent lettre morte jusqu’à ce qu’il accepte que nous l'accompagnions a Ardeal. Il s’installa dans sa forteresse locale tandis que nous étions consigné dans une modeste demeure du quartier ouest.

A peine installés, un chevalier du voïvode vint nous trouver, son seigneur souhaiter nous amener devant l’archevêque pour avoir son aval sur notre présence ici. Une nouvelle réjouissante... Cependant, le chemin jusqu’à la cathédrale nous permis d’avoir une vue sur la ville. Celle-ci était littéralement assiégée de l’intérieur, les gardes surveillant chaque passage entre chaque quartiers et les passages vers l’extérieur. La population vit chichement dans les ordures et les rats, sous une pluie battante et emprisonné dans chaque quartier d’où nul ne peut sortir sans autorisation. Mais le pire fut le camp des réfugiés dans la quartier nord. Des tentes misérables et des habitants affamés etaient massés là dans la plus total insalubrité et en proie chaque nuit au strigoi quand les gardes relâchaient leur vigilance. Notre vue les fit entrer dans une rage folle, après tout, ils ont été chassé de chez eux par d’autre elfes et leur sort actuelle était logiquement la faute des elfes dans leurs esprits. Ils lancèrent sur nous quelques projectiles ce qui fit réagir sauvagement les gardes qui tuèrent trois agitateur pour l’exemple.

Heureusement, nous arrivâmes sur le parvis de la Cathédrale où se trouvaient de curieux soldats équipés d’armes en argent, de pieux, de potions et d’arbalètes de poing. Ils nous observèrent en détail alors que nous entrions dans le bâtiment pour rencontrer l’Archevêque Corvin. Cette rencontre fut loin d’être cordiale, visiblement il était plein de préjugés et surtout notre beauté physique, tout elfique, semblait grandement perturber cet homme gras et probablement chaste. Cependant, nous sommes parvenu, non pas a lui faire entendre raison, mais au moins lui faire comprendre notre utilité.

Nous sommes ensuite rentré dans notre nouveau logis pour nous préparer à la suite quand on frappa à la porte. Apparu un homme de grande stature mais très fin, portant une large barbe et un habit ecclésiastique sobre et simple. Il se présenta calmement comme étant le Père Hus et que nous avions une opinion commune nous liant : notre mépris pour l’Archevêque Corvin. Il venait de capter notre attention et argumenta qu’il était grotesque que l’Église s’engraisse et vive dans le luxe quand le peuple est accablé et affamé. Il ajouta que le peuple aussi le savait et que la graine de la liberté planté par Tyllryss allait germer sous peu. Il lui semblait inévitable qu'un conflit civil éclate à Ardeal. Il nous expliqua que nous aurions un rôle déterminant dans ce conflit car les traditionalistes derrière le Voivode ou Vlad ou Erzebet s’opposeraient aux réformateurs derrière Tyllryss ou Jan. Les premiers, d’après lui, se rallieraient a celui ayant l’air le plus fort et le plus a même de gagner tandis que les seconds serons derrière le premier qui pourra les aider et leur promettre la victoire (en somme le camp où nous serons si on suis sa logique). Il nous appartiens donc de décider qui nous soutiendrons car nous sommes l’inconnu qui peut faire changer l’équation et pencher la balance. Il refusa de nous influencer et de donner son choix mais il nous prévint que tout ce déclencherait très vite et que notre décision serait primordiale. C’était là la raison de sa venu, nous donner un délai de réflexion avant le déclenchement des hostilités pour que nous n'agissions pas dans la précipitation. Après cela, il repartie en nous saluant poliment.

Le fait est qu’il a raison, le sauvetage du Prince Vlad Dragos, a permis au voïvode de conserver sa prédominance sur les deux grands ispans traditionalistes mais cela l’a aussi poussé à nous faire confiance et nous faire entrer dans la capitale précipitant par la l’explosion de la révolte car la course de vitesse est enclenché. Réfléchissons donc bien a nos prochaines actions car elles déterminerons notre camp pour le reste du conflit.

Légat Atia Silverswell.

Chasseur de Strigoi:


Dernière édition par Atia le Sam 13 Sep 2014 - 13:54, édité 1 fois

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Lun 7 Juil 2014 - 22:39

Le soulèvement d’Ardeal

Jeudi 3 juillet:
Le premier soulèvement eut lieu dans le quartier des réfugiés. Des enfants affamés s’étaient faufilés dans la cathédrale pour dérober de la nourriture. Malheureusement, la garde les attrapa en pleins délits et décida d’appliquer la loi en les menant sur le centre du quartier et de leur couper la main. La population affamée, frigorifiée et désolée n’a pas supporté cette injustice et s’est soulevée. L’attaque fut brutale et coûta la vie à de nombreux gardes, mais la riposte du voïvode fut plus brutale encore. La contre-attaque a été sanguinaire, tirs d’arc depuis les remparts, infanteries pour garder les portes et la cathédrale et enfin charges de cavalerie lourde pour encrasser les émeutiers. Ce fut un massacre et les gardes sous les ordres du voïvode fouillèrent chaque abri et tente, les détruisant pour chercher des armes et les confisquer. Sans leurs abris, plus encore de réfugiés furent dévoré par les strigoi la nuit suivante. Il a été estimé que presque la moitié des réfugiés disparurent entre la bataille et les conséquences qui suivirent provoquant une indignation générale qui eut de lourdes conséquences.

Vendredi 4 juillet:
Les choses se sont accélérées le vendredi. L’ispan Jan fit sécession en déclarant qu’un souverain qui massacre son peuple était indigne de régner et il encouragea la population à se soulever entièrement, partout sur l’île. En réponse, le voïvode déclara Jan coupable de trahison et envoya une petite troupe pour l'arrêter, pensant que les chevaliers de l'ispan resteraient inactifs face à la loi du maitre de l'ile. Ce fut une grave erreur, car la troupe du voïvode fut massacrée. Pendant ce temps, les rues de la capitale devinrent une poudrière au bord de l’explosion et quelques heurts eurent lieu. Les réactions des traditionalistes ne se firent pas attendre et nous avons reçu trois courriers distincts.

- Le voïvode Stefan demanda notre aide pour son projet de reprise de contrôle de la ville. Son plan était d’envoyer son armée fouiller chaque maison par surprise et aléatoirement pour trouver de la contrebande, des armes ou des tracts de Jan et arrêter et exécuter les agitateurs. En somme, étouffer la révolte dans l’oeuf.

- L’ispan Erzsebet proposa de laisser la révolte éclater et la laisse se rassembler et former une armée pour lancer ensuite une offensive afin d’éliminer collectivement les rebelles plutôt que d’affronter des insurgés en mode guérilla un par un. Elle nous invita donc à rejoindre ses forces en vue d’appliquer ce plan.

- L’ispan Vlad de son côté estima que la capitale n’était pas la priorité, le contrôle de la campagne et des ressources agricoles primait et la capitale une fois affamée se rendrait sans combattre. Il nous demanda donc de nous retirer de la capitale et de ne pas nous mêler de cette révolte. Son plan était de prendre le contrôle du voïvodat et de détruire Tyllryss avant tout.

Le soir venu nous avons longuement discuté de ces points et de diverses propositions. Falrhen et Shaona furent partisans de Vlad, Cenaya et Athiel en premier lieu d’Erzebet puis de Vlad, Galadlom et Eleona de Jan, finalement, vint une proposition audacieuse de la par d’Ishaelys. Elle estima que nous ne devions pas nous mêler de la capitale compte tenu du danger et du préjudice moral, mais plutôt de contacter nos amis Vrykules pour attaquer directement le cartel. À l’écoute de tous ses avis, je fis la synthèse et proposa le plan suivant:

Nous révélons à Jan, via le Pere Hus, le plan du voïvode et d’Erzsebet pour lui donner l’avantage sur le contrôle de la capitale, qu’elle ne tombe pas directement aux mains de Tyllryss et du cartel, et lui permettre éventuellement de s’emparer des terres d’Erzsebet. Pendant ce temps, nous rejoignons Vlad pour l’aider a se débarrasser des derniers gnolls et éventuellement prendre une partie des terres d’Erzsebet et du Voivode s’ils viennent à tombé. L’objectif et de ne laisser que deux acteurs cotés Voivodat puis de les pousser à négocier pour réunifier le pays. Afin de les encourager à nous écouter et s’entendre, une démonstration de force sera faite. Avec les Skjaldmos nous attaquerons par la mer le comitat de Bran, le coeur de Tyllryss pour nous en emparer ou au moins l’affaiblir par des raids éclair. Cela devrait motiver Jan et Vlad à collaborer pour en finir avec ce conflit.

Dimanche 6 juillet :
Le soulèvement a eu lieu, comme nous l'attendions. Le voïvode exécuta son plan, mais via nos informations, les insurgés avaient prévu diverses embuscades dans les habitations pour prendre par surprise les gardes durant les inspections. S'en suivirent des guets-apens dans les rues et des mouvements de foules. Les troupes du voïvode résistèrent vaillamment. Diminué et en sous nombre ils compensèrent avec leur équipement et leur entrainement pour tenir, mais le déséquilibre était trop grand. De notre côté, nous avons envisagé la fuite, mais la situation était déjà très tendue et les insurgés complètement enragés. C'est alors qu'un agent de Vlad nous proposa de nous escorter via un passage secret. Nous avons décidé de le suivre, mais quelques insurgés nous prirent à partie. Nous nous sommes débarrassés d'eux sans les tuer puis nous avons pris le passage jusqu'à Poenari, la capitale de Vlad. Après une brève discussion, il nous accompagna jusqu'au domaine de l'ancien ispan de Jiskra et nous logea ici avec quelques serviteurs en attendant le prochain mouvement.

Lundi 7 juillet :
D'après les quelques informations que nous avons réussi à grappiller, le voïvode et le clergé ont perdu le contrôle des rues et sont enfermés respectivement dans le château d'Ardeal et la cathédrale. Erzsebet a déjà commencé à rassembler ses forces tandis que Jan a renforcé ses positions. Tyllryss a lancé une timide offensive sur la capitale pour en tester les défenses et des troupes se massent à Nagyecsed,

Légat Atia Silverswell

Mise à jour de la carte:

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mer 9 Juil 2014 - 15:59

La chute d’Ardeal

Mardi 8 juillet:
La capitale est tombé aux mains de Jan durant la matinée. Les insurgés ont réussi à prendre la forteresse du voivode dans la capitale et Stefan lui-même fut tué dans les affrontements faisant de fait de Vlad Dragos le nouveau voivode. Apprenant cela, la cathédrale décida de se rendre en livrant l’archevêque Corvin à Jan et acceptant le Père Hus comme nouvel archevêque. Corvin fut exécuté après un bref procès de ses crimes, contre les réfugiés notamment. Mais l’euphorie fut de courte durée. Erzsebet a rapproché ses troupes de la ville sans pour autant lancer d’attaque tandis que Tyllryss a lancé une attaque immédiate faisant tomber le rempart nord et l’ancien quartier des réfugiés repoussant les troupes de Jan et des insurgés dans les trois autres quartiers. La cathédrale aussi fut prise et le clergé a pris la fuite. Le Père Hus refusa cependant de céder et fut brulé vif par Anilmarion provoquant une consternation des insurgés à présent avide de revanche.

Mercredi 9 juillet:
Les affrontements se poursuivent dans la capitale mais le cartel n’arrive pas à aller plus loin que le quartier des réfugiés. Erzsebet attend toujours son heure mais semble proche du moment de l’attaque alors même qu’une partie de ses troupes fait face à la défense de Jan sur leur frontière commune. L’ispan Vlad de son coté patiente mais a signalé que les gnolls, voyant que les troupes du voivode sont en déroute, se sont lancé des raids plus audacieux sur Targoviste depuis les montagnes. Le jeune Voivode Vlad Dragos à réussi jusque-là a repoussé toutes les tentatives sans trop de difficulté. Cependant les deux Vlad ne semblent pas prêt a collaborer.

Pendant ce temps, les Skjaldmos ont pris la mer pour nous rejoindre dans l’attaque surprise de Bran qui se déroulera sous peu et devrez affaiblir le cartel massé dans un quartier de la capitale.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Ven 11 Juil 2014 - 15:35

Le pillage de Bran


9 Juillet 34 suite:
L’ispan Vlad, durant l’après-midi lança une offensive vers le nord contre les gnolls crinière soyeuse. L’attaque longea les côtes de la baie d’Ardeal et s’enfonça vers l’ouest pour repousser les créatures vers la montagne.

Nous avons profité de cela pour lancer nous-mêmes notre offensive sur Bran. La jarlesse Freydis nous fit l’honneur de nous envoyer un langskip avec à son bord vingt-cinq guerrières dirigées par son bras droit, la huscarl Katja Haraldsdottir, dit la belette. À bord de l’Alcyon, nous avons rejoint les vrykuls et rapidement approché de la côte de Bran. Les Skjaldmo, conformément à leur habitude, invoquèrent un épais brouillard pour dissimuler leur approche et elles ont débarqué calmement. Nous avons pris le parti d’une approche moins discrète en débarquants entre la ville et le camp d’entrainement de Tyllryss. Le but pour moi était d’empêcher les militaires d’aller en ville et au vrykuls de lancer un raid direct sur la cité afin que les civils se réfugient dans le château adjacent.

Notre mode de débarquement fut celui que nous avions expérimenté juste avant le départ, une téléportation par portail sur une courte distance. Un groupe de ranger avança jusqu’a la cote discrètement pour poser des cristaux balise et un Shaona effectua le transfert. Notre vitesse de débarquement et de réaction a décontenancé les militaires du camp ennemi qui prirent la suite vers le sud pour rejoindre leur camarade en fuite devant l’apparition sur leur flanc des vrykuls avançant en formant un épais mur de bouclier.

Les guerriers de Tyllryss ne tardèrent pas à montrer leur discipline et leur entrainement se formant rapidement et agissant efficacement une fois rassemblés. Les premières lignes furent formées de lancers avec boucliers, en formation compacte, derrière se trouvaient les arbalétriers. N’ayant guère eu le temps de se préparer, la plupart étaient mal équipés ce qui nous donna un avantage certain. Les tirs d’arbalètes furent brutaux, principalement pour les vrykuls dont la taille faisait des cibles aisées. Nous avons donc ciblé en priorité les tireurs vu que les lanciers étaient là en couverture et donc immobile. Nos sorts, grenades et flèches firent leur travail mais c’est surtout les skjaldmo qui dans un deluge de javelot et de hache firent un carnage forçant les lanciers à tenter un assaut. Ils se divisèrent en deux pour attaquer nos deux troupes mais cela ne leur donna pas l’avantage malgré leur acharnement.

À la fin de la bataille, nous comptions un blessé et les vrykuls eurent trois mortes et quatre blessées. Pour l’ennemi le bilan était lourd, environ 44 morts ou blessés que les vrykuls achevèrent et 6 fuyards. Sans attendre les skjaldmo firent ce qu’elle savait le mieux faire, piller. Le camp d’entrainement fut mis sens dessus dessous et ce qui avait de la valeur prit et emporté sur le langskip. Le reste fut détruit et/ou brulé sans distinction. Elles ne laissèrent rien que l’ennemi puisse réutiliser. Nous nous sommes alors mis en route vers la ville désertée par ses habitants comme nous l’espérions et un nouveau pillage a commencé, nos camarades sont vraiment méthodiques sur le sujet il faut bien le dire. La ville une fois pillée fut brulé et détruit. De notre côté, alors que les skjaldmo finissaient le travail, nous nous sommes rendu à la mine principale de Bran, la richesse du comitat. Nous avons forcé les mineurs à sortir avant que nous fassions effondrer celle-ci. Ce n’est pas définitivement bouché mais le cartel mettra un certain temps à la rouvrir, un temps précieux.

Ceci fini nous avons évacué les lieux par la mer et nous sommes rentré sur le domaine de Jiskra.

10 Juillet 34:
Aujourd’hui se sont déroulé une double offensive et une retraite. Les choses bouges bien vite ces derniers temps.

Tyllryss ne mit pas longtemps à découvrir notre raid mais ils ne purent prendre le temps de reculer, notre attaque ayant eut lieu dans l’après-midi, le temps de comprendre et se replier aurait impliqué de voyager de nuit, impensable ici. Ce n’est donc qu’a l’aube qu'ils se replièrent pour défendre leurs terres et pour les découvrir vide. Anilmarion cependant ne céda pas sans laisser son empreinte et il provoqua une pluie de flammes sur la capitale en partant. Heureusement, la pluie a empêché une destruction trop violente. La destruction de leurs stocks d’armes, de matériel, de nourriture et de moyen de production vont les obliger à dégarnir les réserves d’urgence du château ce qui va grandement les affaiblir, une occasion à saisir. Jan a d’ailleurs rapidement réinvesti le quartier des réfugiés et la cathédrale. Celle-ci fut d’ailleurs curieusement vidé de presque tous les ouvrages sur les strigoi et les réserves de composants pour fabriquer l'huile protectrice totalement vidée à l’exception des cachettes secrètes. Le clergé est extrêmement inquiet de cette pénurie mais nous avons sans doute là une occasion à saisir et des affaires fructueuses en perspective.

Dans le même temps, voyant l’incendie et l’opportunité qu’il représentait, Erzsébet lança son attaque sur Ardeal. Ses troupes n’eurent aucun mal à pénétrer dans la citer et à mettre en déroute les maigres défenseurs gardant la porte sud. Malheureusement pour elle, cela faisait partie du plan. Les défenseurs se dispersèrent dans les ruelles de plus en plus étroites quand depuis les fenêtres et les étages les chevaliers furent bombardés de pierre et de vodka incendiaire. Les paysans armés d’Erzsébet changerent alors soudainement de camp et au côté des insurgés commencèrent à se défaire des chevaliers qui refluèrent. La nuit approchant, Erzsébet utilisa sa magie pour détruire l’une des façades de la forteresse et s’y réfugia avec ses hommes.

Ce jour-là, l’ispan Vlad poursuivit son attaque sur les gnolls de Sighisaora d’est en ouest, les poussant toujours un peu plus vers la montagne en utilisant en première ligne ses chevaliers équipés de lances sur lequel tronnaient les tetes tranchés des gnolls tués jusque-là. La panique poussa les gnolls à traverser les monts pour envahir le Targoviste. Le manoir du voivode fut pris et pillé, forçant le jeune souverain Vlad Dragos à s’échapper dans la ville du Haut-Tergoviste à présent assiégé.

11 juillet 34.
Ce matin, les forces de Jan ont lancé un raid sur le comitat de Csejte, les chevaliers de l’ispan ont attaqué des postes militaires et tué des troupes de La Sanglante avant de s’échapper vers le nord. Les chevaliers de Csejte ont poursuivi cette troupe pour leur faire payer mais les hommes de Jan se sont réfugié derrière un wagenburg, les fameuses forteresses de chariot que la milice de Sarvar a mis au point. Les Chevaliers d’Erzsébet ont tenté de forcer ce fort improvisé mais furent repoussés et étrillé avant que des renforts menés par Jan lui-même n’arrive et ne les élimine. L’armée de l’ispan a alors lancé l’offensive pour enlever Csejte à la Sanglante toujours enfermée dans la forteresse d’Ardeal.

L’ispan Vlad a achevé la reprise de Sighisaora tuant ou repoussant les gnolls sur Targoviste où le nouveau voivode tente de résister, son comitat entièrement occupé a l’exception de la cité assiégé qu’il défend tant bien que mal.



PS : Le livre volé au clergé par Falrhen et Atia est consultable ici : De Nox Monstra

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Dim 13 Juil 2014 - 15:00

La fuite de Nagyecsed

11 juillet 34 suite
Alors que l’ispan Vlad préparait son offensive sur Trenscen pour prendre les terres de l’ispan Erzsebet et empêcher Jan de s’en emparer, nous avons nous-mêmes préparé nos forces en vue de la suite des opérations. Nous étions face à plusieurs choix:
- Aider l’ispan Vlad dans son offensive pour lui montrer notre soutien et empêcher un incident frontalier avec Jan.
- Liberer le Voivode Vlad Dragos assiégé au Haut-Targoviste et suivre la voie des légitimistes en aidant le souverain légitime de l’ile.
- Se rendre dans la capitale pour nous attirer la sympathie de la population en éliminant Erzsebet avant qu’elle n’use encore de sa magie pour faire plus de victimes.
- Poursuivre nos combats contre le Cartel et Tyllryss en assaillant leurs forces restées en arrière et prouver à nos alliés que pour nous le plus important était la défaite des envahisseurs et non les guerres fratricides.

Nous avons opté pour une approche double, envoyée Hekathi et Sybile auprès de l’ispan Vlad pour le soutenir médicalement et magiquement, mais aussi le conseiller. J’ai bien dit à Hekathi de faire son possible pour éviter un accrochage entre Jan et Vlad et elle s’y est tenue comme je le dirais plus loin. De notre côté, nous sommes allés affronter le Cartel dans le comitat de Nagyecsed.

Nous avons pour cela rassemblé une petite troupe montée en vue d’une attaque éclair. Malheureusement, les éclaireurs du cartel que nous avons croisé eurent le temps de donner l’alerte avant d’être éliminés. Nous avons alors accéléré le pas, trouvant une petite maisonnette occupée par une vingtaine de combattants de Tyllryss en train de se préparer à nous intercepter. Nous ne leur avons pas vraiment laissé le temps de le faire. Les arcanistes lâchèrent un véritable déluge de sort sur l’adversaire tandis que les troupes de combats rapprochés chargeaient. L’affrontement fut un carnage bien qu’Eleona fut blessé à ce moment. Nous venions d’éliminer près de 25 nouveaux combattants de Tyllryss, s’ajoutant aux pertes que nous leur avons infligées durant notre raid précédent.

C’est alors que nous avons repéré un des fameux chevaucheurs de raptor du Cartel, un elfe en armure de plates noire juché sur un raptor solidement armuré. Il nous observa un moment puis se retira. Juste après nous avons senti un violent crépitement arcanique et une pluie de flamme a commencé à tomber sur nous, s’étendant doucement, encore et encore. J’ordonnais le replie, mais dans la précipitation certaine n’arrivèrent à fuir assez rapidement et furent blessé ralentissant d’autant plus dangereusement notre repli. Quand enfin, nous avons réussi a échappé aux flammes c’est pour découvrir les chevaucheurs de raptor a nos trousses. Ils usèrent de leurs arbalètes de poing à répétition pour nous plonger sous une pluie de trait qui toucha un peu plus des notres et provoqua le crash de Shaona qui fut récupéré in extremis de la carcasse de sa machine volante.

Nous avons réussi à échapper à nous poursuivants avec un grand nombre de blessés et de dégât matériels. Malgré les pertes infligées à l’ennemi, la déroute que nous avons subie a des relents de défaites dans nos esprits et Tyllryss pourra s’enorgueillir d’une vengeance accomplie en nous humiliant de la sorte. Reste à faire de cette déroute un argument pour rallier nos “amis” d’Ardeal. Mais Anilmarion vient une fois de plus de prouver son impressionnante puissance magique.

De son côté, Vlad a lancé une offensive sur Trenscen accompagné d’une grande partie de son armée et de Sybile et Hekathi. Sur place, en l’absence de la Sanglante, les levées paysannes se soulevèrent contre les chevaliers, comme ils l’avaient fait dans la Capitale, mais sans la même préparation. Ils espéraient sans doute que l’armée de Vlad à proximité les aiderait. Ils se trompaient. Vlad attendit patiemment que les affrontements cessent pour venir cueillir les survivants comme un fruit mûr. Les chevaliers prirent le dessus et Vlad attaqua alors. Il plaça ses cavaliers en cercle tournant, lâchant leurs fléchés les uns après les autres dans un feu continu et constant sur l’adversaire, le cercle cantabrique. Quand les chevaliers de Trenscen tentèrent d’attaquer, ils se reculaient rapidement et reprirent leur manège. Les combattants d’Erzsebet déjà épuisé par le soulèvement étaient à présent criblés de flèche si bien qu’ils s’épuisèrent. À ce moment, les chevaliers de Vlad firent volte-face et chargèrent sans pitié. Les survivants ne tardèrent pas à se rendre et la majorité se mettre au service de Vlad.

Ceci fait, Vlad poursuivit son avance à travers les terres d’Erzebet jusqu’à découvrir un pont gardé sur son extrémité opposée par les soldats de Jan. Il voulu attaquer, mais Hekathi l’arrêta, rappelant que les Fils combattaient en ce moment même le cartel et que c’était eux l’ennemi, gaspiller ses forces ne ferait que renforcer Tyllryss. Il hésita puis Sybile lui fit une longue diatribe sur la lumière, la compassion, le fait de ne pas tuer, de chercher la paix. Vlad commença à se courroucer quand Hekathi s’amusa à dire “écoutez-la et elle se taira, il y a moyen de négocier avec Jan et si cela échoue, il sera toujours temps d’attaquer.” À ceci elle ajouta que ses pouvoirs seraient utiles pour la négociation et fit un contrôle mental sur un des chevaliers de l’ispan pour le convaincre. Ceci fut efficace, Vlad accepta de différer l’attaque et proposa à Hekathi de rester à son côté, car ses dons seraient utiles. Mais alors que les prisonniers restés loyaux a Erzsebet commencaient a être empalé le long de sa nouvelle frontière, Sybile s’évanouit d’horreur ce qui donna une excuse a Hekathi pour se retirer, afin de ramener la demi-elfe chez nous.

12 Juillet 34:
Les tensions sont vives sur la frontière entre les terres de Vlad et de Jan. Erzsebet de son côté a disparu d’Ardeal avec quelques partisans, réussissant à s’enfuir vers le chateau d’Ecsed, tenant fermement cette nouvelle place forte alors que les insurgés prirent peu après la forteresse d’Ardeal. Vlad, de son côté, se décida à envahir le Haut-Targoviste et libérer la région de la présence gnoll.

Cependant, plus intéressant, Tyllryss, conscient de la faiblesse navale dont il a fait preuve et afin de se prémunir d’un nouvel assaut maritime a lancé une attaque sur le Phare de Torony, commençant a y édifier des défenses. La jarlesse Freydis m’a prévenu qu’elle attaquerait sous peu le phare pour empêcher le Cartel de s’y établir.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mar 15 Juil 2014 - 15:13


13 juillet 34:
Être au mois de juillet dans ces conditions de pluie et de fraicheur m’étonnera toujours. Sur le front la situation semble s’être stabilisée, l’ispan Vlad, utilisant toujours sa méthode prudente, mais implacable, a commencé à se défaire des gnolls du comitat de Targoviste en s’approchant de la ville principale du comté.

De notre coté nous avons décidé de porter assistance a Freydis dans son attaque du phare de Torony contre le cartel. Ce fut un assaut naval particulièrement brutal. Les vrykuls déchaînèrent des éclairs et des sorts sur les défenseurs de Tyllryss qui répliquaient avec des balistes. Puis nous sommes arrivés, nos propres balistes répliquant alors que nous avons débarqué et attaqué. Nous avons vu le terrible défaut de leur arbalète de siège, une puissance colossale, mais un temps terrible de rechargement qui nous a donné un avantage dans l’attaque. Nous n’avons eu qu’un blessé sur l’attaquer et l’assaut combiné des deux forces eut tôt fait de prendre complètement la place.

Sur le phare en lui même nous avons trouvé un coeur en soie bleue, le symbole du bras droit d'Anilmarion. Nous avons compris le danger et prit la fuite alors que le bâtiment détona tuant trois vrykuls. À part cela, nous avons pris les lieux et nos camarades ont entrepris de la fortifier et la renforcer avec des lanceurs de harpons.

14 juillet 34:
Pour nous la situation fut très calme, mais pour Vlad ce fut différent. Il parvint à repousser complètement les gnolls et libérer le Haut-Targoviste, mais ce ne fut pas de son fait. Les gnolls paniqués avaient abandonné le siège et furent donc faciles à débusquer et tuer. Incrédule, les forces de l’ispan entrèrent dans la ville pour découvrir que tous les habitants avaient littéralement disparu à l’exception d’un seul, le prince Vlad Dragos, mais il était différent. Pâle comme la mort, des ailes dans le dos, une corne sur le front et les yeux luisants comme deux rubis, ses veines pulsaient d’énergie gangrenée. Il attaqua les chevaliers qui approchèrent avant de prendre la fuite par les cieux, hurlant qu’il reprendrait ce qui lui revenait de droit. Nous ne savons que trop penser de tout ceci…

J’ai demandé à Sybile de me faire un croquis sur la base du témoignage d’un des chevaliers. J’en ai profité pour mettre à jour la carte. Il semblerait que le jeune prince Virshan se soit réfugié sur la petite île de Drinop et se désintéresse sur sort du reste de l’île.


Légat Atia Silverswell

Vlad Dragos muté:

Carte mise a jour:

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Jeu 17 Juil 2014 - 23:00

L'unité d'Ardeal

15 juillet 34:
J’ai envoyé des messages à Lune-d’Argent via l’arcanographe pour qu’on nous envoie du ravitaillement et les composants nécessaires à la préparation de l’huile spéciale anti-strigoi. La situation fait que bien que nous vivions depuis une semaine pour moitié sur nos réserves, nous allons devoir passer au ravitaillement complet. La famine s’étend sur l’île et la maladie ronge le peuple. Évitons donc l’infection autant que de renfoncer la détresse du peuple. De plus, le matériel commence à nous faire défaut. Il est temps d'assurer la suite des opérations.

16 juillet 34:
Ce jour-là, je fus surprise d’apprendre que Jan et Vlad avaient décidé de se rencontrer pour négocier, Hekathi avait visiblement réussi à faire naître chez Vlad une étincelle qui fut bien pratique pour nous. Nous étions bien entendu conviés, mais surpris de découvrir que cela devait se dérouler le soir, juste avant le coucher de soleil dans la Cathédrale d'Ardeal. Les raisons étaient bien sûr la sécurité, attaquer de nuit était dangereux, même pour le cartel.

Sur place, nous avons découvert l’important contingent de Chasseurs de Strigoi présent pour la sécurité de tous puis à l’intérieur Jan et Vlad se toisant avec méfiance, un Évêque pusillanime et dans un coin un homme taciturne avec un chapeau sombre et une longue cape sous laquelle on devinait de nombreuses armes. Les débats commencèrent de façon houleuse et agressive entre les deux ispans. Nous avons tenté de calmer et recentrer les débats sans trop de succès dans un premier temps, d’autant que Jan était toujours aussi agressif. Mais soudain, entre deux volées d'insultes, Vlad se montra tout à coup conciliant et proposé d’abolir le servage, d’écrire une charte des droits définissant clairement les droits et devoirs de chaque ordre (noblesse, clergé et peuple), des lois écrites et adaptées, le tout à condition d’être reconnu voïvode. Ce fut la stupeur générale, mais finalement, Jan, toujours méfiant, a accepté d’explorer cette proposition et de conclure une trêve pour en finir avec le Cartel afin de se pencher sur cela. L'unité semblait enfin faite.

C’est à ce moment qu’une voix annonça qu’il était le vrai maître d’Ardeal et que tous ici n’étaient que des traîtres. Peu après, les vitraux ont explosé dans une déflagration de grangr’magie. Le Voivode Vlad Dragos sous sa forme mutée apparut et fait bruler les montants en bois des fenêtres nous invectivant. Solomon, le chef des chasseurs de strigoi, hurla de nous préparer, car la magie gangrénée annulait la barrière protectrice contre les créatures nocturnes. Celles-ci ne tardèrent pas à entrer en masse dans le bâtiment. Les chasseurs s’élancèrent à leur contact tandis que les ispans étaient envoyés à l’abri malgré leurs protestations. Une rude bataille s’engagea contre les strigoi qui envahissaient le lieu. Shaona parvint à repousser Dragos avec une violente déferlante de magie l'obligeant à prendre la fuite. Les chasseurs, féroces et déterminés, s’efforçaient de rétablir le périmètre en barricadant les brèches et aspergeant celle-ci d’huile. Après des heures de combat enfin le flot s’arrêta. Nous étions épuisés et nos équipements en lambeau, mais vainqueurs. La Cathédrale était sauve, Dragos en fuite et la paix entre les ispans acquise.

17 juillet 34:
Nous sommes retournés sur notre domaine à Jiskra et les ispans, accordés, préparent leurs forces pour affronter le cartel. J’ai négocié avec le clergé pour leur proposer la fourniture de matériel afin de fabriquer l’huile en échange de livres d’or et d’argent, ils ont accepté et se tiennent prêts à affronter les strigoi et le Voivode Damné comme ils appellent Vlad Dragos. Les choses deviennent intéressantes et la fin approche.

Je joins à ce rapport le bilan logistique de l’ordre.

Légat Atia Silverswell

Bilan du début de l’opération le 18 juin au 17 juillet

Stock initial:
Vivres : 10000 thalers
Matériel : 30000 thalers
Argent : 50000 thalers

Variation de stock:
Vivres : 2753 thalers
Pertes : Total = 2947 thalers
consommation normale= 2813 thalers, consommation diverse = 135 thalers
Gains : Total = 5700 par le pillage de Bran

Matériel : -13400 thalers
Pertes : Total = 32000 thalers
Consommation normale = 14000 thalers, consommation opérationnelle = 18000 thalers, consommation diverse = 0 thalers
Gains : Total = 18600 thalers
Achats auprès de l’armée d’Ardeal = 12500 thalers, pillage de Bran = 6100 thalers

Argent : 21100 thalers
Pertes : 25 000 thalers par l’achat de materiel
Gains : 3900 thalers par le pillage de Bran

Stock final:
Vivres : 12753 thalers
Matériel : 16600 thalers
Argent : 28900 thalers

Bilan : Le pillage de Bran (bien que nous n’ayons eu qu’un tiers du butin, car nous n’étions qu’un tiers des troupes) nous a permis de stocker un peu de nourriture et de compenser légèrement les pertes de matériel. Les achats auprès des locaux, bien que prohibitif pour une qualité médiocre (nous estimons a 2 pour 1 la valeur matérielle d’ici par rapport au matériel elfique) nous a permis de maintenir un stock de matériel. Avec la consommation partielle de nourriture de nos stocks durant une semaine nous avons encore assez de vivre pour tenir quelques semaines sans ravitaillement, mais le matériel va commencer à manquer sans ravitaillement d’autant que la qualité et les prix montant nous ne pourrons compenser par l’achat éternellement la détérioration de matériel elfique.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Lun 21 Juil 2014 - 13:28

La bataille décisive


18 juillet 34:
La bataille décisive a eu lieu, mais sa conclusion ne fut pas aussi définitive que nous l’aurions espéré.

Le plan original prévoyait une attaque sur quatre fronts distincts. L’ispan Jan avec ses chariots de combat lançait l’attaque depuis l’est, l’ispan Vlad et ses archers montés depuis l’ouest, les skjaldmo depuis la mer et nous même depuis le sud, par la capitale.

L’attaque fut débutée par Jan, une demi-journée avant le début de notre offensive combiné, afin d’attirer les défenseurs hors de Bran. À l’aube du vendredi, le plan débuta réellement, nous avons attaqué par toutes les directions comme prévu. L’avance fut fulgurante et brutale, notre troupe vint en aide à un petit détachement de chevalier de Vlad en difficulté, éliminant une cinquantaine d’adversaires puis nous avons repris la route pour venir aider une troupe de Jan dont le wagenburg (forteresse de chariot placé en cercle) était assailli par des combattants de Tyllryss. Après ces faits d’armes, toutes les troupes convergèrent vers la passe s’ouvrant sur Bran.

L’ennemi tenait fermement le passage, mais céda peu à peu, les guerriers de Jan formant un écran de chariot, résistant farouchement alors que les archers de Vlad lâchaient un déluge sur l’ennemi. Mais à notre grande surprise, l’ennemi avait une dernière carte dans sa manche et pas des moindres, un ettin armuré. Celui-ci enfonça les lignes de nos alliés et nous avons commencé a répliqué avec les frappes de nos mages, de nos explosifs et surtout en utilisant un fumigène de ciblage a l’attention de notre navire qui fit un bombardement côtier avec les balistes a son bord. La bataille fut terrible et nous l’avons fini avec 9 blessés, dont deux graves, mais l’ettin fut abattu. Cette perte démoralisa l’armée de Tyllryss qui se replia sur ses frontières, vaincues.

Pourtant du côté des Vrykuls ce fut une défaite. Leur attaque initiale parvint à percer le front, mais très vite les combattants elfes du cartel commencèrent à les tenir en échec puis Anilmarion acheva le rituel qu’il avait longuement préparé depuis le début de l’assaut et déchaîna un sort de flamme sur les skjaldmo. Les pertes furent terribles et les guerrières se replièrent plutôt que tout perdre. C’est ainsi que la bataille s’acheva, le cartel a perdu deux tiers de ses territoires et la majorité de ses forces et maintenant il doit tenir tant bien que mal le peu qu’il lui reste.

19 juillet 34:
Le front s’est stabilisé, les ispans ont formé une forteresse de bois devant la passe et la flotte skjaldmo restante et l’alcyon bloquent la mer. Hekathi de son côté utilisa le rituel du corbeau des augures pour voir le territoire ennemi. Elle constata que les forces restantes de Tyllryss étaient faibles et se fortifiait, mais le nombre était bien insuffisant pour résister éternellement. Cependant, elle a vu aussi que dans la forteresse de Bran, le Cartel fabriquait beaucoup d’huile contre les strigoi et faisait des expérimentations sur certaines de ces créatures emprisonnées.

20 juillet 34:
Durant la nuit, un événement terrible est survenu pour nous. Une attaque de strigoi débuta, les créatures attaquant chaque côté avant de fuir sans pouvoir entrer à cause des protections. Après le brouhaha terrifiant succéda un silence complet. Quelqu’un cria alors à l’extérieur, une femme demandant de l’aide et tapant à la porte. Après une longue hésitation et des scans magiques sur la femme derrière la porte, nous l’avons laissé entré, mais elle était visiblement effrayée et tenait un sac fermement. Nous lui avons posé des questions sur sa présence sans trop de succès puis sur le sac qu’elle donna plutôt que de répondre. Malheureusement, c’était un piège. Dans le sac se trouva un cristal qui se mit à luire et se charger d’énergie gangrenée avant de lâcher une violente vague de magie corrompue qui désactiva nos défenses. Par prudence nous avions déjà prévu un portail et ce fut notre salut. Les strigoi commencèrent à déchirer les entrées pour venir nous attaquer. Hekathi fouilla l’esprit de la traîtresse puis la tua alors que débuta l’évacuation vers Bastya, l’île des Skjaldmo en emmenant avec nous ce que nous pouvions transporter. Nous avons été très bien accueillis par nos alliés heureusement.

La jeune traîtresse était juste une serf de 17 ans, mariée à 12 ans à un veuf de 30 ans environ qui était autoritaire et brutal avec elle, la considérant comme une esclave. Elle entendit parler il y a peu d’une étrange rumeur, Erzsebet promettait à tous ceux se ralliant à elle des pouvoirs quasi divins et la vie éternelle. Elle se laissa convaincre et une nuit sortit et clama aux strigoi qui allaient la dévorer qu’elle voulait rejoindre Erzsebet. Elle fut menée dans la tour d’Ecsed. Erzsebet devenue une seigneuresse strigoi, comme Vlad Dragos, établit le piège destiné à nous mettre à la merci des strigoi.

21 juillet 34 à l’aube:
Nous sommes retourné rapidement dans notre ancien manoir récupéré ce que nous pouvions récupérer et que nous n’avions réussi a évacué puis nos montures qui dans leurs écuries étaient restées à l’abri.


Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mer 23 Juil 2014 - 14:21

Lundi 21 juillet 34:
Pendant que nous récupérons sur l’île de Bastya, en compagnie des vrykules, Jan a envoyé des agents portant l’uniforme de Tyllryss infiltrer l’armée de Bran. Leur objectif a été de faire apparaître des tracts, des affiches et des revendications contre le cartel et pour l’unité d’Ardeal avec une garantie offerte par Jan à tous les mutins d’une amnistie totale. Cette propagande, espérons-le, poussera peut-être les dernières troupes humaines à se rallier du côté du voïvodat.


Mardi 22 juillet 34:
Les chasseurs font états de nouvelles inquiétantes. La misère, la famine, la guerre et la peur à poussé la population à des extrémités que nous n’avons soupçonnées et qui nous montre que la traîtresse de dimanche n’est pas un cas isolé. En effet, plusieurs personnes dans les différents villages et villes ont ouvert leur foyer au strigoi pour être emmenées et avoir cette “vie éternelle” promise par Erzsebet tandis que Dragos a lancé des attaques sur plusieurs petites positions militaires des ispans, utilisant toujours sa magie pour ouvrir des brèches et laisser les strigoi faire le reste. Pour le moment les chasseurs arrivent encore a tenir le choc et limité les impactes de ces actions, mais il devient plus qu’urgent de nous occuper des strigoi qui profitent habillement de la guerre pour se renforcer.


Mercredi 23 juillet 34:
Jan a reçu un message d’un de ses agents indiquant que la grogne monte dans les troupes de Tyllryss et que les agitateurs ont commencé a rallié des rebelles à la cause d’Ardeal. Il souhaite donc profiter de cet avantage avant que le Cartel ne le dévoile et y mette fin, cependant Vlad reste intransigeant quant au sort des soldats de Tyllryss, j’ai donc envoyé Hekathi (qu’il semble apprécier) avec une petite escorte donc Katja des Skjaldmo pour négocier avec lui et le faire infléchir. Suivant sa réponse, il faut nous attendre à un nouvel assaut sur Bran sous peu.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Ven 25 Juil 2014 - 1:35

La chute du Cartel

Jeudi 24 juillet 34:
Le Cartel est tombé hier soir, le plan de Jan a fonctionné au-delà de toute espérance. Après l’intervention d’Hekathi auprès de Vlad, l’ispan décida de se conformer au plan et d’accorder l’amnistie aux rebelles de l’armée de Tyllryss. Nous avons donc lancé une nouvelle offensive dès la nouvelle arrivée. Les ispans attaquèrent par la passe où les rebelles de Bran se retournèrent contre le cartel en pleine bataille tandis que les skjaldmo lancèrent une nouvelle attaque maritime. Pour nous, les rebelles placèrent des pierres de téléportation pour nous faire apparaître au cœur du territoire adverse dès que la bataille débuta.

Malgré ces avantages certains, l’ennemi ne fut pas simple a battre, Tolbat avait organisé son armée avec ses humains au centre et ses elfes sur les cotés, l’effet fut que le centre recula doucement alors que les flancs avancèrent formant doucement une nasse, enfermant les troupes des ispans. Conscients du danger, nous avons profité de notre arrivée surprise pour frapper une troupe elfique du cartel par l’arrière pour renverser l’encerclement. La bataille qui s’engagea fut extrêmement rude et nos adversaires aussi talentueux que déterminés. Les arcanistes s’acharnèrent sur Tolbat au centre de l’armée adverse jusqu’à le faire tomber brisant l’élan de son armée. Finalement, le centre céda et se replia laissant les flancs isolés qui furent encerclés. Après de derniers affrontements, les elfes du cartel se rendirent. Nous avons alors envoyé les prisonniers sur le navire puis découvert que Tolbat était encore en vie. Parmi nos adversaires tombés, les blessés furent emmenés aussi.

Pendant ce temps, sur la cote, les vrykuls avaient appris de leur précédent échec et les magiciennes avaient dressé des barrières pour se protéger tant bien que mal des sorts d’Anilmarion et répliquer avec des sorts de foudre le poussant à reculer alors que ses dernières troupes étaient frappées par les guerrières. Quand le front principal céda, Anilmarion et les siens se replièrent et abandonnèrent la victoire et la cote au Vrykules.

Ces deux fronts brisés, les forces convergèrent vers la ville puis le Château de Bran. Le siège semblait certain et nous nous y préparions avec une certaine méfiance. Mais soudain Delila apparut sur le rempart avec un drapeau blanc et demanda de négocier la reddition de la garnison. Nous avons hésité et nos alliés ne semblaient guère ravis à l’idée de négocier, mais ils nous laissèrent faire, car c’était des elfes. Nous avons demandé des garanties et Delila se donna en otage pendant les négociations.

Dans le château, nous avons découvert les civils effrayés, Anilmarion et ses partisans au centre et tout autour des strigoi en cage. Nous avons craint le pire, mais il approcha et déposa ses armes à nos pieds et ses partisans firent de même. Il plaida qu’il était le seul responsable et que le Cartel était un vieux régiment démobilisé dont tous les membres étaient sous ses ordres depuis des siècles et n’avait donc fait que le suivre. il demanda donc que seul lui soit puni et qu’il assumait tout ce qui s’était passé. Nous avons promis de voir ce que nous pouvions faire, mais que ce n’était pas de notre seul ressort. Shaona fut elle pour l’alliance et le ralliement du cartel, argumentant le cas des solfuries et se permis d’écrire un courrier en vue de nos supérieurs. Cependant, au-delà de ça, Anilmarion avoua que son but ici était de s’emparer des strigoi pour les vendre comme arme vivante, son plan initial était de contrôler la Mère avec le médaillon d’Almeda, mais ne pouvant le prendre il décida de dresser les strigoi et expérimenta diverse méthode pour ça. Mais suite à sa défaite, il nous demanda de détruire la créature disant que si les elfes ne pouvaient l’avoir, personne ne le devait. Nous avons évidemment accepté, car c’était aussi notre mission. Il révéla alors l’histoire de la Mère, elle était une Nathrezim qui durant la guerre des anciens, il y a 10 000 ans, attaqua un sanctuaire druidique comprenant un puissant arbre sacré, elle triompha et commençait à corrompre l’arbre quand le Puits d’Éternité explosa, la vague d’énergie qui la frappa la lia a l’arbre, leurs âmes interconnectées ce qui l’a depuis empêche de s’échapper. Détruire la mère et l’arbre devrait donc définitivement régler le problème des strigoi. Anilmarion nous céda toute l’huile sacrée et les armes en argent qu’il avait à disposition puis nous suivit jusque sur le navire, après s’être assuré de la survie des civils.

Nous avons fait le rapport des événements à nos alliés à la sortie du château, Vlad exultât de sa victoire et annonça la fin de la guerre et l’unification sous ses ordres du Voïvodat. Nous, nous avons répliqué qu’il restait les strigoi mais il argumenta que les chasseurs élimineraient le surplus et que les autres seraient utile pour garder le peuple au calme puis il s’en alla, nous laissant là. Jan furibond nous assura son soutien et qu’il allait faire infléchir Vlad maintenant que le peuple était entre ses propres mains et l’Église redevable envers nous.

Après cela, nous sommes allés nous installer dans la ville de Bran pour nous reposer puis passer a la suite de notre mission, les strigoi. Mais au matin, je découvris quelque chose d’inquiétant, au niveau de mon cœur, un parchemin enroulé par un cœur de soie bleue disait : “Vous avez promis a mes frères de parler en leur faveur, je vous conseil de le faire et que les autorités soient clairvoyante, car si Anilmarion a voulu être honorable pour sauver les siens, je le serais sans doute beaucoup moins. Signé Toriand Arrow “Le Voleur d’Azur” “ Le Voleur d’Azur est donc sur le qui-vive, mais ne semble pas prêt a agir tout de suite, cela dit son intrusion m’inquiète grandement...

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mar 29 Juil 2014 - 11:36

La mort des seigneurs des strigoi

23 juillet 34:
Depuis la réddition du Cartel, notre objectif était la défaite totale et définitive des strigoi. Pour arrivée à cela, nous devions nous défaire des seigneurs nouvellement créés et de leur cours impies, autant de relais à la malediction des strigoi. Notre premier objectif fut Erzsébet, elle était la cible la plus simple car retirée dans une puissante tour gardée sur un éperon rocheux, au large de la cote sud.

Nous avons agi en collaboration avec les chasseurs de Strigoi mené par le maître Solomone et attaqué de jour pour nous donner un avantage initial. Les chasseurs ont rapidement balayés les gardes humains de la tour d’Ecsed, avec l’aide des troupes de Jan. Nous sommes arrivé peu après pour prendre d’assaut la tour elle-même en compagnie des chasseurs mais alors que nous allions détruire la porte à l’explosif, celle-ci s’ouvrit et Igor nous invita à entrer. Apparemment, Erzsébet nous attendait pour participer à une fête. Nous avons hésité, mais c’était là l’occasion d’entrer sans effort alors nous avons accepté. À peine entrée, la porte se referma sur les chasseurs qui furent laissés a l’extérieur. Igor nous demanda de laisser nos armes et de nous mettre à l’aise alors que derrière lui des jeunes gens pâles s’ébattaient de façons lascives. Ils étaient en réalité des strigoi d’un nouveau genre, resté beau et devenu hédoniste plutôt que sauvages et agressifs. Ils en étaient que plus faible comme nous avons pu le voir au moment où j’annonçais que nous étions là pour tuer tout le monde plutôt que faire la fête.

Igor se changea alors en un immense et redoutable strigoi d’élite et les hédonistes attaquèrent et furent tués sans mal. Igor fut bien plus terrible mais nous l’avons passé par le fils de nos épées avant de découvrir qu’Igor n’était pas une personne mais une légion. Nous avons dû affronter d’autres Igors a travers les étages, tous aussi féroces les uns que les autres une fois sous leur forme de combat. Mais, finalement, nous sommes arrivés à ladite fête où Erzsébet s’amusait avec sa cour de beau strigoi. Elle nous invita à se joindre à elle, disant que maintenant qu’elle était éternellement jeune, pleine de magie, belle et avec un soupçon d’énergie démoniaque elle était à notre image. Nous avons réfuté cela et de notre petite altercation verbale a débuté un combat féroce. Elle était forte, mais nous étions nombreux et avons usé à notre avantage du jour et détruisant les volets pour faire entrer le jour et détruire sa petite court autant que la blessée. Elle fut peu après achevée et les derniers strigoi de la tour éliminés. La première seigneuresse venait de tomber.

27 juillet 34:
Il nous restait un seigneur strigoi à éliminer avant de pouvoir sereinement attaquer la forêt de Retteg. Il y avait cependant un problème: où trouver Vlad Dragos? Contrairement à Erzsébet nous ignorions tout de sa localisation mais durant une discussion nous avons esquissé l’ébauché du plan que nous allions déployer pour le piéger. Ce plan prévoyait d’utiliser l’ego et l’impulsivité de notre ennemi a notre avantage. C’est ainsi que nous avons invité les chasseurs et l’ispan Vlad a notre plan. Le but était d’installer Vlad dans le palais du voivode pour atteindre la fierté de Dragos qui estimait cette demeure comme son héritage propre et le titre de voivode comme le sien de façon légitime. Il avait deja tiqué de la sorte en attaquant la cathedrale quand Jan et Vlad s’etait rencontré, c’etait la meilleure piste a explorer donc. Solomone nous distribua des huiles essentielles tirées des arbres de Retteg pour dissimuler notre présence au strigoi, il en fit de même pour lui et ses hommes, ainsi seuls Vlad et ses gardes étaient repérables par les strigoi quand la nuit tombât sur le palais.

Le seigneur strigoi réagit à notre provocation mieux que nous l’espérions. Comme lors de l’épisode de la cathédrale, il brisa une fenêtre avec de la gangr'magie pour faire un passage aux strigoi et il commença une diatribe contre son concurrent quand nous sommes sortie de nos cachettes avec les chasseurs. Le combat qui s’engagea fut féroce mais totalement pris par surprise, l’avantage fut certain et c’est un Dragos agonisant sous les coups que nous lui avions porté que Vlad vint achever plutôt que de nous laisser cet honneur. La fin du deuxième seigneur et de ses strigoi marqua le début de la prochaine étape de notre conflit contre les strigoi et la phase finale de notre présence à Tol Alba, bien que Vlad s’irrite que nous ne soyons pas encore partie après la perte du Cartel, ne comprenant pas notre intérêt à détruire les monstres de l’ile. Nous devons donc agir vite avant que son opinion ne change à notre égard.

Légat Atia Silverswell

Igor muté:

Erzebet mutée:


Dernière édition par Atia le Sam 13 Sep 2014 - 13:50, édité 1 fois

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Jeu 31 Juil 2014 - 16:18

L’attaque de la forêt

31 juillet 34:
Je m’éveille endolorie, mes camarades ne sont pas forcément en meilleur formé, ni notre matériel, j’ai à ce titre fait téléporter depuis Trenscen et le navire de quoi réparer ou changer notre équipement. Je savais que ce ne serait pas simple d’entrer dans les bois, je m’attendais pas à une telle résistance ennemie.

Nous avions convenu avec les chasseurs d’une attaque conjointe sur les bois. Les pertes des strigoi allant en augmentant et les seigneurs abattus, nous pensions possible et à propos une telle attaque. Hélas, Jan ne put répondre favorablement, ses troupes étaient trop épuisées par les combats et il devait rester au fait des agissements de Vlad. Ces deux hommes ne sont décidément pas prêt à s’entendre. Dans tous les cas, Solomon et ses hommes furent avec nous pour entrer les bois et tenter d’en finir par une vaste purge. A notre grande surprise, les Skjaldmo vinrent aussi avec nous disant “une créature mythique se cache dans ces bois depuis 10 000 ans, nous n’allions pas laisser passer une telle occasion d’entrer dans la légende” Notre petite armée au complet, nous avons prit d’assaut la terrible forêt de Retteg, interdite depuis 3 siècles et en contradiction complète avec les lois de l’Église de Tol’Alba. Des escouades se formèrent et des groupes s’enfoncèrent séparément pour couvrir plus de terrain.

Les strigoi comprirent visiblement que cette intrusion n’avait rien d’une entreprise inconsciente et que nous étions là pour eux et pour la Mère. Cela les rendit hardies et particulièrement brutales dans leur défense des bois et ce contre tous les groupes. Pour notre part, nous avons été assailli par plus d’une vingtaine de strigoi mené par un Igor. Cet assaut fut d’une extrême violent, nous n’avons pas réussi à prendre l’initiative de l’embuscade et ils furent sur nous avant que nous puissions réagir. Nul des deux camps n’était prêt à céder et près de la moitié de notre fut à terre quand le dernier strigoi succombât à notre fureur.

Solomon nous rassembla et nous mena à la petite forteresse que les chasseurs occupaient depuis des décennies pour qu’on puisse récupérer et nous préparer à l’attaque sur l’arbre et la Mère. Les combats de ce jour là firent près d’une centaine de victimes chez nos ennemis tandis que des dizaines des nôtres furent tués ou blessés, même les vrykuls accusaient le coup. Mais à présent, les dernières forces ennemies se sont retiré vers l’arbre pour le défendre et attendent notre assaut de pied forme. La ruse et la détermination seront plus que nécessaire pour vaincre dans ces conditions.

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Sam 2 Aoû 2014 - 11:20

La Mère des strigoi

1er aout 34:

Ce jour, nous nous préparions à la dernière bataille sur Tol’Alba, nous avions tous récupéré suffisamment pour nous battre et nous devions agir avant que l’ennemi ne se renforce. Nous étions prêts, ainsi que nos alliés, à nous mettre en marche quand nous avons eu un renfort bienvenu. Jan avait décidé de venir nous aider dans notre entreprise et bien entendu Vlad lui avait emboîté le pas afin de ne pas laisser toute la gloire à son rival. C’est avec cet important renfort de chevaliers qui nous donna un avantage numérique immense que nous avons entamé notre avancée sur l’Arbre Maudit.

La bataille débuta par l’assaut des strigoi, nombreux, mais moins que nous tout réunis (pour une fois que nous nous battions avec l'avantage du nombre). Nos traits, sorts, javelots et projectiles de toute sorte diminuèrent terriblement les effectifs adverses avant qu’ils ne butent contre nos lignes de défense et ne soient hachés menu par nos lames. C’est ainsi que nous avons pu avancer jusqu’à l’arbre en finissant sans pitié nos adversaires. Mais nous avons sentie une vague d’énergie magique, un frisson que nous autres elfes, mais aussi vrykuls, avons tout de suite identifié, de la nécromancie. Les morts se levèrent et attaquèrent.

Ils étaient faibles, mais l’impact psychologique de ces créatures sur les humains manqua de faire rompre leurs lignes, mais pour nous et les vrykuls, vétérans des combats contre les morts-vivants, ce fut une formalité qui redonna courage à nos alliés. C’est alors que jaillissant de l’arbre, la Nathrezim sortit de sa tanière et se dévoila à nous, elle étant grande et belle, irradiant de puissance. Elle fit tomber sur la forêt une pluie d’infernaux tel que les nathrezims savaient si bien les faire et nous avons dû affronter ces créatures tandis que nos alliés, paniqués, étaient aux prises autant aux démons qu’aux morts vivants restants. Nous avons alors pris l’initiative d’attaquer la Mère directement plutôt que d’attendre d’autres mauvaises surprises. Elle invoqua une nuée de chauves-souris sur nous pour nous arrêter, mais cela ne suffit pas et l’affrontement débuta. Son aura vampirique était particulièrement gênant, car chacune de nos blessures la soignait si bien que nous n’arrivions a voir le bout de ce combat, mais pire, alors qu’elle semblait a terre, l’arbre vint la protéger.

L’arbre l’entoura d’un cocon protecteur alors que des racines nous attaquaient laissant à la démone l’occasion de se régénérer. Nous avons alors commencé à attaquer l’arbre pour lui faire lâcher prise, pour le forcer à abandonner la démone. Les sorts, les bombes et les attaques se multipliaient alors que la démone se régénérait et que les ronces la défendaient. Finalement, l’arbre céda et la libéra, le combat repris de plus belle, brutal, difficile. Elle tenta une nouvelle fois de se mettre dans le cocon, mais en vain, l’arbre était trop endommagé et nous avons fini par la tuer. Usant du sceptre d’Anilmarion, nous avons alors détruit l’arbre mettant fin à la terrible existence de la Mère et de son emprise sur cette forêt, une vieille dette que les elfes devaient régler depuis 10 000 quand nos ancêtres Kaldorei et Bien-Nés étaient tombés ici face à elle.

Nous fûmes acclamés et félicités par tous et l’ispan Vlad nous invita à une célébration samedi pour honorer la fin de cette guerre. Enfin, ce cauchemar s'achevait.

Légat Atia Silverswell

La Mère des Strigoi:


Dernière édition par Atia le Sam 13 Sep 2014 - 13:51, édité 1 fois

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mar 5 Aoû 2014 - 22:59

La fin des opérations a Tol’Alba et le retour a Quel’thalas

Le conflit achevé, nous n’avions plus qu’à régler les dernières affaires sur l’île avant de rentrer chez nous avec nos prisonniers. Parmi ces dernières affaires, il y eut la cérémonie organisée par Vlad dans la capitale et plus précisément dans la cathédrale le lendemain de la victoire contre la Mère des Strigoi.

Notre entrée, ce jour-là dans la capitale, fut des plus étonnantes. La ville était colorée et la population joyeuse et en liesse, une vraie transfiguration de ce pays et de ce peuple le temps des réjouissances. Il est étonnant qu’après la guerre, la peur et alors que la famine et la maladie se poursuivaient encore le peuple puisse ainsi exprimer son allégresse. Toujours est-il que nous fûmes accueillis en véritable héros et que devant la cathédrale le peuple nous offrit des tressages de lierre du plus bel effet.

A l’intérieur, les deux ispans étaient présents avec leur famille, Vlad n’avait que son fils et aucune épouse, Jan de son côté avait six ou sept enfants et une épouse ample et grasse. Les skjaldmo étaient présentes, commençant déjà la ripaille, quelques bonnes familles attendaient patiemment la cérémonie et l’Église faisait office d'hôtes. Vlad débuta la cérémonie par un petit discours nous félicitant, nous remerciant puis donna la parole a un prêtre qui fit une longue prière pour honoré les morts, dans le plus grand silence ce qui étonna les Vrykuls. Elles expliquèrent après coup qu’on honore plus les morts dans la joie d’être en vie, en célébrant leur existence qu’en se morfondant et elles chantèrent quelques chansons en buvant. Finalement, Vlad proposa de nous récompenser et distribua de l’or et des bijoux pour nous et les vrykuls, mais j’ai refusé la récompense, disant que le peuple en avait plus besoin que nous et que nous agissions pour l’honneur, le devoir et l’amitié entre les peuples plutôt que pour l’appât du gain. Il accepta et distribua une partie de notre récompense au peuple avant de demander la main d’Hekathi mais celle-ci absente échappa a la nécessite de refusé. La fête débuta alors, jusqu'a tard dans la nuit et une fois celle-ci terminé nous avons pris le bateau pour le retour.

De retour en notre pays, le lendemain, nous avons nous-mêmes fait notre propre cérémonie. J’ai félicité la troupe pour son travail puis j’ai rappelé l’intégralité de la campagne par un récit complet des opérations à Quel’thalas puis à Tol’Alba. Nous sommes ensuite passés aux promotions. Les recrues Athiel, Galadlom, Vaszreath, Ishaelys, Hekathi, Vylean et Kouran sont passées militaires, Véloce sergente et des citations ont été décernés, une pour Shaona et une pour Ishaelys qui lui sera remise quand sa santé sera rétablie. Vint le bilan financier, il nous resta 200 écus d’or de notre trésorerie initiale pour la mission, soit moins de la moitié, mais sur l’imposant butin prit au cartel l’état nous laissa 500 écus que j’ajoutai a la trésorerie tout en offrant a chaque membre de l’ordre une prime de 10 écus. Ce qui, avec les primes d’états et leur solde, a fait une somme pour les 2 mois de déploiement de 53 écus pour les recrues, 60 écus pour les militaires, 63 écus pour les vétérans et 80 écus pour mes deux officiers.

C’est ainsi, après de nouvelles félicitations et en libérant les membres pour leur permettre de profité d’un juste retour a la maison que l’opération a Tol’Alba et par extension la campagne contre le cartel s’acheva pour le mieux. Le Cartel est à présent en prison et ses membres seront jugés tandis que Tol’Alba est libéré de la guerre et des strigoi avec un peuple qui profitera d’une liberté nouvelle. Fils, c’est une grande victoire!

Légat Atia Silverswell

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Atia le Mer 3 Sep 2014 - 17:34

La situation un mois après la fin de la guerre contre le Cartel et l’opération a Tol Alba


Almeda Eirwen de Lud Caerwyn.
Depuis son arrivé a Quel'thalas et les troubles avec le cartel du Dragon d’Ébène, la jeune Princesse Almeda a réussi a faire valoir ses droits sur le titre de duchesse de Caerwyn, cela malheureusement ne lui apporte pas grand-chose, car ses terres sont encore a l’abandon et son hôtel particulier en ville est toujours en ruine. Cette première victoire, symbolique, semble pourtant être une compensation pour une grande défaite, ses prétentions au trône ont été rejetées par la justice tant son dossier était mince et fantaisiste, mais personne, à par elle, ne pensait visiblement que cela aboutirait. Cependant, elle a décidé de faire appel à ce jugement et a commencé à monter un dossier plus solide qui subira sans doute le même sort. Actuellement, elle vit au Manoir Silverswell en attendant de trouver un logement propre et digne d’elle. Bien qu’espérant y être oisive, elle a du se mettre au travail de gré ou de force. Elle y travaille ainsi comme assistante de la cogérante de la maison Silverswell, Deliah Reddart, participant surtout aux négociations ou à l’organisation de réceptions, déjeuners et banquets. Elle est aussi consultante pour le protocole et une vitrine prestigieuse pour la maison car issue d’une noble et ancienne lignée. Sa situation se stabilise donc bien qu’encore précaire.


Le Cartel du Dragon d’Ébène.
La situation du cartel est pour le moins surprenante. Arrêtée par l’Ordre des Fils de Quel’thalas, l’organisation fut incarcérée dans un premier temps dans les cachots de la 9e Compagnie des Chevaliers de Sang d’Arley de Thurwes. Le procès fut débuté très rapidement par un juge des plus mordant et agressif qui souhaitait les voir tous décalottés au plus tôt. Mais après avoir retrouvé des cœurs de soie bleue dans son lit au petit matin, plusieurs jours d’affidé, la rage de l’homme de loi s’est largement estompée. Il a fini par se montrer plus souple et complaisant. Dans le même temps, un ordre de transfert des prisonniers a été envoyé a Arley de Thurwes et les membres du cartel furent déplacés dans une prison tenue au secret jusqu’au verdict. Le procès s’est conclu rapidement après ça, tournant à la mascarade. La grande majorité des combattants de l’organisation écopèrent de peines légères, allant de quelques mois de prison à du sursis et une longue période de mise a l’épreuve, tandis que les leaders ne prirent que quelques années dont 15 ans pour Anilmarion qui sera placés dans une cellule luxueuse,normalement réservée a la noblesse, d’où il pourra même recevoir de la visite. Ainsi, le cartel, bien que dissout et éclaté, s'en tirera bien au vu de la situation. Le sceptre d’Anilmarion a ete reprit au Fils par les magisters et a totalement disparu depuis.


Tol Alba.
La situation peine à se stabiliser sur l’île. La fin du servage fut officialisée et ratifiée dans les lois, offrant ainsi le droit de propriété aux paysans et aussi (et surtout) la dignité humaine, depuis lors, aux yeux de la loi, ils ne sont plus du bétail doté de la parole. Cependant, les terres restent encore pour majorité entre les mains de la noblesse n’offrant au final que peu d’amélioration dans les conditions de vie des paysans qui doivent louer ces terres aux nobles, engloutissant par la même le peu d’argent qu’ils commençaient enfin a avoir. La mort de Jan, atteint de phtisie, quelques semaines après le départ des fils, a mis fin aux espoirs du peuple d’une charte égalitaire. L'épidémie a d’ailleurs fait de nombreuses autres victimes en plus de la famine et de la dysenterie, il est estimé qu’environ le tiers de la population totale de l’île a disparu durant les temps sombres de la guerre contre Tyllryss, la guerre civile, des épidémies, des invasions strigois et de la faim. Le voïvode Vlad a alors terminé la rédaction de la charte seul, qui ne fait que bien délimité les pouvoirs des trois ordres au profit de la noblesse et la seule avancée significative pour le peuple est l’inscription de la fin du servage, de l’esclavage et la fin du droit de vie et de mort de la noblesse sur le peuple. Cependant ce dernier point a une exception, le voïvode détient toujours ce droit sur l’ensemble de la population, noblesse et clergé comprit, au nom de la sécurité d’état. Vlad a aussi dissout les Chasseurs et leur a retiré le droit de posséder des armes provoquant la colère de Solomon qui a décidé de s’exiler hors de l’île avec ses compagnons fondant une petite compagnie décidée à traquer le Mal autour du monde, des chasseurs de monstres et de démons. Parmi le peuple, commence aussi à circuler une rumeur concernant le retour prochain du Prince Virshan à la tête d’une armée pour les libérer de la tyrannie de Vlad, mais cela ne semble bien qu’une rumeur désespérée, Même s’il semble que Virshan ait bien quitté l’ile. Pourtant Vlad a réussi à éradiquer la maladie en mettant à contribution gratuitement le clergé pour soigner les malades et une mise en quarantaines pour éviter la propagation en attendant les soins. Il a aussi éliminé la famine en important de la nourriture et ouvrant les greniers de la noblesse et du clergé et assuré une sécurité plus stricte. Cependant, ses mesures n'ont pas encore totalement chassé le mal et certains troubles demeure. Il semble encore tot pour tirer un bilan des actions du nouveau voivode, la seule chose certaine c’est qu’il a rompu avec les tradition et montre bien plus actif que ces prédécesseurs.

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4528
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Cartel du Dragon d'Ebene

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum