Lictos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lictos

Message  Pintus le Jeu 16 Oct 2008 - 15:44

Ce fut dans une chaumière, tout ce qu'il y as de plus modeste, dans les terres rayonnantes du royaume de Lordaeron, que naquis d'une famille ordinaire le jeune Xavier de la famille Serpentel. Le jeune couple devenu parents en ce jour fut comblé de voir que le nouveau né était masculin de sexe.

Le petit vécu paisiblement sa période de nourrisson dans l'amour de ses parents qui aimait a le voir grandir et prendre peu à peu ses formes. Il grandit donc convenablement jusqu'a ses 5ans, l'âge auquel ses parents décidèrent de déménager vers la capitale, ayant entendu les rumeurs selon lesquelles des créatures a peaux vertes serait apparut, déciment la population.

Ne sachant pas si ces rumeurs été véridique, les parents ne préférèrent pas prendre de risques et prirent les dispositions qui leurs semblais appropriée. Les quelques mois qui suivirent furent paisibles, mais, une fois que Xavier eu atteint ses 7ans, la famille était au courant que les créatures a peau verte ravagée les terres et les humains s'y trouvant. Ayant entendu que Stormwind été tombée, les parents s'affolèrent comme la plupart des citoyens de la capitale.

Peu de temps après, la victoire de l'alliance fut annoncée et la fin de la guerre s’amorçais dans le royaume, mais les parents voulant la sécurité de leur enfant et de leur famille ne voulais pas rester dans le même royaume qui abrité les captifs de cette race de massacreurs.

C'est donc avec intelligence qu'ils prirent la route de Northrend, où ils s'établirent dans un village du coin. Les premiers mois furent difficiles a cause de la température mais ils préférèrent une région froide qu'une région qui abritais les tueurs de leurs pairs.

Quelques temps après, un soir, une lueur tomba du ciel et s'écrasa plus loin. Les humains résidents là ne se souciais de rien, quelques-uns allèrent sur les lieux, voir ce qu'il en été et en revinrent en disant qu'en tombant cette chose créa une structure curieuse mais sans dangers.

Xavier arriva a l'âge de 10ans, sa famille, nageant dans le bonheur et le froid, Xavier avais pris froid justement et sa mère avais décider d'aller faire un petit voyage sur Azeroth, son père resterais là pour travailler.
Le lendemain, Xavier et sa mère partirent donc pour Azeroth, histoire de montrer au petit plein de vie son lieu de sa naissance. Ils débarquèrent donc et alla visiter le royaume rapidement, sa mère montra leurs ancienne chaumière au petit ému de la voir.

Après une semaine de vacances la petite famille se rentra dans leur nouveau chez eux. Mais, a leur grande surprise, le village été dévasté et désert. Inquiets, ils voulurent aller voir le village voisin qui été dans le même état. Pris de panique les deux rebroussèrent chemin et remonta dans la barque, ils rentrèrent vers Azeroth, durant la traversée, la mère de Xavier se sentais mal, elle perdit connaissance après plusieurs heures de ramage. Xavier, apeuré pris le relais, laissant sa mère dormir. Il rama plusieurs heures durant, tellement longtemps pour lui qu'il finit par s'endormir de fatigue, la barque dérivait...

A son réveil, Xavier s'aperçut que sa mère sa cachais sous une couverture, intrigué il lui demanda ce qui n'allais pas, sa mère, prise de panique a l'écoute de son fils qui prouva son réveil par ces paroles, répondit, toujours cachée par l'épaisse fourrure, qu'elle voulais dormir, mais la voix de la mère n'étais pas ordinaire. Xavier décida de savoir ce qui n'allais pas et tira vivement sur la couverture pour surprendre sa mère et vit, avec un visage plein de cauchemar, le visage de celle qui l'avais mis au monde complètement décomposé, l'oeil droit coulais de son orbite, le fixant, les lèvres qui l'avais embrassée tant de fois était flasques et moisie, son bras gauche laissait apparaître son os parasité de chairs décharnée et pourrissantes. Xavier se recula instinctivement, pris d'un effroi inqualifiable, sa mère lui affirma qu'elle l'aimais mais qu'elle ne pouvais pas rester avec lui et elle se jeta dans l'eau, Xavier se pencha et regardais sa mère couler mais vit une boule remontée a la surface, intrigué il scruta la chose arrivé, il s'avéra que c'était l'oeil de sa mère dont la pupille le fixais, Xavier en perdit connaissance et tomba dans la barque.

L'enfant ouvrit les yeux, il étais dans un lit douillet à l'intérieur d'une chambre très modeste. Il se leva et se dirigea vers la porte, ses pas firent craquer le plancher et la porte s'ouvrit avant qu'il ne l’ait atteinte. Effrayé il se jeta sur le lit, se mit en boule sous la couette, une femme approcha et dit d'une voix claire et chaleureuse qu'elle ne lui voulait aucun mal. Xavier se sortit de sous la couette et regarda la dame, elle semblais avoir la trentaine, blonde, une alliance au doigt et un sourire gracieux fendant ses lèvres. Rassuré, Xavier ne le montra tout de même pas, la jeune femme lui tendit un plateau comportant un bol plein de lait et quelques tartines de pains beurrés, l'enfant ne dit mots et avala tout en un temps record. La femme, contente, lui dit qu'elle s’appelait Lisa Raget et lui annonça qu'il était dans le sud du royaume de Lordaeron. Elle lui demanda où étais ses parents et ce qu'il c'était passer, mais Xavier ne répondit pas.
Les mois passèrent, la famille d'accueil du jeune garçon s’occupait de lui comme d'un fils, Xavier demeurais muet mais vivais désormais avec ces gens très gentils avec lui. Les années passèrent et voilà qu'il eut atteint ses 18ans, il avait rencontrer une jeune fille de son âge et c'était marié avec, ils vivais dans une chaumière non loin de celle de la famille Raget, il n'avait pas parler depuis mais cela ne semblais gêner en rien la jeune fille du nom de Marianne. Xavier était devenu papa quelques mois plus tard et décida d'aller dans un autre village, d'avoir une maison plus grande, sa femme le suivit et sa petite fille aussi. L'amour régnais en maître dans leurs maison même si leurs voisin était plutôt distants et froids, mais cela n'importais que peu a Xavier qui comptais bien finir sa vie au côtés de sa femme et de sa petite.

Un funeste jour arriva, Xavier sortit de sa maison pour aller, comme a son habitude, abattre des arbres pour le compte de son patron, en sortant il remarqua un drôle de chaudron au centre du village, il ne s'en soucia pas, aigris, il ne voulais même pas savoir ce que c'était... Le soir il rentra chez lui et alla dormir aux côtés de sa femme. Le lendemain, à son réveil il se leva et prit son bol de lait. Intrigué par le fait que sa petite fille ne pleurais pas il alla la voir et constata avec effroi que la petite était morte, que son visage se déformais peu a peu, qu'elle pourrissais de l'intérieur, pris de panique il alla voir sa femme qui, elle aussi pourrissais, elle dormais profondément, il ne la réveilla pas, il s'écarta quand soudain il entendit le plancher craquer en provenance de la chambre de sa fille, il fit volte face et regarda sa petite fille de quelques jours marché en sa direction, boitant, la chair coulée de son être comme des plaques de terre séchée ayant mal adhérée, le père vit une larme coulais de son oeil droit, du coin de l'oeil il vit sa femme se redressée, en robe de nuit, elle faisais lentement le tour du lit, d'une démarche affreuse, son bras laissé voir qu'il été pleins de crevasses, a quelques endroits de sa peau résidais des pustules ensanglantés dont du pu coulais abondement, sa petite, pendant se temps étais venu le mordre a la jambe, ça ne lui faisais rien puisqu'elle n'avais pas encore de dents, sa femme s'approcha de lui et lui dit d'une voix sortant directement de sa cage thoracique:"Chérie, qu'est-ce qui m'arrive? Par la lumière! Je t'en supplie aide-moi"... Xavier avala sa salive, ses sourcils se froncèrent et il dit d'une voix rauque: "Ch..Chérie..." Il retira avec aisance sa jambe de l'emprise de sa gosse et la prit dans un bras, la gosse dont le visage ferais vomir quelques-uns des plus tenaces lui mordais l'oreille sans lui faire de mal puisque dénuée de dents, de son autre bras il venais empoigner le bassin de sa femme, tendrement pour la plaquée contre lui, mais quand il l'eu saisit, sa femme ne venu pas, seul un morceau de chair dont quelques asticots se nourrissais régissais dans sa main, sa femme s'approcha de lui et l'enlaça lui et leurs enfant, Xavier lâcha le morceau de chair visqueux et entoura sa femme. Le jeune père sentais ses yeux dégouliné de leurs orbites, il sentais ses entrailles se putréfiée, la chair de son être pourrir a petit feu et ses cheveux tomber par plaques, maintenus encore par son cuir chevelu. La petite de quelques jours parvint a arracher l'oreille de son père et la mâché a présent.
Soudain, Xavier ne parvenais plus a bouger comme il le voulais, il leva malgré lui une main au dessus de sa femme qui le regardais d'un air abattue, la main griffue venais s'abattre sur le visage de la jeune mourante, la faisant tombée a terre dans une flaques de sang, le nez décollé et les yeux crevés elle cherchais quelques chose a terre. Le père pourrissant dont les gestes étais guidés par un autre lâcha sa fille qui vint tomber sur le sol la tête la première dans une explosion de cervelle et de sang, il se retourna vers sa femme, se baissa et commença a la dévorée, arrachant de ses griffes des lambeaux de chair moisie qu'il apportais a sa bouche, les ruminais, il sentais bien que ces morceaux visqueux ne faisais qu'un bref passage dans son être.

Xavier se releva. Durant quelques temps il erra ainsi, massacrant des survivants a coups de griffes, de morsures, il répandais la maladie et participais a contaminer les terres sur lesquelles il se trouvais et tout ceux qui, comme lui, n'agissais que par la volonté d'un seul et unique être qui, apparemment, mettais leurs conscience en aparté.

Pintus
Villageois
Villageois

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 03/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lictos

Message  Pintus le Jeu 16 Oct 2008 - 15:44

Un jour, alors qu'il stagnais là, sans but précis puisque toute forme de vie, ou presque, avais étais détruite et pour quelques-unes, ingurjitè, il sentit soudain qu'il avais a nouveau le pouvoir faire ce que bon lui semblais. Il repris toute la conscience qu'il avais autrefois, il s'empressa de quitter ces terres, suivant un appel qui provenais d'un endroit bien précis, sans savoir tout a fait ce que c'était. Il se mit donc en route, sur cette route il croisa des humains qui arboraient un tabard blanc avec un symbole rouge et ils étaient vêtus de rouge, content de croiser des humains vivants, Xavier s'en approcha, mais une fois arriver a moins de 10mètres il se fit tirer dessus a l'aide de flèches, ne comprenant pas il se mit a parler et se surpris a parler dans un langage qu'il ne comprenais pas, ahuri il décida de fuir ces gens hostiles qui ne le suivirent pas. Sur sa route il vit aussi d'autres mort-vivants qui ne bougeais pas, horrifié il n'allais pas les voir et continua son chemin vers cet appel ô combien intrigant.

Sur le chemin dévasté qu'il suivais il vit une chose brillé a l'intérieur et décida de s'arrêter pour voir ce que c'était. Il s'avéra que c'était un miroir, désappointé et méfiant il hésita dans un premier temps mais sa curiosité le poussa a se regarder, il vit une chose plus horrible encore que tout ce qu'il avais pu voir, en se voyant dans la glace sales il vit un être répugnant, il comprit d'abord que ce qui lui procurais des petites sensations dans tout son corps n'étais pas de l'engourdissement mais des asticots qui avait élu domicile en lui, il vit ses joues mangée et rongée, ses dents n'était plus qu'abris pour vermines parasitaires, sa peau était trouée et manquantes par endroits, sa chair était dans un état de putréfaction immonde, ses yeux n'était plus que deux petits points brillant et jaunes, son nez n'était plus qu'une crevasse où régnais des insectes, ses doigts étais des os griffus tout comme ses pieds mais le pire qui surgit de cette glace était ses souvenirs de vivant, il revoyais sa femme, son enfant, sa mère... Il s'agenouilla devant ce qui était pour lui le symbole d'une revanche a prendre contre la vie, il emporta le miroir avec lui et plus il avançais vers cet appel, plus sa rage montais, plus son envie de détruire grandissais...

Cet appel le mena loin dans les contrée pestiférée de Tirisfal, il arriva en effet au Glas. L'appel était lancer par un mort-vivant, oui, mais un mort-vivant qui n'agissais pas comme les autres morts-vivants du coin, celui-ci lui dit qu'il s'appelais Mordo. Xavier, amusé et content a la fois de voir qu'il n'étais pas le seul dans ce cas appris de ce Mordo qu'un village de "non-morts" étais plus bas, il lui annonça même qu'il était attendu par une personne en particulier, effaré, Xavier alla voir cet "homme". Il se rendit donc dans le petit village du Glas, plus un hameaux qu'un village en fait. Arrivé las-bas il était étourdit de voir autant de personnes comme lui. Il était devant l'ancienne chapelle quand il entendu une voix horrifiante l'appeler: "Hola, le nouveau *ricanements* viens par ici...* Xavier, intriguer et un minimum irrité par cette façon d'appeler les gens s'approcha de l'homme qui lui dit qu'il s'appelais Maximillion. L'homme lui dit qu'il avais sentit son réveil lointain et qu'il avais capter ces intentions néfastes... Xavier esquissa un sourire en coin vicieux laissant paraître son envie de tuer. Maximillion sourit a la vue de ce rictus et annonça a Xavier qu'il avais toutes les conditions requises pour devenir un Démoniste, il lui expliqua plus en détail que le fait de devenir un démoniste puissant pourrais le mener aux devants de tuerie appréciables, ce qui plu énormément a Xavier. Maximillion annonça aussi qu'un surnom serais le bienvenue, pour débuter une carrière de tueur, rien de tel n'est mieux, et puis comme tu as fais un retour a zéro, c'est tout aussi intéressant lui murmura le morbide non-mort qui se tenais face a lui. Xavier acquiesça et dit directement "Lictos"... Intrigué par cette promptitude, Maximillion lui dit qu'un "Lictos le ..." serais encore mieux, mais, pour être sûr de valoir ce surnom, il fallais qu'il le mérite, mais il laissa Lictos, donc, choisir la suite de son nom avant. Lictos choisit donc de se nommer Lictos le mande peste, Lictos était content de sa trouvaille et respecta au mot près les consignes de ce qui était devenu son maître, maximillion. Lictos demanda donc ce qu'il devais faire pour mériter son nom, c'est alors que s'en suivit quelques années de formation, d'apprentissage de l'ombre, du savoir-faire dans la matière de prédilection de Lictos, a savoir, faire pourir ses cibles, provoquer des douleurs physiques a l'aide de la magie...

Au cours de sa formation, Lictos suivit plusieurs maîtres, c'est grâce a cela qu'il parcourut tout le royaume et rencontras divers et variés ennemis dans tout les continents. Lictos apprit aussi que les "réprouvés" donc ce qu'il était devenu faisais partit de la "horde" qui comprenais les Trolls, les Taurens, les elfes de sang et les orcs... Et que les ennemis de cette horde étais l'alliance, qui comprenais les humains, les nains, les elfes et les gnomes. Lictos eut un moment d'hésitation, il se demandais pourquoi il devais combattre ceux auxquels il appartenus avant de mourir, son maître actuel lui répondit tout simplement: "Car, s'ils te voillent, ils essayeront de te tuer..." Lictos eut la confirmation quelques jours plus tard lorsqu'il croisa une escouade d'allianceux... Au cours de son apprentissage donc il eut mainte et maintes fois le temps de parler avec des orcs, au début, il ne savais pas s'exprimer en orc, il ne savais parler une langue qu'il ne comprenais même pas, c'est pourquoi il se mit a étudier le bas-parler, pour comprendre ce qu'il disais, et dans un second temps il appris a parler l'orc, dans un soucis de compréhension car il comprit bien vite que c'était la langue qui régissais dans la horde.

Une fois sa formation de démoniste accomplie, il s'adonna a la destruction par le pourrissement du personnel de l'alliance. Sa soif de vengeance semblais sans fin, il c'était rendu dans les hautebrande, où il expérimentais ses maléfices et autres maladies qu'il avais appris lors de sa formation. Puis il se mit en quête de personnes qu'il aurait détesté par le passé. Puis, quelques années plus tard, un bon millier de mort aussi, cela le lassa et la sagesse venu dans son esprit. Il détestait l'état dans lequel il était, il se demandais pourquoi ferais t'il aux autres ce qu'il n'as pas aimer qu'on lui fasse, pourquoi être plus idiot que son prochain? Il se fixa une règle d'or, une règle à ne jamais plus enfreindre, il ne tuera plus des personnes innocentes. C'est pourquoi il prit le partit de ne plus se lié au gens de l'apothicarium, bien qu'il comprenais leurs motivation, lui avais choisit une voie plus calme. Il ne s'interdit tout de même pas de tuer des écarlates ou des allianceux trop téméraires, même il les tuerais avec le plaisir. Un jour, alors qu'il croisa un nouvel arrivant, il lui dit: "Toi, toi qui arrive parmis nous, je sens en toi le désir de tout pourrir, de tout saccager, de tous les envoyer au même stade que toi..." L'arrivant acquiesça, ragaillardit par ces paroles funestes, Lictos le regardais, humble, compatissant et dit d'une voix horrifiante: "Sache bien que tous ce que tu tuera, seront comme toi et moi... Est-tu certains que cela est le mieux? Pense bien a ta période en tant que vivant et réfléchis aux conséquences de tes actes." Le nouveaux fut choqué et alla voir maximillion a son tour.

Lictos vagabondais dorénavant, son loisirs était toujours de faire pourrir son prochain qui voulais ses os, mais plus des innocents sans histoires ou presque, il n'en voulais plus a ceux qui vivais encore et même ne leurs envié plus la vie, il c'était résolu a une existence fade, ponctuée de nouvelles rencontres et de batailles moisissantes qu'il affectionnais tant, ce n'était pas parce qu'il ne voulais plus tuer d'innocent que son pouvoir le gênais, au contraire il adorais son savoir-faire et c'est ce qui le retenu d'aller parler a Maximillion entre quatre orbites.

La nostalgie le prend souvent, c'est alors qu'il se met a écrire le récit de sa vie dans un mémoire qu'il garde toujours sur lui, il le garde dans sa grande sacoche de voyage qu'il ne quitte jamais, ce livre est avec les âmes qu'il enferme dans des fragments de cristal, ces âme sont là pour lui rappeler qu'il ne dois tuer que ceux qui attentent a sa vie, il possède aussi quelques âmes qu'il avais pris lors de folie meurtrière, en tant que vestiges d'un passé révolu, d'une résolution tardive d'actes barbares et sanguinaires sans but fondés, l'expression d'un sentiment de révolte qui finit par se voir comme de la bêtise avec le recul.

Pintus
Villageois
Villageois

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 03/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum