[Récit d'une vie] Savoirs et sentiments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Récit d'une vie] Savoirs et sentiments.

Message  Donaveen le Ven 16 Déc 2005 - 22:18

L'homme agé avança en direction d'une grande porte ornée de lières. Elle était si grande et si belle se disait-il, recouverte ainsi de gravures quasi intactes aux courbures si finement réalisées. Malgré leur âge conséquent, elles laissèrent paraître en quelques instants le passé jadis si florissant et si merveilleux de cet endroit où l'imposante porte faisait figure de décor. A ce moment là, un rayon de lumière alla à la rencontre de ce passé pour l'illuminer de nouveau et faire ainsi ressortir ce qui y restait caché depuis longtemps. Donaveen leva alors faiblement la tête en direction du ciel à demi étoilé. Le soleil laissait encore ses quelques rayons trainer quelques instants au dessus de la vaste arêne accompagnant encore un peu les quelques pas du viel homme en robe, de ses griffes lumineuses et invisibles.

Tout autour de lui, entre les crépitements des feux alentours qui devenaient au fûr et à mesure les uniques sources de lumière et les discutions sauvages dans une langue guturale qu'il ne desirait guère connaître, Donaveen recentait malgré tout en lui le calme et la cérénité à l'approche de l'étrange porte. Une étrange pensée enivrante l'envahit à l'idée de ce qui l'attendait. Ce si grand désir le sumergea, autre fois latent. Quel sentiment appaisant et vivifiant. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus connu cela. Un plaisir simple qui peut transformer la plus grande des brutes en la plus calme des espèces présentes. Donaveen ralentit le pas puis stoppa sa marche si déterminée il y a de cela quelques minutes. Prenant ainsi une pose, il jeta un regard scrutateur tout autour de lui. Aucune menace à portée pensa-t-il alors. Sans savoir pourquoi, il regarda en direction du sol et de ses pieds. Sa robe accusait du voyage qu'il avait fait pour venir jusqu'ici. Malgré les fins ornements en or et du tissu bleu azur dont la robe était principalement faite, Donaveen fit une grimace en voyant ses bas remplis d'une boue crasse. La pluie n'avait fait que remuer la terre et les détritus qui y residaient. Visiblement cela ne lui plaisait que peu, habitué à un habillement impecable, digne parfois, de quelques seigneurs et hauts dignitaires de la grande Alliance. Donaveen se complaisait à s'habiller richement et d'une façon irreprochable, même à son âge. Une autre pensée le traversa. Cela faisait longtemps qu'il errait sur ces terres. Peut-être des réponses à ses questions étaient derrière cette porte mystique. La peur de l'inconnu était aussi force de résolution. S'il brave cette peur, rien ne l'arrêtera.

De façon simple et rapide, il s'assit sur l'herbe douce et fraîche. Un léger vent vint se glisser parmit ses cheveux blancs, les faisant ainsi danser dans le calme relatif du moment. Le regard vague, il sortit d'un léger rêve sans consistance pour tirer une petite sacoche de son sac. A peine un contour de main, l'objet en cuir tanné était plutôt bien réalisé. Le travail n'était ni grossier ni d'excellente qualité : il remplissait très bien son travail de sac. Donaveen y plongea sa main pour y extraire un clé argentée, cette fois-ci de très bonne facture. Sa date de création remontait à quelques millénaires et pourtant, le temps ne l'avaient pas endommagé comme si cette clé et cette porte était hors du temps, tout deux intemporels. Toutes ces idées boullionaient même dans leur conception des plus primitives. L'adrenaline commença à affluer et son coeur commença à battre la chamade alors qu'il se relevait et ramassait son sac. Se degageant de sa cape souple aux sombres teintes, il saisit d'une main sa dague de corail, celle gauche pour prendre pleinement la clé de l'autre main.

Plus que quelques mètres et il y serait. Puis il ne lui resta que cinq mètres... trois mètres .... et enfin le dernier mètre. Il y était enfin! Il jeta un dernier regard en direction du haut de la porte comme si il voulait tout étudier dans sa globalité une dernière fois, comme si les derniers instants de sa vie étaient constitués de ce monument. D'un geste précis, il enfonça la clé puis attendit quelques instants ... rien. Rassuré que le ciel ne lui tombe pas sur la tête, ni que les autoctones du coin ne lui rendent pas visite, il tourna la clé et dans un effort qui lui sembla surhumain, il poussa la porte qui avec chance, s'ouvrit. Pas de fracas, pas de crissements, elle s'ouvrit tout simplement, comme si on ouvrait la porte en bois taillé d'une des chambres de l'Auberge Dorée. Il faisait si sombre et pourtant, quelques instants plus tard, Donaveen distingua le dalage qui continuait dans les ténèbres, avec le même motif que sur la porte, simple et attirant.

Prenant son courage à deux mains, il avança dans la nuit avec une determination sans précédent. Que la Sainte Lumière m'éclaire dans cet endroit banni de ses biens faits murmura-t-il tandis qu'il marchait dans le couloir en direction de son futur. Après moins d'une minute de marche à une faible cadence, il entendit faiblement mais surement des pas et des murmures loin devant lui. Puis, à l'endroit où le couloir semble-t-il se courbait, la luminosité s'y faisait légèrement croissante, au point où il pu avancer enfin sans tâtonner aux murs pour se repérer. Alors qu'il tournait, la lumière se fit de plus en plus grande, au point que, lorque la lumière bannit les ténèbres, il ecarquilla les yeux.

Il y était, depuis tout ce temps.

Bientôt la suite. ( avec les fautes en moins)
avatar
Donaveen
Ranger-officier
Ranger-officier

Nombre de messages : 263
Date d'inscription : 15/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum