Le passé d'une Solfurie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le passé d'une Solfurie.

Message  Xzelia le Ven 11 Juin 2010 - 10:32

Prémices d'un long sommeil.

Ce ne fut pas la douleur de la gifle qui me réveilla, non, seulement le bruit assourdissant de la main qui entra en contact avec ma joue. Ouvrant les yeux, je vis mon geôlier. Un draeneï peu massif, pour un représentant de son espèce, se trouvait là, bras croisés, il parlait en utilisant un dialecte thalassien à la prononciation bâclée mais compréhensible. Sa curiosité l’emmena à m’interroger sur les raisons de la présence de notre petite escouade à l’intérieur même de la structure du satellite de l’œil de la tempête : l’Exodar.

La vérité, même si elle ne franchit pas mes lèvres, c’était que le fonctionnement des technologies présentent en ces lieux intéressaient énormément notre prince et ses alliés. Ainsi, le but de notre groupe infiltré était de repérer les faiblesses des défenses automatiques de l’œil et de ses satellites et de transmettre un rapport détaillé au reste des troupes solfuries.

Après quelques châtiments pas très en accord avec la philosophie Naa’ru, à savoir des contacts à sens unique à haute vélocité, de chaire contre chaire, traduction : j’en ai pris plein la figure. Enfin, Ils me laissèrent seule pendant une période indéterminée, aucun indice temporel ne pouvait aider à avoir la moindre notion du temps. Cherchant coute que coute à m’évader, je compris rapidement qu’aucun de mes sortilèges ne fonctionnaient, probablement à cause d’un poison qu’ils m’auraient inoculé lors de ma capture. Quand le sang séché sur mon visage commença à s’effriter de lui-même à chacune des grimaces qui résultaient de mes efforts alors que je tirai de toutes mes forces sur mes entraves, la porte s’ouvrit.

Mon geôlier était de retour, il s’approcha mais cette fois il commit l’erreur de m’attraper par les épaules après avoir détaché mes entraves du mur. Puis avec un garde ils entreprirent de m’emmener en me tenant pas le bras pour une destination dont je soupçonnais être leur prison principale : l’Arcatraz. Ma peau commença sournoisement et sans aucune sensation pour le draneï à ponctionner ses forces. M’abreuvant discrètement de ses fluides mystiques, je retrouvais vigueur pendant que ma puissance, bien que faible pour le moment, me revenait peu à peu. Il me fit remonter un couloir, menant dans la partie supérieure de l’Exodar. Fréquemment nous rencontrions quelques gardes et golem que nous n’avions pas réussit à tuer ou neutraliser. Continuant de me nourrir de l’essence du Draeneï, j’attendais le moindre signe de faiblesse ou de fatigue de sa part. Au détour d’un nouveau couloir complètement dégagé de toutes présences hostiles j’expulsai alors une déflagration d’énergie sombre envoyant au sol les deux draeneï. Portant mes mains sur la gorge du second garde j’entrepris de l’étrangler tout en aspirant ses forces, sa vie, et pourquoi pas avec un peu de chance, son âme. Le draeneï qui me tenait le bras quelques secondes auparavant se releva désorienté par le choc de la déflagration et la fatigue engendrée par ses forces qui l’avait quitté. Je le recouvris d’un voile mortel qui acheva ce dernier dans un faible cri de terreur. Alors que les chaires de la gorge du gardien se flétrissaient puis se craquèrent entre mes doigts, mes propres plaies se refermèrent la vie disparaissant peu à peu de ma victime essayant en ultime recourt de se débattre. Un sourire sadique sur mes lèvres, un frisson parcourant mon échine, et dans un dernier souffle de la créature, un cristal couleur améthyste se matérialisa dans la paume de ma main. Broyant le fragment de son âme je me servis de la puissance résultante pour détruire les entraves qui maintenaient mes poignets attachés. L’alerte n’allait pas tarder à être donné, le temps et le lieu où je me trouvais jouaient contre moi, une patrouille finirait par passer dans cette section.

Courir plus vite ! Facile à dire, mais dans la pratique ça l’est beaucoup moins, à bout de souffle je tourne au niveau d’un embranchement et me retrouve nez à nez avec tout une patrouille de chevaliers à la peau bleue revêtue d’armures. Je tends la main qui laisse échapper une gerbe de flamme noire plus pour distraire que pour blesser les créatures qui brandissent déjà leur bouclier pour se protéger.
Toujours talonnée par mes poursuivants je rebrousse chemin pour m’engouffrer dans un autre couloir qui débouche sur une sorte de mezzanine surplombant une sorte de hall… le même hall où l’on a été capturée mon escouade et moi. Espérant que l’histoire ne se reproduise pas je saute par-dessus le muret et atterrit du mieux possible quelques mètres plus bas. Je longe le mur du hall tout en repérant le tunnel d’accès par lequel nous étions arrivés. Une fois à l’intérieur j’entends les bruits de pas non loin de moi ainsi que des cris signalant ma présence. Sans me retourner je déchaine d’un vif geste de la main une furie de l’ombre pour projeter mes adversaires au sol. Courant malgré mes points de côté j’aperçois le dernier rempart vers la liberté, une des portes d’accès. De l’autre côté un éclaireur doit guetter sur un faucon dragon aprivoisé et éventuellement venir chercher toute personne ayant des informations concernant la mission. J’ouvre la porte sort sur la passerelle extérieur et lance en désespoir de cause des projectiles incandescent dans ce qu’on pourrait appeler le « ciel »pour attirer l’attention de l’éclaireur. Attiré par un mouvement sur ma gauche, je fais volte face, Un draeneï armé d’un fusil se tient debout, il reste là relevant le canon de son fusil pour le diriger en l’air, je sens ma jambe fléchir, je regarde ma cuisse, une fléchette hypodermique y est plantée, ma vision se brouille, je tombe à terre, lutte contre le poison se répandant dans mon sang, ma vue décline, mes oreilles sifflent, ma tête me fait mal, j’aperçois une silhouette floue dans les airs, il fait noir, je sens qu’on me traine à nouveau dans l’installation cristalline, j’entends un dernier sifflement suivit d’un déclique, il fait froid…


Dernière édition par Xzelia le Ven 3 Sep 2010 - 11:57, édité 1 fois
avatar
Xzelia
Ranger
Ranger

Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le passé d'une Solfurie.

Message  Aglaë le Dim 13 Juin 2010 - 9:52

Très sympa!
avatar
Aglaë
Brisesort
Brisesort

Nombre de messages : 142
Age : 34
Date d'inscription : 15/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le passé d'une Solfurie.

Message  Xzelia le Dim 22 Juil 2012 - 15:32

(HRP : Ca fait maintenant 7 mois que j'ai arrêté WoW, je pensais reprendre mais en l'état actuel des choses je ne pense pas renouveler l'aventure (mais sait-on jamais). Afin de ne pas laisser mon perso disparaitre dans un flou uniquement HRP je lache un dernier texte concernant mon personnage préféré parmis ceux que j'ai créé sur ce jeu.)




Départ

Ils étaient tous là au sommet du ravin des tranchantes, trois femmes à la tête d’un groupuscule de cultistes.
-« vous êtes certaine que c’est là ? »
Elisandre sous la capuche d’une robe fendue noir avec des dorures dessinant avec classes ses courbures elfique regarda Xzelia chaussée de ses cuissardes de cuir noir et d’une tenue légère sertissant sa taille et sa poitrine de façon provoquante écarta les pans de sa cape et abaissa sa capuche libérant une cascade soyeuse et bouclée de cheveux ébènes.
-« Certaine, la Dame vous a bien donné les détails du rituel ? »
Esquissant un sourire, Elisandre imita la sorcière et libéra sur ses épaules et entre ses omoplates des boucles blondes impeccablement coiffées.
-« Je dois dire que la luminosité des lieux ne fait que sublimer le teint de votre peau » s’enjoua la prêtresse qui comme à son habitude ne manquait jamais une occasion de lâcher une phrase pour complimenter, agacer ou déconcerter ses interlocuteurs, voir parfois, les trois à la fois.
Khalendra, vêtue d’une simple robe noir, d’une capuche et d’une cape ne laissait apparaître aucune partie de son corps mise à part le bas de son visage.
-« Les cultistes n’attendent que notre signal mesdames ».

Elisandre demanda à Khalendra de répartir les différents membres du culte alors que Xzelia repensait à la façon dont ils en étaient arrivé là. Aela, son départ pour Dalaran afin de trouver un moyen de la contrer, et enfin… la découverte de cette menace.

Abandonnant les Fils de Quel’thalas, Lune d’Argent et son peuple, Xzelia inspecta la vallée et estima l’armée de démons en contrebas. Un portail nouvellement réanimé pulsait d’une sombre énergie chaotique.

L’attaque éclair qui s’en suivit ne laissa que quelques corps inerte de cultistes trop faible, du sang et des cadavres de démons. Elisandre et Khalendra activèrent le portail alors que Xzelia ordonna aux restes du culte de s’approcher et de franchir l’horizon des évènements un à un ils furent aspiré. Khalendra les suivit, Elisandre prit la main de Xzelia.

-« Venez ma chère quelque chose de plus grand nous attend »
-« je sais » acquiesça-t’elle dans un murmure alors qu’elle regardait avec regret derrière elle.

Se rapprochant du portail Xzelia posa une ultime question avant le voyage

-« A votre avis notre geste sera prit pour de la désertion ? de la lâcheté ? ou ignoré ? »
-« Tout dépendra de l’issue de notre voyage ».

Elles disparurent dans les méandres du portail qui se désactiva quelques minutes plus tard.

avatar
Xzelia
Ranger
Ranger

Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 25/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le passé d'une Solfurie.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum