[récit] Souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[récit] Souvenirs

Message  Atia le Mar 25 Sep 2012 - 22:58

Un air lourd fouettait son visage immaculé, un air chaud a l’odeur âcre et chargée de fumé qui faisaitr voleté ses cheveux d’or soigneusement coiffé en chignon. Elle tenait en sa main droite un long bâton terminé par des ailettes affutées comme celle d’une masse d’armes, à son dos pendait un sabre elfique dans un fourreau de cuir rehaussé d’entrelacs argenté. Elle portait une complexe robe de soie et de tisse-mages au reflet azuré et brodé d’arabesques et motifs floraux. Un corset enserrait sa taille autant qu’elle la protégeait avec ses discrètes baleines d’acier, des dentelles plissées s’échappant du décolleté et du bas de la pièce, complétant une courte jupe plissée qui couvrait une seconde jupe fendue laissant voir les bas blancs à jarretier et de solides bottes de cuir blanc. Ses bras étaient couverts de long gant maintenu par des jarretiers non loin de l’épaule, assortie à ses bas.

À ses cotés se tenait une petite escouade de soldat thalassien, des archers dotés de leur lourd manteau vert et d’arc elfiques et des épéistes en armure de mithril armée de bouclier, d’épée et revêtant leurs traditionnelles barbutes ailées. Ils avançaient discrètement à travers les frondaisons d’or et d’émeraude vers les régions frontalières entre le Royaume de Quel’thalas et le Royaume de Zul’Aman. Les abords des bois étaient calcinés, les arbres noircis et déformés, tendant des doigts griffus et suppliants vers les cieux, comme exhortant les dieux de les épargner alors qu’ils étaient entourés de cendre gris et noir, comme si dans ce décor toutes couleurs avaient été dérobées par un feu malicieux.

“Les orcs et les trolls ont incendié les abords du village pour contrarier nos archers, prévint un ranger sortant de l’ombre d’un bosquet. Ils n’arrivent à s’enfoncer trop loin, mais ce n’est qu’un avant-gout de leur armée.
- Alleria Coursevent a déjà prévenu l’Alliance au moment ou on parle, annonça la mage azuré. Contenons notre ennemi le temps qu’il faudra et ils seront écrasés entre le marteau et l’enclume.”

Le ranger hocha la tète et les guida alors doucement dans ce paysage de désolation, scrutant l’horizon et ils furent sur un promontoire rocheux quand ils virent le village en flamme. La mage fronça les sourcils et fit quelques signes précis avec ses doigts murmurants quelques mots cabalistiques projetant son regard vers la ville et le spectacle qu’elle vît la saisi au ventre, la plongeant dans l’effroi. Tout n’était que mort et désolation, homme, femmes, enfants gisaient en morceau sanguinolent et déchiqueté, éparpillé aux quatre coins du village. Un ogre se tenait sur son séant observant les orcs d’un air ahuri. Parmi eux, l’un semblait remuer un curieux chaudron, mais ce qui attira le plus son regard était cette jeune fille elfe à la chevelure brillante comme les blés qui semblait hurler et pleurer alors qu’un orc la violait encore et encore avec sauvagerie. D’autres orcs à ses côtés remontaient leur pagne, laissant imaginer toute l’horreur traversée par la jeune femme. Mais celle-ci peut après que l’orc se crispait avec un air d’extase fut emmené vers le chaudron et égorgé au-dessus, son sang encore chaud s’ajoutant a la mixture sous l’hilarité des orcs. Elle fut ensuite négligemment jetée vers l’ogre qui s’empressa d’arracher une jambe pour son repas.

“Ils fabriquent de l’alcool de sang, c’est une pratique commune chez ces sauvages, dit le ranger d’un ton froid alors qu’il observait a la longue vue. C’est à chaque fois pareil, ils ne laissent rien derrière eux, même les trolls semblent plus civilisés.”

La mage s’écarta de cette vision annulant le sort, retenant son estomac de rendre son contenu. Elle tremblait légèrement et secoua la tête pour reprendre ses esprits.

“Il faut faire quelque chose, ne les laissons pas s’en tirer comme ça.
- Ils sont encore nombreux dans le village, même avec l’effet de surprise ce sera difficile, répondit le ranger. On ne peut plus rien pour se village, attendons les renforts.
- Retournons dans les bois, en espérant qu’ils n’obtiennent pas de renfort eux aussi.”

***

Atia se réveilla en sursaut, papillonnant des yeux, observant dans les ténèbres, son oeil droit s’y habitua plus vite que le gauche. Elle découvrit alors les colonnades de marbre blanc frappé du sceau silverswell, les dorures, les tableaux et statues qui entouraient son lit aux draps de soie. Elle était chez elle. Elle toucha ses cheveux coiffés au carré et effleura la cicatrice de son oeil. Elle se massa les yeux et observait Falrhen qui dormait à ses cotés, du moins le croyait elle, sursautant en le voyant les yeux ouverts l’observant.

“Que se passe-t-il ma panthère?
- Rien mon amoureux... juste un mauvais rêve, ne t’inquiète pas.”

Elle lui afficha un sourire doux et se recoucha. Un rêve... pas vraiment, un souvenir, sa première rencontre avec des orcs, la première image qu’elle avait d’eux et pire encore, la monstruosité dont ils avaient fait preuve. Ce souvenir, elle l’avait presque oublié, mais pourquoi lui revenait-il? Elle soupira s’efforçant de chasser ses pensés, les dirigeants vers son fils pour s’apaiser et calmer son stress.

***

Elle s’éveilla doucement, la rosée du matin faisait briller la végétation, la tintant de motif arc-en-ciel tout autour de sa tente. Elle se redressa observant à travers l’entrebâillement de l’entrée de son logis de campagne. Le pavillon était doté d’un lit, d’un bureau, d’une bibliothèque et d’un coffre, tout le confort habituel d’une tente de campagne onéreuse. Elle s’écarta de son lit et traça au sol des cercles et runes complexes avec une craie et jeta négligemment sa nuisette sur son lit, traçant d’autres runes a même sa peau. Remuant les doigts et les bras avec précision et prononçant les mots cabalistiques elle invoqua à même son corps sa robe de mage faisant disparaitre les symboles magiques dans de petites volutes colorées. Elle arrangea sa coiffure et sa mise en s’observant dans un miroir cerclé d’argent et hocha la tête sortant de son pavillon.

Tout autour étaient dressées les poivrières des hommes de troupe qui s’éveillaient doucement. Dans la soirée, ils avaient été rejoints par des rangers, mais ceux-ci avaient préféré dormir dans les arbres ou d’autres abris naturels. Des pratiques trop sauvages ont son goût. Elle se tourna vers sa tente et murmura une nouvelle incantation accompagnée de signe et au sol apparu le cercle de téléportation dont elle modifia les runes, révoquant sa tente dans un petit éclat bleuté qui électrisa la zone d’arcane qu’elle respira à plein poumon avec délectation. Elle se dirigea vers les rangers.

“Des nouvelles de nos intrus?
- La Horde occupe toujours le village en ruine, ils ont achevé les derniers habitants et ont reçu des renforts, dont quelques types encapuchonnés, probablement des sorciers.
- Esperons que nos propres renforts ne tardent pas.
- Les humains sont proches, on m’a rapporté que leur avant-garde composée de chevaliers de Lordaeron approche.
- Et bien, cela nous donnera l’occasion de voir s’ils sont à la hauteur de leur réputation martiale.”

Elle se détourna et regarda la troupe qui l’accompagnait se mettre en marche, le reel dirigeant de cette troupe était le capitaine Mael, un solide soldat en armure lourde équipé d’une hallebarde, mais la Silverswell avait rapidement supplanté son autorité le reléguant au rôle de second. Pourtant, celui-ci distribuait les ordres et les épéistes et archers s’organisèrent tandis que les rangers s’étaient déjà dispersés dans les bois. La jeune mage était perplexe, revenant de Dalaran, après ses études, elle avait combattu les trolls de Zul’jin et se retrouvait a lutter contre les orcs et les ogres a présent, quand elle avait quitté sa nation en paix elle était loin d’imaginer ne retrouver que la guerre à son retour.

Sa rêverie fut soudain troublée quand sans crier gare, un ranger approcha et lui murmura que les renforts arrivaient. Se tournant, elle vit un groupe de mage en robe violette et noir parmi lesquels un page tenait un étendard écartelé mauve orné d’un S stylise noir d’une part et orné du symbole de la vague d’argent Silverswell sur un ciel azur de l’autre. Les Spelltaints, la branche magique de la maison Silverswell. Elle reconnut les dirigeants de la famille Erwan, le patriarche, son fils Elian et ses enfants Macha, Aela et Rhys. Aela se téléporta a coté d’Atia avec entrain affichant un sourire angélique et vermeil accordé a l’écarlate de ses cheveux.

“Salut cousine! ça faisait longtemps!
- Trop longtemps Aela, comment va tu?
- À merveille, enfin une occasion de montrer ce que je vaux!”

Atia afficha un sourire, sa cousine était encore jeune et fougueuse, cela lui avait valu bien des problèmes, mais elle ne doutait pas de son potentiel. Rhys approcha a pas rapide d’Atia portant une armure de couleur ébène aux spallières hérissé de pointe

“Ton frère a toujours des gouts extravagants dignes d’un barbare.
- On ne le changera pas, ricana Aela.
- Il a toujours du mal à maitriser la magie?
- Au grand dam de père.”

Le jeune homme approcha des jeunes femmes et posa un genou à terre sa longue chevelure sombre comme l’abysse voletant barrant son visage harmonieux. Il saisit la main d’Atia et y déposa un baisé avec tendresse.

“ Cousine, vous voir ravi toujours autant mes sens et mon esprit comme mon sang s’embrase a vous voir tant jour après jour votre beauté se fait outrageusement plus belle.
- Ravie de te voir aussi Rhys.”

Les autres Spelltaints firent hommage à la fille du grand Aedan Spelltaint. Erwan et Elian était plus distants et Macha se révéla froide et professionnel comme a l’accoutumé, elle était la plus grande magicienne de la maison, mais pas la plus sociable.

La branche Reddart arriva peut après, étendard écartelé vert a flèche écarlate d’une part et silverswell de l’autre. Line et Deliah Reddart étaient en tête montant des faucons-pérégrins, a leur coté la milice Silverswell pourtant armure, lance, bouclier, épée et arc, ils avaient depuis toujours été destinés a protéger les convois et les docks de la famille au niveau terrestre c’était donc des combattants mobiles et polyvalents. Line et Deliah présentèrent leur hommage à la Silverswell et se mirent en place au côté du capitaine Mael. Le rapport de force contre la Horde s’inversait rapidement avec le déploiement des Silverswell et cela n’était pas terminé.

Montant une licorne argent, vêtu d’une armure de mithril couverte de platine aux bordures d’or constellé de saphir et portant une lourde cape de soie bleue brodée d’arabesque en fil d’argent, Aedan Silverswell approcha, le visage sévère et déterminé. À sa vue tous les Silverswell se jetèrent à genou se prosternant devant le maitre tyrannique et incontesté de la maison. Derrière lui avançait en cadence une unité de marins Silverswell armés de sabre d’abordage, d’arbalète à répétition semblable a des balistes elfiques miniatures, d’armure de cuir bleu et blanc et d’un plastron de mithril. Atia remarqua que Finn et Illana, son frère et sa soeur, marchant au coté des marins dans leurs plus beaux atours. Comme tout Silverswell, ils arboraient une peau de nacre et des cheveux d’or, Illana particulièrement était presque la jumelle d’Atia. La fratrie se sourira un instant, furtivement afin que leur père ne le remarque pas.

“Ma Fille, j’espère que tu ne fais pas perdre un temps précieux à ta maison, siffla froidement Aedan, tu en as déjà fait perdre bien assez quand tu as fait disparaitre ton fiancé.
- Pere c’est une joie de vous revoi...
- Cesse donc ces futilités, garde-les pour les humains, montre-toi efficace et concise pour une fois.”

Atia tiqua et plissa les yeux, mais obtempéra et expliqua non sans émotion sa découverte sur les orcs et le village en ruine. Mais rien sur le visage de son père ne trahissait la moindre émotion, il semblait parfaitement indifférent au sort des villageois.

“Bien, voilà une occasion en or, dit-il d’un ton monocorde, devenons des héros en repoussant cette vermine, le peuple aime les héros et cela nous offrira une position encore plus confortable vers les sommets de notre nation. Cela nous donnera de plus une position de farouche combattant de l’alliance, les humains, ces barbares incultes, sont sensibles à la gloire militaire.
- Plus de marchés et de prestige pour nos partenaires commerciaux, ajouta Atia.
- Tu commences enfin à faire fonctionner ce petit vide qu’il y a dans ta tette ma fille, dit Aedan sans même la regarder. Sommes-nous les premiers sur les lieux?
- Oui, perce, mais des chevaliers de Lorderon et des rangers des coursevents approchent.
- Soit, attaquons tout de suite en ce cas, n’oublie jamais ceci, le deuxième est le 1er parmi les perdants!”

Il se saisit de Tal’Serar, l’antique lame des dirigeants Silverswell, une lame datant de la guerre des anciens manipulés par Gwental, le fondateur de la lignée. La vue de cette épée faisait toujours frissonner Atia. Aedan distribua les ordres, Mael tiendrait le flanc gauche, les Silverswell le centre et les Reddarts le flanc droit. Atia était placé, avec les Spelltaint, sur la gauche, Finn, en tant que prêtre de la lumière resta avec son père et Illana, médecin fut envoyé avec les Reddarts, ainsi chaque aile avait au moins un Silverswell avec lui. L’armée se mit en branle au son des cors de bataille et des flutes, coordonnant l’avancée implacable des centaines de combattants elfiques. Le bruit des pas et du tintement des armures ajoutant a la musique des percussions envoutantes.

Le gros de l’armée elfe ne faisait preuve d’aucune discrétion dans le but clair de pousser les orcs à sortir de la ville et ainsi leur enlever l’avantage du terrain et aussi donner aux elfes l’occasion de prendre la cité sans ajouter aux déprédations des peaux vertes. C’est sans surprise que la Horde avec un cri rageur se rua hors de la cité vêtue de brais de cuir, de pièce d’armure dépareillée et de hache imposante, telle un troupeau animal bardé a la hâte. Les elfes s’immobilisèrent dans la petite pente menant au village, profitant dans la hauteur. Les sorts et les flèches plurent sur la masse grouillante de peaux vertes donc les yeux rouges luisaient de haine. Quelques trolls répliquèrent de leur haché, lancé avec expertise fauchant quelques thalassien, mais tout ceci n’est rien face à la grêle elfique qui mutilait les corps et encombrait le sol ralentissant l’avance des orcs.

Atia afficha un sourire et hurla au soldat de première ligne, devant elle, de jeter leurs gourdes d’eau à quelques mètres vers les orcs. Incrédules les combattants s’exécutèrent ne saisissant pas la manoeuvre. Atia marmonna quelques mots de pouvoir traçant de signes dans l’air. Les orcs étaient de plus en plus proches et soudain l’elfe acheva son incantation au moment ou le premier orc posa le pied près d’une gourde. L’outre s’éventra alors et l’eau se projeta vers lui se gelant formant une pique de glace qui le transperça de part en part. Toutes les gourdes firent de même dressant une barrière d’épieux glaciale et acérée à l’ennemi pris par surprise. La mage tira parti de cette surprise et de cette hésitation et se téléporta dans la mêlée, invoquant l’eau des gourdes et le sang rependu autour d’elle créant une véritable sphère hérissée qui tua les quelques orcs qui se ruèrent sur elle. Finalement, jaillissant de sa sphère elle projeta les éclats de glace comme une mitraille meurtrière sur les autres orcs avant de se replier d’une autre téléportation. À l’arrière, elle reprit son souffle et but de larges gorgées d’eau, épuisée par sa démonstration.

“C’était imprudent et prématuré, annonça d’un ton paternaliste Erwan Spelltaint.
- Qu’en savez-vous mon grand-oncle, j’ai voulu marquer leur esprit, comme il se doit a la guerre.
- Mais pour cela il y a un moment, ce moment est celui où la tension est la plus grande, quand la situation est fluctuante que l’ennemi est partagé entre peur de perdre et l’espoir de vaincre, c’est a ce moment qu’il faut marquer son esprit pour le pousser a la reddition. Vous venez certes de faire douter les plus couards, mais vous avez enragé les plus téméraires qui vont vouloir vengeance. Gardez vos meilleurs tours pour plus tard.”

La jeune elfe fixa son ainé avec un regard colérique, elle était encore fougueuse et inexpérimentée, doté d’une arrogance qui la privait de sagesse si bien qu’elle n’accepta pas la pourtant juste remarque qui lui avait été faite et s’empourpra.

“Gardez votre place petit spelltaint! je suis la fille du patriarche Silverswell!”

Mais le vieux mage se contenta de hausser les épaules, âges de plusieurs siècles, il ne s’émouvait pas des caprices d’une enfant et son regard intemporel se posa sur le champ de bataille paisiblement. Les elfes tenaient bon et repoussèrent les premières attaques orcs, outre ceux tuer à distance, ceux défaits au corps à corps contre les formations compactes s’amoncelaient, le bilan s’alourdissait, mais très vite un nouvel assaut se lança et ébranla la formation thalassienne qui recula, orcs, trolls et ogres rugissants et frappants à tout va.

“Voilà le moment, annonça Erwan.”

Il s’avança et ferma les yeux inspirant profondément, accumulant l’arcane autour de lui, Elian Spelltaint dit paisiblement à ses enfants et Atia.

“Vous allez voir d’où lui vient le surnom de “la chandelle”.”

Atia sourit en coin en entendant se surnom ridicule, mais son sourire s’effaça quand le vieil elfe s’éleva dans les airs et soudain s’embrasa, ses cheveux devenant de véritables flammes ondulantes couvrant ses épaules et d’imposantes ailes enflammées l’entourèrent. L’image surprit autant les elfes que les orcs tant l’intensité de ses flammes était terrifiante alors qu’elles ne semblaient en rien affecter le sorcier. Celui-ci inspira profondément et souffla un véritable ouragan de feu sur l’ennemi pris de panique. L’aile droite des orcs se fragmenta et très vite ce fut tout la ligne qui céda. Erwan revint au sol et retrouva son aspect normal malgré la fatigue qui creusait ses traits. La magie du feu était mal vue dans la société en ce temps et était uniquement réservé au vieux mage et aux chasseurs de trolls, car vu comme un apanage démoniaque, Erwan venait de donner une raison a cette croyance.

Les derniers combattants de la Horde refluèrent et s’arrêtèrent prés de silhouettes malingres et encapuchonnés qui avaient tracé en catimini des cercles d’invocation au sol, ceux-ci luisant de lueur verte méphitique. C’est alors que les magiciens orcs sacrifierez des péons sur les cercles, les lueurs s’intensifierez et rapidement des portails s’ouvrirent laissant jaillir des horreurs informes dignes des pires cauchemars, des chiens au dos couvert de tentacule, des créatures boursouflées, d’imposants guerriers a la peau sombre munie de hache, des monstres ailés. Les elfes furent horrifiés à ce spectacle et la ligne recula. Les démons s’élancèrent sur les elfes, suivis de prêt par les orcs, et la créature ailée se jeta par dessus la ligne de ses imposantes ailes pour s’en prendre directement à Aedan Silverswell. Mais celui-ci resta de marbre et le démon se heurta violemment à un mur doré que venait d’invoquer Finn Silverswell. Le monstre tomba au sol en secouant la tête, mais déjà la licorne était sur lui et de son épieu frontal l’animal lui perfora la poitrine. La créature s’agita en hurlant de douleur, enragée, mais Tal’serrar la fit taire, la lame lui tranchant net la nuque. Aedan ramassé la tête de la pointe de l’épée et la brandit bien haut provoquant une exultation générale dans les rangs elfiques, par sa vaillance il venait de raffermir le moral de ses hommes qui décuplèrent d’audace.

Cependant, certains démons tentèrent une percée, sautant par dessus les lignes pour attaquer les archers et les arcanistes ce qui valu a ces derniers de répliquer. Aela embrasa les démons à sa porté dévoilant une fois encore son affinité naturelle au feu, sans doute hérité de son grand-père, ne laissant que des os noircis devant elle, Atia comme toute Silverswell adopta l’hydromancie et gela net plusieurs démons d’un simple effleurement après avoir évité ou paré leurs attaques de son bâton. Avec un sourire satisfait, elle frappa les statues de glace de l’extrémité en forme de masse à ailettes de son arme, les faisant voler en éclats comme du verre, expliquant en partie la curieuse forme de son arme. Mais le plus volubile fut Rhys qui attaqua avec un mélange de magie et d’escrime déclamant des poèmes à chaque coup de lame.

“Que de ma vive lame étincelante,
S’écroule a mes pieds vos carcasses chancelantes!
Que votre sang aux teintes de rubis
s’écroule sans le moindre répit!

Ô ode à la sanglante bataille
Que de ma bravoure sans faille
A jamais tombe amoureuse ma cousine
Qyue de la flamme de la passion qui m’anime
Elle devienne l’amante libertine
Et que toujours à mon vit son con s’arrime!”

Atia plaqua sa main contre son visage en entendant les vers licencieux de son débauché de cousin. Une hilarité anima Aela qui vint dos à dos avec Atia alors qu’elles massacraient les derniers démons.

“Mon frère semble toujours autant fantasmer sur vous, cousine!
- J’ai cru entendre ça...”

Le tumulte de la bataille retomba à nouveau, les rangers venaient de sortir de l’ombre et cribler de flèches les magiciens orcs, mettant fins aux invocations puis ils firent volte-face pour cribler de flèche le dos des orcs dont le nombre était réduit a peau de chagrin. Cependant, un des magiciens se redressa et les rangers virent que sous la capuche c’était un corps décharné qui s’y trouvait, grimaçant et dont les yeux luisaient d’une lueur bleutée maléfique. Il agita les doigts et les morts commencèrent à se relever alors qu’un sort brulait le sol autour de lui, ne laissant que mort et décomposition dans un rayon grandissant affligeant toute chair, ne laissant que les squelettes qui s’animaient. La nécromancie était inconnue à l’époque et les chevaliers de la mort tout autant pourtant, la 1ere génération, sans doute la pire venait d’être crée par Gul’dan. Mais au-dessus du chevalier de la mort, dont le pouvoir croissait, envoyant de plus en plus de cadavres combattre les rangs elfiques, de noirs nuages s’amoncelèrent et soudain une grêle de blizzards le tailla ne pièce ne laissant que des stalactites de glace et les corps déchiquetés du magicien et de ses sbires. Son sort achevé Macha, baissa la main. Plus aucun orc ne vivait, les elfes avaient eux de lourdes pertes, 1 soldat sur 5 était tombé, mais ce n’était rien à côté des pertes infligées à la Horde, prélude à ce bourbier qu’allaient être Quel’thalas pour les peaux vertes.

Aedan rengaina sa lame sacrée dans son fourreau et entra le premier dans la ville en ruine libérée, comme il l’avait voulu, majestueux, froid, arrogant et tyrannique. Au loin, les lourds sabots de la cavalerie humaine se faisaient entendre, ils arrivaient second, 1ers parmi les perdants.

***

Atia s’éveilla à nouveau dans un sursaut. Cette nuit-là, était décidément agité et son retour a la réalité tout aussi brutale, mais elle fut frappé par la mélancolie, tous ces gens étaient morts a présent a quelques exceptions prêtes comme Deliah Reddart et cette bataille n’était que le prélude tragique a tout le mal que les orcs avaient apporté avec eux, un mal avec lequel ils recommençaient a flirté avec la sauvagerie de Garrosh. Cette nuit-là, Atia ignorait que Garrosh venait de faire massacrer Theramore renouant avec le passé impie d’une Horde que Thrall avait voulu effacer.

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4511
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum