[Acceptée]Azelith Silcionel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Acceptée]Azelith Silcionel

Message  Azelith le Sam 7 Mai 2011 - 0:06



Nom du personnage: Azelith Silcionel

Apparence:

Fine, musclée et leste, sure d'elle. Assez sauvage et souvent aux aguets, avec un regard vif elle demeure cependant plutôt discrète. Curieuse, le bout de son oreille droite frétille quand quelque chose retient son attention ou qu'elle réfléchit. Un joli minois au teint hâlé, sans plus. Dans la moyenne niveau taille. Des cheveux très foncés, lisses, coupés assez courts, avec cependant un brin de féminité. Aucun signe distinctif apparent d'aucune sorte.On a du mal à lui donner un âge, on la présume pourtant assez jeune.Elle n'est jamais ni maquillée, ni parfumée mais son hygiène semble correcte. De fines cales aux mains peuvent témoigner de son entrainement quotidien aux armes. Azelith n'est jamais seule, encore faut il avoir de véritables sens en exergue pour se rendre compte qu'une panthère ombregueule majestueuse la suit partout, dissimulée dans son ombre...

Profession/savoir-faire:

Eclaireur, mercenaire ou encore garde du corps jusque là, Azelith a su tirer partit de ses diverses expériences.
Elle manie assez bien les armes, de près ou de loin, avec une préférence pour les armes de pugilat, les armes d'hast, les arcs ou encore les arbalètes. Elle sait se déplacer rapidement et silencieusement, plutôt endurante. Elle connait bien les animaux en général et sait parfaitement prendre soin d'eux. Elle connait bien les ficelles du pistage de n'importe quelle créature vivante. Elle a de bonnes notions en survie et secourisme de base. Elle sait monter y comprit les montures volantes, même par temps froid!

Récent agissements:

Rien de bien notable, de petits contrats d'escorte de caravanes marchandes avec son cher et tendre.

Motivation à rejoindre FDQT:

Azelith aspire à plus de stabilité dans sa vie, surtout depuis son mariage, elle est lasse de devoir sans arrêt chercher de petits contrats pour gagner sa vie. Elle aimerait se sentir plus utile pour sa propre race, se dédier à de plus grands idéaux. Elle aspire également à renouveler son cercle de connaissances, à créer de vrais liens avec.
De retour à Lune d'Argent récemment avec son mari, Azelith a entendu parlé des FDQT et ceci a su éveiller sa curiosité, elle se demande à présent si elle pourra vraiment remplir ses nouvelles aspirations auprès d'eux comme elle le pense...

Background complet (optionnel): En cours d'écriture, à venir bientôt! Wink

En rejoignant les Fils de Quel'Thalas, j'accepte les chartes HRP et RP régissant la guilde


Dernière édition par Azelith le Dim 8 Mai 2011 - 22:25, édité 2 fois
avatar
Azelith
Ouvrier
Ouvrier

Nombre de messages : 11
Age : 34
Localisation : lyon
Date d'inscription : 06/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Acceptée]Azelith Silcionel

Message  Arévas le Sam 7 Mai 2011 - 12:24

Bienvenue sur le forum.

Une candidature intéressante et bien détaillée, elle donne envie de découvrir le personnage.
Nous allons discuter de ton cas entre officiers puis tu seras conviée à passer plusieurs épreuves RP (entretien et évaluations de compétences) et enfin nous déciderons si nous t'accueillons pleinement parmi nous.

Je vois que tu as déjà rejoint le canal FDQT alors je termine en te souhaitant bonne chance Wink

_________________
"On ne facture pas la topissitude, ni la séductivité !"
Arévas Summerbreeze, Lieutenant des Fils de Quel'Thalas.

"Allons-y gaiement !"
Minélis Silverbow
avatar
Arévas
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 2255
Age : 30
Localisation : Dans son Bureau
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Acceptée]Azelith Silcionel

Message  Atia le Sam 7 Mai 2011 - 13:07

Bienvenu a toi aussi, un couple qui nous rejoint j'aime l'idée et j'ai hâte de vous rencontrer. Comme pour la moitié de ta perso j'ai hâte de lire le BG.

A bientôt sur FDQT!

_________________
avatar
Atia
Divinité
Divinité

Nombre de messages : 4520
Date d'inscription : 24/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Acceptée]Azelith Silcionel

Message  Neldyran le Dim 8 Mai 2011 - 12:07

Bienvenue par ici Mr. Green
avatar
Neldyran
Mage de Sang
Mage de Sang

Nombre de messages : 482
Age : 33
Date d'inscription : 02/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Acceptée]Azelith Silcionel

Message  Azelith le Ven 20 Mai 2011 - 11:00

J’étais la plus chétive, la plus faible.

Mes frères et mes sœurs se moquaient souvent de moi et m’excluaient de leurs jeux. Même ma mère semblait ne s’occuper de moi qu’au minimum.

Moi, je ne m’en faisais pas trop, tout ça ne m’atteignait pas vraiment.

je faisais mon bonhomme de chemin toute seule et je m’en sortais plutôt bien…

J’explorais plus loin que les autres, je courrais plus longtemps et plus vite même si personne ne me voyait.

Lorsqu’ils ramenaient leur première proie, fiers comme des paons, moi je me pourléchais encore les babines de ma chasse en solitaire de trois jours plus tôt.

Ce qu’on ne m’a jamais donné, je l’ai pris, seule, à la vie, à force de persévérance, de ruse et de patience…

Ils ont rejoint les premiers du clan, les membres les plus importants, ils se sont accouplés, ont eut leur premiers rejetons.

Plus ils s’épanouissaient, plus l’ennui me prenait, plus je m’isolais et errait de plus en plus loin, de plus en plus longtemps.

Je me souviendrai toujours de cette fin d’après midi là.

Je rentrais enfin, après une longue semaine d’absence, avec un beau quartier de raptor en gueule. Je comptais l’offrir à ma mère, peut être que ce met de choix lui ferait plaisir, elle n’avait plus la même joie de vivre depuis la disparition inexpliquée de mon père.

Il faisait beau et chaud, je m’amusais chemin faisant à disparaitre puis à réapparaitre entre l’ombre et la lumière à travers les feuillage, j’étais fière de mes capacités de dissimulation, de mes derniers progrès dans ce domaine si cher à ma race.

Un rugissement terrible m’avait faite soudain sursauter alors que je n‘étais plus très loin de ma vallée, mon cœur se mettant à battre à tout rompre, j’en avais lâché ma proie en me figeant.

Ce rugissement là je le connaissais bien, trop bien. C’était la voix de ma mère. Je l’aurais reconnue entre mille. Ce rugissement signifiait beaucoup de choses, trop de choses… Colère, mort, vengeance, appel au secours…

Sentant l’urgence envahir tout mon corps j’avais accouru comme une folle.

La scène que je devais découvrir me glace encore parfois d’effroi.

Les miens combattaient, férocement, comme jamais, contre des êtres vivant tout à fait extraordinaires.

Ils étaient plutôt grands, ils se déplaçaient sur leurs pattes arrière, et étaient recouverts de pelages étranges, de toutes les couleurs, de textures et de motifs différents. Ils avaient presque tous de la peau nue et très claire sur la face et de très longues oreilles. Le pire c’était encore leurs yeux, d’un vert surnaturel, qui me donnait des frissons. Et qu’est-ce que c’était que ces choses qu’ils trimballaient à bout de bras et qui luisaient, perçantes, tranchantes, ces choses tuaient les miens, pire que des crocs, pire que des griffes!

Je me lançais dans la mêlée, avec circonspection, ne sachant trop à quoi m’attendre.

J’évitais de justesse un coup destiné de toute évidence à mon poitrail, encaissais tant bien que mal un autre qui m’entamait sauvagement la patte avant droite, m’envoyant rouler sur le côté.

Un coup d’œil circulaire me permit de constater que nombre des miens gisaient déjà dans un bain de sang monstrueux, inertes, parmi les cadavres des autres…

Je m’acharnais sur l’un d’eux, me ruant sur lui par surprise tandis qu’il empalait mon frère Kaem, je l’égorgeais sans plus de façons, la rage bouillant en moi.

J’allais me jeter sur une autre lorsque je basculais soudain en avant sans prévenir.

Quelque chose venait de se ficher en moi, ma respiration devenait douloureuse, presque impossible, rapidement, trop rapidement.

Des râles s’échappaient de moi, de peur, de frustration, de douleur, d’incompréhension…Une tige de bois avec des plumes au bout? J’essayais de la dégager mais en vain…

Ma vue se brouillait je ne voyais presque plus rien et le calme soudain tout autour ne me laissait rien envisager de bon…





Etaient ils tous morts? Allais je les suivre à mon tour?

C’est là que je la vis alors que tout espoir commençait sérieusement à me quitter.

Elle était étendue là, à quelques pas de moi, papillonnant des yeux, des larmes ruisselant le long de ses joues pleines de sang.

Elle aussi avait du mal à respirer, elle aussi paniquait maintenant avec ses pattes avant sur son ventre déchiqueté…

De longues minutes passèrent, elle finit par tourner son regard sur moi et je ne la quittai pas du mien, nous nous entre-dévisageâmes, d’abord avec haine, puis avec indifférence et finalement ce fut incroyable mais ce finit par être avec compassion…

Nous allions mourir ici, toutes les deux, à deux pas l’une de l’autre, combattantes échouées d’une guerre inattendue, d‘une guerre incompréhensible, ennemies par nature, par hasard, par destin?

Je rampais un peu vers elle au prix de maints efforts. Elle avait fait de même comme d’un accord tacite.

Nous en vînmes presque à nous toucher mais aucune d’entre nous n’en prenait cependant l’initiative.

Elle se roulait sur le côté, maintenant sa plaie, je faisais de même, de manière à dégager au maximum la plaie dont immergeait ce fichu bout de bois.

Son museau si petit et si fin se retrouvait presque contre le mien.

Elle tendait sa petite patte vers la raison de mes tourments, timidement, je pouvais sentir son angoisse mais également ses intentions qui n’étaient pas mauvaises, je la laissais approcher.

« Je suis désolée, je ne voulais pas. »

Cette petite voix, presque un miaulement, tout doux à mes oreilles. Une voix de repentir. C’était donc à elle que je devais cela? Je regardais sa plaie, couinais pour lui faire comprendre que moi aussi j’étais désolée, même si c’était un des miens qui l’avait blessé elle, ça revenait au même.

Elle hochait doucement la tête et s’emparait du bout de la tige en bois, par les plumes.

« Serres les dents, je ferai au plus vite. »

Un rugissement de douleur m’échappait, je ne m’attendais pas à cela.. Je savais la plaie profonde mais pas autant.

Elle jetait l’objet maudit loin de nous et venait appuyer fortement sur la plaie, pour l’empêcher de saigner, faisant pression.

Là elle finissait par se blottir, contre moi, épuisée, ayant visiblement besoin de réconfort.

Je la laissais faire, reprenant mon souffle comme je pouvais, intriguée par son attitude et ayant besoin moi aussi, je dois l‘avouer, de me sentir rattachée à quelque chose ici bas. Ces êtres vivants là étaient donc réellement capables de sentiments?

Un sommeil profond nous gagnait l’une et l’autre, nos corps et nos esprits luttant pour leur survie, nos cœurs et nos respirations semblant s’accorder, comme dans un souffle d’éternité, dans une lueur de soleil mourant.




Je croyais que nous ne nous réveillerions plus, je me trompais. Une vague de chaleur étrange courrait dans ma fourrure, s’infiltrait en moi, semblait me faire un bien fou, j’entrouvrais les yeux, curieuse.

Il était penché sur moi, concentré, de ses mains jaillissait une lumière douce et chaude, presque envoûtante.

Il eut un mouvement de recul quand il vit que j’étais réveillée. Elle le rassurait de quelques mots dans leur langue et il continuait son travail. Elle était là, sa minuscule patte sur ma tête, me caressant le museau, elle semblait veiller à ce que tout aille bien, elle me regardait avec un air inquiet et tendre à la fois qui me réchauffait le cœur.

Il finissait de me soigner et je me redressais doucement, testant les capacités amoindries de mon corps.

Elle continuait à veiller.

Doucement, me disait elle, tu reviens de loin tu sais!

Elle semblait avoir du mal aussi à se mouvoir bien que son ventre fut recouvert d’une couche blanche et qu’elle eut été elle aussi soignée.

Il s’éloigna, les surveillant du coin de l’œil, désabusé. Il s’occupa des morts, des deux camps, les entassant en un immense tas avec du bois.

Elle me guidait près de l’eau, s’asseyait tout à côté de moi et nous nous reposions un long moment, nous regardant en coin.

Quelque chose d’étrange semblait s’être tissé entre nous, comme un lien inexplicable, intangible et pourtant bien réel.

Elle se mettait à me parler de façon naturelle et même si je ne comprenais pas tout, je ressentais les émotions dans sa voix, je les captais et réagissais sans même le vouloir.

« Azelith c’est comme ça qu’on m’appelle. J’ai pas de nom de famille, tu sais les gosses qui grandissent sans parents chez nous n’en ont pas sauf s’ils ne se font adopter un jour. J’aurais bien aimé me faire adopter mais les parents me trouvaient toujours trop quelconque, sans rien d’exceptionnel quoi…
J’ai fais tout ce que je pouvais pour apprendre, grandir, devenir quelqu’un de bien, d’intéressant.. J’ai appris surtout en regardant les autres tu sais… Mais ça n’a jamais suffit à ce qu’on m’aime ou même qu’on me regarde. »

Je posais ma tête sur sa main, pour la réconforter, elle me sourit, un peu surprise et visiblement très touchée.

« Je suis pas très fière finalement de tout ce que j’ai fais et j’espère faire mieux dans le futur que de protéger des nuls, de les escorter à gauche à droite pour un paye de misère. Je sais pas ce que sera demain mais j’espère que ça ira mieux… »

Je le sentais, derrière nous, il écoutait, sans bruit, l’air de rien et se retirait de la même façon, sans qu’elle ne le voit, avec un air septique…




Les mois ont passé, je suis restée avec Azelih, ma protégée. Elle est tout ce qu’il me reste en ce monde. Elle est mon clan, elle est mon double, mon âme sœur. Je suis sa famille, sa sœur, son ombre. D'ailleurs elle m'a rebaptisée: Brume. Je trouve ce petit nom charmant même si j'en ignore le sens...

Unthwé et elle se sont rapprochés, je crois même que la nuit dernière ils ont partagé la même couche.

Mais je n’ai pas à me plaindre loin de là. Les liens que j’ai tissé avec Azelith sont nettement différents de ce qui les unis et j’ai toujours ma place auprès d’elle, une place de choix. Entre elle et moi et sans que ça n’eut été besoin de le dire c’est désormais à la vie à la mort.

Personne ne touchera à elle dans l‘intention de lui nuire, pas tant que je vivrai. Les âmes pures sont rares dans ce monde. La sienne n’a pas de tâche, elle mérite ce que je lui donne.










Voilà donc mon Bg, pour le moment du moins, je ne suis pas très satisfaite de moi..

Je suis rouillée! Faut vraiment que je me remette à l'écriture...

En espérant que vous preniez quand même plaisir à le lire et qu'on établisse quand même bien le parallèle qu'il y a entre Brume et Azelith sur leurs origines et leurs manières d'être...
avatar
Azelith
Ouvrier
Ouvrier

Nombre de messages : 11
Age : 34
Localisation : lyon
Date d'inscription : 06/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Acceptée]Azelith Silcionel

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum