La légende de l'Epée d'Ishara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La légende de l'Epée d'Ishara

Message  psychee le Ven 7 Oct 2005 - 8:26

Loin, un vieux fou, entouré de quelques badauds, achève de conter une histoire... Il ne rêve en fin de compte qu'à quelques piècettes. Il a raconté cette histoire dans les vieilles auberges de Stormwind, dans les bouges d'Ironforge, et cette fois, il la raconte à ces paysans et voyageurs de Goldshire. Son regard ne brille plus, que pour ces pièces, symbole d'un peu de pain, et de son vin qui reste son dernier plaisir à cette vie qui le déteste.
Mais il a conté cela mille fois, et il sait si bien le faire...
Ainsi, il termine son récit. Ils pousseront des soupirs, leur esprit rêvera à des légendes perdues... Et il aura son écot.

"Lors d'un temps très ancien qui remonte à plusieurs millénaires, il est dit que la prêtresse d'Elune, Ishara, qui vivait auprès de son peuple, dans la lointaine Kalimdor, et à l'abri des regards des autres races, fut éprise d'amour pour un Haut Elfe. A cette époque, la cission entre l'ancien peuple des Kaldorei et le nouveau peuple des Quel'dorei était consommée depuis des siècles. Mais cet amour était bien plus ancien encore. Par la voie des oracles et la magie, Ishara était restée en contact avec son aimé, Kerinos, et malgré le fait que les Elfes de la nuit avait cessé de vieillir, malgré les siècles de séparation, malgré la distance qui les séparait et les innombrables différences culturelles qui se creusaient à travers les âges, ils avaient continué à s'aimer. Jusqu'au jour où, n'y tenant plus, dévorée par l'ennui de la vie éternelle, Ishara ne put se retenir de quitter les siens, de franchir les limites d'Ashenvale, et d'entamer la traversée de l'océan qui séparait les deux continents.

Hélas, son périple prit fin mystérieusement. Plus aucune nouvelle ne parvint à Kerinos, qui, informé du désir de son aimée à le rejoindre, l'attendait vainement. Très inquiet à son sujet, il quitta la glorieuse Silvermoon, et partit à sa recherche dans les confins maritimes du Maelstrom. Il s'y rendit seul, armé de son épée, une arme antique qu'une magie ancienne avait forgée. On raconte même que cette épée unique qu'il avait en sa possession avait été impregnée par les énergies du Puits d'Eternité, bien avant sa destruction. Nul ne sait comment il était devenu le propriétaire de cette arme, d'aucun s'imaginant que Kerinos lui-même l'avait fabriqué. D'étranges symboles parcouraient sa lame, et Kerinos avait passé une grande partie de sa vie à en comprendre l'usage ou à les faire.

Le frèle esquif de Kerinos aborda les iles situées au sud du Maelstrom, où, dit-on, reposent les ruines anciennes des grandes cités Kaldorei voisines de Zin'Azshari, la mythique capitale de la reine Azshara. Et là, miraculeusement, il découvrit l'épave récente d'un navire elfique. Cette contrée était infestée de Murlock, mais envahie, également, par une mystérieuse race que nul n'avait rencontré à ce jour, les Nagas. Kerinos dut se battre pour progresser, usant de son épée magique aux propriétés fabuleuses. Cette épée volait la vie qu'elle otait à ses victimes pour donner force et puissance à son porteur, une épée vampire. Kerinos savait que chaque fois qu'il en faisait usage, son âme se noircissait un peu plus, dévorée par l'accoutumance, corrompue par le désir un peu plus pressant de voler encore plus de vie. Un acte répugnant et pourtant devenu naturel, tant les danger qu'il affrontait étaient grands. Car il ne faisait aucun doute que les Nagas avait capturé sa douce Ishara et il était prêt à tout pour la secourir.

Il massacra tous les Nagas de la cité, un à un, civils ou soldats, pauvres ou nobles, pour Kerinos, ces monstres se ressemblaient tous. Sa bataille aurait pu être contée de bravoure et de prouesse, si elle n'avait été entâchée par le moyen dont il usait. Et lorsqu'il s'enfonça dans les geoles, réduisant au silence les gardiens reptiliens, il découvrit enfin l'objet de ses recherches. Libérée de ses chaines, Ishara pleura de joie en voyant Kerinos. Elle se jeta dans ses bras. Mais à cet instant précis, le désir de l'épée surpassa la volonté affaiblie de Kerinos. L'arme s'interposa entre lui et Ishara qui s'empala dessus. Réagissant avant que l'épée de vole la vie de son aimée, Kerinos retira la lame de son corps et la jeta au loin. Mais il était trop tard. Ishara était mourrante. Dans ses yeux desquels la vie s'éteignait lentement, se lisait l'incompréhension, un sentiment de trahison qui rendit Kerinos fou de douleur, incapable d'expliquer ce qu'il avait fait, incapable de prononcer le moindre mot. Il n'eut qu'un ultime éclair de lucidité pour décider ce que qu'il avait à faire. Il ne pouvait continuer à vivre en ayant tué son aimée de la sorte, dominé par la magie qu'il avait créé, il ne pouvait vivre avec le souvenir de cette expression terrible qu'il lisait sur le visage d'Ishara. Il alla ramasser l'épée et avec prudence, la plaça dans les mains d'Ishara. Lui tenant fermement les mains déjà glacée par le souffle de la mort sur la garde, il se l'enfonça dans l'abdomen jusqu'à ce qu'elle le transperce et qu'il puisse s'approcher assez de son aimée pour, dans un dernier souffle, alors que la magie de l'arme volait sa vie pour la donner à son amour, il puisse lui dire : "ce n'est pas ma vie, mais mon amour que cette épée me vole pour te le donner. Tu vivras avec lui éternellement. Je t'aime".

Et nulle trace de corruption ne vint assombrir le coeur d'Ishara, car seul l'amour avait été déversé en elle par ce geste. Elle comprit dès ce moment, tout ce que cette épée avait fait de mal, et pleura abondamment sur le corps de Kerinos, seule dans cette cité abandonnée par la vie. Lorsqu'elle n'eut plus de larme à verser, vidée, affaiblie, sans jamais désserer son étreinte de la garde de cette arme maudite, elle quitta sa prison, comme un fantôme. Elle erra sur l'île et découvrit l'embarcation de Kerinos. Mécaniquement, elle affrêta le voilier, et s'éloigna des côtes. Quand elle eut pris assez de distance, elle pria Elune. Elle la pria de pardonner à Kerinos toute ses fautes, elle la pria d'accorder à son âme la paix éternelle, car il était mort par amour. On raconte alors qu'Elune parla à sa fidèle et accomplit ses désirs, mais elle y mit une condition. La prêtresse accepta sans discuter. Elune dit alors : "Kerinos sera en paix et son âme et la tienne rejoindront mon firmament. Mais d'ici à ce que ta vie s'achève, tu porteras et garderas cette arme, un symbole et un fardeau, un enseignement pour les générations futures." Puis l'île au lointain s'enfonça dans les flots, provoquant une immense vague qui emporta Ishara vers les côtes de Strangleronce à une vitesse époustouflante.

Elle y parvint plus morte que vive, affamée et perdue. On raconte qu'elle rencontra des trolls dans ces dangereuses jungles, et d'autres dangers mortels. Mais elle survécut, grâce aux pouvoirs que lui accordait Elune, et jamais elle n'utilisa l'épée. Elle traversa de nombreuses contrée qui avait oublié l'existence des Elfes de la nuit et elle dut masquer sa nature pour susciter trop d'interrogation. Au terme d'un périple qui dura plusieurs années, elle parvint jusqu'à Quel'Thalas. Elle fut assez mal accueillie, mais apportait des nouvelles de Kerinos et de sa mort tragique. Porteuse de l'amour que lui vouait le Haut-Elfe, Ishara réclama asile auprès de ceux qui le connaissait. Avec difficulté, elle s'intégra à la société des Quel'Dorei, unique prêtresse d'Elune en leur sein.
avatar
psychee
Epeiste
Epeiste

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  psychee le Ven 7 Oct 2005 - 8:26

es siècles passèrent et les générations de Haut-elfe se succédèrent devant l'immortalité d'Ishara. Elle continuait à servir avec ferveur la déesse et à porter en elle l'amour indéflectible de Kerinos. Quant à l'épée, nul ne vint jamais l'interroger à son sujet. Elle se garda de succomber aux charmes de nombreux prétendants. Cependant, même le temps peut user la détermination et le coeur des immortels. Un jour, elle rencontra Lokmariek, un Haut-Elfe magicien qui tomba éperdument amoureux d'elle. Elle ne céda pas immédiatement à ses charmes, mais elle sentait dans son coeur une véritable attirance. Au terme d'un siècle d'effort, Lokmariek fut récompensé de ce fidèle engouement, Ishara lui ouvrant son coeur. Elle avait tant vécue de souffrance et de dévouement qu'elle demanda pardon à Elune et à l'esprit de Kerinos de ne pouvoir attendre la fin de sa vie pour être heureuse. Elle et Lokmariek se marièrent et consommèrent cette union. Dans cet acte, la distance qui séparait Ishara de Nordrassil, et l'abandon de son amour éternel provoqua un changement irréversible chez Ishara : elle devint mortelle.

Ishara et Lokmariek donnèrent naissance à une fille, Vilasha. Celle-ci fut élévée dans le respect des deux traditions, Kaldorei et Quel'dorei. Cependant, les Haut-Elfes avaient beaucoup changé et cette naissance porta un coup sévère à leurs coutume. Plutôt que d'accepter cette métisse, ils convinrent de la bannir. Ishara et Lokmariek quittèrent donc Quel'Thalas avec leur fille. Ils firent en sorte de disparaître et s'installèrent à l'écart de toute civilisation. Ils purent éléver Vilasha sereinement. Mais il advint que malgré sa mortalité, il restait bien plus de temps à vivre à Ishara et Lokmariek mourrut de vieillesse, laissant la mère et la fille seules dans cette contrée perdue, quelque part dans les plateaux d'Arathi.

Les années passèrent et Vilasha voulut explorer le monde, découvrir ses racines, ce que sa mère lui interdisait formellement. Finalement, Vilasha, plus que tout désireuse de voir Quel'Thalas et Ashenvale, s'enfuit de la maison. Ishara était vieille alors et avait compris la leçon d'Elune. Son amour perdu pour Kerinos revenait la hanter et de cauchemar en cauchemar, elle savait qu'elle avait déjà signé sa condamnation. Abandonnée par sa fille, elle dépérit, seule et mourrut à son tour de vieillesse. Son corps reposa là, dans son lit de mort et l'épée demeura dans un coin de la maison.

Un explorateur nain découvrit la maison des années plus tard et emporta l'épée, dit-on. On raconte que Vilasha serait finalement revenue de ses prérégrinations. Elle avait visité Quel'Thalas et les Royaumes de l'Est. Kalimdor et Hyjal, mais nulle part ne s'était sentie chez elle. Elle fut triste de découvrir que sa mère était morte et se le reprochait. Et surtout, elle ne retrouva pas l'épée que gardait religieusement Ishara. Elle partit alors à la recherche de cet objet précieux, sans avoir jamais su son origine et sa nature, sa mère n'ayant jamais eu l'occasion de le lui dire

Nul ne sait ce qu'il advint de l'épée et de Vilasha. On prétend qu'elle retrouva l'épée et la garda. Peut-être eut-elle des enfants avec des humains. Parfois on entend la rumeur d'une femme étrange, ni vraiment humaine, ni vraiment elfe qui erre dans la campagne avec une épée enveloppée dans du tissu, sur la garde apparente de laquelle transparaissent les signes d'un ouvrage antique et étranger. Les Orcs sont venus, les guerres se sont succédées. La Légion est venue, et tant de choses on changées. Mais toujours cette rumeur persiste et se déplace de lieu en lieu. L'épée d'Ishara ainsi que l'amour et la malédiction qu'elle porte en elle demeure."

Le vieil homme souffla, et reprit:

"L'épée aurait été forgée avec le métal de l'une des trois premières dagues sacrificielles qu'aient crée les Quel'Dorei. Kerinos, versé dans tout les arts de la magie quand les hommes eux-même en savaient pas encore écrire, voulut garder les pouvoirs de la dague dans une lame qui le protégerait. On dit que le porteur de l'épée vole la vie de ses victime. Que pour chaque année volée à un être sacrifiée ou tué, il gagne une journée de vie. Quand il se bat, tant que l'épée tranche la chaire et boit le sang, nul ne peut le vaincre, l'épée rend à son Maitre la vie qu'elle prend à ses victimes.
Mais le prix en est que les forces démoniaques qui gisent dans la lame en furent nourries elle-aussi. Une âme démoniaque bout dans la lame, et si elle était libre, accomplirait de terribles choses. Un démoniste sachant les rites et les mots en gagnerait un grand pouvoir.
Et l'épée a aussi pris en elle les espoirs et les peines de ses victimes, elle a avalé l'amour immense d'Ishara et de Kerinos. Entre les mains d'une personne aux bonnes intentions, elle pourrait faire des miracles.
Mais, dans les deux cas, il faut le sang des descendants d'Ishara et Kerinos, il faut le sang de la famille Thel'Darsyl.
L'épée les suit toujours, depuis la nuit des temps. On ne peut s'en défaire, et personne n'a osé la briser, ca elle est liée à ce sang, et le tuerait immédiatement. Sans le sang de celle qui la porte, pas de pouvoirs ou de miracles. Et si il n'y avait plus de porteuse, l'épée deviendrait un bout de métal inerte, son pouvoir à jamais enfermé dans l'acier sans jamais plus en sortir."

Le vieil homme attendit qu'on lui serve encore un verre, il en avait encore à dire...

"... L’épée-vampire forgée par Kerinos a été trempée dans le sang, la sève, l’eau sacrée et la lave maudite. Sans le sacrifice d’Ishara, il eut été dévoré, et serait devenu servant de la lame elle-même.

Les descendants de Vilasha ne surent jamais lire les mots gravés sur l’acier, emportés avec la peine de sa mère. Mais quand la lame fut prise par Néomus Hartnung, celui-ci trouva un homme à lire ces caractères maudits.
Ils disaient : « Le Sang des Thel Darsyl, dans le Cercle, à Jamais. »

La langue en était celle des démons eux-mêmes. Et le nom de Thel Darsyl, un nom encore plus impur que la langue prononcée. Ainsi était le nom des ancêtres de Kerinos, ainsi était le nom des forgeurs de la première lame qui donna à l’épée sa soif de sang et de vie. L’épée est un écrin pour un acier qui fut coulé dans les plus démoniaques des terres de la création.

Seul un amour pur, celui d’Ishara, et celui de Kerinos en retour, mirent fin à la voracité de l’épée. Mais elle vit toujours, attachée au sang des Thel Darsyl, à jamais.

Depuis la nuit des temps, une femme, jamais humaine, jamais elfe, est vue, portant une épée cachée par des linges, voyageant seule, loin de tous les foyers et de tous les cœurs.

Depuis la nuit des temps, la Lame d’Ishara est son fardeau.

Et à l’épée est lié le sang. Que l’on prenne l’épée, que l’on prenne le sang, et l’horreur assoiffée qui gît dans la lame sera libre, et à celui qui connaîtra les mots, elle révélera les mystères de la toute-puissance, elle fera de lui un dieu parmi les mortels. Et à celui qui ne connaîtra pas les mots, elle offrira mille enfers.

Mais on dit que la lame trempée dans le sang d’un amour pur a été bénie, et le sera si c’est d’un geste d’amour qu’elle est encore une fois gorgée du sang d’un Thel Darsyl.

Alors, la lame deviendra une arme de lumière et de paix, le mal vaincu et réduit par l’amour, et elle sera employé pour le défendre.

Mais…

… Tout ceci ne sont que des mythes, des songes, des légendes, des choses folles racontées par des mystiques nourris de folies, de rêves, et de drogues douteuses, des ascètes voués à tout les démons, loin de la Lumière et de sa clarté.

Mais si cela était vrai, même si c’en était qu’une once, qui ne voudrait pas trouver l’épée, et sa porteuse, ni elfe, ni humaine, et le sang qu’elle garde en elle ?..."


Le vieillard changea de version, par la suite...
Il ne raconta plus la fin de son histoire, il ne parla plus que de la légende elle-même, et ne parla plus de la femme qui errait suir le monde avec l''épée. Il ne parla plus de cette phrase sur la lame, ni de démons, ni de sang.
Il ne la raconta pas longtemps... Il était de plus en plus ivre, de plus en plus ravagé, il dépensa des fortunes dans dans gnôles, toujours plus, et emergeait de moins en moins souvent...
Et un jour, il ne revint plus raconter son histoire dans l'auberge de Goldshire, il fut retrouvé étouffé, dans une ruelle, comme on retrouve toutes les épaves tués par le temps, le desespoir, et l'alcool...
avatar
psychee
Epeiste
Epeiste

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  Kanzer Mav le Ven 7 Oct 2005 - 20:02

[HS] Merci d'être passée sur notre forum, j'espère que tu vas y restez et que mes compagnons de Rôle vont lire tes récits et parcourir ton site avec plaisir Wink [HS]
avatar
Kanzer Mav
Chevalier de Sang
Chevalier de Sang

Nombre de messages : 332
Localisation : Coupe du saucisson
Date d'inscription : 12/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  psychee le Sam 8 Oct 2005 - 15:30

(ce sera une joie, je diffuse vcp ces récits, dont on retrouve une partie sur mon forum (voire ma signature) et qui constituent en fait les listes et le fond de l'intrigue de la Légende elle-même: a propos, heureuse d'avoir vu kanzer, et Clemanas, hier!!! Même si vous n'avez pas rassuré nausicaâ, bien sûr:))
avatar
psychee
Epeiste
Epeiste

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  Clemanas le Sam 8 Oct 2005 - 16:09

(Goutu , les elfes :p

Bon bah , la même chose que Kanzer , merci d'être passée :p)
avatar
Clemanas
Noble
Noble

Nombre de messages : 676
Localisation : Loin de ses terres
Date d'inscription : 13/02/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  psychee le Sam 8 Oct 2005 - 16:15

(a très vite pour faire un récit sur votre courte, mais riche visite, là, je suis le nez dans le site internet, pour changer...)
avatar
psychee
Epeiste
Epeiste

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  psychee le Lun 10 Oct 2005 - 12:31

copie pour info d'un thread sur le forum de la Légende de l'Epée d'Ishara:

Ce qu'on me demande souvent (à peu près trois ou quatre fois à chaque fois que je connecte ma p'tite prêtresse) c'est: comment on peut trouver Nausicaâ?

Bonne question, je vous remercie de l'avoir posé, purée, faut que je m'y colle, mais donc... pour des raisons divers et évidentes, Nausicaâ est planquée de manière plutot sévère par sa mère adoptive, et ne bouge pas de sa retraite (non je ne vous dirais pas où c'est bande de malin). Il faut dire qu'une adolescente albinos à l'apparence humaine et qui sent une odeur qui attire tout les elfes à dix mètres à la ronde, ça se remarque.

Chercher Nausicaâ dans Azeroth, c'est un peu suivre une piste de petit poucet: partout où elle passe, on tend à la remarquer, ceci aidé par le fait qu'elle est tout le temps escortée de plusieurs elves.

Là où le bât blesse, c'est que cela marche dans les lieux urbains et peuplés: une fois qu'elle a été envoyé dans des terres sauvages, personne n'aura plus de piste.

Le gameplay permet de localiser un joueur facilement: faites /amis (machin) et vous l'aurez dans votre friend list avec sa position. De même écrire à quelqu'un demande juste à avoir son nom, la poste le trouve tout seul, où qu'il soit, en fait.

Je dirais qu'en enquétant et en se servant de la poste, il sera facile d'apprendre que le lieu que fréqiuente Nausicaâ est Auberdine, mais qu'elle n'y réside pas. Reste ensuite qu'à partir d'Auberdine, on a beaucoup de destinations. Là, il faut chercher: si je suis en jeu, que vous me dites en tell "je suis devant l'aubergiste de tel lieu (ou autre eprsonnage marchand, qui voit passer les gens), je lui décris Nausicaâ, il me répond quoi?" Je vous dirais alors ce qu'il en est. Ce qui veut dire que Nausicaâ est réellement retrouvable, suffit juste de chercher.

Je pense d'ailleurs faire un second scénar Ephemeral qui servira ce but: un jeu de piste avec comme protagonistes les marchands et aubergistes, à qui vous pourrez demander des informations, et essayer de suivre la piste de Nausicaâ: mais le canal "ishara" a aussi été fait pour celà, et en tell, je ne refuse pas d'aider les gens dans leur enquète et leur jeu de piste. Par contre, en aucun cas je n'assurerai qu'un jeu de piste mêne à retrouver Nausicaâ. Il y a des joueurs qui font des efforts pour rendre Nuasicaâintrouvable, je serai donc neurte quand à des chances de lapister, ou pas, par fair play pour eux, et pour vous.

http://epee.ishara.free.fr/forum/viewtopic.php?t=57
avatar
psychee
Epeiste
Epeiste

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  Kanzer Mav le Mar 11 Oct 2005 - 15:56

Intéressant. J'ai aussi ephemeral donc si tu crée ton scénar par des quêtes, je serais présent. Wink Pour le canal, je savais pas, j'essayerais alors !
Pour localiser rp parlant quelqu'un c'est pas toujours évident de justifier. Moi Kanzer n'est pas censée avoir tuée de défias, ni de centaures. C'est censé être un anti-héros....Alors je dis "qu"il est en vacances" ou " est allez voir des amies à Quel'Dannil".

Donc je comprend bien le sens de ton message. Wink
avatar
Kanzer Mav
Chevalier de Sang
Chevalier de Sang

Nombre de messages : 332
Localisation : Coupe du saucisson
Date d'inscription : 12/03/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de l'Epée d'Ishara

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum